Éric Besson et Wikileaks : on a failli mal comprendre… désolé

censure

Voilà qu’Éric Besson, qui avait intenté une procédure visant à faire en sorte que Wikileaks ne puisse être hébergé en France rectifie le tir. Il faut dire que comme prévu, il s’est heurté à une ou deux subtilités de notre droit, des vieux trucs du bouquin le plus poussiéreux qu’on puisse avoir dans une bibliothèque et qu’on a pas forcément en tête… la Constitution Française… liberté d’expression, liberté de la presse tout ça… et deux trois morceaux de LCEN qui définissent par exemple la responsabilité d’un prestataire technique. Comme c’est un peu compliqué, là ou Eric Besson ne comprenait pas bien sur quoi se fondait la requête d’OVH, persuadé qu’il était que l’État avait son mot à dire, le juge s’est déclaré incompétent et de conclure que la question méritait un débat contradictoire… et oui, c’est bien moins simple que prévu .

Sommes nous donc naïfs, nous avions cru l’espace d’un temps qu’Éric Besson avait oublié tout ça.

Il nous le promet, c’est dans le Figaro, ce n’était pas le cas et d’ailleurs, il n’a jamais demandé “l’interdiction de Wikileaks”…. C’est vrai, il a simplement demandé qu’on l’expulse (un vieux réflexe ?), qu’on le censure, qu’on se cache les yeux… pas qu’on l’interdise voyons !

Même moi je me suis laissé prendre, j’aurais du être plus méticuleux dans mes vérifications. J’aurais du consulter une experte qui avait visiblement tout mieux compris que moi les intentions de Monsieur Besson motivant sa requête au CGIET. Cette experte vous la connaissez tous ici, c’est l’irremplaçable député Marland-Militello, qui en connait un rayon sur la liberté de la presse… et bien elle aussi avait interprété le message de monsieur Besson à sa manière.

Militello
Censure ou pas censure ?

La député Militello avait relevé une subtilité : ce n’est pas Wikileaks que le ministre cherche à interdire… c’est son hébergement ! … Sommes nous sots, aujourd’hui Monsieur Besson nous l’assure, il n’a jamais voulu censurer Wikileaks… jamais !

Conclusion :

Un Wikileaks ça va, c’est quand y’en a plusieurs qu’on a des problèmes.

Un Militellotron à la gloire de notre Président Nicolas Sarkozy

By Fabrice Epelboin (CC-by)

Si vous suivez un peu ce blog, vous n’avez surement pas manqué les quelques billets sur les troubles obsessionnels compulsifs de la député Marland-Militello qui est semble t-il en l’attente d’une nommination au prochain remaniement ministériel. Afin d’aider un peu la député Marland-Militello à se renouveler dans les louanges faites à la gloire de notre Président Nicolas Sarkozy, un internaute vient d’ouvrir un Militellotron.

Cette application web génère des phrases de propagande que notre député pourra copier/coller dans ces billets, je vous invite donc ici à placer en commentaire vos idées, pour alimenter ce générateur.

Exemple : “Grâce à la détermination de notre Président Nicolas Sarkozy on trouve du carburant partout pendant les grèves“.

Un grand merci à Chouquette pour son active participation à l’effort de civilasation de l’Internet.

La député Marland-Militello nous fait une rechute à 2 patates

Militelland

Si la député Marland Militello n’existait pas, il faudrait l’inventer. Dans son monde merveilleux, “grâce à notre président NIcolas Sarkozy notre Internet est devenu civilisé“, sur la planète Militelland, HADOPI, est un immense succès populaire et les gentilles majors méritent bien qu’on les aide… une perfusion de brouzoufs, même quand on va très bien, c’est toujours appréciable.

Vous aviez peut être remarqué qu’elle nous avait fait une nouvelle sortie récemment, c’était évidemment encore une fois pour louer son président Sarkozy (Carla à votre place je ferai très attention, elle va finir par vous le piquer votre Nicolas). Je ne reviendrai même plus sur le discours de madame Marland-Militello qui trouve opportun de refaire cadeau d’une petite enveloppe de 2 millions d’euros pour faire la chasse aux pirates pendant que d’autres sont prêts à sacrifier l’innovation pour tenter de renflouer les caisses… Marc s’est déjà chargé de donner la fessée ici. La député semble convaincue que ces 2 millions offerts à une industrie bénéficiaire permettront de venir à bout des pirates qui (et c’est une fixation chez elle) TUENT LA CRÉATION … les sagouins !

Parce que  je le “veau” bien

Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est surtout ces étranges crises de bégaiement cérébral de la député… vous allez voir en image c’est vraiment impressionnant, du coup je me demande si repousser l’âge de la retraite est une si bonne idée que ça :

Internet civilisé

Cleanternet

La député Marland-Militello, décidément en très grande forme en ce moment, nous cause encore Internet, pas n’importe quel Internet, son Internet à elle est civilisé grâce à Nicolas Sarkozy… il est fort ce Nicolas.

Comme à son habitude, la député Marland-Militello démontre une confusion extrême dans ses propos, qui prouvent, une fois de plus s’il en était encore besoin, qu’elle ne comprend strictement rien à ce qu’elle raconte. Elle commence donc par se féliciter de l’immense succès populaire qu’est HADOPI (mais sur quelle planète peut bien vivre madame Marland-Militello ?).

Première tentative d’argumentation, première bêtise de gros calibre, je cite :

“Sans fournisseurs d’accès pas de piratage possible puisque pas d’internet possible”

Celle ci compte double et je ne perdrai pas de temps à lui expliquer ce qu’est l’Internet et un fournisseur d’accès, j’y renonce, désolé. Je soulignerai simplement qu’il est de notoriété publique que le “piratage” existe uniquement depuis l’avènement de l’Internet. Donc si on supprime Internet, plus de piratage, c’est d’une logique implacable !


Reportage Piratage INA
envoyé par tsubasa_403. – Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Ensuite, ça ne s’arrange pas :

“Il est donc logique que les fournisseurs d’accès participent à la régulation des dérives commises par certains sur internet.”

