LOPPSI préparait aussi la campagne électorale de Nicolas Sarkozy

Une démonstration de plus du caractère clientèliste des lois voté sous le mandat de Nicolas Sarkozy : la censure sur Twitter de comptes parodiques sur Nicolas Sarkozy. La France est devenue un pays autoritaire, il aura fallu 5 années, un seul mandat, pour que le législateur arrive à pourrir le Net en faisant reculer la liberté de la presse, le droit à la caricature, et fasse de la France une nation de renommée en matière de surveillance de masse du Net via son fond startégique d’investissement.

Aujourd’hui Internet Sans Frontière rapporte la censure par Twitter de 5 comptes hostiles à Nicolas Sarkozy. Je serai cependant mesuré (pour le moment) sur la critique de Twitter. L’entreprise est tenue de respecter la loi des pays dans lesquels elle délivre son service. En revanche je serai bien moins réservé sur le caractère ordurier mainte fois dénoncé des effets collatéraux de LOPPSI. Pour plaider sa cause, l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy a probablement crié au délit d’usurpation d’identité pour se faire entendre de Twitter. Ou peut être n’était-ce là qu’un classique “repport as a spam” massif des jeunes pop.

Mais la LOPPSI n’explique pas tout…

Si l’invocation de l’usurpation d’identité peut éventuellement expliquer la censure de compte @_nicolassarkozy, il n’en va pas de même pour les 4 autres comptes :

Pour ces 4 cas, rapporte ISF, pas d’usurpation d’identité, et pour au moins deux d’entre eux, un caractère parodique clairement assumé et/ou ne présentaient aucun manquement aux conditions d’utilisation du réseau social. Comment Twitter peut-il justifier la cloture de ces comptes ?

Si vous le voulez bien, nous allons donc nous livrer à une petite expérience.

LOPPSI en seconde lecture : ouverture du bal

internet downgrade
LOPPSI downgrade ton Internet et tes libertés

C’est aujourd’hui que la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI), arrive en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Sur les questions qui touchent à Internet, le contexte est particulièrement favorable aux partisans de la ligne la plus sécuritaire. Une politique sécuritaire rime rarement avec le respect des droits fondamentaux. Elles sont, l’histoire nous le montre, surtout prétexte à des restrictions majeures des libertés. En trame de fond, l’affaire Wikileaks qui agite autant la presse que les ambassades et les ministère du monde entier devrait s’inviter dans l’hémicycle plus ou moins directement quand les questions relatives au blocage des sites web (article 4), seront débattues.

A l’instant, c’est Brice Hortefeux qui a ouvert les débats en expliquant grosso modo qu’il va sécuriser plus avec moins d’effectifs policiers, d’ailleurs certaines municipalités comme Nice qui s’adonnent aux joies de la cyber prune ont montré l’exemple, il suffit de mettre des caméras partout, de croiser toutes les bases de données… d’agréger le feed rss d’Echelon, de bien secouer, de faire passer le tout dans le gros ordinateur de Jacques Myard et hop le tour est joué… rien de bien sorcier ni de bien intrusif nous assure le ministre, c’est une loi pragmatique, nous voilà donc rassurés.

Le ministre défend ensuite son bilan en sortant une batterie de chiffres dont l’absence de contexte ne permet pas un jugement critique. Brice Hortefeux veut se donner des moyens législatifs et financier, en virant quelques effectifs et en les remplaçant par des cameras, des bracelets électroniques qui tweetent le commissariat du coin et en installant 2/3 firewall open office, le “Package Loppsi” est budgété pour la modique somme de 345 millions d’euros.

Globalement, il est question selon le ministre de “renforcer l’efficacité de la chaîne pénale ». Pour lutter contre la délinquance Brice Hortefeux défend son texte qui est axé sur les points suivants :

  • d’avantages d’outils opérationnels comme la vidéo-surveillance et autres outils favorisant la “vigilance active“): le ministre évoque un accroissement du parc de 37 000 cameras. Dans ces outils, on trouve pêle-mêle : les logiciels de croisement judiciaire, le blocage des téléphones mobiles volés ou encore la saisie des biens des délinquants.
  • le renforcement de la police administrative ;
  • la lutte contre le hooliganisme ;
  • la lutte contre la délinquance dans les transports ;
  • l’immobilisation en cas de délits routiers graves ;
  • le renforcement de la capacité d’action sur Internet avec la mesure qui risque de faire couler beaucoup d’encre : le blocage des sites pédo-pornographiques, mesure déjà abandonnée en Allemagne et sur le point de l’être en Australie, … bref pas de doute, nous sommes bien les pionniers en matière d’Internet civilisé… enfin on est les pionniers français parce qu’ailleurs tout le monde en est revenu.

