Neutralité du Net + Pascal Rogard® (SACD©) = ☠

Toujours suite à cette magnifique série d’interviews réalisée par l’ARCEP, en voici une qui a de quoi faire bondir n’importe qui. Même sans être internaute ou pire, “absolutiste de l’Internet” pour reprendre l’expression de Frédéric Mitterrand, on sent que Pascal Rogard s’empêtre dans le schéma désormais devenu un classique : celui du moine copiste de DVD Vs les internautes qui sont tous des voleurs et qui tuent des artistes … même s’il n’est toujours pas fichu de nous communiquer une étude sérieuse sur le sujet… vu que les études sérieuses et de sources indépendantes disent exactement le contraire… Même s’il ne veut pas entendre parler d’étude d’impact faisant le bilan de la débilité de la politique menée jusque là, j’ai nommé les DRM.

Avant toute chose, histoire de ne pas me qualifier de pirate absolutiste anonyme travestissant les propos de personnes de super bonne foi, je vous demanderais de visualiser avec attention cette vidéo.

On commence en plongeant directement dans la caricature grotesque, histoire de ne pas perdre de temps et de poser des bases solides à ce qui va suivre : «il y a ceux qui disent que tout doit circuler librement et qu’Internet est une zone de non droit». Ah… voici une première information interessante sur la perception que Pascal Rogard a du Net… Depuis quand la libre circulation de l’information fait d’Internet une zone de non droit ? La liberté d’expression fait-elle d’une démocratie une zone de non droit ? La libre circulation des personnes a t-elle fait de l’Europe une zone de non droit ? La vision de Pascal Rogard sur ce point me laisse pantois. Comment une personne d’apparence si instruite peut elle faire ce genre d’amalgame pitoyable ?

Maintenant que le ton est donné, tout y passe, à commencer par la plus grosse énormité que j’ai pu relever jusque là dans cette excellente série d’interviews de l’ARCEP: «le Net est destructeur de valeur pour la création». Comme je sais par ailleurs que Pascal Rogard est tout sauf un imbécile, on va mettre ça sur le compte d’un bon mot, d’une phrase choc, directement à destination des pouvoirs publics dont il abuse allègrement de l’e-gnorance pour obtenir le beurre, l’argent du beurre (pour ça c’est déjà dans la poche), et maintenant le cul de la crémière. Pour répondre simplement à Monsieur Rogard, je lui signifierais quelque chose qu’il sait parfaitement : si dans 2 ans son business n’est pas sur Net, c’est qu’il est appelé à mourir. Ne croyez pas ceux qui vous disent que mourir n’est pas facile. On notera également l’aberration économique qui est la confusion (volontaire) entre la notion de valeur et de profit financier… ou alors il faut m’expliquer par quelle loi anti-gravitationnelle un téléchargement d’oeuvre parvient à en réduire sa valeur. Parlons justement profit financier, comment les sociétés de gestion collective comptent expliquer ceci. C’est assez facile de crier à la crise à cause de l’Internet, de virer des salariés, et de s’octroyer de substantielles augmentations … c’est de la faute d’Internet ça aussi ? Ou c’était juste de petites augmentations pour fêter Hadopi ? J’y vois comme un certain contraste quand Pascal Rogard dit défendre la création … et les créateurs.

Puis, histoire de bien prouver à tout le monde qu’il ne sait pas de quoi il parle, Pascal Rogard affirme que : «non je n’ai pas de définition de la Net Neutralité, par contre je sais que la Net Neutralité ça peut pas être la Net impunité». Ca c’est la seconde phrase choc ! A traduire par “ce n’est pas parce que je ne sais pas de quoi on parle que je n’ai rien à dire”.

Sur la question des enjeux du débat : Pascal Rogard découvre le Net «le centre de la valeur sur Internet n’est ni chez les réseaux, ni chez les créateurs»… là encore pour répondre simplement à Monsieur Rogard, s’il y avait une centralisation de la valeur sur Internet, on appellerait ça le minitel. Internet, acentré, valeur aux extrémités du réseau, … Benjamin Bayart explique ça très bien, il serait de bon ton que Monsieur Rogard s‘instruise une petite heure pour éviter de dire ce genre d’ineptie.

