Paranormal connectivity

Voilà, ça y est, je suis enfin rentré dans les intertubes du futur, je dispose d’une connexion FTTH, d’un upload qui me permet enfin d’envisager de travailler confortablement, d’un download qui me permet de regarder 4 flux simultanés de p0rn en HD et de coucher ma GeForce 210 (on ne se moque pas je voulais une carte graphique sans ventilo), ainsi que d’un ping me permettant de fragger pas grand monde vu que je ne suis pas gamer. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si je n’avais pas découvert avec un étonnement de circonstance des pratiques un peu paranormales sur l’offre dont je dispose.

Tout d’abord, il faut comprendre un peu le contexte. Si mon nouveau FAI est Alsatis, le réseau physique appartient à REG.I.E.S. L’opérateur donne donc accès à Alsatis et Kiwi, deux opérateurs qui eux gèrent les abonnés professionnels et particuliers. REG.I.E.S fournit un routeur optique Inteno… un vrai, avec une prise optique et tout… pas comme sur une BBox fibre sans port optique

Le réseau est configuré comme suit :

  • Gateway 92.245.140.1 (Alsatis)
  • DNS Primaire : 194.2.0.20 (Oleane)
  • Secondaire : 8.8.8.8 (Google)

REG.I.E.S dispose de l’accès Admin sur le routeur Inteno (non accessible depuis le Net).
Il vous est gracieusement laissé un accès user/user avec mot de passe non changeable. Cet accès vous permet de régler le NAT, le Wifi, de faire du filtrage d’url… et voilà. Il ne vous est par exemple pas possible de configurer sur ce routeur les DNS de votre choix. Si vous laissez quelqu’un se connecter en wifi sur votre réseau, ce dernier peut donc naturellement accéder à la configuration du NAT et du wifi…

Si vous m’avez suivi jusque là, vous vous souvenez donc que je me suis abonné chez Alsatis et peut-être commencez-vous à vous demander à quoi ils servent dans l’histoire vu que le réseau n’est pas le leur et qu’ils ne fournissent pas le routeur permettant de vous connecter au net.

Et c’est là que je n’ai pas encore de réponse à cette question… voici pourquoi.

Alsatis fournit un routeur pour l’option téléphonie à 5 euros par mois. Il s’agit d’un Cisco WRP400 avec un firmware qui baigne dans son jus, daté de 2011 et dont le support a été interrompu en 2013, date du dernier update firmware… qui de toutes façons ne vous sert à rien puisqu’aucune config ni aucun upgrade firmware n’est persistant une fois connecté au net.

ciscofirmwareC’est donc là que ça commence à devenir fun. Je découvre alors que changer le mot de passe du Cisco est là encore mission impossible, tout comme changer le nom du réseau wifi… le routeur ne veut rien entendre, il me force une configuration Alsatis dont je ne veux pas dés que je le relie au Net.

Bref ce routeur, il dégage de mon réseau. J’aimerais au minimum avoir la main sur mon LAN, mais ça ne semble pas possible chez ce FAI avec l’équipement qu’il fournit.
Ce routeur Cisco WRP400 est normalement accessible sur l’ip locale 192.168.15.1.

Vieil automatisme, je me plante justement d’IP locale en voulant le configurer, et je rentre machinalement l’IP 192.168.0.1. Et voici sur quoi je tombe.

Capture du 2015-06-24 14:02:58

Un équipement embarquant une board Mikrotik qui n’a strictement rien à voir ni avec mon routeur optique, ni avec le Cisco fournit par Alsatis. Me demandant un peu ce que cet équipement fout sur mon LAN, je contacte alors le service technique d’Alsatis. Ce dernier me répond qu’il faut que je m’adresse au service commercial. C’est bien connu, quand le service technique sèche sur la nature d’un équipement réseau, rien de tel qu’un commercial pour répondre à vos questions.

Et c’est pas fini

Alsatis, comme tout fournisseur d’accès vous attribue une IP publique de son range. L’attribution des IP peut être fixe ou dynamique, mais la règle quand on est un FAI digne de ce nom, c’est un abonné = une IP publique… mais voilà, chez Alsatis, ton IP publique, et bien c’est pas la tienne. Tout de suite on se dit que ça va vite être le bordel. Je précise qu’à ce jour je n’ai pas encore vu de contrat de la part d’Alsatis, mon inscription s’étant réglée par téléphone. Du coup je me demande pour quel type d’Intranet j’ai pu signer… un début de réponse se trouve ici, dans les CGV, mais c’est tellement elliptique qu’au final, je ne sais toujours pas si j’ai à faire à une offre Internet ou un accès au LAN d’Alsatis, comme à l’époque d’AOL.

4.1– Le Service Internet Haut Débit :
Selon l’offre souscrite, le Client dispose pendant la durée de l’abonnement au Service Internet d’un nombre défini d’adresses emails,
d’un espace abonné et, en outre dans le cas d’une offre professionnelle, d’une adresse IP publique fixe.

J’en déduis donc que l’IP fixe, c’est pour les pros, en toute logique je devrais donc bénéficier d’une IP dynamique, ça ne m’arrange pas mais il y a des services pour gérer ça, comme DynDNS, je pourrais m’en accommoder.

L’IP publique visible qui m’est alors attribuée par Alsatis est 92.245.140.12. Vu qu’avec 100 mégas d’upload la moindre des choses c’est d’avoir un petit serveur à la maison, je me dis que je vais ouvrir deux ou trois ports. Comme j’aime quand même un peu savoir ce que mon routeur, qui marque la frontière entre mon LAN et Internet, laisse entrer et sortir, je lance un petit scan sur ce que je pense alors être mon IP publique. Et voilà que je découvre un serveur http, un accès ssh et un serveur FTP… ce alors que je n’ai à ce moment précis ouvert aucun port et que l’interface du routeur ne présente aucune règle sur l’ouverture de ces ports… conclusion, y’a comme une couille. Il est évidemment impossible d’ouvrir des ports sur mon routeur afin de rendre un serveur joignable depuis l’extérieur. En fait je peux ouvrir tous es ports que je veux, mais cette IP publique ne pointant pas sur mon routeur, il ne faut pas que je compte accéder au moindre service hosté à la maison… En fait je soupçonne Alsatis de “crowder” plusieurs clients sur la même adresse ip publique, bref le truc très bien pour sortir, mais vachement moins bien pour tomber sur son lan quand on lance un SSH sur son IP publique.