Sur ce dernier point, Brice Hortefeux lâche un superbe “on ne peut pas faire comme si rien ne se passait” pour défendre le blocage des sites. Cette phrase est assez révélatrice de la perception de l’action chez le ministre : en bloquant l’accès à des sites web illégaux, c’est pourtant bien ce que propose Brice Hortefeux : fermer les yeux. La lutte contre la pédo pornographie se gagne sur le terrain, des associations dans d’autres pays comme en France le soulignent : Le blocage des sites ne sert à rien, en revanche une coopération judiciaire internationale visant à supprimer ses contenus et interpeller les auteurs serait bien plus utile. Le slogan de Mogis, est pourtant clair :

Supprimez, ne bloquez pas!
Agissez, ne fermez pas les yeux!

Qu’est ce qu’Internet a à perdre du remaniement ministériel ?

remaniement ministériel
Remaniement ministériel in progress

Selon toute vraissemblance, nous devrions connaître dans les prochaines heures, ce dimanche, la composition du nouveau gouvernement. Le site officiel affiche d’ailleurs en ce moment une page de maintenance avec un message annonçant la démission du gouvernement.

Démission du Gouvernement

Le samedi 13 novembre 2010
En application de l’article 8 de la Constitution, M. François Fillon a présenté au président de la République la démission du gouvernement.
Le président de la République a accepté cette démission et a ainsi mis fin aux fonctions de M. François Fillon.
Source : communiqué de l’Elysée

Ce remaniement pourrait bien changer pas mal de choses pour notre “Internet français”… et pas qu’en bien. Il y a un sérieux risque que le Secrétariat d’État à l’Économie Numérique passe dans les mains de son ministère de tutelle, celui des finances et de l’industrie.

En passant sous la responsabilité directe du ministère des finances et de l’industrie, à cette période charnière où la transposition dans le droit français du paquet Télécom (par décret) pourrait bien sceller la petite mort de la neutralité du Net, on assiste à l’abandon d’un trésor culturel aux mains des lobbys industriels,  qui ont tous un intérêt à venir à bout des fondemmentaux qui ont permis à l’Internet de devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Neutralité, ouverture et partage, 3 notions fondatrices, complètement antinomiques avec une gouvernance de Bercy. En clair, ça sent salement l’erreur de casting. Non pas que Christian Estrosi qui devrait être reconduit à son ministère soit incompétent en la matière mais j’ai un sérieux doute sur la capacité de Bercy à prendre l’Internet pour autre chose qu’un temple de la consommation qu’il faut impérativement réguler afin que les industriels le façonnent à l’image de ce qu’ils ont à vendre. Ce sentiment est évidemment renforcé par les conclusions de la consultation sur la neutralité où Bercy, tirant les ficelles, a accouché d’une copie conforme des positions d’Orange et SFR, deux fournisseurs d’accès qui réfutent jusqu’à la notion même de neutralité en plaidant pour un “Internet ouvert”, et plsu discrètement, de l’une des entreprises qui a économiquent intérêt au filtrage du Net, Alcatel… un pléonasme s’inscrivant dans une stratégie d’enfumage qui masque mal que ces deux FAI sont avant tout des éditeurs de contenus. Ce mélange des genre a bien évidemment la bénédiction de Bercy, et là dessus croyez moi sur parole, le Net a tout à y perdre.

Abandonner Internet à des gens qui ont tout intérêt à le transformer en minitel, voilà ce que nous risquons.

Quand on connait le zèle de Christian Estrosi sur les questions sécuritaires et répressives tout ça est particulièrement préoccupant, rappellons que le ministre par ailleurs maire de Nice a récemment inventé la “vidéoprune”, un usage détourné de la vidéo “protection” qui montre bien l’hypocrisie du terme et surtout la dangerosité de voir une justice automatisée se mettre en place. Vous n’avez surement pas manqué de noter que l’argument roi pour toute atteinte à la neutralité des réseaux (ou à la liberté en général), c’est la sécurité. Pas la sécurité comme je peux l’entendre moi ou vous les geeks qui lisez ces lignes, mais la sécurité autoritaire et répressive visant directement à amputer le Net de fonctions, de contenus, de services, de protocoles…

Autre sujet bouillant qui passerait sous la responsabilité de Bercy, la loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (ou LOPPSI 2) qui semble avoir été mise en standby en attente de ce remaniement. Là encore, si Christian Estrosi est maintenu, nul doute qu’il s’appliquera à faire passer les mesures les plus contestables (celles que l’on trouve dans l’article 4 du projet de loi) relatives au filtrage.