Ensuite, on retrouve une idée que tout le monde s’étonnait d’entendre de la bouche de Nicolas Sarkozy : «c’est pour ça que par exemple je vais proposer la mise en place d’une taxe sur des entreprises qui font de la recherche et que je trouve que ces gens là ont beaucoup de ressources et financent peu la création» … Si besoin en était, on sait maintenant qui bourre le mou présidentiel … Pascal Rogard oublie un léger détail, il n’est pas élu de la République, il n’a donc rien à proposer en matière fiscale.

Pascal Rogard nous fait ensuite la splendide démonstration Myardienne, de manière fort habile, qu’Internet c’est le mal. Car vous ne le saviez peut être pas mais Pascal Rogard milite “en faveur de la protection de la vie privée“, et son Internet à lui, comme celui de Jacques Myard, le profile, le piste, le trojanise, l’oppresse, le viole et le vole… bref encore une personne qui confond Internet avec le tandem Windows/Internet Explorer (bien connu sous le nom générique d’ “aspirateur à spywares et autres virus”).  Et oui Monsieur Rogard, vous seriez surpris de voir à quel point “mon Internet à moi” est plus propre que le votre… Allez je vous donne une piste et une autre, et encore une autre pour encore plus de propreté.

On attaque ensuite un truc super en rapport avec la Net Neutrality  : «ceux qui piratent c’est quand même une énorme lâcheté, très très lâche, parce que  ce sont des gens qui sont cachés, ils ne seraient même pas capables d’aller voler quelque chose dans un magasin, ils utilisent des outils technologiques  (…) il m’interpellent dans les blogs et sont cachés par des pseudos (…) ce qui caractérise la piraterie c’est la lâcheté». Et hop, voilà qu’on nous ressert le couplet des internautes lâches et anonymes qui ne font rien que diffamer des gens toujours irréprochables. Vivement une police internationale de l’Internet, vivement une nationalisation de l’Internet !

Alors premièrement Monsieur Rogard, vous avez tendance à assimiler tous les internautes qui vous interpellent à des pirates, comme s’il fallait être un “pirate” pour relever les âneries que vous débitez à flux tendu et prendre la mesure de toute la mauvaise foi dont vous êtes capable. Et comme on n’en est plus à un amalgame idiot près, vous nous sortez le couplet réchauffé de l’anonymat très relatif des internautes qui vous interpellent. Etrangement, quand Nadine Morano veut savoir qui se cache derrière une adresse IP ou derrière un blog, elle y arrive.

Et quand on demande à Pascal Rogard ce qu’il attend, c’est avec un formidable aplomb qu’il nous lâche «j’attends que les lois de la République soient appliquées» … S’il n’y avait pas là une petite subtilité sémantique de votre part, nous serions parfaitement d’accord… mais non Monsieur Rogard, ce que vous attendez c’est qu’on fasse des lois rien que pour vous et que l’on tienne votre profession sous perfusion, c’est exactement ce que vous avez tenté de faire avec HADOPI 1, ce que vous avez réussi très partiellement avec HADOPI 2, ce que vous nous préparez avec HADOPI 3, et ce que vous venez de nous dire très explicitement avec votre “taxe Google”. Et le plus drôle là dedans, c’est que vous vous faites passer pour assez naif en émettant l’idée que des mails de l’HADOPI (Autorité que vous êtes au passage le seul à qualifier de  «compétente», ce qui ne manquera pas d’en faire rire plus d’un) puissent partir prochainement. Permettez moi d’écraser une larme, je vous garantis que c’est pas demain la veille … vu l’équipe de bras cassés qui rédige les décrets d’application ou qui va devoir se taper les spécifications du logiciel de “sécurisation” sans lequel aucun mail ne partira (rendez vous en juillet 2012).

Vous avez quand même le bon goût de conclure sur l’offre légale, mais quel crédit vous donner quand celle ci a été absente de l’intégralité des débats d’HADOPI 1 et HADOPI 2 ?

On vous a vu franchement plus en forme Monsieur Rogard.

HADOPI : Pascal Rogard nous fait une crise d’NKMite aigue et se projette dans l’après HADOPI

Je n’ai jamais caché une certaine fascination pour Pascal Rogard, contrairement à de nombreux partisans de la riposte graduée, il ne s’en laisse pas compter. Tout d’abord parce qu’il connaît sur le bout des doigts les problématiques de sa filière, mais aussi et surtout car contrairement à de nombreux députés qui avouent volontiers être de bons godillots…

… Pascal Rogard sait très bien que ce texte sert bien plus la SACD, la SACEM, la SDRM, le SNEP … et tous les “S”machin aux systèmes de répartitions les plus opaques possibles.
Homme de lettre, brillant orateur, il tient à jour un blog que je lis fort souvent.
C’est _encore_ un billet de son blog qui m’amène à réagir aujourd’hui. L’exercice n’est pas simple, mais nous allons nous y risquer.