Renseignement pris au service technique, réponse épique “le service qui s’occupe des ouvertures des ports” va me recontacter… mouais enfin si “le service qui s’occupe de l’ouverture des ports” me filait tout simplement une ip publique, ça nous épargnerait à tous des maux de tête.

Pour le moment je suis dans l’attente d’Alsatis d’une réponse à mes deux questions :
1° pourquoi j’ai pas d’IP publique à moi (mon opérateur téléphonique n’attribue pas mon numéro de téléphone à plusieurs de ses abonnés et rien ne justifie ici une telle pratique)
2° pourquoi y a t-il un routeur qui ne m’appartient pas sur mon LAN…

Une IP publique qui ne pointe pas chez moi, des routeurs “minitélisés” et un équipement ISP sur mon LAN alors qu’il n’a rien à y faire… c’est un peu space le FTTH vu d’ici.

Oups ce banc public n’était pas public

11fa4ce2299ea951eeb8df523cfcefaaJ’ai lu avec attention l’article de Maître Emmanuel Daoud tentant de comparer l’acte qui m’a valu condamnation avec des exemples de “la vie réelle”. Evidemment ce genre de comparaisons est forcément bancales d’un point de vue technique, même si elles tiennent parfaitement la route d’un point de vue juridique. Mais à force d’évacuer toute considération technique, on passe à côté des bases, de l’essentiel.

Dans notre cas l’essentiel, c’est la nature d’Internet, un réseau public. On le comparerait plus logiquement à un espace public, comme la rue.

Un site web, une application en ligne, sur un espace public, destiné à servir des fichiers au public, c’est donc plutôt comme un banc public dans la rue, quelque chose de bien visible, destiné à l’usage de tous qu’il faut le voir, et non une maison (dont on sait forcément qu’elle appartient à quelqu’un, ou une voiture ou encore un ordinateur).

Pour que les comparaisons de Maître Daoud soient fidèles à notre cas, il aurait fallut parler d’un banc public dans une rue. Il aurait fallu que je devine que ce banc public n’était pas public. C’est là tout le problème.

Pire… si le tribunal a considéré qu’il y avait une faille de sécurité, ce n’était pas le cas. La fonction d’un serveur web, c’est de servir des fichiers. Si on veut en restreindre l’accès, il faut une intervention humaine. La faille n’était donc pas technique mais humaine.

Comme si  on avait voulu restreindre l’accès à un banc public dans une rue on y aurait placé un panneau “propriété privée”… ou coller du barbelé autour…

Je passe sur les interprétations de la cour d’appel et de l’amalgame crétin entre authentication et permissions, je viens de l’expliquer ici… mais par pitié, comprenez une bonne fois pour toute que ce n’est pas parce que j’avoue qu’il y a une authentification sur la page d’accueil qu’il faut impérativement en déduire que tout est privé, c’est techniquement totalement absurde.

Oups ! Ce n’est pas ma voiture

Mû par la curiosité, je fouille le véhicule et trouve des santiags qui me plaisent et décide de les conserver.

Il s’agit là d’une soustraction de la chose d’autrui… un vol. Mon crime est d’avoir copié des documents publics sur des questions de santé publique qui se trouvaient dans un espace public… J’ai pris une photo de quelque chose sur un banc public qui n’était privé que dans la tête de son propriétaire, sans rien pour le signaler, au beau milieu d’une rue. Je n’ai pas été poursuivi pour contrefaçon, mais pour “vol”.

Oups ! Ce n’est pas mon ordinateur

Dans un ordinateur, il y a de fait des données à caractère personnel. ce n’était pas du tout le cas du dossier auquel j’ai accédé. En outre pour Xe fois, il a été expliqué que ces documents n’étaient PAS confidentiels comme on peut le lire ici ou là.

Oups ! Ce n’est pas ma maison

La maison est un espace fermé. Il y a des murs, des fenêtres, des portes. Il y a quelque chose qui délimite clairement l’espace public et l’espace privé. Ce n’est pas le cas d’une application web sur un réseau public quand des permissions claires ne sont pas appliquées et quand rien ne le signale.

.. Donc : oups, ce banc public n’était pas public.

D’ailleurs, imaginez que je décrète dans ma tête que l’article que vous venez de lire est privé… ça me donnerait le droit de porter plainte contre vous pour accès et maintien frauduleux à cette page ?

Ça devient fatigant…

Oui, ça devient fatigant d’avoir à ré-expliquer 50 fois les mêmes choses…

NON NON ET NON
NON NON ET NON

Non, les documents de l’ANSES n’étaient pas confidentiels .. ceci est consigné dans les PV, l’ANSES n’était même pas partie civile en première instance ! Ces documents n’avaient rien de confidentiels. L’ANSES a bien cru à un piratage, mais après vérification, elle a parfaitement compris qu’il n’y avait ni piratage ni documents “confidentiels”. Il s’agissait d’études, pleines de chiffres pour la plupart, difficilement interprétable pour des non chercheurs.

Et encore NON !
Et encore NON !

Et bien non et encore non… je ne suis pas arrivé au “coeur de l’extranet”, d’ailleurs c’est quoi le coeur de l’extranet ? Pour moi le coeur de l’extranet ça aurait été la base de données, contenant mots de passes et toutes les données … mais voilà, ce n’est pas ce que je cherchais, et heureusement car j’aurais par exemple pu tomber au piff sur un répertoire /backups avec des données peut-être autrement plus sensibles…

Je suis arrivé dans un répertoire nommé xxxx/DOCS ne contenant NI DONNEES PERSONNELLES, NI FICHIERS SYSTEMES pouvant me laisser penser que je me trouvais dans un espace “sensible”… ce n’est pas comme si je m’étais trouvé par exemple ici (oui ils sont prévenus depuis plusieurs semaines, voir mois, mais je pense qu’ils s’en foutent, et puis un jour on met des documents “confidentiels” qui se retrouvent indexés par Google hein…)

Je n’étais pas dans  /DOCSCONFIDENTIELS

non… juste /DOCS

… Sans aucune indication sur le caractère privé ou confidentiel de ce répertoire.

Et depuis quand le fait d’arriver sur une page d’accueil avec un champs d’identifiant et de mot de passe a une influence automatique et absolue sur les permissions de tous les sous-répertoires ?

Je n’ai pas su expliquer au juge la différence entre authentification et permissions des sous-répertoires, il faut dire qu’ayant déjà du mal à prononcer correctement Google, tenter une explication était de toutes façons voué à l’échec… ou peut-être n’a t-il tout simplement pas voulu entendre que s’il y a bien un champs d’identifiant et de mot de passe sur Facebook et Twitter par exemple, ceci ne veut pas dire que tout ce qu’il y a sur ce site est privé ou confidentiel.

