iHackLaw: et si on ouvrait les données de Légifrance ?

L’Open Data ou l’ouverture des données citoyennes est l’un des nouveaux enjeux de l’administration française. De nombreuses données publiques sont assez difficilement accessibles, même si elles sont en ligne.

Nous avons donc décidé aujourd’hui avec les ours de Bearstech de releaser iHackLaw, une petite API très simple qui ne demande qu’à être enrichie de vos contributions, pour s’inscrire dans la dynamique lancée entre autres par des collectifs citoyens d’advocacy comme la Quadrature du Net ou Regards Citoyens.

iHackLaw se concentre sur les données du site Legifrance.gouv.fr et cette première contribution devrait par exemple à terme permettre à des juristes de se créer aisément un outil de veille, ou même à des entreprises, soucieuses d’être informées de l’évolution de la législation sur leur métier, de s’offrir un outil à la fois simple, utile et technologiquement souple. Le code de cette API peut évidemment servir pour d’autres sources de données.

iHackLaw est libre, sous licence BSD, libre à vous de vous amuser avec, d’améliorer le code, de vous en servir pour créer une application mobile métier.

Microsoft abandonne (pas encore) Silverlight au bénéfice d’HTML5

Est-ce un signe des temps ?

Microsoft a longtemps été fustigé pour ses implémentations ésotériques de certains  standards avec son navigateur Internet Explorer. Le navigateur web de Microsoft reste encore à ce jour la bête noire de tous les intégrateurs graphiques qui essayent de travailler proprement…  Et voila qu’on apprend que Microsoft serait sur le point d’abandonner sa technologie Silverlight, qui se voulait concurrente de Flash (ex Macromédia et maintenant détenue par Adobe).

Silverlight avait la particularité d’être Open Source et d’offrir une alternative pour l’embed de vidéo par exemple. Certaines chaines publiques françaises se sont laissées séduire par ce discours d’ouverture et sont passées à Silverlight dont le support reste plus qu’expérimental sur certains nagivateurs et sur certaines plateformes. Espérons qu’elles suivront l’exemple de Microsoft et migreront rapidement vers HTML5.

Daté d’hier sur Gigaom, un billet apporte la confirmation que Microsoft tend à délaisser cette technologie.

Bob Muglia, président de Microsoft en charge de la branche serveur et outils, a déclaré à ZDNet que Microsoft quittait peu à peu Silverlight au profit d’HTML5. C’est par exemple Bing, le moteur de recherche de Microsoft, qui devrait bénéficier rapidement d’HTML5, et les streams vidéos pour XBox qui devraient bénéficier d’HTML5 et du codec video H.264.

De nombreux analystes avaient pointé du doigt l’arrivée tardive du projet Silverlight, Flash s’était installé depuis des années et était devenu un standard de fait, vieillissant mais avec un taux de pénétration imbattable. Parallèlement, le tandem HTML5/CSS3 montrait son nouveau visage et terminait de convaincre tous les développeurs web, l’avenir est bien là.

C’est donc une bonne nouvelle que de voir Microsoft abandonner une certaine forme de logique au profit de standards, les internautes ont beaucoup à y gagner en terme d’accessibilité. On ne peut donc que saluer ce choix courageux.

Merci @Fano pour le link 😉

EDIT : Attention ceci ne signifie pas un abandon du support commercial pour cette technologie mais de choix marqués d’équipes de développement pour les applicatifs web.

REDIT : Dans mon empressement à vouloir enterrer Silverlight je n’avais pas compris qu’il s’agissait plus d’un changement de stratégie marquée pour son produit Silverlight, un nouveau positionnement, mais non un abandon. Voir ce billet de la team SIlverlight qui explique ses nouveaux objectifs.


Open World Forum 2010 (du 30 septembre au 1er octobre)

open world forumParmi les manifestations où je ne me fais généralement pas prier pour venir, il y a l’Open World Forum. Cette année, comme pour les deux éditions précédentes, vous pourrez donc m’y retrouver, aux côtés des ours de Bearstech qui participeront d’ailleurs activement à des cycles de conférences avec de nombreux intervenants internationaux. Je serais également ravis d’y retrouver plein de gens que j’aime bien comme Pilot Systems, eNovance, Altic, Nuxeo, Smile, tous les copains de Ploss… et de très nombreux professionnels de l’Open Source.