Internet mérite mieux que Bercy, Internet mérite son propre ministère, c’est là la seule manière de lui assurer des perspectives d’évolutions cohérentes.

LOPPSI : Hortefeux prépare un sale coup, et c’est pour mercredi prochain

Je viens d’apprendre à l’instant via Le Point que Brice Hortefeux aurait déclaré à l’hebdomadaire, que la LOPPSI, loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure,  qu’on nous annonçait repoussée aux calendes grecques (pour une soit disant surcharge de travail) serait finalement présentée dés mercredi en commission au Sénat (et hop la surcharge de travail n’est plus qu’un mauvais souvenir). Ca se passera donc le mercredi 2 juin au Sénat salle 216 comme on peut le voir ici, la commission examinera le rapport de Jean-Patrick Courtois :

“- Examen du rapport de M. Jean-Patrick Courtois et du texte proposé par la commission pour le projet de loi n° 292 (2009-2010), adopté par l’Assemblée nationale, d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure.”

Et devinez quoi ….

“Le délai limite pour le dépôt des amendements auprès du secrétariat de la commission ([email protected]) est fixé au lundi 31 mai 2010 à 12 heures.”

On se demande donc tout de suite pourquoi cet empressement alors que notre pays glisse doucement vers une crise sociale profonde … et peut être même … une récession. Et comme par hasard, d’un coup LOPSSI devient une priorité. D’un côté, mieux vaut que les lois répressives soient votées avant l’annonce d’un plan d’austérité pour calmer la populasse me direz vous.

Pas encore de calendrier plus précis sur la navette parlementaire mais ceci ne laisse rien augurer de très bon car cette précipitation intervient dans un contexte assez particulier, rappelons que le 1er juin c’est le rapport Gallo qui sera mis au vote à la JURI du Parlement européen .

La date du Mercredi 2 juin est peut être sans rapport avec ACTA, mais cette empressement soudain ne présage rien de bon, ca sent le passage en force. Il y a aussi ces rumeurs de remaniement ministériel qui peuvent entrer en compte. Entamer l’examen d’un texte foutoir où tout y côtoie n’importe quoi à la veille d’un remaniement n’est peut être pas non plus anodin.

On sait d’où viennent les ordres, reste maintenant à découvrir la stratégie qui sera employée pour faire passer la pilule de l’inacceptable.

Brice Hortefeux le promet “Il y aura autant de lois, de décrets, de textes, de plans d’action qui seront nécessaires pour y faire face” … et plus encore si affinités.

Restons donc très vigilants.

ACTA : La Commission Européenne veut nous rassurer … et ça m’inquiète

C’est à l’aide de quelques slides que la Commission Européenne tente de rassurer les parlementaires et plus généralement les internautes inquiets de l’ACTA, négociée secrètement depuis 2006. La Commission assure qu’ACTA n’entraînera pas comme on le craint la généralisation de la riposte graduée (on s’en fout on l’a déjà en France … enfin en théorie parce qu’en pratique c’est pas pour demain) et ne transformera pas FAI et hébergeurs en gendarmes du Net … promis, juré, craché !

A en croire la Commission, ACTA se montrerait même respectueuse de votre vie privée (ça c’est nouveau en revanche) et porterait son effort répressif uniquement sur le piratage à un échelon commercial. Attention donc si vous comptiez profiter d’HADOPI pour arrondir vos fins de mois en vendant des Divx gravés dans le métro. Exit également les fouilles de disques durs et de lecteurs MP3 aux frontières, sauf si vous avez une tête de traficant de Divx “à un echelon commercial”. La Commission Européenne se veut donc bien trop rassurante pour être honnête et ceci contraste fortement avec la position qu’elle avait tenue face au eurodéputés où elle s’était vu infliger un vote sanction qui restera gravé dans les anales;

Le sénateur Richard Yung a tout de même demandé à ce que le Parlement soit informé de ces négociations et leur éventuelles interaction avec des textes bien de chez nous comme la LOPPSI et Hadopi.