Mais là où cet article de France 3 va encore plus loin que le juge, c’est quand il affirme

Le fait d’avoir téléchargé les 8000 documents ne plaide pas en sa faveur car cela tend à prouver qu’il craignait de ne pas pouvoir accéder à nouveau à ces documents.

C’est quelque chose que j’ai maintes fois expliqué, si j’ai téléchargé ces documents, c’est pour pouvoir chercher dans leur contenu en utilisant l’indexation de ma machine.

Oui dans la tête d’un juriste qui ne sait pas ce qu’est une authentification et une permission, c’est “normal” de me condamner, oui dans la tête d’une personne qui préfère ouvrir un par un des documents pour chercher des mots dedans au lieu de lancer un cat *.doc |grep foo c’est normal de me condamner… Et après ? Et après j’ai envie de mettre ça sur le compte de l’e-gnorance, mais même ça j’ai un peu de mal.

 

 

[email protected] (DG1/3021)

UE-MS-failLa lutte contre la cybercriminalité ne se met pas en place qu’au niveau national avec les différents outils que nous connaissons aujourd’hui ou avec la Loi sur la Programmation Militaire (relative à la cyberdéfense et à la “prévention” des risques). Au niveau européen, ça bouge également. Nous connaissions déjà INDECT visant à mettre en place des outils de détection comportementale. Voici aujourd’hui le projet [email protected] : Octopus Project (PDF 175Ko).

[email protected] est porté par le Conseil de l’Europe et résulte de la convention de Budapest sur la prévention de la cybercriminalité, la lutte contre délinquance économique, la xénophobie et le racisme, et de la protection de l’enfance (…) bref, on ratisse assez large.

Notez que sur le papier, ce projet se veut très respectueux des libertés publiques, notamment en matière de confidentialité, de respect des procédures etc… il n’y aurait donc pas de quoi crier au loup au niveau européen, mais le regard critique peut venir de l’examen des outils techniques et juridiques mis en place dans chaque états membres que la Convention de Budapest vise à souder au sein de la CE, en proposant des passerelles d’échanges et de mutualisation entre états membres. La coopération policière est une nécessité, la délinquance ne l’ayant pas attendu. Ce n’est donc pas [email protected] lui même qui pose problème, il est même plutôt apporteur de solutions.

Dans le document qui décrit le projet [email protected], on apprends que 2012 et 2013 ont marqué pour la Convention de Budapest un soutien politique, et donc un budget, pour mettre en place des outils dédiés. Une coopération accrue entre états membres portant sur l’accès aux données est notamment évoqué. Jusque là, rien de plus normal… mais le Projet [email protected] c’est aussi et surtout des intervenants privés. Et c’est là que ça se complique.

The Cybercrime Convention Committee (T-CY) assumed a stronger role, among other things by preparing Guidance Note as well as working on solutions for transborder access to data.

On parle ici d’accès transfrontalier aux données, rien de plus normal entre services européens, et puis de toutes façons, même si nos services n’échangeaient pas entre eux, il y aurait toujours le GCHQ britannique pour tout aspirer et communiquer les données des européens à la NSA.

Le chapitre français du projet s’est tenu à Strasbourg en juin 2012 porté par la division de la protection de données et de la cybercriminalité DG des droits de l’homme et de l’état de droit
Conseil de l’Europe portait sur les points suivants :

Points clés

  • L’accès transfrontalier aux données et la compétence dans le contexte de « cloud computing »
  • La mise en commun de l’ information

Mise à jour

  • Les menaces de la cybercriminalité et la tendance
  • La mise en œuvre de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité
  • Les politiques et les initiatives des organisations internationales et du secteur privé dans le domaine de la cybercriminalité

Ateliers

  • La législation: l’état des lieux de la législation sur la cybercriminalité
  • La protection en faveur des enfants contre l’exploitation sexuelle
  • La sécurité et les droits fondamentaux : la protection des données personnelles et la sauvegarde et les conditions de procédure

Et COnseil de l’Europe, à votre avis, elle fait quoi après avoir “vivement réagi” suite aux révélations d’Edward Snowden ?

Un OpenBar à l’européenne ?

Elle se réjouit de son partenariat avec Microsoft …normal. Reste plus qu’à connaitre les modalités de ce partenariat et sur quoi porte ce partenariat et la contribution de Microsoft dont la Commission semble si fière… un système d’échange de données transfrontalier que l’on confierait à une entreprise soumise au Patriot Act?

« Nous nous réjouissons de poursuivre notre partenariat de longue date avec le Conseil de l’Europe pour promouvoir la Convention de Budapest sur la cybercriminalité. Notre priorité est de créer un environnement informatique plus sûr, plus fiable et mieux protégé. Nous avons pris l’engagement de respecter la vie privée et la sécurité des utilisateurs. Il est essentiel de soutenir le travail du Conseil de l’Europe dans ce domaine important pour atteindre ces deux objectifs »

 

Interceptions légales, technologies duales et commerce d’armes électroniques entre amis

Un échange sur Twitter avec Nicolas Caproni ce jour me pousse à écrire ce petit billet. Dans un Tweet un peu moqueur, Nicolas, que je lis par ailleurs, me reprochait, en dehors de ne pas parler “des vraies inquiétudes des français” (désolé Nicolas mais je ne me présente pas aux prochaines municipales), une forme d’angélisme qui m’aurait fait récemment découvrir un truc dingue… que la France collabore avec ses alliés sur des problématiques de renseignement. L’objet du délit était cet article publié sur Reflets dans lequel Nicolas me reprochait mon “ton dramatique” et ma conclusion… d’ailleurs à ce sujet je n’ai toujours pas bien compris, attendu que l’article ne présente pas de conclusion mais le rappel d’un scénario totalement fictif déroulant une thèse que j’appuie depuis maintenant 2 ans.

Capture d’écran 2013-11-23 à 19.42.11

Il y a probablement eu une légère distortion dans les intertubes pour que Nicolas et quelques autres puissent en venir à la conclusion que ceci me surprenait, mais ce n’est pas là le plus gênant de l’affaire. Notre discussion un peu animée nous amène assez naturellement à discuter du bien fondé de l’existence même d’outils destinés à intercepter l’ensemble des communications d’un pays.

Et là, il y a comme un désaccord entre nous. Il y a surtout quelque chose qui me dérange profondément émanant d’une personne sensibilisée à ces thématiques comme l’est Nicolas.