Cette année, l’Open World Forum, c’est 3 jours de conférences et d’ateliers sur des sujets très variés, en rapport avec l’Open Source. 2010 est un cru qui donnera la part belle aux contenus ouverts, par exemple avec cette conférence sur les medias ouverts et cet atelier sur les médias vidéos ouverts. Cloud computing, gestion de contenu, business intelligence…. la planète open source s’enrichie d’années en années, elle s’invite dans tous les systèmes d’information et ne libère plus que des logiciels. Vous pouvez trouver le programme complet ici.

Open World Forum (du 30 septembre au 1er octobre) :

J’ai un ami chinois qui est mort de rire

J’ai un ami chinois, un activiste comme ils disent là bas, qui a un petit blog. C’est un petit blog chinois comme il en existe des millions. En causant avec lui de Zope, un serveur d’application en Python et de Plone (le système de gestion de contenu communément utilisé avec Zope), il m’avait confié qu’il était passé à Django, au fil de la discussion, j’ai réalisé que son “petit blog” accueillait entre 50 et 80 000 visiteurs uniques par jours… c’est comme ça un petit blog chinois.

Aujourd’hui, à la lecture de ça, je suis un peu sur les fesses. France.fr, le portail sensé représenter la France dans le monde ne serait pas foutu d’accueillir 70% du trafic du blog de mon ami chinois… c’est dingue non ? Et comme le dit mon ami chinois avec sa sagesse toute confucéenne, “quand Apache se vautre, c’est qu’il est temps de passer à Nginx et quand Nginx se vautre, c’est qu’il est temps de relire ton code“. Nous en France, on est plus pragmatiques : un conseiller auprès du directeur du SIG déclarait sur France Info : “Un problème de configuration de serveurs, aggravé par une surprenante affluence dès 9h00, environ 50 000 visiteurs un jour férié.”

Ce que je ne vous ai pas dit, c’est que mon copain chinois, il a un petit serveur dédié, c’est un Pentium 4 avec 3Go de ram, ce qui représente là bas un investissement assez important d’environ 150 euros par ans, son uptime a dépassé les 700 jours. Nous pour France.fr, le budget du sites est de 1,6 millions d’euros, pour un uptime de… 3 heures ?

Android App Inventor

Je parlais il y a encore peu de Google et de sa stratégie par rapport à celle d’Apple pour prendre la tête du marché des smartphones, et il y a deux ans, les développeurs iPhone utilisé jouissaient d’un splendide SDK, là où le développement sur Android n’était pas douloureux, mais nous devons admettre que c’était franchement moins sexy que sur iPhone. Apple est également depuis devenu tristement célèbre pour avoir rejeté de nombreuses applications jugées non en phases avec la morale puritaine de Steve Job (ou pas en phase avec son business model). Ceci f’ait d’Apple un univers tyrannique mais toujours aussi attirant pour son design, son utilisabilité, … et accessoirement sa censure.

Google a de son côté récemment montré qu’il pouvait supprimer à distance des applications sur votre Smartphone Android. C’est n’est pas du meilleur effet non plus dans la méthone … Mais avec Google, “c’est pour votre sécurité“.
L’ouverture de Linux n’était donc pas un facteur suffisant, le confort des développeurs est un point très important. Qui d’autre pour développer les meilleures applications pour “le meilleur des smartphones” ? Et les non-développeurs, no’nt ils pas toujours été jusque là un peu oubliés  ? Comment peuvent-ils créer leurs propres petites applications ?

App Inventor est un projet qui vise à fournir une boîte à outils très simple et entièrement graphique pour vous permettre de construire des petites applications , des jeux, des quizz (…) sur Android. “App Inventor ne nécessite aucune connaissance en programmation” et permet à tous de construire et  exploiter ses propres applications. Voyons ce que ça donne en vidéo :

Toile-Libre a besoin de vous

Dans le réseau des gens bien qui font de l’Internet propre, il y a Toile-Libre, un réseau de passionnés, amoureux d’Internet, constitué en association et proposant entre autres des services d’hébergement associatifs de grande qualité et adaptés à des besoins spécifiques que l’on ne trouve pas chez des hébergeurs grand public à un coût raisonnable.