Voici les slides présentés par la Commission :

ACTA – Stakeholders Conference presentation by Luc-Pierre Devigne

Augmentation des prix des abonnements haut débit : SFR donne le coup d’envoi

Il y a quelques jours, Xavier Niel réitérait la menace d’une augmentation sensible du prix des abonnements de son offre Free haut débit, en évoquant la somme de 5 euros. Aujourd’hui, c’est l’excellent Electron Libre qui nous révèle que c’est finalement SFR qui augmentera le premier son offre. On peut considérer que cette augmentation est le fait de 4 postes de charge d’actualité pour les FAI

  • Financement des dispositifs induits par la loi HADOPI
  • Dispositifs de blcage des sites induits par la loi LOPPSI
  • Taxe de 0,9% sur le chiffre d’affaire des FAI pour financer la disparition de la publicité sur les chaines du service public
  • Financement du déploiement de la fibre optique

Comme vous pouvez le constater, cette augmentation qui en toute logique s’étendra aux autres fournisseurs d’accès est une conséquence directe de la politique numérique de Nicolas Sarkozy qui vise à :

  • Tenir sous perfusion les majors de l’industire des biens culturels dématérialisables (principalement le disque)
  • Contrôler l’internet et se doter d’outils de filtrage pour fliquer les internaute.

Merci Nicolas, les internautes sauront s’en rappeler devant les urnes.

LOPPSI et filtrage du Net : il faut sauver le soldat Freyssinet

Peut-être avez-vous remarqué, quelque part sur le net, genre ici ou  … une certaine polémique opposant Fabrice Epelboin, éditeur de ReadWriteWeb France et Eric Freyssinet. Fabrice Epelboin a récemment publié une étude ahurissante sur le business de la pédo-pornographie. Le document est bien renseigné et s’appuie sur un travail de fonds effectué auprès des services de police en charge de la cybercriminalité dans  plusieurs pays, et entre autres, sur le témoignage d’un directeur technique de réseau pédophile dont la version originale a été publiée sur wikileaks (le document est assez insoutenable tant les positions de ce type sont abjectes).

Rendre à Cesar machin tout ça …

Eric Freyssinet est connu pour être un gendarme émérite, très versé dans les nouvelles technologies et la sécurité informatique, il en a fait au sein de son corps d’armée sa spécialité. En dehors des affinités que je peux avoir avec lui sur certains points concernant le domaine de la sécurité, il ne faut pas perdre de vue qu’il est avant tout un gendarme, avec un devoir de réserve, qui ne lui est pas opposable. Dans cette optique, il convient de dissocier les écrits publics de son blog de ses convictions profondes. Car oui, au risque de passer pour le naïf de service, je suis convaincu, à le lire, qu’il a les fesses entre deux chaises. Je comprends donc plus facilement les positions de monsieur Freyssinet sur le blocage que NKM qui nous explique qu’elle soutient le filtrage parce que ce n’est pas une perquisition… Aussi, je trouve remarquable qu’un gendarme tienne un blog en y autorisant les commentaires, même si certaines réponses sont convenues, on ne lui reprochera pas.

Alors tu bloques ou tu filtres ?

Il y a déjà cette histoire de sur-blocage des sites qu’il ne peut ignorer, il y a ensuite sa parfaite connaissance de la criminalité numérique et des techniques utilisées (comme ces botnets qui arrosent de spam des millions d’adresses email pour générer du trafic sur des sites pédophiles ou des liens cachés dans des vidéos). Notez que je parle bien ici de blocage de ces sites, et non de filtrage … il s’agit bien de deux actions différentes qui emploient des techniques différentes, mais là n’est pas le débat. Même si comme le fait remarquer Benjamin, un blocage sélectif entend qu’un petit lutin attrape le paquet, jette un coup d’oeil dedans et décide ou non d’aller le livrer au prochain routeur … ou pas … et ça, c’est du filtrage. Notons au passage que notre petit lutin jouit d’une commission rogatoire permanente … comme un douanier … trop fort ce lutin.