Oui je suis révolté que ce type d’outil existe, oui je suis révolté qu’on les vendent à des pays qui en ont besoin, je suis encore plus révolté que l’on puisse en avoir besoin… demandez vous seulement quel genre de pays a comme besoin de placer l’ensemble de sa population sur écoute… Oui je suis révolté que l’on puisse assimiler la mise sur écoute de l’ensemble d’une population à de l’interception légale.

L’interception légale “nation wide”, un nouveau concept

Quand on parle d’interceptions, on se doit de différencier les interceptions légales des interceptions administratives. Les interceptions légales se font sous le contrôle d’un juge, sur sa demande, dans le cadre d’une investigation judiciaire. Les interceptions administratives se font sous le contrôle du cabinet du premier ministre, et naturellement, de manière un peu candide, j’espère que mon premier ministre ne cautionne pas la mise sur écoute de toute sa population.

Il n’y a, à ma connaissance aucun juge qui ait ordonné de placer l’ensemble d’une population sur écoute.

On peut donc se réfugier derrière des postures pour placer un bon mot sur Twitter, mais je trouve tout de même ahurissant que des professionnels de l’IT amalgament ces outils à caractère massif, dont l’usage avoué est de s’appliquer à l’ensemble des communications d’un pays, à des “technologiques duales grand public” “destinées à de l’interception légale”.

On peut se réfugier derrière une posture en pointant du doigt une évidence technique qui était un secret de polichinelle… et encore… combien sommes nous à dénoncer cette pratique depuis des années ?… mais on ne peut nier le caractère choquant et “alégal” de ces pratiques.

De la technologie duale

Capture d’écran 2013-11-23 à 19.48.57

Que le deep packet inspection existe, c’est très bien, je n’ai rien contre, Mais l’exemple de Nicolas est assez mal venu lorsque l’on parle d’outils manifestement dédiés à la mise sur écoute de l’ensemble de la population d’un pays. Si je devais reprendre l’exemple du nucléaire cité par Nicolas, ça reviendrait à dire “les bombes nucléaires, c’est pas un problème que ça existe, c’est quand on s’en sert que ça colle au plafond » … C’est d’ailleurs le discours que vous tiendra n’importe quel marchand d’arme.

Et moi quand je lis le manuel, ce n’est pas le nucléaire que je fustige mais bien la bombe.

caramba-550x451

Et quand on fabrique des bombes, toutes aussi duales et “grand public” soient elles… il suffit de se pencher sur la liste des clients pour commencer à se poser quelques questions. Juste pour rire, voici les pays qui ont acheté un Eagle à Amesys :

  • Qatar
  • Maroc
  • Kazakhstan
  • Arabie Saoudite
  • Gabon
  • Libye

Evidemment, pas un instant on pourrait se douter que ces pays, un jour, ne se livrent à des violations des libertés fondamentales de leur population grâce à ces outils.

Encore une fois… quand on file ce genre d’outils à un taré… qu’est ce qu’il en fait à votre avis ?

Et bien il s’en sert.

L’histoire est aussi là pour nous rappeler que ce n’est pas une “petite dictature” qui a lâché la première bombe atomique.

 

La CADA donne son accord pour la transmission des documents relatifs au coût du site web de la Fondation #Carla Bruni #Sarkozy

Image-61-300x284C’est à la vigilance de @VincentGranier que nous devons cette information. La CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) a publié sur son site web un avis favorable à la transmission des documents de ce qui semble tout à fait être les documents relatifs à l’élaboration et la maintenance du site web de la fondation Carla Bruni Sarkozy. Si le demandeur comme le site web et la fondation ne sont pas explicitement nommés, il semble tout de même faire peu de doutes qu’il s’agisse bien du site de la fondation Carla-Bruni Sarkozy qui avait cet été défrayé la chronique et dont je vous avais largement parlé sur Rue89 comme ici ou encore .

Pour mémoire, le site web de la fondation aurait été largement financé par la Présidence de la République entre 2007 et 2012. L’examen technique du site faisait froid dans le dos et nous étions nombreux à ne pas nous expliquer un tel coût pour le contribuable correspondant à deux rubriques qui à en croire les explications de la fondation, n’existeraient même plus ! La Cour des Comptes avait confirmé ces informations.

cdc

Ce nouvel épisode devrait donc lever le voile sur les mystères qui ont conduit la Présidence de la République à financer une partie d’un des WordPress les plus chers du monde.

Je vous copie donc ici l’avis complet de la CADA :

Présidence de la République

Avis 20133473 – Séance du 10/10/2013

Monsieur X a saisi la commission d’accès aux documents administratifs, par courrier enregistré à son secrétariat le 10 septembre 2013, à la suite du refus opposé par le secrétaire général de la Présidence de la République à sa demande de communication des documents suivants, relatifs à la création, l’entretien, la sécurité et le développement du site www.X.org, pour les années 2007 à 2012 :
1) la définition des besoins par la présidence, les organismes consultés avant le choix définitif des prestataires pour ce site et les avis d’appel d’offres ;
2) les équivalents temps plein des personnels de la présidence affectés à la réalisation et la tenue de ce site ;
3) les contrats de prestations et fournitures commandés et financés par la Présidence de la République ;
4) les factures correspondant à ces prestations ;
5) les prestations produites et les actes de « service fait » ;
6) les financements extérieurs de ce site, tels ceux en provenance de la fondation X-X.

La commission estime tout d’abord que, s’ils existent, les documents produits ou reçus par la Présidence de la République qui se rapportent au financement du site internet de la fondation X-X par des fonds publics, à des prestations financées sur fonds publics ou à des contrats passés par la Présidence de la République doivent être regardés comme se rapportant aux missions dévolues à l’Etat dans l’exercice de sa mission de service public au sens de l’article 1er de la loi du 17 juillet 1978 et présentent de ce fait le caractère de documents administratifs, sujets au droit d’accès prévu par l’article 2 de cette loi (cf jugement du tribunal administratif de Paris, 17 février 2012, n° 0920763). Il en irait notamment ainsi des documents mentionnés au point 6) s’ils existent et se rapportent à des financements privés qui auraient abondé le budget de l’Etat. Les documents mentionnés au point 6 qui se rapporteraient seulement au financement privé d’un organisme de droit privé tel que la fondation en cause devraient, en revanche, être regardés comme des documents privés dépourvus de caractère administratif au sens de la loi du 17 juillet 1978.