Là, il est quand même plus inquiétant de voir qu’une élue de la République trouve normal de confier une mission judiciaire aux fournisseurs d’accès. Par régulation des dérives, on parle quand même de lutte contre la contre-façon, qui est un délit. Depuis quand les fournisseurs d’accès sont ils investis d’une mission qui incombe à la justice ?

“Le travail des hommes et des femmes politiques responsables est d’agir pour qu’internet ne soit pas un monde sans foi ni loi, où les droits et les libertés seraient menacés, à commencer par la sécurité.”

Ah nous y voilà ! Internet ce monde sans foi ni loi… et les politiques vont nous sauver… c’est vrai qu’a dresser le bilan de votre oeuvre en matière d’Internet, on comprend tout de suite l’importance que des politiques légifèrent, comme pour le DADVSI, comme pour HADOPI… deux succès à n’en pas douter, on attend LOPPSI et le blocage des sites pédophiles avec impatience pour que la député Marland-Militello nous explique que grâce à Nicolas Sarkozy, plus aucun mineur n’est victime d’abus sexuels. D’ailleurs notre Internet à nous il est quand même vachement plus propre que l’Internet de nos voisins… Puis il y a ce mot à la fin de la phrase… SECURITE… là encore il est de notoriété publique que l’Etat est irréprochable et donne l’exemple. D’ailleurs avec HADOPI, on aura plus de problème de sécurité, c’est bien connu… même la NSA est parfaitement d’accord avec la député Marland-Militello, HADOPI est un succès pour la sécurité intérieure des Etats.

On a ensuite comme il est de coutume dans chaque billet de la député Marland Militello une petite diatribe à la gloire du chef :

Et grâce à notre Président de la République Nicolas Sarkozy, la France est la pionnière mondiale de l’internet civilisé.

… ouai on est trop forts nous en France ! On est super civilisés, et on a un usage très responsable des nouvelles technologies… nous sommes exemplaires !

Puis, comme on en est plus à une confusion de plus ou de moins, on termine en apothéose :

les FAI ont également un rôle de premier plan à jouer dans l’accès à une offre légale de qualité (…)

Notez qu’elle est belle celle-ci, un lapsus ultra révélateur qui assimile des fournisseurs d’accès à des producteurs de contenus… La député Marland-Militello confond ici Vivendi Universal avec un fournisseur d’accès.

Allez on se la refait, pour le plaisir :

La France en pointe d’un combat d’arrière garde

Madame la député Marland-Militello a une fâcheuse tendance à pourrir mon agrégateur RSS d’énormités ces derniers temps. La dernière en date se trouve ici et fait référence à l’adoption du rapport Gallo qui déroule des positions pro ACTA particulièrement dangereuses où des ayatollahs du copyright entendent mettre en place des horreurs, avec tous les risques que cela comporte. Madame Marland-Militello nous explique que grâce à Nicolas Sarkozy, la France est en pointe de la lutte contre le piratage… désolé madame la député, mais là, on est surtout à la pointe de la propagande risible et j’ai beaucoup de mal à m’ôter cette image que j’ai de vous entrain d’écrire ce billet la main sur le coeur et sur fond de musique des choeurs de l armée rouge. En fait, grâce à Nicolas Sarkozy, notre Internet est surtout au bord de l’insurrection et l’image pitoyable que nous offrons au monde est le produit direct de votre incompétence et du déni démocratique dont vous avez su faire preuve à maintes reprises.

On retrouve dans le billet de madame Marland-Militello TOUS les clichés les plus éculés de la propagande de bas étages :

  • Une illustration choc sensées vous terroriser afin de réveiller votre fibre patriotique face à l’ennemi, ici les “pirates” qui tuent les artistes ;
  • Un soutien inconditionnel et aveugle d’un texte même devant les manipulations les plus évidentes … mais bon c’est pas la première fois qu’on cautionne des bidonnages éhontés à la gloire du saint copyright, c’est en fait même devenu une véritable tradition;
  • le culte du chef, Nicolas Sarkozy, à qui notre député affirme toute sa dévotion ;
  • un vocable d’infostratège sans les données ni les arguments que l’exercice impose…

“…les eurodéputés ont montré qu’ils ne sont pas dupes de la campagne de désinformation menée par ceux qui, en France, se sont déjà illustrés par leur opposition dogmatique à l’HADOPI.

C’est très amusant cette expression : “l’opposition dogmatique à l’HADOPI”… en suivant les quelques liens ci-dessus, vous verrez qu’en plus du dogmatisme on a surtout des preuves incontestables de ces grossières manipulations. Madame Militello passe également à coté de deux ou trois choses très factuelles :

1° le texte qu’elle a défendu avec tant d’ardeur, de négation des évidences et de déni démocratique manifeste n’est toujours, à ce jour, pas appliqué ;

2° cette semoule législative à laquelle elle n’a d’ailleurs elle même pas compris grand chose, et là les exemples sont légion, comme par exemple cette énormité de la “sécurisation de la connexion internet”, une chouette marmelade que j’invite madame Marland-Militello à nous définir, fait d’HADOPI un texte plus que bancal… ah non excusez moi … “étonnamment subtil” ;

3° Faut-il rappeler à madame la député que si le projet de loi initial s’est fait recaler au Conseil Constitutionnel c’est parque elle et certains de ses camarades, bien qu’élus de la République ont oublié ce vieux texte de 1789… la base de la base. Dans le privé, on appellerait ça une faute lourde. Aussi je vais me permettre de lui rafraîchir la mémoire :

12. Considérant qu’aux termes de l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : ” La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ” ; qu’en l’état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne ainsi qu’à l’importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l’expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d’accéder à ces services ;

4° Rejetant systématiquement les propositions pourtant sensées de députés de sa propre majorité et en opposant à notre “opposition dogmatique” une godilloterie à toute épreuve dont elle n’arrive pas à démordre encore aujourd’hui, Madame Marland-Militello nous livre ici une réflexion de haut vol, digne de ce que l’on peut attendre d’un élu de la république (attention ne pas lire la citation suivante si vous ne vous êtes pas préalablement échauffé le neurone, un clacage est si vite arrivé…) :

Grâce au Président de la République, la France se place comme étant la pionnière de la lutte en faveur de la culture et de la création.

