Fermeture de Jaimelesatistes.fr et le délirium de Muriel Marland-Militello

image-1

Le site de propagande Jaimelesartistes.fr qui a même fait débat au sein de l’hémicycle, a finalement fermé définitivement ses portes.
Le site avait subit les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS) depuis que le Ministère de la Culture ai jugé malin de provoquer les hackers publiquement avec un “ils peuvent y aller notre site est super blindé“… il faut en tenir une sacrée couche pour avancer ce genre de propos, d’ailleurs l’hébergeur du site, Pushitup, confiaitQuand j’ai lu hier soir sur votre site, la phrase suivante « Mais ils peuvent toujours attaquer, le site est super blindé », je savais que je passerais une mauvaise nuit ».

La communication du Ministère de la Culture à ce sujet est encore une fois modèle de débilité profonde : elle accuse les hackers d’être responsables de cette fermeture, ce après une provocation stupide dont il est l’auteur… sans jamais faire son mea culpa sur les contenus de ce site de propagande financé avec de l’argent public pour servir les intérêts des industriels des biens culturels dématérialisables. L’occasion est trop belle pour stigmatiser “les pirates de l’Internet”… cette zone de non droit ou les criminels en tout genre établissent leur nid.

Primo ce site ne serait jamais tombé sans les provocations idiotes du Ministère de la Culture ou de son agence de communication ;
Secondo, si tous les sites fermaient à cause d’un DDoS, le Net serait bien vide : un peu comme si des hackers lançaient un déni de service sur http://impots.gouv.fr et que du jour au lendemain nous n’ayons plus à payer d’impôts.

Soyons clair, nous ne cautionnons pas cette pratique peu gentleman de faire passer un message : un DDoS c’est moche.

En revanche il y a de quoi être particulièrement outré des propos de madame Muriel Marland-Militello qui reflètent l’e-gnaritude profonde de l’environnement qu’elle décrit.
“Je condamne fermement les personnes qui se sont rendues coupables d’attaques massives sur le site internet jaimelesartistes.fr, mis en place par le Ministère de la Culture”, écrit-elle sur son blog. “Ces actes liberticides sont proprement inadmissibles. Ils bafouent le droit pour les citoyens d’être informés sur les projets gouvernementaux. Ils bafouent la liberté d’expression”. peut-on lire dans cet article de Numerama.

Alors, comme on est sympa, on va expliquer à la madame ce qu’est un DDoS et on va ensuite lui expliquer ce qu’il convient de qualifier de liberticide quand le Ministère de la Culture claque de l’argent public pour un site de promotion d’un projet de loi sans y autoriser le débat contradictoire qu’il convient.

Le DDoS pour les Nuls

Alors Muriel, un DDoS (Distributed Denial of Service, ou Déni de Service Distribué en français), pour faire simple, c’est un peu comme quand les routiers manifestent en bloquant le périphérique ou un tronçon autoroutier. Sur internet, ceci se traduit par un afflux de trafic sur le site cible, qui finit par plier sous les requêtes, ni plus ni moins.
…. à ben oui, dans les faits c’est bien moins grandiloquent pour la presse que le mythe du Pirate de 12 ans qui s’introduit sur les serveurs de la DGSE ou du hacker chinois qui arrive à rooter la France avec un trojan dans un document Word.

Et oui Muriel, ceux que tu appelles des “pirates”, des “cybercriminels” du simple fait de ta cyber-inculture, dans la société civile on appelle ça des manifestants … et les manifestations ça crée des embouteillages… tu vois le concept ou tu as besoin d’un usecase UML ?

  • Mais en quoi ceci est il liberticide ?
  • Quel député emploi ce mot quand la RATP ou la SNCF prend en otage ses usagers ?
  • Personne ?

Tien c’est marrant… une manifestation provoquant des embouteillages sur Internet c’est forcément un acte de terrorisme liberticide de méchants pirates pédo-violeurs-mafieux qui empêchent le gentil Ministère de la Culture copain avec les gentilles majors du gentil Fouquets qui défendent les gentils artistes … de cultiver un peu plus l’opinion publique. A prendre les gens pour des cons, on finit toujours par révéler l’abrutis qui est nous … c’est humain.

Vous avez dit liberticide ?

Comme il est amusant de se voir donner des leçons de démocratie par les sbires du Ministère de la Culture dont nous avions analysé la propagande ici.

Dans les faits, qu’est ce que le site Jaimelesartistes.fr défendait ?

