Utilisateurs de Windows : on continue à se payer votre tête avec des antivirus qui inventent eux même les virus

badvistavirus.gifMise à jour payantes, psychose sécuritaire, virus et antivirus, adwares, vente liée, logiciels impossibles à désintaller proprement …

Par delà le côté anecdotique des clichés du monde propriétaire, il est un marché des plus juteux, celui de la sécurité. Si les produits Microsoft n’étaient pas notoirement la cible de beaucoup de virus, ce marché se porterait surement moins bien.

Dernier scandale en date : Media Port, une société asiatique ayant réussi à vendre les mises à jour d’un un scareware du nom de Doctor Virus à pas moins de 1,24 millions de personnes (sur 4 millions qui auraient essayé ce logiciel). Un scareware est e un logiciel programmé pour vous balancer des alertes virales alors que votre machine se porte très bien et n’est la cible d’aucune attaque. Un scareware exploite directement la crédulité de l’utilisateur est c’est très rentable. Ce type d’arnaque est évidemment une exclusivité Windows. Dans un modèle sain, où le code source d’une application est disponible, une telle arnaque n’aurait jamais été envigsaeable. Pour être clair, seul un code ouvert serait en mesure d’essuyer les doutes qui peuvent planer sur des éditeurs d’antivirus bien plus connus (qui ne s’est jamais demandé si ces virus n’étaient pas l’oeuvre des auteurs d’antivirus eux même ?)

Le monde propriétaire est une porte ouverte aux abus de confiance de personnes crédules car peu versées dans ces problèmes de sécurité qui sont par nature complexes à appréhender.

N’oubliez jamais que la sécurité, ce n’est pas un produit mais un process (un ordinateur sécurisé est un ordinateur éteint, surtout quand il embarque Windows). Par nature, un environnement Open SOurce est plus sécurisé car on ne cherchera jamais à vous cacher des choses, au contraire, on les montre pour que ceux qui en ont les compétences puissent modifier et corriger le cas échéant des défauts de conception pouvant entrainer des failles de sécurité. Cette transparence est ce qui manque le plus à l’environnement Windows et tous les logiciels non open source qui vous sont fort souvent livrés avec des spywares.

Pour l’anecdote sachez que la présidente de cette société a été interpelée mais l’arnaque porte quand même selon Silicon.fr sur la somme rondelette de 6,4 millions d’euros.

Une bonne raison supplémentaire pour vous tourner vers Linux ?

Visitez le site web d’Ubuntu, un environnement, ouvert, simple, facile à installer, gratuit, sécurisé et pensé pour l’utilisateur final capable d’exécuter toutes les taches quotidiennes de bureautique, web, traitement photo, vidéo … et bien plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.