Bad santa host

Concentrons nous dans un premier temps sur les diffuseurs de contenus illégaux. Eric Freyssinet fait le choix de présenter le problème sous l’angle des “hébergeur illégaux” pour signifier que le blocage de ces sites n’aura pour effet que de bloquer d’autres sites de vente de médicaments ou autres produits illégaux, c’est bien tenté … mais en pratique l’argument ne tient pas… ce pour une raison toute conne, qu’Eric Freyssinet ne peut ignorer. Quand on balance 10 millions de spams qui pointent sur un seul et même site, il est assez rare que ce site soit hébergé sur un serveur mutualisé qui partagerait la même IP avec d’autres sites qui emploieraient les mêmes méthodes… avec un taux de clic de 1% (hypothèse ultra basse ne reflétant à mon sens pas la réalité), on arrive quand même à la bagatelle de 100 000 visiteurs, sur un site sensé contenir des médias lourds (photos et vidéos) … Et même quand on est un virtuose de Squid ou de Memcached, cela implique qu’on administre son serveur comme un grand, avec un shell et non un Cpanel ou un Plesk.

Qui surveille qui ?

Passons maintenant au coeur du sujet, peut être avez vous noté que je n’ai pas relayé l’idée que le blocage de sites pédo-pornographiques profiterait aux réseaux pédophiles. Non pas que je sois gendarme et que je tombe moi aussi sous le coup d’un devoir de réserve, mais je n’ai simplement pas de visibilité pour l’affirmer. En outre, je connais un peu le fonctionnement de certains réseaux undergrounds et je sais que des techniques utilisées pour la diffusion de contenus pédo-pornographiques le sont également pour des vers et des bombes logiques destinés à mener des attaques ciblées et de grande ampleur, j’ai même eu l’occasion d’en observer un après analyse d’une machine zombifiée qui crachait du .bin en faisant pleurer tous les SMTP de France et de Navarre. Usuellement vous me direz que les supputations ne me gênent pas … et c’est vrai je suppute beaucoup, et en parlant de supputations, je suppute haut et fort que mettre à disposition des outils de blocage, qui entraineront inéluctablement la mise en place de solutions hybrides à coup de DPI donnera des idées au pouvoir en place, avec ou sans Nicolas Sarkozy à sa tête. Et pour le coup, quand Eric Freyssinet fait remarquer à l’un des protagonistes du troll … fil de discussion, qu’il confond le dispositif envisagé par la France au filtrage politique à la Thaïlandaise … je me demande lequel de nous deux est le plus naïf… comme quoi, on est tous plus ou moins des bisounours hémiplégiques.

Faisons un peu de Low Psy (et ouai c’est un terme copyleft que je viens tout juste d’inventer et qui désigne de la psychologie de comptoir) : parlons un peu de l’approche d’Eric Freyssinet sur le travail de Fabrice. On  sent bien qu’il est piqué au vif, et en humain, il réagit, avec toute la mesure liée à sa fonction. C’est normal… même si à mon sens monsieur Freyssinet prend pour lui des reproches qui ne lui sont pas adressés … en clair messieurs, vous êtes tout à fait d’accord, c’est juste que vous ne parlez pas de la même chose. C’est d’autant plus évident que quand Fabrice stigmatise un manque de moyens des services, et que 2500 suppressions de postes de gendarmes sont planifiées dans les mois à venir, il apparait naturel de demander des comptes aux politiques, non aux gendarmes… chose que Fabrice fait parfaitement, jamais je ne l’ai vu ni entendu critiquer négativement le travail de la gendarmerie sur ces questions, bien au contraire. Oui il s’agit bien d’un problème politique clairement identifié et monté sur talonnettes. Aussi bien Fabrice, Jérémie, Jean-Michel, Benjamin, moi ou des milliers d’autres, nous avons un débat militant et nous gardons parfaitement à l’esprit que le pouvoir judiciaire, en France, est dissocié du pouvoir législatif… mais chaque cause à ses conséquences. Ce débat militant n’est que la conséquence de multiples dénis démocratiques sur les questions d’Internet du pouvoir politique en place (vous verriez la tronche d’un américain, d’un allemand ou d’un slovaque quand on lui explique que c’est le ministère de la culture qui a travaillé sur HADOPI et que le secrétariat d’Etat à l’économie Numérique a tout juste le droit de se la fermer docilement …),

