TROLL : PHOENIX ou MultideskOS 2.0, Jayce sors de ce corps !

Nous sommes vendredi, le jour du Troll, et cette semaine c’est du lourd, du très lourd qui nous est tombé dessus, le projet PHOENIX, un nouvel OS que l’on ne peut s’empêcher de comparer à MultideskOS, a été initié par deux personnes dont une aime à expliquer la vie aux développeurs Linux et Windows qui sont « des gros nazes qui ne savent pas coder » ….

C’est TRES drôle et ça a d’ailleur fait son petit effet aussi bien sur PCinpact que sur LinuxFR. C’est le peut-être le buzz geek de l’année, ne le ratez surtout pas.

from windows.kikoolol.aero import GUI
from linux.kernel. import sur network
from multidesktopOS.ghost.of.jayce import troll


EDIT———————

Actaruss ayant effacé son post et comme on avait senti le vent venir, je vous propose de vous recoller l’intégralité ci-dessous, ce serait vraiment dommage de perdre une telle perle non ?

——————————————- DEBUT ————————————

Un ami et moi, nous avons décidé de créer un nouvel OS.

Phoenix pour « Environnement d’Exploitation Serviable Populaire Non Issu de linuX »

Popular
Helpful
Operating
Environment
Non
Inherited from
linuX

est le nom (temporaire ?) du projet.

Si vous avez une meilleur idée de nom ou d’acronyme pour Phoenix, n’hésitez pas, mais entre Phoenix et Cortex, nous tenons à garder ce genre…

Je ne peux vous garantir que ce ne soit pas un vaporware tant que le projet, débuté depuis 1 mois, n’aura pas prit plus d’ampleur, c’est à dire tant que nous n’aurons pas crée un site internet (prévu pour dans 1 à 2 ans environ, nos études nous bouffant pas mal de temps), et tant que la première version du noyau ne sera pas sortie.

Je place ce sujet sur le forum en vue de le faire fructifier.
Libre à un modo de l’épingler si ce topic prend de la consistance.

Le but de ce topic est une boîte à idées.

Postez ici toutes les reproches à Linux / Windows, et tout ce que vous aimeriez voir dans un OS.

Je ne mettrai rien de technique sur ce topic dans la mesure où je veux les idées de tout le monde, même celles qui semblent les plus bêtes et les plus simples.

Idée :

En gros :
Nous en avons marre des OS actuels.

– Windows est un système d’exploitation commercial fait par des gens pas super-bons en info, mais qui a l’avantage d’être tourné vers le néophyte qui n’y connaît rien. Commercial en somme.

Avantages
* Il est bien présenté, avec une interface graphique correcte.

* Il a l’avantage d’être simple d’abord.

* Compatible avec un grand nombre d’applications, et surtout avec les jeux.

* Euh… Il est beau.

* Il est beau, ça c’est sûr… Et… Euh… Euh…

Inconvénients
*Sécurité déplorable, puisque Microsoft fait du partenariat avec les boîtes anti-viri qui produisent elles-mêmes la majorité des viri. La sécurité ne sera donc jamais correcte pour des raisons commerciales, en dépit de tout ce que Microsoft a toujours raconté à chaque lancement d’un nouveau Windows.

* Il ne laisse pas de droits d’accès, il verrouille trop de choses (notamment les couches comme la 2, le réseau et Windows, c’est pas l’extase…).

* Les questions de priorité des comptes sont mal gérées, chacun débute sur un compte admin, ce qui est une très grosse erreur.

* L’installation du système est très incomplète, les questions posées et les composants installées et réglages devraient être bien plus nombreuses.

* Le système des DLL est catastrophique, chaque application place des DLL et des drivers n’importe où, ce qui abouti à la polution de system32 et de la base des registres (winrot)

* Le système de base des registres est un enfer, la configuration devrait être dispatchée dans des fichiers. (par exemple, chaque fenêtre devrait avoir son fichier de config avec taille, position, etc.)

* Désinstallation très mal gérée, elles sont souvent très sales, il faudrait un système qui se passe des installations. Il faudrait que le script des installations soit réutilisé pour désinstaller, et qu’il n’y ait qu’un dossier à supprimer.