COMBO ! Comment peut-on, en si peu de mots, cumuler autant d’absurdités ? La France serait donc passée du rang de championne du monde du piratage (et si c’est pas de la propagande ça), à un modèle pour la culture et la création… rien que ça !  Il va falloir nous expliquer, madame la député, quel article de ce texte défend la création et qui fait aujourd’hui de la France un modèle pour le monde. J’ai beau chercher, je n’y trouve RIEN. S’il y a ici un seul artiste qui me lit et qui peut confirmer les dires de madame Marland-Militello en affirmant que depuis HADOPI il vit mieux, alors je m’inclinerai.

La lutte contre le piratage est une priorité. Elle doit être menée à l’échelon mondial. La France a été pionnière en Europe, l’Europe doit maintenant être pionnière dans le monde.

Une véritable priorité pas de doute ! Enrichir les majors c’est une véritable priorité nationale… en temps de crise, fallait oser, bravo. Ça nécessite une police du Net, le viol du secret des communications, et la mise en place de dispositifs pouvant porter atteinte à la sécurité nationale… bravo madame la député, aucun doute, ce sont bien vos compétences sur ces domaines qui ont fait de vous le rapporteur de cette loi qui est un franc succès ! … il ne manque plus qu’à l’appliquer maintenant.

On attend donc avec impatience une mise en pratique des pistes fumeuses défendues dans le rapport Gallo à coup de routage BGP et d’inspection en profondeur de paquets, la création de la police mondiale du Net pour lutter contre les assassins d’artistes… et de reproduire sur toute l’Europe un truc qu’on ne sera même pas fichu d’appliquer en France tant le travail parlementaire a été bâclé… effectivement la France est en pointe, aucun doute là dessus madame la député. Mais le jour où vous aurez décidé de cesser de singer le comportement d’un supporter du PSG afin de faire le travail que vos administrés attendent de vous, peut-être pourrons nous passer à des choses plus constructives.

3615 Militello Show

gagadopiVous vous souvenez peut être de Muriel Marland Militello qui expliquait que ce n’était pas les internautes qui comptaient dans une démocratie mais les concitoyens (toi l’internaute qui me lit, tu es un citoyen en carton), ou encore de ses prestations dans l’hémicycle pendant les débats sur HADOPI… moi, anéfé, je me souviens parfaitement d’une incompétence crasse d’un élu en service commandé qui soutenait des positions martiennes argumentées par un néant abyssal. Ses précieux avis font d’HADOPI un texte inapplicable … et inappliqué… Madame Militello n’en est pourtant pas peu fière, et passer de la protection des animaux à Internet semble vécu par la député comme une promotion naturelle et bien méritée (il est acquis qu’Internet étant peuplé de zoophiles, il ne s’agit là que d’une extension de son combat au numérique).

Dans sa dernière sortie, Muriel Marland Militello s’en prend au référé de FDN devant le Conseil d’État que je vous laisse découvrir ici. Je vous invite à le mettre en perspective de ce splendide billet, qui aussi inconsistant soit-il, a le mérite de mettre en exergue, une fois de plus le décalage qui existe entre les promesses d’un texte vide : “on va sauver les artistes”, et la réalité “on chouchoute la SCPP et quelques organismes parasites… et on laisse crever les artistes». J’aimerais sincèrement, madame le député, que vous m’expliquiez comment votre oeuvre sauve les artistes que les pirates flagellent à coup de modem, à en croire l’illustration de votre magnifique billet. Tous les artistes que je connais n’attendent rien de votre texte. Pouvez vous donc nous développer ce que vous soutenez avoir à leur offrir ?

Vous noterez que j’ai eu la courtoisie d’attendre vendredi pour répondre à ce billet, je ne troll que ce jour là. L’ami Spyou a d’ailleurs su réagir plus vite, de mon côté, j’ai du me résoudre à me calmer un peu avant d’écrire ce billet, tant il est compliqué de ne pas répondre à la bêtise par la bêtise

En voiture Muriel !

Madame Marland Militello commence dans son billet par nous rappeler que sa grande expertise d’Internet et du numérique lui a valu le poste de “rapporteure pour avis” sur la loi HADOPI (un peu comme si on m’avait nommé hier chirurgien). Certains y verront l’une des raisons de l’inapplicabilité de ce texte, je me contenterai ici de souligner sa chance car l’avis des gens qui y connaissent quelque chose n’a, lui, jamais été pris en compte.

Dans un Etat de droit… où on fait tout de travers

J’aime beaucoup le couplet de madame le député sur l’État de droit qu’elle a visiblement un peu compris de travers, où elle assimile la protection de la propriété intellectuelle à un concept effrayant, le “cleanternet»…  Je le retourne sous tous les sens… rien à faire, je ne comprends pas comment madame Militello arrive à la conclusion qu’HADOPI (allez je vous le redis encore une fois pour que ça rentre… toujours inappliquée et inapplicable) “contribue à développer un Internet civilisé, respectueux des libertés et des droits et devoirs de chacun”. N’oubliez pas que pour que tout ce petit monde soit civilisé, ça passe forcément par restreindre la liberté de la presse. A ce jour, outre un climat délétère que madame Militello aime à entretenir, HADOPI contribue surtout à enrichir des marchands d’octets au kilo.

Madame le député, il y a ici deux choses particulièrement choquantes dans cette petite éructation de pixels bien peu inspirée :

  • vous entérinez le fait qu’HADOPI est un dispositif de surveillance visant à rendre une jungle civilisée (vous avez du confondre avec la LOPPSI, HADOPI n’est qu’une coûteuse machine à spam… qui n’a toujours pas envoyé un seul mail). Vous offrez là une caricature parfaite qui colle à une certaine classe d’élus et qui est la principale raison de l’échec qui vous attend sur ce dossier.
  • vous affirmez ensuite, qu’HADOPI contribue au développement de l’offre légale… vous avez du louper l’épisode Jiwa, soit, mais j’aimerai vraiment ici que vous me citiez UNE SEULE mesure visant à développer l’offre légale dans HADOPI… on ne doit vraiment pas vivre sur la même planète, ou alors c’est que nous n’avons pas le même texte sous les yeux.