Y’a pas que le fric dans la vie … et là, y’a des enfants

Concernant les 3 milliards de chiffre d’affaire supposé de la pédo-pornographie, je ne rentrerai pas dans la querelle des chiffres, l’économie de l’abjecte ne m’intéresse pas plus que ça, sinon ça fait un bail que je serais millionnaire. En revanche, j’ai un dentier complet contre le législateur qui n’est pas fichu d’appliquer des mesures de rétortion ciblées et qui par défaut les applique à l’ensemble de la population … j’appelle ça prendre les gens pour des cons, les dé-responsabiliser et j’affirme que miser sur un dispositif technologique qui bloque du virtuel n’empêchera pas ces drames qui ne se passent pas dans le LCD de madame Michu, mais au sein de la cellule familiale dans la majorité des cas. Evidemment, il est bien moins spectaculaire d’un point de vue populo-electroraliste de mener des actions ciblées, fruit d’un travail judiciaire en amont, que d’employer la méthode DILM (Do It Like Myard), avec des “supers gros ordinateurs … puisque la Chine l’a bien fait”. Quand Eric Besson lance son portail sur l’Identité Nationale et qu’il se retrouve obligé de sous-traiter la modération de la plate-forme à 3 gus dans un garage de Madagascar, allez savoir pourquoi, je me dis que ce gouvernement est capable de faire la même chose avec son nouveau jouet à filtrer ou de penser que ce seront les FAI qui remplaceront les effectifs dont il se sera débarrassé.

  • Je refuse que l’on me prenne pour un con au point de tenter de me faire gober que filtrer Internet va faire diminuer le nombre d’enfants abusés sexuellement dans le monde
  • Je ne comprends pas qu’on investisse dans ce genre de dispositif qui met en péril la démocratie, qui met en péril Internet et dont l’efficacité est si douteuse que l’Allemagne a abandonné un projet identique.

sudo ./usr/bin/laden

Eric Freyssinet comprend parfaitement qu’un citoyen n’aime pas être pris pour un terroriste. En ce qui me concerne, j’ai du sang corse, libyen, tchadien et basque … et en plus je suis un internaute. En toute logique, je suis un terroriste, c’est inscrit dans mon patrimoine génétique autant que sur mon disque dur… oui, ce raisonnement est très bête … et pourtant, il est tenu par les mêmes personnes qui entendent lutter contre la pornographie infantile en filtrant des sites web. Ils pourraient tout aussi bien manger des bananes pour militer contre les tests de rouge à lèvre sur les anus de chimpanzés … l’effet serait exactement le même. Si le filtrage et les écoutes empêchaient les actes de terrorisme, avec Echelon, on aurait pas des barbus qui tentent de faire péter leurs godasses dans des 747.

En conclusion, Monsieur Freyssinet, si vous nous reprochez de stigmatiser un travail parlementaire ni fait ni à faire qui impacte votre profession et donc, notre sécurité, il va falloir nous apporter des arguments sérieux … du genre “oui les machines sont plus efficaces que les gendarmes, et si on leur met des roulettes et un tazer à la place du lecteur DVD elles sont capables de faire le même travail“… sinon c’est que nous sommes tous parfaitement d’accord sur fond et que nous avons encore beaucoup à faire sur la forme. Quoi qu’il en soit, ce flame entre Fabrice et vous n’a pas lieu d’être. Vos désaccords portent, en définitive, sur peu de questions de fond, et les interrogations de Benjamin sont là pour nous rappeler que si elles n’ont pas de réponse, c’est peut-être qu’elles méritent une réflexion plus poussée que la fausse solution du filtrage qui sera l’extension naturelle du blocage.

Souvenez vous du capitaine Guézou et de son expérience des écoutes Elyséennes … demandez vous ce qu’il penserait aujourd’hui de mettre ce genre d’outil entre les mains du pouvoir politique, les dérives sont inéluctables et ce sont ces dérives qui ont mené à son “suicide”.

PS : A tous, merci pour ce thread de commentaires suite aux billet d’Eric Freyssinet et de Fabrice, vos réactions bien que vives et passionnées étaient sur le fonds bien plus intéressantes que les affligeants bons mots de nos députés.

Google Offshore : bientôt une réalité ?

google offshore hostingEn 2008, Google déposait un brevet assez singulier. L’idée consiste à proposer un datacenter monté sur barges, mouillant en eaux internationales, directement relié à la fibre noire transocéanique et alimenté par l’énergie des vagues. Ceci peut de prime abord prêter à sourire, mais quand on y pense, avec LOPPSI et son filtrage, ça donne envie.