Aujourd’hui, pour continuer à proposer ces services, Toile-Libre a besoin de financement et organise un week-end festif les 21, 22 et 23 mai à Paris au 14-16 Quai de Charente, dans le 19e. En cette occasion, une Assemblée Générale Extraordinaire aura lieu le samedi 22 mai 2010 à partir de 14 heures.

Pour soutenir Toile-Libre, vous pouvez donc tout simplement venir faire la fête et si vous n’êtes pas disponible ce week-end, faire un don, et même, adhérer à l’association.

Il est crucial que des associations comme Toile-Libre perdurent, il en va de la propreté de notre Internet.

Les cons, ça ose tout … c’est même à ça qu’on reconnait l’INPI

EDIT :

Lire la réponse de l’INPI (à laquelle j’accorde peu de crédit car son véritable auteur est inconnu et sous entend que ce qui a été donné comme excuse à Isabelle n’a jamais existé).

Celle ci, elle commence comme ça :

« notre partenaire principal, l’INPI, est farouchement opposé à ce que l’exposition donne la parole aux défenseurs du “libre”. Nous avons essayé de discuter et d’argumenter avec eux mais l’INPI reste intransigeant sur sa position. Nous sommes donc obligés, avec grand regret, de ne pas présenter votre parole que vous aviez, aimablement, accepté de rédiger et d’enregistrer. »

On m’a très rapidement signalé cette histoire au sujet de d’une expo organisée à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette à Paris. Au début, j’ai pensé à un malentendu, puis comme j’ai l’habitude de me rendre à la Cité des Sciences pour pas mal d’évènements relatifs aux logiciels libres comme le PyCon-fr ou les Ubuntu parties, je me suis dit que tout ceci était de toutes façons un malentendu, vu que la Cité des Sciences a TOUJOURS accueilli les communautés du Logiciel Libre TRES chaleureusement. Donc nous allons bien faire la différence, il s’agit bien de l’INPI qui est responsable de cette connerie et non la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette.

Mais voilà à l’INPI, il y a des cons. Et les cons, une fois de plus ont osé ! Pour vous situer correctement le truc, l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) c’est le machin où on va enregistrer des idées et tenter de les faire breveter pour s’assurer une rente à vie sur 12 générations (petit jeu auquel nous sommes d’ailleurs tellement nuls que dès qu’un français a une idée, aussi conne soit-elle, il va la faire breveter à l’étranger).

L’exposition intitulée  «Contrefaçon, la vraie expo qui parle du faux », est le faux évènement qui aura réussi à me mettre dans une vraie colère en censurant la Free Culture (attention Free au sens de libre, et non de gratuit). Cette histoire me rend hystérique car la personne que l’on a censuré, Isabelle Vodjani est une personne que je connais personnellement pour ses activités autour de l’art libre et que j’apprécie beaucoup. Je vous invite donc tout particulièrement à lire ceci, où Isabelle explique avec quelle stupidité, l’organisme national sensé protéger les créateurs en tous genres et favoriser l’innovation, se tourne en ridicule en censurant une pratique légale et respectueuse du droit de la propriété intellectuelle, fondatrice de l’Internet, reniant ainsi toute une génération d’entrepreneurs qui ne manqueront pas de s’en rappeler le jour où ils auront un choix de société à faire pour diffuser et vivre de leurs idées.


HADOPI : TMG pourrait injecter votre propre adresse IP sur Emule

Bon là vous allez voir, on a touché le fond, ou quand les sociétés privées emploient des méthodes qui fricottent avec l’usurpation d’identité pour vous piéger.

Nous nous étions posé, la question de la légalité de l’injection d’IP spoofées avec l’outil Seedfuck.

Tout d’abord, il faut lire le troisième commentaire de cette page, il semble fort bien renseigné et argumenté, même si je dois avouer que je n’ai pas eu le temps de faire des recherches pour confirmer ces informations. Et je dois vous avouer que passer le fou rire, ça me fait quand même réfléchir.