C’était là vos deux seuls arguments, c’est franchement léger pour une personne qui se gargarise ainsi d’avoir contribué à sauver la “création sur Internet” si je me fie au titre de la rubrique dans laquelle se trouve votre chef d’oeuvre.

Mais pourquoi ce billet ?

En se réjouissant de la sorte, la député Militello se rappelle aussi au bon souvenir du Président de la République pour lui signifier qu’elle a été un bon soldat… je pense que le message est passé pas de problème là dessus… enfin pas de problème s’il y avait une seule once d’argumentation, une seule référence valide… pour infirmer un FAIT : HADOPI favorise le commerce illicite d’oeuvres culturelles sur le dos des artistes :

  • En enrichissant Megaupload, Rapidshare etc …
  • Si vous preniez le métro vous découvriez même que grâce à HADOPI, on peut s’y offrir toutes les dernières productions hollywoodiennes en Divx pour un coût dérisoire (au moins ça permet à quelques personnes de vivre…. mais surement pas les artistes).

Bravo madame Militello d’avoir tué l’échange de fichiers sur les réseaux P2P pour encourager une économie criminelle, nous n’y serions pas parvenu sans vous.

La moindre des choses quand on lance ce genre de billet d’humeur est de l’argumenter un minimum pour qu’il ne soit pas perçu comme une stupide provocation totalement inutile. Enfin, se réjouir d’une conclusion affirmant l’inutilité de consulter l’ARCEP est ici encore d’une grande maladresse, je doute que le gendarme des télécoms apprécie ces gargarismes.

Muriel Marland-Militello sur la liberté de la presse : et si ce n’était qu’un petit avant-goût de Christian Estrosi ?

Je viens de me farcir les 3 derniers billets de la député Muriel Marland-Militello. Je ne m’attendais certes pas à passer un bon moment… et bien j’ai été servi, j’ai aussi lu son droit de réponse qui me convient très moyennement, encore une fois, on tente de vous faire gober que c’est pour vous protéger vous, citoyens, alors que comme pour le droit à l’oubli, ceci n’est sensé protéger que quelques puissants, certainement pas le citoyen lambda. Fidèle à la position des anciens combattants de la guerre 3615, c’est bien une nouvelle attaque dans les règles à la liberté d’expression et surtout à la liberté de la presse à laquelle nous assistons, même si celle ci est très subtile. Si vous ne situez pas la madame, sachez que c’est elle qui avait marqué une distinction assez mémorable entre les internautes et les citoyens (comprenez que vous là, les internautes vous n’êtes pas des citoyens et que votre carte d’électeur est certainement pixellisée elle aussi… D’ailleurs, il est communément admis qu’en tant qu’internaute vous êtes sûrement plus zoophile que citoyen… je sais pas pour vous, mais moi je suis toujours scié de lire qu’il y  a de plus en plus en plus de pédo-nazi-zoophiles sur le Net et je ne comprends pas comment ces gens arrivent à tomber là dessus sans chercher ces contenus). En outre, ayant déjà pu constater de visu le gout prononcé de la député Militello pour la censure bête et méchante sur son blog, je ne perdrai pas de temps à aller le commenter pour me faire traiter d’anonyme couard, j’utiliserai donc en tout logique ma propre tribune.

Nous avons été gâtés cette année en matière de propositions stupides, un vrai feu d’artifice. Entre Jaques Myard qui veut nationaliser l’Internet, le sénateur Masson qui voudrait que les internautes s’authentifient sur le Net via un passeport électronique biométrique alors qu’il est lui même un spécialiste de l’anonymat condamnable et condamné par la justice, la vaste escroquerie du droit à l’oubli (qui pour le coup arrangerait bien le sénateur Masson), et maintenant Muriel Marland-Militello qui s’agace que la presse fasse son travail, tout émue qu’elle est que l’on s’attaque à ses copains Johnny Hallyday et Eric Woerth.

2010 c’est du super lourd en terme de tentatives de piétinement des libertés fondamentales. Bon il faut dire que la député Marland-Militello semblait s’ennuyer ferme, à un point tel qu’elle en est même venue à parler foot. Elle a donc décidé il y a une dizaine de jours de déposer une proposition de résolution sur la liberté de la presse. Tout de suite, ça commence assez fort à l’exposé des motivations : Johnny, et de manière plus discrète, l’affaire Eric Woerth. Et la député de la seconde circonscription de Nice met les pieds dans le plat en comparant sans la comparer, l’affaire Woerth à celle de la publication par l’Express de données soumises au secret médical (celles de Johnny Hallyday). Muriel Marland Militello s’était émue de cette publication mais ceci n’avait pas suffit à motiver une action parlementaire.

C’est bien l’affaire Woerth qui motive cette action. C’est pourtant franchement différent, le secret médical n’est pas ici violé, le ministre et sa femme occupe des fonctions qui dans le cadre de l’affaire Bettencourt peuvent soulever pas mal d’interrogations et j’ai le sentiment que la presse fait ici correctement son travail, sans attenter à la vie privée du ministre. Si Mme Woerth avait été kinésithérapeute, le mélange des genres subodoré par la presse aurait surement été moindre. Puis voilà que des témoignages des protagonistes de l’affaire enfoncent un peu plus le ministre

Dans le 3e et dernier billet, c’est plutôt ambiance cour de récréation : Muriel Marland Militello racle les fonds de tiroirs pour décocher une quiche à Christian Vanneste qui avait réagi à sa proposition : “Ainsi la presse est tout à fait nécessaire par exemple pour rapporter des propos d’un élu tenus publiquement même s’ils sont profondément choquants et condamnés par la suite par la justice”. Si vous n’avez pas compris l’allusion, peut être s’agissait-il de ceci. En fera t-elle de même avec Frédéric Mitterrand en le renvoyant sur un ring de boxe Thai ? Ici, on apprendra rien de plus, sinon que Muriel Marland-Militello réaffirme son attachement à la liberté de la presse. Oui enfin il y a liberté et liberté, et ayant déjà opposé ma notion de la liberté d’expression à celle de Muriel Marland-Militello, je vais conserver la mienne…

Alors y’a quoi dans ce machin ?