La notion même d’installer un programme telle qu’elle est définie sous Windows est une hérésie informatique.

– Linux est un système d’exploitation de vieil informaticien, fait par des gens pas non plus super-bons en info (le C bas niveau est bien maîtrisé, mais le niveau de maîtrise du C++ et de l’ASM est catastrophique), mais qui a l’avantage d’être très modulable.

Défaut majeur : Il ne faut jamais taper dessus sur un forum, sinon on se fait latter les couilles. Mais si Linux était si bien que ça, il n’aurait pas que 1% de parts de marché.

Avantages
* Il a l’avantage d’être rapide, bien mieux pensé fondamentalement en terme de perf et de sécurité.

* Avantage des standards ouvert, créer un pilote est enfantin tant qu’on a les spécifications.

* Très bon système des gestion des paquets, pas de désinstallations sales, dépendance bien gérées.

* Bonne sécurisation des applis avec le système SandBox ou le fait que chaque application ne s’exécute que dans son dossier d’installation, pas besoin d’aller placer des DLL ailleurs.

* Pas de base des registres (enfin presque), le choix du « tout fichier » est excellent.

* Très bonne gestion des droits d’accès.

* Excellente gestion du réseau.

Inconvénients
* Sa modularisation est son plus gros défaut : Chaque application doit pouvoir tourner sous différentes distributions, ce qui pénalise son expansion auprès des utilisateur néophytes.

* Enfer des dépendances : Les dépendances aux bibliothèques selon les versions est un défaut énorme. Certaines applis ne tournent parfois que sous d’anciennes versions, ce qui oblige à downgrader son noyau…

L’entretient du système demande un effort de rétrocompatibilité à l’ensemble de la communauté.

* Il est incompatible avec les jeux (et qu’on ose se l’avouer ou pas, Wine reste une vieille daube pourrie qui fait très mal tourner les jeux, imparfaitement, lentement, et avec plein de bugs, et encore quand ils tournent. Même après 10 ans de développement).

* Pas de centralisation du panneau de configuration, chaque panneau de conf devrait être accessible depuis un seul endroit.

* Pas assez d’interfaces graphiques, personne ne devrait jamais avoir à bidouiller des fichiers de conf :

Un truc m’énerve sous nux :

Sous couvert d’un esprit communautaire, c’est en fait un énorme tas d’élitistes hypocrites qui se terre dans la communauté linuxienne, dans la mesure ou la moitié des programmes nécessitent la lecture d’une ReadMe de 30 Ko avant d’utiliser les progs en tapant des lignes de commandes. Puisque l’user a l’honneur d’utiliser linux, il doit se creuser la tête. Ce qui est intolérable.

Les linuxiens ont trop tendance à estimer que l’user doit être capable de bidouiller, ce qui empêche la pénétration du système dans le grand publique.

Que certains soient d’accords ou pas, la « ligne de commande pure et dure » est un concept archaïque et dépassé qui doit être abandonné si Linux veut progresser. Les programmes doivent être graphiques et intuitifs.

Et certains ne l’ont toujours pas compris…

Ce n’est pas à l’user d’aller à Linux, c’est à Linux de s’adapter à l’user.

Bref, à force d’utiliser Windows et Linux (et UNIX, et Solaris, etc.), nous avons finit par être dégoûté des deux.

Nous avons donc décidé de créer notre propre système d’exploitation qui sera un compromis entre les 2, il aura les avantages de Linux ET de Windows, et s’arrangera pour virer les défauts.

Le directeur principal du projet est ingénieur en informatique, en réseau, et en électronique, avec un master de maths. Autrement dit, appelez-le Dieu parce qu’il code comme un Dieu. Qui plus est, il a ses entrées chez Microsoft, donc il connaît bien Windows et les (coûteuses) connaissances de ses spécifications (notamment celles requises pour créer des drivers).

Quant à la motivation, elle évolue par accoups, c’est pour cela que le projet sera peut-être un vaporware… Tout dépend du temps que notre emploi-du-temps nous permettra d’y consacrer.

En ce qui concerne le devenir, le projet sera bien entendu open-source et gratuit. Une double licence permettant aux entreprises de réutiliser le code est à l’étude…

Si le projet mûrit, il sera sans doute confié à la communauté du libre.