Le projet de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet a été définitivement adopté par le Parlement.Il sera sans doute ensuite avant promulgation soumis au conseil constitutionnel qui devra juger de sa conformité à nos textes fondamentaux.

Dés le départ, on ne peut pas être d’accord avec la tournure de la phrase de Mr Rogard (et le pire c’est qu’il n’invente rien puisqu’il s’agit du pedant intitulé de la loi Création et Internet), une phrase martelée car vitrine bienséante de l’odieux projet de loi qu’est Création et Internet. Je mets au défi quiconque de trouver dans ce texte une seule ébauche d’embryon d’action concrète qui va favoriser la “DIFFUSION” … J’ai beau chercher je ne trouve pas. Peut être Monsieur Rogard est-il dans le secret des Dieu au point de nous confier que les studios Universal sont sur le point de lancer un logiciel de p2p “légal” pour aider à la diffusion payante de son catalogue qui de part sa qualité fera bien plus de hits que tout Pirate Bay … allez savoir.
Concernant la protection de la Création, là encore, il faut n’avoir jamais surfé pour ne pas se rendre compte que la création elle même n’a jamais eu besoin d’être protégée (merci d’éviter de confondre la “Création” et les “œuvres”), pour la bonne et simple raison qu’elle n’a jamais été en danger. Les personnes “bienveillantes” qui souhaitent la protéger sont soit des e-gnares (comme Jack Lang), soit des personnes qui souhaitent protéger ce qu’elles grappillent dans la poche des créateurs… mais sûrement pas les créateurs eux mêmes une nouvelle fois.

En ce qui concerne les normes européennes, la commissaire en charge du Paquet Télécom Viviane Reding vient de rappeler que si ce texte ne lui plaisait pas politiquement, il n’était en rien contraire au droit communautaire.

Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, quand bien même nous devrions attendre la première jurisprudence cassant la sanction d’une autorité reconnue non conforme au droit européen pour appliquer une sanction, le droit communautaire n’existe pas vraiment sur ces points, il existe par contre de grands principes, devant lesquels la Cour de Justice Européenne risque d’avoir à trancher plus tôt que prévu. Bien malin celui qui peut aujourd’hui déclarer le texte Création et Internet et le principe de riposte graduée conforme ou non au droit communautaire.

Et puis on va essayer de la faire simple pour le moment et éviter toute spéculation :
L’amendement 138 adopté par les députés européens stipule que seule une autorité JUDICIAIRE peut appliquer une sanction
L’HADOPI, comme son nom l’indique est une autorité administrative qui va être chargée d’appliquer une sanction.
Le droit européen primant sur le droit français … Suite au prochain épisode …

Une façon habile de renvoyer chaque camp dans ses buts et de favoriser un compromis qui permette l’adoption du paquet télécom pris en otage par la volonté de parlementaires européens français de défaire à Strasbourg ce qui est voté à Paris.

Et oui, c’est bien ça, favoriser un compromis, ce compromis que le gouvernement n’a jamais voulu entendre pendant les débats c’est bien ça ? le machin avec la double peine, l’autre bidule avec l’amende … pourquoi nous parler de compromis aujourd’hui alors que le texte Création et Internet a été adopté dans sa version la plus répressive possible ? Pourquoi le Paquet Telecom concéderait-il en plus au gouvernement français le droit de faire _vraiment_ n’importe quoi ?
Concernant la “prise d’otage”, une fois encore, si on pouvait éviter ces termes détournés de pirates, de flibuste, de terroristes (…) le débat s’en trouverait apaisé et il y a fort à parier que notre communication mutuelle serait un tantinet moins entravée. Si non, les “preneurs d’otages” sont fiers de tenir tête aux lobbys d’improductifs souhaitant orwelliser notre société pour exploiter un peu plus encore les 90% de créateurs qui crèvent pour contenter les ?? % à qui des sociétés d’auteurs reversent plus qu’un SMIC chaque mois (c’est amusant comme aucune société d’auteur n’est très communicative sur ?? % d’auteurs qui vivent de leur système de répartition si bienveillant) … grand bien nous en fasse. Dans cette escalade sémantique, personnellement, je n’hésiterai pas à qualifier les sociétés d’auteurs et les majors d’esclavagistes ou d’aspirateur à brouzouf … ni plus ni moins.