Dans l’exposé des motifs, on assiste à un rappel sur le fait qu’il s’agit d’une liberté fondamentale, juste au cas où vous étiez distrait. On assiste par la suite à un exposé cohérent, jusqu’à un truc qui me fait un peu plus tiquer : “Enfin le non-respect envers ces secrets par certains journalistes est incohérent avec l’attachement légitime de tous les journalistes au secret de leurs sources d’informations, secret récemment consacré par la loi n° 2010-1 du 4 janvier 2010 relative à la protection du secret des sources des journalistes.” Donc si ça fonctionne bien dans les deux sens selon le principe d’égalité devant la loi, les “sources” balancées à la police par des journalistes du service public ne seraient pas justiciables… tien tien… la suite risque d’être intéressante.

Attaquons le plat de résistance :

Vu la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948, et notamment son article 12 qui énonce que « nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes » ;

Et hop, voila, “gogogadéto c’est pour votre sécurité”, c’est la formule communément admise quand on cherche à restreindre vos libertés… on commence à les voir venir de loin celles-ci. On aurait aimé voir la député Marland Militello s’élever avec tant d’ardeur quand Jérôme Bourreau-Guggenheim s’est fait virer de TF1 de manière particulièrement abjecte, sur ordre du ministère de la culture, pour avoir exprimé ses opinions anti HADOPI savament argumentées, et dans un cadre strictement privé (désolé Jérôme, c’est ça d’être un internaute … tu n’es pas un citoyen. Eric Woerth et Johnny Hallyday sont plus citoyens que toi)… et que sa procédure a été classée sans suite. Cet exemple ne fait que confirmer cette tendance particulièrement énervante à faire passer des lois privatrices de libertés principalement destinées à des “gens plus égaux que les autres”. Ça devient vraiment énervant et là je pèse mes mots mais je risque bien de vous la faire version hardcore un de ces quatre matins… en vous racontant ce que je pense des tests ADN pour un vol de scooter , des histoires ministérielles auvergnates ou des relents de racisme ordinaire sur une plateforme super sociale dont l’UMP aurait demandé la fermeture s’il n’en était pas l’éditeur… et oui, l’Égalité aussi, inscrite dans notre constitution, c’est surtout un produit d’exportation. Quand c’est une valeur de la République qu’on piétine, ça va, c’est quand on piétine plusieurs qu’il y a des problèmes …

Ce qui nous amène directement aux considérants 3,4,5 et 6 qui sont le corps même de la proposition :

3. Considère que la divulgation non autorisée dans la presse d’informations relevant du domaine de la vie privée ou couvertes par un secret professionnel, et en particulier par le secret médical, porte une atteinte inacceptable aux droits et libertés fondamentales de la personne qui en est victime ;

4. Affirme que le « droit d’informer » doit se fonder sur une information obtenue de manière légale, loyale, et qu’elle doit être exacte, objective, pertinente et répondant aux exigences fixées par la loi et la jurisprudence ;

5. Que toute violation de ces principes est inacceptable et doit être condamnée, à commencer par les journalistes eux-mêmes afin de sauvegarder leur déontologie ;

6. Appelle la profession des journalistes et tous les médias à respecter à chaque instant la Charte de Munich, portant déclaration des devoirs et des droits des journalistes.

  • Le 3e point soulève une question sur la définition de la sphère privée d’une personne publique, ce n’est pas toujours évident de distinguer ce qui relève du public ou du privé, l’affaire Woerth en est une belle illustration.
  • Le 4e, lui, me fait penser qu’il transpire un peu le troll velu du vendredi nous allons l’illustrer comme suit : “Bonjour je suis journaliste pour les Infiltrés, je ne vais pas vous arrêter par contre je vais vous balancer à la police une fois que vous aurez fait péter les scores de mon audience… mais pour l’instant lâches mon slip” : là on est dans le domaine du loyal non ? Est-ce pour autant acceptable ?
  • Le 5e considérant me gêne particulièrement à cause du 3e : on parle de condamner l’exercice d’une liberté fondamentale en se basant sur des contours particulièrement subjectifs, ou qui le sont assez pour suffir à museler la presse par peur de la condamnation pour cause de vents contraires.
  • Le 6e et dernier considérant appelle à respecter la charte de Munich, rien à redire la dessus, si ce n’est que c’est une charte et non une loi avec son cortège de décrets d’application et sa jurisprudence et qu’il est donc très facile d’opposer le concept de vérité à un autre concept de droit assez généraliste pour que celui-ci devienne caduque

Il y a ensuite une dernière chose qui m’embarrasse quand je vois monter Muriel Marland-Militello au créneau pour placer un pion sur l’échiquier de nos libertés. La député Marland-Militello est une proche du ministre de l’industrie, Christian Estrosi, et j’ai très peur qu’Internet écope de ce dernier en Ministre, à la place de NKM. Il va donc de soi que je regarde avec un oeil très méfiant les errements de son entourage direct à propos du Net et de la liberté d’expression en général. Bref ces grandes manoeuvres commencent à sentir le remaniement ministériel estival, et le petit truc à faire en douce pendant que les internautes sont en vacances, c’est bien de placer Internet sous la coupelle du Ministre de l’Industrie, un fidèle porte-flingue de Nicolas Sarkozy.

HADOPI : Le débat technique n’intéresse pas Muriel Marland-Militello ?

contre-logiciel

Nous avons souhaité nous assurer d’être bien lus par madame Muriel Marland-Militello, nous sommes donc allé poster un petit commentaire qui a bien évidemment été censuré 🙂
Répondant à un autre internaute s’étonnant d’avoir été censuré à 3 reprises, Muriel Marland-Militello affirme :

—–

Je suis naturellement ouverte au dialogue. C’est d’ailleurs pour que ce dialogue puisse avoir lieu que j’ai permis les commentaires sur mes articles.