En espérant qu’ils seront capable de l’entretenir correctement, à cause de la complexité du code notamment, qui ne sera pas accessible à n’importe qui, même si nous allons essayer de détailler et commenter au maximum.

Pour cela, un autre système de développement communautaire plus élaboré sera mis en place, avec des normes strictes. C’est pour cela que l’idée de développer notre propre langage de prog est né, mais là c’est un peu hard… A voir.

Car le développement à la Linux :
– « C’est bon, le code vous convient ? »
– « Non, moi je trouve qu’il faudrait un P au lieu d’un p ici »
donne un bordel monstrueux.

Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder le langage script Bash : J’ai rarement vu un bordel aussi énorme. C’est puissant, mais la clarté du langage relève d’une bande de trisomiques. Complètement illogique sur bien des points. Ce côté de Linux « bordel communautaire » est vraiment très agaçant.

Les bases :

Nous sommes conscient qu’il est impossible de réécrire un OS entier en partant de rien à 2.

Nous devrons donc reprendre des briques de Linux telles que l’interface graphique
(ext4, Compiz Fusion avec KDE parce que nous n’aimons pas Gnome, Firefox, Thunderbird, etc.), et il nous faudra sans doute y apporter notre contribution. Mais pour l’instant nous n’en sommes pas là.

Nous en sommes en tout début. Au bases des bases.

Après, nous reprendrons un maximum de composants afin de rendre le système le plus polyvalent possible.

La programmation :

La programmation des composants principaux sera faite en assembleur. Norme X86 standard et X64 (AMD64).

La plupart des bouquins d’ASM sont actuellement trop vieux, et l’ASM a évolué depuis.

Ce langage est notre point fort dans la mesure où nous le maîtrisons bien, ce qui est extrêmement rare parmi les informaticiens que ce langage fait fuir.

Nous avons remarqué actuellement, les capacité des processeurs sont sous-exploitées par rapport à ce qu’elles pourraient être. Nous avons donc voulu remédier à cela.

Cela devrait permettre d’accélérer le système d’un facteur allant entre 6 et 20. Donc très rapide (je ne sais pas si vous avez déjà fait de l’ASM mais en terme de perf, il n’existe rien de mieux (mais rien de pire à coder)).

Les parties ne nécessitant pas d’ASM seront faîtes en C++.

Le directeur du projet a émit l’idée de créer son propre langage de programmation pour le reste, mais nous ignorons si ce projet sera maintenu. Personnellement je ne pense pas…

Le compromis :

Le but de notre OS est de concilier les avantages de Linux et Windows.

Le noyau :

Pour l’instant, seul le boot est terminé.

Ca marche, et ça marche bien, vu qu’en assembleur, les choses vont bien plus vite. Cette fois, quand on vous dit que l’ordinateur va s’allumer comme une TV, ce sera vrai.

Pour la structure, nous avons opté pour une sorte de noyau hybride (dans le détail ce sera légèrement différent mais je ne ferai pas de technique sur ce topic).

Pour faire simple : Un gros noyau qui gère le principal (notamment répartir les tâches entre les micro-noyaux) et d’autres noyaux à côté.

Seul ce système nous permettra de concilier Linux et son monolithique modulaire, et Windows avec son nuage de services, le tout étant d’éviter au maximum le bordel de services de Windows, et le fait de devoir sans cesse recompiler son noyau sous Linux.

La principale particularité du noyau résidera dans le fait que, pour parler simplement, le noyau s’arrangera pour que chaque programme utilise toutes les capacités du CPU.

Le principe est identique à la compilation sur chaque machine proposée par feu-Gentoo.

Très vulgairement : Le noyau utilisera un fichier pour chaque type de processeur, et sur ce fichier seront mentionnées les instructions spécifiques aux processeurs ainsi que la transcription des jeux d’instructions de base afin d’utiliser ces instructions spécifiques.

C’est la tâche la plus complexe à mettre au point mais c’est en cours. Le plus difficile est de rendre les choses le plus limpide possible afin de permettre à d’autres de reprendre le travail.