Tout d’abord le four rire :

Avec juste le serveur 85.159.232.81 dans emule, faite une recherche sur ‘( ‘ en type mp3 avec au moins 10 sources. (n’oubliez pas de désactiver kad). vous trouverez des fichiers, notamment pas mal concernant m. jackson. telechargez ces fichiers : vous constaterez environ 70 sources IP, dont 65 sont des ip artificiellement injectées, correspondant a des utilisateurs du bresil, du portugal, de pologne ou d’autre pays europeens. (environ 5-10 ip par pays). concernant la france, ces ip renvoient chez des clients wanadoo, free, dont certain sont ACTIFS ET EN LIGNE, MEME s’ils n’ont aucune connexion sur un reseau p2p …”

Là on parle bien de spoofer l’adresse IP d’un internaute qui n’a peut-être jamais mis les pieds sur un réseau P2P, ou qu’y s’y trouve et donc rencontre des problèmes de connexion puisque TMG usurpe son IP pour accéder au même service que lui ! Ainsi, un internaute téléchargeur, croisant sa propre adresse IP sur un réseau P2P pourrait engager des poursuites contre TMG si l’adresse IP était reconnue comme un élément de votre identité.

Ce qui nous amène directement à … Seedfuck.

Seedfuck fonctionne sur un principe différent pour des finalités différentes. Mais si TMG use bien de spoofing IP, on se demande ce qu’on reprochera aux internautes qui l’utilisent pour tromper TMG. D’ailleurs toujours sur Seedfuck, j’en profite pour vous signaler, que comme prévu, le code est en train de muter, il est passé en GPL (une version threadée en Python), et plusieurs variantes amusantes se trouvent sur Pastebin ou d’autres pasters.

Le plus triste là dedans c’est d’avoir raison … on assiste comme prévu à une course à l’armement, aux frontières de la légalité, de la part des uns et des autres. Tout ça à cause de quelques moines copistes de DVD…

BPhone : Pourquoi je vais jeter mon iPhone à la poubelle ?

J’en bave encore sur mon clavier. J’attendais ça depuis 4 ans, le voici ! Enfin un digne successeur du Zaurus et qui en plus téléphone ! Ecran rotatif, système d’exploitation propre, le Bphone, sur le papier, c’est une tuerie. Ce device semble tout frais, je ne saurais donc vous dire ce qu’il vaut réellement mais voilà les specs :

  • Operating system – ARM Linux 2.6
  • CPU – Marvell PXA310(624MHz)
  • Memory – 256MB NAND Flash, 128MB SDRAM
  • FM Radio – Pick up your favorite FM radio stations wherever you are.
  • Bluetooth – High speed wireless technology.
  • Touch Screen – Easy-to-use and responsive touch screen function for smooth navigating.
  • Full Screen View – Crystal clear viewing with our cinematic full-screen mode.
  • Fully Unlocked – Works on all four main GSM frequency bands for great reception world wide.
  • Java Enabled – Get the latest cool Apps on your phone with Java technology!
  • Flip Function – More compact and more stylish.
  • Built-In GPS – Never get lost with an accurate GPS system built in.
  • WiFi – Check emails, connect online, or surf the Web with advanced WiFi technology.
  • QWERTY Keypad – Full QWERTY keypad for ease of use.

Il semble tout savoir faire (quadriband 3g ready) une interface qui claque comme un compiz ben configuré, le tout semble en plus relativement fluide. D’origine hong-kongaise il est l’oeuvre de Sojeng (attention les sites web c’est pas trop leur truc en revanche), le cofondateur semble être un français). Le prix annoncé est de 569$, et disponible via le site Chinagrabber… Bon dis donc les ours ? Il est quand dispos sur Hackable:Devices celui ci ?

Video GCU assault on precinct Seven

Quand les GCU se préparent à prendre d’assaut le stand de Microsoft. C’était il y a 2 jours au Solutions Linux 2010

Une video prise par fo0 /-).
D’autres devraient suivre rapidement

Et hop voici la suite :

PS : on récupère les sources cet aprème et on vous colle ça au chaud et sans flash.