En revanche un dialogue de sourd est une perte de temps, qui n’apporte rien au débat.

En outre, je tiens à signaler qu’il n’y a pas d’obligation pour un député d’avoir un site (pas plus que pour tout autre Français), encore moins de permettre aux internautes de laisser des commentaires sur celui-ci. La démocratie ne l’exige même pas puisque ce qui compte en démocratie ce ne sont pas les internautes plus ou moins facilement identifiables derrière leurs pseudos, ce sont les concitoyens.

Ces derniers jours, comme j’avais pris la peine de l’expliquer, je n’étais pas en mesure de traiter le flot de commentaires reçus. J’ai donc supprimé en masse ces commentaires. De même, actuellement, je ne peux prendre le temps de lire des commentaires trop longs.

S’agissant du débat technique, non pas qu’il ne m’intéresse pas mais, je considère qu’il n’a pas sa place sur mon blog car il ne concerne pas directement le vote de la loi (qui fixe des principes généraux et qui est marquée du sceau de la neutralité technologique).

Cordialement
MMM

—–

Chère Muriel, vous n’êtes en rien ouverte au dialogue pour la bonne et simple raison que vous ne le maîtrisez pas, tant sur le plan technique que juridique d’ailleurs : traiter les internautes de terroriste en atteste parfaitement. Vous êtes tombé dans la grotesque caricature et vous avez soulevé la colère des internautes.

Ensuite, vous affirmez “De même, actuellement, je ne peux prendre le temps de lire des commentaires trop longs.” Si vous avez si peu de temps à perdre, par quel miracle m’avez vous accordé ce matin plus de 40 minutes de lecture sur pas moins de 16 articles ? Mes statistiques en attestent :

  • Site référent : marland-militello.fr (ce depuis la page du commentaire que vous avez supprimé
  • Nombre de visite : 1
  • Pages vues : 16,00
  • Temps passé sur le site : 00:41:33

On vous l’a déjà dit, arrêtez de nous prendre pour des crétins. Vous vous dites intéressée par le débat technique, permettez moi d’en douter et si le débat technique ne vous intéresse pas, c’est que la mission qui vous a été confiée n’est pas de votre compétence, c’est aussi simple que ça ! Le rapporteur d’un projet de loi qui impacte sur toute l’économie numérique SE DOIT de maîtriser, techniquement, l’environnement sur lequel il prétend légiférer… ce n’est pas une option, c’est un pré requis !

Et ensuite c’est l’apothéose, le mot est lâché : “neutralité technologique

Avez vous seulement une idée de ce que cela veut dire ? Si oui, pouvez-vous nous expliquer cette phrase et nous dire si vous la soutenez :

« J’en viens au second objet de l’amendement : l’interopérabilité. Je n’y suis pas favorable. Il faut laisser au consommateur sa totale liberté de choix en fonction de son système d’exploitation. L’interopérabilité n’est pas nécessaire pour les consommateurs et elle est trop contraignante pour les éditeurs de logiciels ». © 2009 F.Riester

Enfin, vous l’attendiez tous, voici le commentaire censuré :

image-81

Madame le député, si vous souhaitez me contacter, voici mon numéro de téléphone, ceci vous évitera de demander à votre hébergeur de faire un whois ou d’éplucher mon Facebook :

Olivier Laurelli
06 64 44 10 05

Je suis d’accord pour baisser d’un ton et m’entretenir avec vous sereinement, mais il me parait indispensable que vous présentiez des excuses aux internautes que vous traitez de terroristes parce qu’ils cliquent sur 3 pauvres vidéo en flash du site jaimelesartistes.fr … et contrairement à ce que vous affirmez, jaimelesartistes.fr n’a JAMAIS été piraté, il a été victimes d’attaques par déni de service que nous vous avons très pédagogiquement expliqué ici.

Bien à vous.

Hadopi : Muriel Marland-Militello expérimente une nouvelle méthode anti terroristes à base de WordPress… FEAR

hackc99shell-wordpressJe suis devenu un fan de Muriel Marland-Militello. Alors voilà, je le crie haut et fort :
JE T’AIME MURIEL !

Muriel Marland-Militello expérimente une nouvelle méthode anti terroriste : la désactivation des commentaires. Hummm je sens que tu es effrayé toi l’internaute terroriste qui ose cliquer sur le bouton “envoyer” du fil de commentaire de Muriel pour le faire faire exploser !

Suite à son billet un peu benêt sur les méchants pirates qui bafouent la démocratie en empêchant le Ministère de la Culture d’asséner sa propagande, le blog de Muriel Marland-Militello, a semble t-il, été la cible de centaines de milliers de commentaires cyber terroristes ! … Muriel a bien essayé de répondre au début, mais comme elle l’explique :

Cet afflux a d’ailleurs occasionné de nombreux ralentissements et dysfonctionnements de mon site internet ce matin et cet après-midi. C’est pour cela que j’ai décidé de suspendre la fonctionnalité « commentaires » .”

… dans notre jargon de terroriste, ce que vous écrivez là, ça s’appelle une “cyber connerie”, je m’explique :

1° un commentaire une fois posté ne peut en AUCUN CAS ralentir un blog ou un site web (il faudrait un flot continue de milliers de commentaires SIMULTANES pour que ceci se produise)… ou alors c’est qu’il a été codé avec les pieds sur un clavier en braille. Vous n’aviez donc AUCUNE raison de supprimer tous les commentaires qui ont afflué sur votre site, autre que celle de masquer votre manque déficit d’arguments recevables par un public qui maîtrise son sujet.

Couper les commentaires de votre blog parce qu’il rame, c’est aussi efficace que regonfler les pneus d’une voiture en panne d’essence.