  • il défendait le projet de loi Création et Internet,
  • il défendait un projet d’annihilation des libertés numériques et de nos libertés en général (des principes fondamentaux de droit sont remis en question comme les droits de la défense, le droit à un procès équitable, ou la présomption d’innocence)
  • il défendait le droit du gouvernement à dépenser de l’argent public pour assurer la promotion d’un projet de loi stalinien
  • il défendait surtout les intérêts d’une corporation comme le ferait un syndicat national … une attitude indigne d’un Ministère.

Nous avions tout de suite dénoncé les objectifs cachés de ce site web hideux qui a quand même coûté entre 50 000 et 85 000 euros ! Comme nous sommes dans le métier … comment vous dire … facturer une telle bouse à ce prix là, c’est tout simplement du vol. Il faudra inclure cependant dans cette somme la prose de l’agence de communication et des babioles de propagande : teeshirts, pins et autre conneries Made in China qui tel les DRM finiront dans /dev/null

Enfin, comme le soulignait Patrick Bloche, décidément brillant sur la forme comme sur le fond “si c’est de la communication et qu’il s’agit d’un site officiel, financé par de l’argent public, le moins que l’on puisse alors demander, c’est que la parole y soit donnée à ceux qui s’opposent à ce projet de loi”. “Au lieu de dialoguer avec M. Luc Besson sous les ors du ministère, acceptez la contradiction ; acceptez que nous dialoguions avec vous sur ce site officiel et que nous y développions nos arguments. Cela, ce serait de la communication ! Comme ce n’est pas le cas, il s’agit d’un site de propagande”

Jaimelesartistes est mort ! vive les artistes !

13 réponses sur “Fermeture de Jaimelesatistes.fr et le délirium de Muriel Marland-Militello”

  1. A noté que Pascal Rogard au contraire de Muriel Marland-Militello à laissé ouvert le système de commentaire de son blog et prend le temps de répondre aux diverses remarques!

    Ce qui est déjà pas mal en ces temps de dialogue de sourd!

    Pour ceux qui sont passés a côté, vous pouvez lire cet article:
    http://www.pcinpact.com/actu/news/49766-ufc-que-choisir-assemblee-nationale.htm

    Un appel d’offre passé avant l’adoption officielle d’HADOPI, normal???

  2. Oui Eric78, c’est comme ça au ministère de la culture, ils ont toujours un temps davance c’est ce qui leur permet de dire et faire des âneries avant tout le monde 🙂

    Pascal Rogard répond aux questions “pas trop gênantes” :
    http://www.rogard.blog.sacd.fr/index.php/2009/02/20/un-faux-probleme/
    ici mes questions ne sont visiblement pas de son goût, je n’aurai pas du le traiter de menteur, mea culpa, ce n’était pas trop gentleman.

    Mais il faut lui reconnaître ça, il aime le débat, c’est un opposant que l’on aime détester, je lui reconnais personnellement une intelligence au dessus de la norme (surtout comparé à “ces cons du disque” comme on dit à la SACD)

  3. Franchement je suis désolé mais si je suis d’accord avec toi sur une bonne partie de l’article concernant le DDoS tu te plantes complètement !

    Oui on peut éventuellement accepter ta métaphore pour le DoS bien qu’elle soit limite, mais ça n’est pas valable pour le DDoS. Il faut une vraie organisation pour ça, et jaimelesartistes.fr n’étant pas un petit site (à moins que le ministère ne se soit vraiment moqué du monde avec son blindage).

    Les attaques DDoS sont menées avec un parc de machines, soit des botnets (donc des machines infectés qui n’ont pas nécessairement envie de participer à la manifs), soit un parc info dédié (comme médiapart et d’ailleurs il serait bon de mettre les députés au courant des entreprises aux méthodes illégales qu’emploient les ayant-droits pour la chasse au P2P et qui vont demain récolter les IP).

  4. 🙂 tu chipote

    Un réseau de botnet c’est TYPIQUEMENT l’un des arguments qui prouvent que l’HADOPI est innapplicable, 30% du parc français (au bas mot) peut servir à relayer des attaques à coup de Trinoo ou je ne sais quelle autre tool de script kiddie.
    En celà, un DDoS est dramatiquement “commun”, je ne trouve rien d’extraordinaire la dedans et encore une fois je ne cautionne pas DU TOUT.

    “donc des machines infectés qui n’ont pas nécessairement envie de participer à la manifs”

    Penses tu que des voitures bloquées sur le périphérique ont envie de participer aux embouteillages 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.