La commission considère ensuite qu’eu égard à l’objet des documents sollicités, leur communication, s’ils existent, ne paraît pas susceptible de porter atteinte à l’un des intérêts protégés par l’article 6 de la même loi, sauf en ce qui concerne les éventuelles mentions dont la communication porterait atteinte au secret en matière commerciale et industrielle et que pourraient comporter les documents correspondant aux points 3 à 5.

La commission estime donc, sous cette réserve, que les documents sollicités, s’ils existent, sont communicables à toute personne qui en fait la demande.

La commission précise que, conformément au troisième alinéa de l’article 2 de la loi du 17 juillet 1978, le dépôt aux archives publiques des documents sollicités qui sont communicables ne fait pas obstacle au droit à communication à tout moment de ces documents. Seuls les documents qui, compte tenu des mentions relevant du secret en matière commerciale et industrielle qu’ils comporteraient, ne seraient communicables à toute personne qui le demande qu’à l’expiration du délai de vingt-cinq ans fixé au a du 1° du I de l’article L. 213-2 du code du patrimoine ne pourraient être communiqués au demandeur qu’après délivrance de l’autorisation de déroger à ce délai prévue à l’article L. 213-3 du même code, si l’intérêt qui s’attacherait à une telle consultation ne conduisait pas à porter une atteinte excessive à ce secret. S’agissant de documents d’archives publiques émanant du Président de la République et dont le versement a été assorti de la signature du protocole prévu à l’article L. 213-4, cette autorisation de déroger au délai prévu à l’article L. 213-2 nécessiterait l’accord du signataire du protocole. Aux termes mêmes du premier alinéa de l’article L. 213-4, ce protocole ne s’applique pas aux documents qui, compte tenu des délais fixés à l’article L. 213-2, sont déjà communicables à toute personne qui le demande, et l’accord du signataire du protocole n’est pas requis pour leur communication.

La commission émet donc un avis favorable à la demande, sous les réserves précisées plus haut. Elle comprend de la réponse que lui a faite la directrice du cabinet du Président de la République que les documents sollicités ne sont pas détenus par ses services mais, s’ils existent, n’ont pu qu’être inclus dans le versement aux archives des documents émanant de l’ancien Président de la République. La commission l’invite donc, conformément au quatrième alinéa de l’article 2 de la loi du 17 juillet 1978, à transmettre la demande, accompagnée du présent avis, au service d’archives susceptible de détenir ces documents.”

Ton Internet est plus souverain que le mien ? Mon cul !

internet
Avez-vous confiance en chacun de ces points ?

Assez régulièrement, de manière directe ou indirecte, personnelle ou impersonnelle, j’ai le droit au couplet Google vs privacy. Ce n’est d’ailleurs pas comme si je n’avais jamais abordé la question, comme si je ne m’étais pas moi même questionné sur le bien fondé d’utiliser tel ou tel service pour tel ou tel usage. Derrière Google qui motive les interrogations de certains, se cache souvent notre propre incurie en matière de nouvelles technologies. On peut retourner le problème dans tous les sens et penser qu’on détient la vérité parce qu’on utilise tel ou tel outil, mais Internet est là pour nous rappeler qu’au final, nous sommes nous même un maillon d’une chaine que l’on voudrait croire de confiance.

Si je devais définir Internet aujourd’hui (ce ne sera surement plus le cas demain), je dirais que c’est ce qui part de vos doigts et qui s’affiche sur mon écran. Ce que je lis, ce par quoi je communique, l’intelligence comme l’outil sont fournis par tout ce que je ne maitrise pas. Internet est donc par définition pour moi “ce que je ne peux pas maîtriser ». Ce qui me conforte dans cette définition que je me fais d’Internet, c’est que je croise régulièrement des gens qui m’expliquent qu’utiliser tel ou tel service, quand on s’appelle Bluetouff, ou Reflets, c’est incohérent, paradoxal, stupide, hypocrite… En général, les personnes qui m’adressent ce genre de remarques ne le font pas par le biais d’un pigeon voyageur, ni même d’un mail sur-chiffré, ils le font sur un réseau bien public, contrôlé par une entreprise américaine dont une bonne partie de l’infrastructure se trouve hébergée chez… Google.

La question du contexte, que je martèle depuis quelques années est donc largement éludée. Ce n’est pas forcément un “troll”, mais le reflet brut de notre méconnaissance d’autrui. Combien sommes nous à opiner du chef avant de cliquer “j’accepte de me faire baiser la gueule en gobant toutes vos conneries sur la protection de ma vie privée tellement elles sont bien rédigées par un putain d’avocat qui déchire sa mère ?

La question de la souveraineté d’un service que l’on utilise sur Internet est une connerie sans borne. Quand je tape le mot souverain dans Google images, voici ce que l’intelligence mondiale me répond… voyez y un signe… ou pas. Moi ce que j’y vois, c’est l’illustration de l’interdépendance la plus forte qui soit de nos jours. Il n’y a rien de plus censurable, de moins sécurisé, de moins résilient (yes comment j’ai bien réussi à le placer celui là), de moins quantique, de moins hipster… et de moins hypocrite… qu’un service souverain. Vous m’objecterez quoi ? Qu’un fournisseur d’accès souverain c’est souverainitude absolue ? … oui probablement… enfin sur son LAN.

Les tuyaux comme l’intelligence qui acheminent vos informations d’un bout à l’autre de la planète sont tout sauf souverains, c’est pour ça qu’on les voudrait neutres. Vous pourrez stocker vos données dans un cloud quantique souverain, quand ça bouchonnera entre l’AS de Free et celui de votre cloud souverain, vous passerez probablement par un routeur chinois pas souverain, par un câble anglais pas souverain, par une appliance allemande pas souveraine… le tout envoyé depuis une machine dont le seul truc souverain que vous pourrez revendiquer sera le taux de TVA applicable sur la facture papier de la FNAC. Notez que je vous épargne l’aspect business du machin souverain filiale d’un fond de pension américain.

La défense de nos droits à la vie privée ne passe pas par Internet mais par les urnes… mais que nous reste t-il quand ces urnes nous mentent ? Internet n’est que la première banderole mondiale, à nous d’y inscrire un truc intelligent, à nous de croire qu’elle pourra être lue par tous aux quatre coins de la planète, certifiée par le cachet x509 d’un tiers de confiance.