Manque de bol, on sait très bien que vous utilisez WordPress, comme en atteste par exemple ce lien http://marland-militello.fr/wp-content/plugins/ ou le code source de votre site … et pour l’utiliser, nous savons aussi très bien que ce que vous nous racontez là sur les commentaires qui ralentissent un WordPress est une ânerie de première qui occulte mal ce qui va suivre :

2° ces commentaires étaient pour certains très construits et argumentés, et visiblement, ils vous ont beaucoup dérangé Muriel, c’est donc en parfait censeur, à court d’argumentation que vous avez non seulement “décidé de suspendre la fonctionnalité commentaire”, mais aussi et SURTOUT, SUPRIMÉ les commentaires existants qui en AUCUN cas ne peuvent ralentir votre “site”… Ce mensonge énorme comme le nez au milieu de la figure va faire un carton au sein de la communauté Worpress (l’une des plus vastes du Net avec des millions d’utilisateurs et des milliers de développeurs) … et vous savez quoi : c’est un logiciel “pirate” avec une licence open source qui dit en gros que les brevets logiciels que vous devez sûrement défendre, c’est de la m*****, ça se nomme la GPL)… vous n’êtes même pas digne d’utiliser un logiciel Open Source Muriel, vos propos en attestent. Vous luttez contre la notion de partage qui a rendu possible l’élaboration du script de blog que vous utilisez, vous soutenez des e-gnards qui assignent Sourceforge en justice sous prétexte que ce dernier diffuse les codes sources de logiciels permettant le partage de fichiers sur Internet. Vous devriez vous payer une licence Microsoft et un moteur de blog propriétaire, vous seriez bien plus crédible Muriel … là vous êtes tout simplement ridicule.

3° cet acte soit disant salvateur pour les performances de votre blog traduit plusieurs choses :
il y a un formidable élan anti Hadopi, les internautes sont dans leur immense majorité contre, contrairement aux mensonges que l’on peut entendre dans l’hémicycle sortir de la bouche de Christine Albanel.
Mais où sont donc les partisans de la loi Création et internet, pourquoi, eux, ils ne réagissent pas aux commentaires des terroristes qui osent défendre une certaine idée de la démocratie ? Ah oui c’est vrai, ceux qui soutiennent ce projet de loi n’utilisent pas l’Internet… ils sont pour par “solidarité républicaine”, mais tout comme vous, ils ne savent pas de quoi ils parlent.

Oh zut j’oubliais, les internautes ne sont pas du tout attachés à des valeurs républicaines et démocrates, ce sont des TERRORISTES ! Muriel, vous au moins, vous êtes une vraie démocrate, c’est surtout pour ça que je vous aime :

En effet, la possibilité pour le visiteur de laisser des commentaires, à laquelle je tiens pourtant tant, n’est visiblement pas compatible avec le zèle rédactionnel dont certains font preuve en ce moment.”

Mais Muriel voyons, on s’en fout de votre fil de commentaire, nous aussi on a des blogs, et avec une bien meilleure visibilité que votre bidule qui en temps normal draine 12 visiteurs par jour… C’est une grossière erreur de couper/censurer les commentaires, c’est le meilleur moyen d’en prendre plein la tête sur des pages à Pagerank 7.
Pourquoi ne pas prendre exemple sur Pascal Rogard qui, lui, assume parfaitement sa position et fait à cet égard preuve d’une grande intelligence… enfin quand il en a envie et que les questions ne le dérange pas trop. Mais tout le monde n’est pas aussi brillant que Mr Rogard, c’est vrai.
Un peu d’honnêteté intellectuelle Muriel, ne venez pas nous raconter, à nous, architectes du Net, que votre blog croule sous les commentaires au point de ralentir votre WordPress, pas à nous dont c’est le métier que d’administrer des machines sur lesquelles on héberge 300 blogs dont le trafic est 10 fois plus élevé que sur le votre avec 500 fois plus de commentaires …

Puis quand on regarde ne serait-ce que le nom de la machine qui héberge ce “site web” (Muriel, WordPress est un moteur de blogs, juste comme ça au passage) qui connaît un si phénoménal succès : flot.mutu.sivit.org on voit bien que ceci correspond à une offre mutualisée… saviez vous que pour seulement 29 euros par mois vous pouviez rejoindre une communauté de “pirates” crypto terroristes du nom de DEDIBOX pour accélérer un peu les performances de ce blog ?

Muriel, votre dernier commentaire est, pour toutes ces raisons, affligeant et ridicule, il conforte les internautes dans leur idée : vous êtes totalement incompétente pour comprendre ne serait-ce que le tiers du texte que vous défendez, vous ne savez pas de quoi vous parlez, et en plus vous le faite en provocant les internautes. Pire, vous n’avez aucun argument digne de ce nom à leur opposer… ceci est pathétique et consternant.

“Je tiens néanmoins à les remercier tous de l’intérêt qu’ils témoignent à mon site internet.”

Mais non Muriel, votre blog on s’en fout voyons ! Particulièrement s’il ne supporte pas quelques centaines ou milliers de commentaires … ce qui nous intéresse, ce sont vos arguments : on adore se faire traitee de pirates terroristes ! Allez encore !

Voilà Muriel, je voulais vous crier mon amour, vous êtes devenue mon idole, comme Frédéric Lefèbvre avec lequel vous partagez un amour inconditionnel pour les droits d’auteur en “piratant” des illustrations ou des musiques pour égayer vos meetings :

http://www.strapontins.org/2009/03/13/la-depute-muriel-marland-militello-est-une-pirate/

L’histoire se répète encore et encore.

On verra combien de temps votre hébergeur, sivit.org assumera vos propos, car à chaque communication si maladroite, les vrais victimes, ce sont eux qui doivent passer leur nuit à contrer des attaques pour épargner non pas votre site dont ils n’ont que faire (à 1,90 euros par mois, je peux vous garantir que depuis hier ils n’attendent qu’une chose c’est que vous changiez d’hébergeur et pendant que vous y êtes, demandez leur ce qu’ils pensent de l’HADOPI), mais les sites qui se trouvent sur le même serveur mutualisé que le votre.

Notez que je laisse ce fil de commentaire ouvert, je sais que vous allez recevoir un trackback, je sais que vous me lirez, profitez en pour cliquer sur le bouton de commentaires autant de fois que vous le souhaitez, mon blog aussi utilise WordPress et étrangement il ne craint pas les cliqueurs compulsifs. Si vous avez peur de casser le votre, lâchez vous sur le mien en venant nous exposer vos arguments et nous donner des leçons de démocratie.