Concernant le fonctionnement de nos institutions maintenant, Strasbourg ne “défait” pas ce qui est fait à “Paris”, d’ailleurs si on se réfère aux principes élémentaires de droit international ou de droit communautaire dans notre cas, c’est plutôt Bruxelles qui doit faire et Paris s’aligner en adaptant son droit national au droit communautaire. Mais notre exception culturelle française semble ête si forte qu’elle s’accommode bien de sa propre vision en jouant d’intimidations et de pressions sur le Parlement Européen pour que ce dernier se plie à ses exceptions (souvenez vous le premier retrait de l’amendement 138 et de la missive de Nicolas Sarkozy à Monsieur Barroso.

Le débat sur sur la loi a été passionné, mais il n’est pas sur que nos concitoyens aient bénéficié d’une information sérieuse sur le sujet.

Mon dieu ce que Pascal Rogard a raison :

  • Les auteurs ont été informés par le biais de scandaleux courriers de propagande que je me laisse le droit de publier ici ;
  • l’opinion publique a été sensibilisée grâce à l’immense jaimelesartistes.fr (oui je sais c’est pas clicable), chef d’œuvre de mythomanie gouvernementale ;
  • pas une seule étude sérieuse n’a été réalisée, ni sur l’état des lieu ni sur l’impact d’une telle loi ;
  • strictement AUCUN débat contradictoire pendant les débats de l’Assemblée et des réponses gouvernementales qui fleurent bon l’amateurisme, l’improvisation et pire, l’ignorance ;
  • pas une seule piste de modèle viable en dehors de Deezer qui n’a jamais gagné d’argent (à croire que Mme Albanel a des actions pour cette startup tant elle l’a encensé pendant les débats … et de notre point de vue c’est une ânerie … ou une nouvelle manière d’envisager la copie privée le plus légalement du monde, c’est selon).

… rien, la steppe Yacoute ! On sensibilise l’opinion à coup de “les vilains pirates sont des terroristes pédo violeurs qui vendent de faux médicaments et font exploser des bombes aux quatre coins du globe ” … Là c’est sur qu’avec une telle entrée en matière, les débats n’allaient pas s’en sortir grandis…

Si vous avez la mémoire courte, voici un rapide best of en vidéo :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Pour voir cette vidéo dans son contexte avec le splendide article qui l’accompagne dans lequel Muriel Marland Militello qualifie les internautes de terroristes, c’est par ici.

… on va s’arrêter là pour le moment niveau vidéo… mais vous conviendrez qu’en terme d’information, il n’y a pas de quoi être fier de ce que les pro HADOPI ont pu nous apporter comme preuve des effets négatifs d’Internet sur la Création, ni sur la manière dont ils l’ont fait. Il n’y a pas non plus de quoi être fier des réponses apportées à ce faux problème par 5 lobbystes dans un garage qui souhaitent faire passer une répression disproportionnée pour de la “pédagogie”… La seule pédagogie efficiente du projet de loi création et internet, c’est que beaucoup d’utilisateurs vont finir par savoir se servir de Google … à bon entendeur.

Les conditions rocambolesques du premier rejet par l’Assemblée Nationale ont surtout renforcé un antiparlementarisme toujours rampant dans notre pays car les français n’ ont retenu qu’une chose l’absentéisme des députés en séance.

Personnellement, ce que je trouve rocambolesque c’est le cumul des mandats et l’incapacité de certains députés godillots à avoir conscience de ce sur quoi ils légifèrent. Allez magnéto Serge :

Mais en prince de la prose, Pascal Rogard parle d’antiparlementarisme, c’est très intéressant comme approche et c’est un mot de plus pour qualifier les internautes que l’on ajoutera aux mots : “voleurs”, “nazis”, “terroristes” ( … ) D’ailleurs les internautes ne sont pas des citoyens c’est bien connu, pourquoi seraient ils respectueux du Parlement après tout ?

La majorité présidentielle s’est divisée sur le sujet mais a largement voté le texte et le PS a réussi à l’Assemblée Nationale a conservé une quasi unanimité pour s’y opposer à l’exception toutefois de Jacques Lang qui a retrouvé ses accents de grand Ministre de la culture pour défendre la création française.