La #NSA surveillerait #Alcatel, l’un de ses fournisseurs… sans blague ?

obama-big-brotherLe Monde nous a hier gratifié de nouvelles révélations sur les programmes d’interception et de surveillance des services américains. Ces dernières révélations ont fait du bruit, poussant Laurent Fabius à convoquer dans l’urgence l’ambassadeur des Etats-Unis en France, tout particulièrement pour demander à ce dernier de s’expliquer sur l’espionnage dont serait les cibles deux joyaux technologiques français :

  • le franco français Orange, enfin Wanadoo comme on l’appelle encore à la cafet’ de la NSA
  • le franco américain Alcatel, un fournisseur comme on l’appelle au service compta de la NSA

Si l’espionnage de Wanadoo peut sembler “curieux” de prime abord, il faut simplement se remémorer quelques éléments de contexte.

  • Orange est le plus important fournisseur d’accès à Internet de France
  • Orange opère la majorité des infrastructures acheminant des données en France, y compris celles par lesquelles passent les données des autres fournisseurs d’accès, appelons-les “les autres” ou  « les opérateurs pas historiques”.
  • Orange a une présence à l’étranger très, très importante. Si vous voulez intercepter les conversations téléphoniques de pédo-nazis terroristes en Ethiopie par exemple, c’est bien sur le cas d’Orange qu’il faut se pencher puisque c’est ce dernier qui a mis en place les infrastructures de l’opérateur national local.
  • Posez vous une question idiote : combien de députés ou de journalistes ont encore un mail @wanadoo.fr actif ? En fait, ce sont encore 4,5 millions de français qui utilisent une adresse @wanadoo.fr
  • Orange opère aussi d’autres réseaux (x25, système de communication des professionnels de santé etc…) et quelques échanges de techniciens d’une messagerie pseudo sécurisée par une entreprise qui a découvert par accident le chiffrement asymétrique il  y a trois ans (ne riez pas cette anecdote est authentique), croyez le ou non, mais c’est providentiel quand on joue les big brothers.

Aussi pour toutes ces raisons et certainement d’autres comme celles qui lient contractuellement Orange à de gros autres opérateurs mondiaux, c’est une proie plutôt sympa quand on s’appelle la NSA.

Passons maintenant au cas Alcatel. Alcatel Lucent est une entreprise franco américaine et surtout, en 2010, l’un des principaux équipementiers déployant des routeurs de services chez les opérateurs US (auxquels la NSA accède dans le cadre du programme PRISM). Le renforcement des lois exerçant l’emprise des services secrets américains sur les infrastructures des fournisseurs d’accès à Internet aux USA ne leur laisse pas tellement le choix, il faut déployer de puissants systèmes embarquant le nécessaire pour la collecte de données. Et quoi de mieux qu’un bon gros routeur de service pouvant intercepter le contenu des communications (grâce au Deep Packet Inspection) sur des débits relativement importants ?

En 2010, Alcatel, c’est un peu l’arme ultime anti hackers chinois, tout comme une poignée d’entreprises américaines (Narus, Cisco Systems, Juniper…) . Les USA sont alors en pleine cyber gueguerre sur deux fronts distincts : le front chinois avec Aurora, le front iranien avec le déploiement de Stuxnet dont on commence déjà à l’époque à perdre le contrôle.

Alcatel présente un autre avantage quand on veut par exemple écouter Orange et nombre des fournisseurs d’accès avec lequel l’opérateur travaille directement. Alcatel et Orange ne sont d’ailleurs pas non plus étrangers à la technologie xDSL, l’une des plus répandue dans le monde. On ne vas donc pas reprocher aux américains de s’intéresser à une technologie française pouvant avantageusement remplacer leur réseau câblé tout moisi de l’époque.

C’est donc avec une paranoia qui n’est pas exclusivement due à la traque aux barbus jihadistes que la NSA opère ses écoutes. En fait, avec Alcatel, elle opère avant tout un contrôle sur les équipements qu’elle utilise elle-même, à savoir des routeurs de services Alcatel 7750 : 7750_SR_Portfolio_R10_EN_Datasheet (PDF)

7750_largeEn 2010, les plus gros clients d’Alcatel pour cette gamme sont américains et canadiens. Il gèrent déjà du DPI (que l’on appelle alors du H-QoS, pour Hierarchical Quality of Service) à raison de  100 Gb/s par puce… et il y a jusqu’à 4 puces en fonction des configurations sur ces modèles. Déployés au coeur de réseau chez les opérateurs ils permettent aussi bien de facturer des services IP que d’intercepter à la volée des communications IP. Faites une recherche des termes “lawful interception” sur ce PDF : 9301810201_V1_7750 SR OS OAM and Diagnostics Guide 6.1r1.

Alcatel et Orange intéressent donc la NSA, ok c’est un fait. Nous en avons naturellement beaucoup parlé et ceci indigne à juste titre la France, alliée indéfectible des USA. Mais peut-il réellement en être autrement pour ces deux entreprises qui déploient à travers le monde leurs câbles sous-marins, autoroutes de nos échanges numériques, et dorsales d’interception privilégiées de tous les services de renseignements de la planète ?

le-Raymond-Croze
Le Raymond Croze, un navire câblier de la flotte d’Orange Marine

Si la NSA surveille Alcatel, il y a fort à parier qu’elle surveille également des entreprises comme Amesys ou surtout Qosmos, dont on retrouve la technologie chez des équipementiers américains et qui est précurseur dans les technologies d’inspection en profondeur des paquets (DPI).

Et puis posons clairement la question… Qosmos marque un intérêt prononcé pour la détection de protocoles et la reconnaissance de signatures émanant d’applications en ligne d’origine chinoise. A t-elle développé ceci pour ses propres besoins ou a t-elle un client qui a ses grandes oreilles rivées sur la Chine ?

La menace terroriste est très loin d’être la seule chose qui intéresse le monde du renseignement aux USA. On ne peut que regretter de l’apprendre à nos dépends, de manière aussi brutale, ou se consoler en se disant que la France, elle aussi, profite des informations collectées par les services américains qu’elle échange contre ses propres informations.

Mais que Laurent Fabius ne s’inquiète pas, nul besoin de convoquer la diplomatie américaine et nous jeter de la poudre aux yeux, puisque je vous parle ici de matériel grand public et de méthodes d’interception grand public comme il le dit lui même (enfin sous la bienveillante égide d’un nègre de la Direction du Renseignement militaire qui avait déjà fait déblatérer les mêmes âneries à Alain Juppé) quand la France vend un Eagle au Maroc qui ne manquera surement pas d’idées pour en faire un usage en parfaite adéquation avec les valeurs de notre république.