Nous sommes catégoriquement contre le système de noyau Linux, à savoir le système modulable. Le manque d’unicité de ce noyau, le fait qu’il faille réadapter à chaque fois les paquets pour chaque distribution, est un frein majeur à l’expansion de Linux.

Nous pensons que s’il y avait UNE norme Linux et que toutes les applis Linux pouvaient tourner sur toutes les distribs, le système se développerait bien plus vite.

Le fait de ne (pas toujours) pouvoir réutiliser des paquets Debian sous Ubuntu n’a aucun sens. Le but est donc de faire un noyau performant et unifié.

Le noyau devra supporter des applications des 2 système nativement, Windows et Linux, c’est à dire sans émulation (pour Linux, seuls les paquets Debian et autres distribs majeures seront pris en charge).

Sécurité et droits d’accès :

Les comptes Administrateur et Utilisateur ne seront plus seuls.

Il est prévu de tout pousser à l’extrême en faisant 4 ou 5 types de comptes :

– Super-administrateur : Les droits seront supérieurs au « root » du linux actuel. C’est impossible me direz-vous, si vous répondrais-je, avec encore plus de commandes et des priorités totales, notamment sur le Hardware. Destruction de PC garantie pour les bidouilleurs.

– Administrateur : Tous les droits mais des interdictions pour les risques de destruction logicielle / matérielle

– Utilisateur : Compte normal. Interdiction d’installation / désinstallation. Le compte sécurisé.

– Enfant : Compte Utilisateur paramétrable à souhait sur le contrôle parental, les applis autorisées…
Au coeur du système dans la mesure où les enfants vont de plus en plus dans le cyber-world, et c’est pas toujours très bon.

– Invité : Le compte minimal.

Un passe pour l’admin sera demandé à l’installation. Le super-admin sera verrouillé par défaut et accessible que depuis l’admin. Après tout se fera depuis un compte utilisateur avec des élévations de droits requises.
Le système Linux en somme.
Certains applications pourront s’exécuter toujours en admin dès le démarrage, mais il faudra gérer ça de manière sûre.

Centralisation et Sectorisation :

Certains choses devraient être centralisées, et d’autre non.

Les applications ne devraient JAMAIS être centralisées, car elles proviennent de plusieurs éditeurs différents. Microsoft a fait cette erreur cruciale, Linux ne l’a (presque) pas faite.

Chaque application ne pourra donc s’installer que dans son dossier d’installation et pas ailleurs. Ou alors en ayant des droits de super-admin. Pas de composants placés ailleurs que dans le dossier d’installation.

system32 sera le répertoire de Windows et rien de plus, pas de DLL supplémentaire venant de DivX ou Real…
=> Pour l’instant, nous hésitons entre le fait d’obliger à copier chaque bibliothèques dans chaque dossiers d’applications, ou le fait de faire un fichier de configuration (par exemple pour les .exe, permettant de référ

encer les versions des DLL nécessaires).

Je pense que la première se fera, avec une possibilité copie automatique…

Les disques durs se font de plus en plus gros, donc copier un grand nombre de fois la même bibliothèque n’est pas tellement un problème…

Cela éviterait notamment les problèmes de rétro-compatibilité dus au vieillissement des applications qui ne supportent plus les nouvelles versions des bibliothèques…

Typiquement les jeux qui utilisent de vieilles versions de Direct3D ou DirectDraw… Ici, chaque application pourra s’exécuter dans l’environnement de son époque en ayant dans son répertoire une copie du DirectX correspondant…

A voir…

La configuration DOIT être centralisée, car il n’y a qu’une seule configuration, un seul PC. Il faudra donc 1 menu de config avec des interface graphiques pour tout.

Notamment afin d’éviter les conflits de raccourcis claviers, très chiants sous Linux…

Pour ce qui est des systèmes d’interface graphique, il faudra collaborer avec l’équipe de KDE / compiz-fusion… A voir…

La base des registres de Microsoft ne devrait pas être centralisée. Chaque clé de registre d’un programme devrait être dans un fichier genre .reg contenu dans le dossier de celui-ci.

Un équivalent de gestion du registre est à l’étude pour Phoenix, car il faudra forcément gérer cette plaie.

Drivers :

Support des pilotes des 2 systèmes nativement, avec en priorité le support des pilotes graphiques Windows.