Elle et bien bonne 😉 Et non Pascal, vous le savez très bien, notre ami Jack Lang est en manque de planque en ce moment, il s’ennuie à mourrir dans cet hemicycle, d’ailleurs il n’y va jamais :

Travaux parlementaires depuis 2007 (13ème législature) :

  • Aucune intervention en séance
  • 1 intervention en Commission : le 10 Septembre 2008 à 10h
  • Aucun rapport d’information
  • Aucune proposition de loi (signataire de 5)
  • A voté seul parmi les socialistes pour le projet de loi gouvernemental de réforme de la constitution lors du Congrès de Versailles du 21 Juillet 2008 alors que le vote s’est joué à deux voix près

… c’est dire la bête de travail qu’est ce “grand ministre” pour prendre position sur un thème qu’il connait sur le bout des doigts vu son assiduité 🙂 … très franchement cher Pascal, notre ami Jack serait resté dans sa léthargie, ça n’aurait pas changé la face du monde. Et vu le ridicule du monsieur sur ce sujet, il aurait du s’en tenir à cette léthargie. De grâce ne me parlez pas d’antiparlementarisme, je suis juste anti improductifs … qui plus est quand ils se payent le luxe de ramener leur fraise alors que nous les pensions mort.

Mais le PS devra recoller les morceaux avec les créateurs ce à quoi Martine Aubry s’est déjà employée en dépit des expressions malheureuses de Christian Paul qui a vite, trop vite et maladroitement tenté de récupérer une démarche de cinéastes avant tout soucieux d’une explication franche.

Et oui quelle perte de temps pour Martine Aubry et Christian Paul que d’expliquer à ces artistes plein de talent et d’avenir que sont Pierre Arditi et Maxime le Forrestier dont les chefs d’œuvres polluent les trackers torrent a un point tel que l’on ne peut plus télécharger un film porno sur Bit Torrent sans tomber sur un fake réalisé par Bertrand Tavernier avec en premier rôle Pierre Arditi sur une musique de Maxime le Forestier !
Peut être que si on se cotisait pour payer des cours de vulgarisation informatique à ces fantastiques artistes, il passeraient un peu moins de temps à embêter les gens qui travaillent.

L’après Hadopi commence et il sera nécessaire de revenir très vite au postulat de base de la loi:
L’internet n’est pas un ennemi de la création .

C’est trop tard cher Pascal, c’est une déclaration de guerre que le Ministère de la Culture a fait aux internautes :

  • en insultant leur intelligence
  • en éloignant un peu plus certains artistes de leur public
  • en levant le voile sur le lobbying obscurantiste et les grossières manipulations ;
  • en ne tolérant aucun débat contradictoire (menant même au licenciement d’un salarié de TF1, et TF1 d’avouer que les pressions du Ministère de la Culture étaient trop fortes)…

Il va falloir se payer des sacrée agences de communication pour redorer le blason des pro HADOPI d’ici quelques mois.

Bref c’est amusant que vous pensiez seulement maintenant à l’après HADOPI, car les internautes eux, ils y sont déjà dans l’après HADOPI, et Google aussi. Vous avez fait le choix d’avoir un train de retard à chaque fois, il faut donc l’assumer maintenant.

Un chantier numérique est ouvert celui du développement d’offres légales gratuites et payantes attractives qui permettent de marginaliser les pratiques illicites et créer autour de la rencontre des auteurs avec leur public un nouveau consensus.

Ahhhhh l’Arlésienne de l’offre légale, il ne manquait plus qu’elle … au fait vous en êtes où, là, depuis 10 ans, sur l’offre légale ? Les internautes vous ont toujours devancés sur les formats, sur les canaux de diffusion, même sur l’offre légale … avez vous une raison sérieuse de penser que ceci va changer ?

Just for fun :

Et celle ci n’a rien à voir puisqu’elle provient de cet article :

Dernier avatar de ce triste débat, les sordides manœuvres génératrices de petites phrases sur l’age des capitaines.

Permettez moi d’écraser une larme. Le terroriste nazi pirate que je suis va _encore_ se permettre une digression sordide : oui il est grand temps que notre pays confie à des spécialistes des missions d’études sérieuses et contradictoires avant de voter des âneries à la chaîne par simple cyber ignorance et par peur de l’inconnu (revisionnez la vidéo précédente)… et le pire c’est que ce n’est pas une question d’âge, comme le dit très bien jean-Pierre Brard, c’est peut être juste une question de volume du sonotone.

Nous sommes jeunes, ils sont vieux. Des artistes vieillissants soutenus par des politiques vieillissants dont nous sommes prêts à prendre la relève.