Même si Google ne mettra pas ce projet à exécution tout de suite pour les beaux yeux de Brice Hortefeux, vu la considération que certains députés portent aux blogeurs, certains pourraient bien avoir envie de quitter le Net hexagonal pour assurer la protection de leur données ou de leur visiteurs et contributeurs. VPN et hébergement Offshore, deux business bientôt très lucratifs grâce à LOPPSI ? On va vous épargner la série “contourner LOPPSI pour les nuls” vu que tout le monde sait déjà comment faire.

Le Net français … tu l’aimes ou tu te casses !

LOPPSI : début des débats à l’Assemblée Nationale … et premiers accrocs

hortefeux loppsiCette fois nous y sommes, Brice Hortefeux est en train d’ouvrir le bal en défendant les résultats de sa politique globale de sécurité et les “bons chiffres” qu’il a obtenu relatifs à la baisse de la délinquance. Premier incident, les blogeurs du célèbre site d’information le Post se sont vus refusér l’accès presse. Petite précision, les blogeurs en question sont Tanguy et Benjamin, à l’origine du site nosdeputes.fr, observatoire citoyen de l’activité parlementaire et qui terrorise plus d’un député, plus habitués à une démocratie à huit-clos. Ce petit incident est particulièrement révélateur de la psychose parlementaire autour de l’intérêt suscité par les lois qui touchent au Net depuis HADOPI. Les politiques ont peur d’Internet, comme les hommes ont toujours eu peur de ce qu’ils ne comprennent pas. Il est donc naturel, quelque part, que ces derniers n’aiment pas les blogeurs… attention, ça va finir par devenir réciproque si vous ne faites pas un petit effort mesdames et messieurs les parlementaires.

On passe à l’exposé des dispositions relatives aux NTIC

  • En 2009 plateforme de signalement de contenus illicites de l’Etat a recensé 10 900 signalements de sites a caractère pédo-pornographiques : “des sites gérés par des trafiquants de l’Internet” selon Brice Hortefeux. Le ministre ne s’acquitera que d’un tout petit mot sur le renforcement de la coopération internationale.
  • L’usurpation d’identité
  • L’Etat veut taper au portefeuille des trafiquants
  • Autorité administrative pourra procéder sans délais à la vente des biens des délinquants saisis
  • Logiciels de rapprochement judiciaires “utiliser des moyens techniques existants” pour effectuer des recoupements (et mon cul c’est du poulet ?… il va falloir qu’on m’explique à quoi va bien pouvoir servir Périclès, cet agent sensé aller récupérer des données nominatives sur les réseaux sociaux pour alimenter on ne sait trop quelle base de données)

Brice Hortefeux insiste à plusieurs reprises sur le fait que ces dispositifs ne donneront pas lieu à la création de nouvelles bases de données … allez, chiche ?

C’est maintenant au tour d’Eric Ciotti, rapporteur du projet de loi de parler, et ça commence très fort

LOPPSI 3 est annoncée par Eric Ciotti !

Une petite référence faite par le rapporteur à ceci … magistrat et avocats dénonçant un projet de loi LIBERTICIDE.

  • Objectif grâce au NTIC le gouvernement vise le taux de résolution des affaires à  50%
  • Glorification de la vidéoprotection, le nouveau nom politiquement correct de la vidéosurveillance ou autrement dit du flicage en HD
  • L’organisation des forces de l’ordre
  • Recours à la visioconférence pour les audiences (vous allez voir que dans LOPPSI 3, pour régler le problème d’engorgement des prisons, le gouvernement misera sur la virtualisation…)

LOPPSI : Un amendement pour filtrer les contenus sado maso

no kangourou net filteringDepuis le temps qu’on vous dit que donner des outils de filtrage à des politiques, c’est comme donner l’arme nucléaire à une colonie de fourmies rouges iraniennes… il fallait s’y attendre. Voici ce qu’il convient de considérer comme tentative dérive d’extension du filtrage en France qui devait se cantonner à la pédo pornographie aux contenus sado maso ! Ce petit chef d’œuvre est disponible ici. On y parle bien d’une extension de l’article 4 …

Pour la petite histoire, souvenons nous que Nathalie Kosciusko-Morizet soutenait un filtrage exclusivement à l’encontre des contenus pédo-pornographiques mais que l’Elysée, dans ses voeux au ministère de la culture laissait clairement entendre qu’il souhaitait l’étendre aux contenus “pirates” … il va falloir vous mettre d’accord … le tout sur fond d’ACTA. Sérieusement vous devenez flippants là !

Le spectre australien commence à  planer autour de la LOPPSI

… en clair, ça sent le kangourou !