Alors Alcatel ? … Entre nous, ça vous fait quoi d’être vous mêmes les pseudos victimes de vos propres équipements ?

Carla Bruni Sarkozy : Anatomie d’une cyber catastrophe à 410 000 euros pour le contribuable

JW7-SECURITY 3d———

Errata :

Le site Politique.net infirme les précisions du nouvelObs reprises dans cet article. Effectivement, dans son article, le NouvelObs précisait en intertitre “60 000 euros de fonctionnement”, un fonctionnement qu’il détaillait en ces termes :

“A celle-ci s’ajoutaient tous les mois les facturations de deux prestataires externes assurant pour la Première dame la gestion d’un site internet pour un montant de 25.714 euros, soit une dépense mensuelle totale de plus de 60.000 euros”, avait conclu Matignon.”

Je dois avouer que je n’ai pas spécialement vérifié cette information du NouvelObs, ce n’était d’ailleurs pas du tout l’objet de mon article qui se borne à des points techniques factuels en dehors des infos reprises. Il semblerait en fait que sur les 8 collaborateurs, seuls 2 étaient affectés à la gestion de contenu sur le site web de la première dame.

no

Politique.net nous explique que :

Or, c’est faux. Le Nouvel Obs a mélangé deux informations distinctes : d’un côté, il y avait 8 collaborateurs, de l’autre, il y avait un site web. Si le coût total du cabinet de Bruni est bien de 60 000 euros, ni la Cour des comptes, ni Matignon n’ont précisé que les 8 collaborateurs étaient en charge de la gestion du site de Carla Bruni. La preuve ? Valérie Trierweiler a cinq collaborateurs mais pas de site web. Il faut donc croire qu’ils ont autre chose à faire…

Cette information ne retire cependant rien à la démonstration faite dans l’article ci-dessous. J’irais d’ailleurs plus loin en estimant le coût réel de ce site (développement, graphisme, gestion de projet inclus) à environ 25 000 euros, soit environ la somme déboursée par le contribuable chaque mois pour l’entretien de ce site. Je serais au passage curieux de savoir de combien ce budget mensuel a été revu à la baisse depuis qu’il est assumé par la fondation et non plus par le contribuable.

Second point maintenant qui me semble important de préciser à l’occasion de cet errata. L’hébergeur du site n’est probablement pas la société qui doit occuper le plus gros du budget. Je prendrai à titre de comparaison un site, lui aussi reposant sur WordPress, d’un grand hebdomadaire français que j’héberge : sans aucun plugin de cache, sans load balancer, sans Squid, sans Varnish, sans autre chose qu’un serveur Apache correctement configuré pour accueillir sans broncher plusieurs milliers de visiteurs simultanés (soit certainement bien plus que ce que doit encaisser le site de la fondation Carla Bruni), revient à moins de 200 euros par mois. Si on le facture avec une marge à x5, on le facture environ 1000 euros HT, reste donc 24 714 euros dont on se demande bien dans quelle poche ils ont pu atterrir et surtout à quel motif.

Si l’on veut mettre un administrateur système à plein temps (faut pas rêver, ce n’est certainement pas le cas… un admin à plein temps pour ce seul WordPress : ce serait parfaitement ridicule et surréaliste), on ajoutera un budget de 5000 euros par mois, toutes charges incluses, avec tickets restau, 13e mois et arbre de noël à l’Elysée pour ses 4 gamins. Ce qui fait quand même grimper la facture à 7000 euros par mois… ok… et bien il en reste encore 18 000 !

Je continue de m’interroger sérieusement sur ces coûts quand je le mets en perspective de ce que j’ai observé.

Merci à Politique.net pour ces précisions.

Note : J’ajouterai qu’une petite erreur s’est également glissée dans l’article de Politique.net, ce ne sont pas 15 000 lectures que l’article accuse (rien que pour Rue89), mais plus de 165 000.

Note 2 : Cet article n’était initialement pas fait pour “buzzer”, et pour tout vous dire je préférerais voir un tel engouement sur les articles plus sérieux que nous produisons sur Reflets.info que cette polémique sur un site web de merde, même s’il demeure scandaleux que le contribuable en soit la victime… Et si on met Carla en tag sur nos articles Amesys, vous croyez qu’on pourra enfin “buzzer” sur des choses qui en valent le coup ?

———

Début de l’article initial :

Depuis deux jours, ça troll assez sec sur Twitter au sujet du site web de Carla Bruni Sarkozy. A l’origine,un rapport de la cour des comptes (pdf), et un article publié sur Politique.net qui révèle que le site de l’ancienne première dame aurait coûté 410 000 euros au contribuable. A ce prix, là on s’attend naturellement à une véritable merveille, d’une qualité de code irréprochable, d’un design somptueux, d’une horde de hackers chinois qui met à jour le site toutes les heures… bref quelque chose de bling bling et bien vivant.

Je suis donc naturellement allé jeter un œil, et assez rapidement, j’ai pu prendre la mesure de la catastrophe.

Première surprise, à ce prix là, on s’attend à une technologie exotique avec de nombreux développements spécifiques… et paff, on tombe sur un WordPress, le même CMS utilisé pour ce blog, ou que nous utilisons également pour Reflets.info. Si je devais chiffrer techniquement le développement d’un site comme Reflets.info, ce dernier n’excéderait pas les 4000 euros pour une petite semaine de customisation de skin et modules. Comment celui de Carla Bruni Sarkozy a t-il pu être facturé 100 fois plus cher ?… Nous allons tenter d’essayer d’y répondre.

Visiblement, ce coût exorbitant n’est pas imputable aux postes infogérance (semble t-il réalisée par Integra à en croire les DNS et le whois de l’ip du serveur qui héberge le site) et maintenance applicative. Car, c’est une autre surprise de taille, le WordPress n’est techniquement pas maintenu. Le fichier readme.html arbore fièrement une version 3.0.4. Une version qui date quand même du 29 décembre 2010. Depuis 2010, le WordPress à 410 000 euros, financé par nos impôts, n’a pas été mis à jour. A titre d’information nous en sommes, à l’heure où nous écrivons ces lignes, à la version 3.5.2 !

gkrellShoot_07-21-13_212720

Troisième surprise (et pour le coup vu la seconde, ce n’est pas franchement une surprise), le site de Carla Bruni Sarkozy est une véritable passoire. On en déduira donc que les 410 000 euros du budget de ce site ne sont  pas non plus imputables à des audits de sécurité réguliers. C’est un véritable festival niveau vulnérabilités…

Quand on part d’une base aussi moisie, on se doute bien que niveau plugins, ça doit un peu être la fête du slip string…Bingo !