Et oui Pascal, il est surprenant que vous ne connaissiez pas les principe pourtant simple qui pousse Dame Nature à passer un coup de karsher dans l’hémicycle comme sur nos écrans. Et oui, nous sommes jeunes, nous connaissons notre environnement car c’est nous qui le construisons. Si vous êtes aussi intelligent que je le pense, vous devez vous douter que nous ne créons pas cet environnement pour le livrer en pâture à des e-gnares incapables d’ouvrir le manuel ou de demander conseil à des gens éclairés. D’ailleurs au passage si vous en avez le temps, j’aimerai bien comprendre pourquoi les copies de films et séries US sont encore dupliquées en laboratoire et acheminées par pigeons voyageurs en Europe plusieurs mois après leur sorties aux USA … Ne vous a t-on pas informé de la présence de tuyaux transatlantiques qui pourraient vous faire gagner un temps précieux ? Ça fait bien une quinzaine d’années déjà maintenant, … ah mais le net, c’est malheureusement trop rapide, trop propre, ça court-circuite trop d’intermédiaires … ces “emplois menacés” de la distribution détenus à 90% par des majors dont les bénéfices n’ont jamais cessés de croître.

Cours Magistral : lobby for dummies by Pascal Rogard

Pascal Rogard donne des cours de lobbying aux anti HADOPI, après les salariés de Microsoft qui se proposent de venir installer Linux dans les écoles, voici le Petit Lobiste illustré par Pascal Rogard.
Aujourd’hui leçon numéro 1 : le coup de fil à son député.

Dans la Leçon numéro 2, nous attaquerons le courrier au député.

Une manière sans doute pour Pascal Rogard d’éluder les dernières nouvelles du front où, en vrac, la coupure pourrait être remplacée par une amende, ou encore les dernières nouvelles des gus de Nouvelle Zélande, ou enfin le tout récent vote des gus de l’Union Européenne qui taille un costard à l’HADOPI.

Nouveau site de la SACD sur Typo3, une oeuvre de l’esprit open source qu’elle ne reconnait pas

Un tout petit billet sur mes amis de la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques), dont je suis très régulièrement le blog tragi-comique (Haaaaan !! … du WordPress, un logiciel libre de pirates de l’internet) de son dirigeant, Monsieur Pascal Rogard, qui distile une désinformation permanente sur des projets de loi dans l’air comme Création et Internet, selon lesquels il faudrait en vrac :

  • tuer tous les réseau wifi ;
  • fliquer tous les internautes en créant des milices légalisée faisant appliquer l’exercice d’un droit privé (comprenez servir l’intérêt de sociétés privées) ;
  • interdire l’utilisation de logiciels non certifiés par un organisme administratif ;
  • saisir des disques durs d’internautes sur simple suspicion et sans aucune preuve tangible autre qu’une adresse ip et une adresse mac (toutes deux falsifiables);
  • couper la connexion des internautes suspectés d’avoir télécharger un mp3 ;
  • tuer le logiciel libre a cause du p2p et changer les termes de la licence GPL ;
  • créer un internet soviétique en tuant son modèle ouvert … j’en passe et des meilleures

La SACD a donc refait son site web en utilisant TYPO3, un excellent système de gestion de contenu, voir un framework, open source. C’est assez amusant quand on connaît la conception de la création et de l’internet vue par Monsieur Rogard. Selon son courrant de pensées, Internet nuirait à la création, ce qui ne l’empêche pas d’utiliser l’un des symboles de la création issue de l’Internet qu’il souhaite par ailleurs voir mourir.

Est-ce un choix économique (ne pas payer de licence) ? Est-ce un choix technique (merde, le logiciel libre ça marche!) ?

La SACD a t-elle fait une donation pour encourager la création sur ce logiciel libre ?

En choisissant un logiciel libre est-ce que cela veut dire que la SACD n’encourage pas la création, ou tourne le dos à l’innovation au grand dam de l’AFDEL, en ne payant pas de licence logicielle.

… En outre, je crois me rappeler qu’il existe une extension bittorrent pour Typo3 … ne faudrait il pas en toute logique interdire Typo3 ?

C’est toujours un grand bonheur de voir des croisés de la défense “des oeuvres de l’esprit” diffusées depuis 20 ans sur un support ridicule, périssable et “DRMisé”, utiliser une oeuvre de l’esprit que par ailleur ils veulent exterminer.