/-)

Fermeture de Jaimelesatistes.fr et le délirium de Muriel Marland-Militello

image-1

Le site de propagande Jaimelesartistes.fr qui a même fait débat au sein de l’hémicycle, a finalement fermé définitivement ses portes.
Le site avait subit les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS) depuis que le Ministère de la Culture ai jugé malin de provoquer les hackers publiquement avec un “ils peuvent y aller notre site est super blindé“… il faut en tenir une sacrée couche pour avancer ce genre de propos, d’ailleurs l’hébergeur du site, Pushitup, confiaitQuand j’ai lu hier soir sur votre site, la phrase suivante « Mais ils peuvent toujours attaquer, le site est super blindé », je savais que je passerais une mauvaise nuit ».

La communication du Ministère de la Culture à ce sujet est encore une fois modèle de débilité profonde : elle accuse les hackers d’être responsables de cette fermeture, ce après une provocation stupide dont il est l’auteur… sans jamais faire son mea culpa sur les contenus de ce site de propagande financé avec de l’argent public pour servir les intérêts des industriels des biens culturels dématérialisables. L’occasion est trop belle pour stigmatiser “les pirates de l’Internet”… cette zone de non droit ou les criminels en tout genre établissent leur nid.

Primo ce site ne serait jamais tombé sans les provocations idiotes du Ministère de la Culture ou de son agence de communication ;
Secondo, si tous les sites fermaient à cause d’un DDoS, le Net serait bien vide : un peu comme si des hackers lançaient un déni de service sur http://impots.gouv.fr et que du jour au lendemain nous n’ayons plus à payer d’impôts.

Soyons clair, nous ne cautionnons pas cette pratique peu gentleman de faire passer un message : un DDoS c’est moche.

En revanche il y a de quoi être particulièrement outré des propos de madame Muriel Marland-Militello qui reflètent l’e-gnaritude profonde de l’environnement qu’elle décrit.
“Je condamne fermement les personnes qui se sont rendues coupables d’attaques massives sur le site internet jaimelesartistes.fr, mis en place par le Ministère de la Culture”, écrit-elle sur son blog. “Ces actes liberticides sont proprement inadmissibles. Ils bafouent le droit pour les citoyens d’être informés sur les projets gouvernementaux. Ils bafouent la liberté d’expression”. peut-on lire dans cet article de Numerama.

Alors, comme on est sympa, on va expliquer à la madame ce qu’est un DDoS et on va ensuite lui expliquer ce qu’il convient de qualifier de liberticide quand le Ministère de la Culture claque de l’argent public pour un site de promotion d’un projet de loi sans y autoriser le débat contradictoire qu’il convient.

Le DDoS pour les Nuls

Alors Muriel, un DDoS (Distributed Denial of Service, ou Déni de Service Distribué en français), pour faire simple, c’est un peu comme quand les routiers manifestent en bloquant le périphérique ou un tronçon autoroutier. Sur internet, ceci se traduit par un afflux de trafic sur le site cible, qui finit par plier sous les requêtes, ni plus ni moins.
…. à ben oui, dans les faits c’est bien moins grandiloquent pour la presse que le mythe du Pirate de 12 ans qui s’introduit sur les serveurs de la DGSE ou du hacker chinois qui arrive à rooter la France avec un trojan dans un document Word.

Et oui Muriel, ceux que tu appelles des “pirates”, des “cybercriminels” du simple fait de ta cyber-inculture, dans la société civile on appelle ça des manifestants … et les manifestations ça crée des embouteillages… tu vois le concept ou tu as besoin d’un usecase UML ?

  • Mais en quoi ceci est il liberticide ?
  • Quel député emploi ce mot quand la RATP ou la SNCF prend en otage ses usagers ?
  • Personne ?

Tien c’est marrant… une manifestation provoquant des embouteillages sur Internet c’est forcément un acte de terrorisme liberticide de méchants pirates pédo-violeurs-mafieux qui empêchent le gentil Ministère de la Culture copain avec les gentilles majors du gentil Fouquets qui défendent les gentils artistes … de cultiver un peu plus l’opinion publique. A prendre les gens pour des cons, on finit toujours par révéler l’abrutis qui est nous … c’est humain.

Vous avez dit liberticide ?

Comme il est amusant de se voir donner des leçons de démocratie par les sbires du Ministère de la Culture dont nous avions analysé la propagande ici.

Dans les faits, qu’est ce que le site Jaimelesartistes.fr défendait ?

  • il défendait le projet de loi Création et Internet,
  • il défendait un projet d’annihilation des libertés numériques et de nos libertés en général (des principes fondamentaux de droit sont remis en question comme les droits de la défense, le droit à un procès équitable, ou la présomption d’innocence)
  • il défendait le droit du gouvernement à dépenser de l’argent public pour assurer la promotion d’un projet de loi stalinien
  • il défendait surtout les intérêts d’une corporation comme le ferait un syndicat national … une attitude indigne d’un Ministère.

Nous avions tout de suite dénoncé les objectifs cachés de ce site web hideux qui a quand même coûté entre 50 000 et 85 000 euros ! Comme nous sommes dans le métier … comment vous dire … facturer une telle bouse à ce prix là, c’est tout simplement du vol. Il faudra inclure cependant dans cette somme la prose de l’agence de communication et des babioles de propagande : teeshirts, pins et autre conneries Made in China qui tel les DRM finiront dans /dev/null

Enfin, comme le soulignait Patrick Bloche, décidément brillant sur la forme comme sur le fond “si c’est de la communication et qu’il s’agit d’un site officiel, financé par de l’argent public, le moins que l’on puisse alors demander, c’est que la parole y soit donnée à ceux qui s’opposent à ce projet de loi”. “Au lieu de dialoguer avec M. Luc Besson sous les ors du ministère, acceptez la contradiction ; acceptez que nous dialoguions avec vous sur ce site officiel et que nous y développions nos arguments. Cela, ce serait de la communication ! Comme ce n’est pas le cas, il s’agit d’un site de propagande”

Jaimelesartistes est mort ! vive les artistes !