Les pilotes Linux sont très faciles à créer, du fait de la limpidité des standards. Tant que l’on a les spécifications du matériel, tout fonctionne bien.

Les pilotes windows sont très chiants à créer, et il faut payer cher pour avoir les normes. Mais ils sont incontournables, surtout au niveau graphique.

Le fait est que Linux ne tourne correctement que sur du matériel standard. Il faudra donc remédier à cela.

Le prise en charge devra être effectuée sur les micro-noyaux parallèles à cause de l’évolution des normes.

Le support du plug and play, très mal géré sous linux, sera essentiel ici. Support du stockage de masse, des baladeurs mp3, et des téléphones portables.

Inclusion de drivers propriétaires obligatoire donc. C’est un frein pour certains linuxiens, mais pas pour nous.
Exécution sécurisée :

Contre les viri, il faudrait un système permettant d’identifier nativement un virus de manière heuristique.

Linux n’a pas le défaut des viri car les dépôts des packages sont bien protégés. Mais aller chercher des paquets ailleurs devient dangereux.

L’exécution d’un exécutable devra donc conduire à son analyse, et une sorte d’UAC devra prévenir l’utilisateur en cas de réalisation de certaines opérations dangereuses (pas de fenêtre ouverte, écriture dans le système, etc.), le tout conduisant à un % de probabilité de virus et à un avertissement.

Le tout étant de ne plus jamais avoir à utiliser d’anti-virus, de les rendre obsolètes, à moins qu’un type s’amuse à exécuter un virus en super-admin.

Gestion du réseau :

Celle de Linux sera conservée, bien meilleure. Il faudra faire quelques modules pour la compatibilité windows, mais rien de bien méchant.

DirectX et émulation :

La prise en charge des jeux vidéo est une nécessité aujourd’hui.

C’est chiant à dire, mais Windows ne reste n°1 du marché qu’à cause de 60Mo de DLL.

Il sera donc essentiel ici de prendre en charge directX, le support de toutes les versions jusqu’à la 11 devra être prévu sans devoir tout réécrire (en réutilisant les DLL de Microsoft).

De même, l’émulation des consoles devra être une priorité, des vieilles consoles jusqu’à la PS2 et XBOX.

C’est là que les micro-noyaux vont aider, notamment avec le support du noyau Windows.

Il faudra s’arranger aussi pour articuler les applications graphiques comme KDE/Compiz et les jeux vidéos sans avoir de conflits (style désactiver l’un quand on lance l’autre…), système à l’étude, idées bienvenues.

Chiffrement :

A l’heure où nous entrons dans les rêves d’Orwell avec des lois votées de plus en plus liberticides, il apparaît comme nécessité de créer des système sécurisés nativement.

à la clé

– Support du chiffrement de dossier

– Support du chiffrement de disques durs

– Support de plusieurs types de chiffrements via des modules

– Support des chiffrement multiples (selon la clé que vous entrez au départ, seuls certains fichiers seront visibles ou pas, permettant de cacher une partie de son disque dur, en cas par exemple de confiscation du PC par les autorités)

– Possibilité d’effacement d’un fichier par réécriture successive afin de le détruire complètement (les flics peuvent remonter jusqu’à 32 fois chaque clusters)

Les problèmes juridiques :
Nous avons décidé de nous passer des problèmes de licence. En effet, il existe des brevets sur le double-clique, sur le clique droit, sur la barre de progression…

Il est évident qu’un système libre compatible DirectX fera hurler Microsoft.

Nous avons décidé d’ignorer ce problème, estimant que les brevets étaient un inutile frein à l’innovation. Nous verrons en temps voulu…

Où ça en est :

Au début.

Pour l’instant, ce projet reste un ensemble d’idées.

Seules quelques milliers de lignes de codes ont été écrites, les prémices du noyau.

Cela représente bien peu de choses, mais il est indispensable de savoir où nous voulons aller.

Donc n’hésitez pas à balancer ce qui passe par la tête, tant que ça reste constructif.

Je répète que ces idées devront concerner le bas-niveau, pour l’interface graphique et toutes ces fioritures, on en est pas encore là.

———————————- FIN —————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.