On arrive dans le plus violent avec ce module très populaire NextGEN Gallery, ici, comme le montre le fichier changelog.txt du module, dans sa version 1.3.5 datée du 17 juillet 2009. Aujourd’hui, nous en sommes à la version 1.9.13. Évidemment ce plugin, dans cette version antédiluvienne, est vulnérable à quelques joyeusetés

Le site utilise un autre plugin vulnérable à un XSS, le plugin Subscribe2.

Si les 410 000 euros n’ont ni servi à l’infogérance, ni à la veille sécurité, ni à l’administration système et aux mises à jour pro-actives, ni aux développements spécifiques de fonctionnalités extraordinaires, ce budget à peut être servi à autre chose, comme le design. La skin aurait donc été développée par Zeni (site aujourd’hui disparu mais dont on trouve encore des traces sur la waybackmachine), “concepteur de sites web complexes” aujourd’hui racheté par Keyrus, spécialiste en “business intelligence“.

Comme le montre ce joli full path disclosure renvoyé par une fatal error, le nom du thème est TAMAYA-V2.

gkrellShoot_07-21-13_212844

Mouais… ben ça fait quand même un peu cher la skin.

Il y a bien un petit hack du plugin zdmultilang comme en atteste le répertoire zdmultilang-forked dans le répertoire de plugins, mais quand on voit comment il a été utilisé, on se dit que même si le fork a représenté du développement, c’était en pure perte, de simples pages statiques intelligemment nommées auraient parfaitement fait l’affaire.

Il nous reste donc la gestion de contenus : le site est encore mis à jour mais aux frais de la fondation cette fois ci. Politique.net nous explique que ce site a coûté au contribuable la bagatelle de plus de 25000 euros par mois ! Mais combien étaient ils pour poster des billets dans un WordPress !

A cette occasion, Matignon avait glissé qu’auparavant, deux prestataires externes assuraient la gestion du site de Carla Bruni, pour un coût de… 25 714 euros par mois

Mais ce n’est pas tout, car, oui, , il a bien fallu faire vivre les contenus du site et là, c’est le NouvelObs qui nous annonce la couleur, soit 8 collaborateurs pour une rémunération nette globale de plus de 36 000 euros. Soit en tout 60 000 euros par mois pour faire fonctionner un WordPress qui n’a jamais été mis à jour.

Les services du Premier ministre avaient complété cette réponse d’une comparaison avec le dispositif dont bénéficiait Carla Bruni-Sarkozy, qui n’était pas nommément citée : “huit collaborateurs étaient affectés au service de la Première dame en janvier 2012 pour une rémunération mensuelle nette globale de 36.448 euros”.

“A celle-ci s’ajoutaient tous les mois les facturations de deux prestataires externes assurant pour la Première dame la gestion d’un site internet pour un montant de 25.714 euros, soit une dépense mensuelle totale de plus de 60.000 euros”, avait conclu Matignon.

Bref… Pour avoir vu un paquet de sites WordPress, du modeste blog à l’Intranet de la mort avec des tonnes de développements spécifiques, je dois dire que je reste sidéré de constater le coût pour le contribuable de ce site si mal entretenu.

Je suis en train d’essayer de me contenir, mais voilà, il faut que ça sorte, le contribuable s’est fait escroquer, c’est pour moi une évidence. Les ingrédients pour arriver à ça sont :

  • Des prestataires multiples ;
  • Une gestion de projet qui respire l’incompétence ;
  • Des choix techniques douteux (des hacks de plugins qui ne sont plus maintenus et qui empêchent les mises à jour) ;
  • Une folie des grandeurs ;
  • Et un doigt tendu bien haut au contribuable.

 

#Snowden, #Assange : cette France qui conchie ses principes fondateurs

FreedomNous vous avons expliqué comment Amesys avait réussi son petit tour de passe passe pour exiler (tout en gardant la propriété) Eagle, son outil de surveillance de masse aux Emirats Arabes Unis, il y a quelques mois de ça. Aujourd’hui en refusant d’accorder à Edward Snowden l’asile politique, ou du moins en montrant une grande frilosité à se poser la question, la France conchie les libertés fondamentales inscrites dans sa Constitution, elle conchie ce qui est censé être notre ciment social.

Comme Julian Assange, Edward Snowden est physiquement menacé. Les informations qu’ils ont révélé sont classifiées aux USA et au motif du délit de “conspiracy” et d’espionnage, tous deux risquent la peine de mort, au mieux, comme le prévoit le Patriot Act, de finir leurs jours à Guantanamo, sans même être jugés.

La France, sur le papier, pays des droits de l’Homme et de la liberté d’expression, préfère donc couvrir l’exile financier et technologique de ses produits de surveillance de masse “made in France”, plutôt que d’octroyer à ces deux personnes, auxquelles nous devons une prise de conscience mondiale, leur droit le plus élémentaire : celui de vivre.

Il faut bien comprendre que sous notre droit à nous, Edward Snowden comme Julian Assange n’ont commis aucun délit en publiant des informations classifiées aux USA car elles ne le sont pas du tout en France.

Du point de vue du droit “connu” de nos citoyens (que l’on opposera à des accords secrets), rien ne s’oppose donc à ce que Snowden et Assange puissent bénéficier de la protection de la France, ce serait même parfaitement légitime, humain et dans la droite lignée des valeurs que notre République dit défendre.

Cette frilosité, mise en perspective avec la fuite incompréhensible et innacceptable des activités d’Amesys qui lui valent pourtant aujourd’hui une enquête pour complicité de tortures en Libye sous le régime de Kadhafi, donne un très mauvais signal. Si notre gouvernement cherche à ressouder les citoyens français, qu’il le fasse avec les valeurs inscrites dans notre Constitution. Qu’il ne se dérobe pas derrière des accords secrets passés avec les USA ou toute autre puissance. A l’heure où notre pays a besoin d’envoyer un message fort pour unir un pays en proie à la crise, au doute, à la défiance de la classe politique, il a une occasion unique d’enfin parler d’une seule voix en faisant bloc derrière des valeurs fortes, des valeurs humaines.

Aussi, nous pouvons, nous devons interpeler nos élus sur cette question. Nous avons le devoir, en tant que citoyens, de comprendre ce qui empêche notre gouvernement de donner son accord pour accueillir Edward Snowden et Julian Assange, nous avons le devoir de lui rappeler que les valeurs de la République ne sont pas exclusivement des produits d’exportation.