Reflets.info est censuré par @Maroc_Telecom : #FreeAnouzla

Ali-AnouzlaC’est probablement suite à un article évoquant la censure des sites lakome.com et fr.lakome.com  que Reflets.info se voit censuré depuis cette nuit par le fournisseur d’accès national marocain, Maroc Telecom. Reflets entre ainsi au panthéon du terrorisme marocain pour son allégorie de l’iceberg, un article vous le noterez qui a tout ce qu’il faut comme critères objectifs pour être assimilé à une incitation au terrorisme, argument brandi par le pouvoir marocain pour priver illégalement de liberté le responsable de Lakome, Ali Anouzla, depuis maintenant plus d’un mois.

La stupidité de cette censure n’a d’égal que la peur d’un régime fébrile qui ne sait plus quoi faire pour étouffer la liberté de la presse, pour manipuler l’opinion publique et surtout, pour essayer de préserver ce qui lui reste de crédibilité.

En France nous pouvons regretter que nos politiques cautionnent par leur silence la vente de systèmes de surveillance de masse et de censure à un pouvoir marocain qui affirme jour après jour sa volonté de museler toute opposition en brandissant l’argument du terrorisme. En vendant un Eagle au Maroc, et pour une poignée de millions d’euros de quoi stocker l’ensemble des métadonnées des communications des marocains, la France par le biais des sociétés Amesys, ServiWare et Alten pour ne citer qu’elles, cautionne le muselage de la presse et du peuple marocain, tranchant ainsi fortement avec les atours de chantre des droits de l’Homme que notre république est sensée incarner.  Le silence des politiques à ce sujet est intolérable et sur Reflets.info comme ailleurs nous n’aurons de cesse de dénoncer les mensonges hypocrites de ces derniers quand ils affirment qu’il s’agit de matériel grand public et que ce dernier n’a à souffrir d’aucune autorisation à l’exportation.

xaqxa

La censure illégale de Lakome et celle totalement absurde de Reflets.info par Maroc Telecom ne sont qu’une illustration de plus d’un pouvoir fébrile qui n’a pour arme que de tenter de dissimuler l’information, comme on cacherait de la poussière sous un tapis. Personne n’a jamais arrêté l’océan avec ses mains. Face à Internet, dont il a visiblement une peur bleue, le pouvoir marocain aura beau s’équiper de tous les outils de censure que la France ou d’autres pays qui se font chantres des libertés voudront bien lui vendre, son illusion de pouvoir finira par s’écrouler. On ne nourrit pas un peuple qui a faim d’information et de liberté avec des matraques, soient elles numériques.

T’as bien la trouille là ? Tu vas l’acheter ma suite Norton Antivirus 2014 Cafetière Edition ?

Da-pedo-nazi-mixerCette fois, c’est là fin ! Oui encore une fois ! La fin de la cyber paix, Internet est bientôt en guerre. Et ça va être une véritable boucherie, la cyber apocalypse. Rien n’y résistera, ni les centrales nucléaires, ni le respirateur artificiel de belle-maman, ni le pacemaker du chat, ni votre frigidaire, pas même votre cafetière ! La fin des internets tels que nous les avons connus jusque là. C’est Reuters qui le dit, c’est forcément du lourd, d’ailleurs si la presse reprend cette information, c’est que la menace est sérieuse et imminente non ?

Les spécialistes de la cybersécurité connaissent d’innombrables moyens par lesquels des hackers peuvent semer le chaos en piratant des infrastructures essentielles ou en infiltrant les systèmes informatiques d’entreprises pour dérober des données ou procéder à de l’espionnage industriel, mais c’est ce qu’ils ignorent encore qui les inquiète le plus.

Des spécialistes de la cybersécurité inquiets de ce qu’ils ignorent, des hackers qui sèment le chaos… on est tous foutus. Si même les experts de la cybersécurité ont peur, c’est qu’on est dans une sacrée merde, c’est moi, Reuters, qui vous le dit ma p’tite dame.

Cette gangrène, rien ne pourra l’arrêter, c’est même surement déjà trop tard :

Les experts s’interrogent en effet sur les bombes à retardement qui pourraient infecter-ou même avoir déjà contaminé- certains réseaux informatiques.

Même le boss de la NSA est d’accord, c’est dire !

Pour Keith Alexander, directeur de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA), il ne fait aucun doute que les cyberattaques vont gagner en ampleur.

Gagner en ampleur ?! Dis moi pas que c’est pas vrai ! C’est nouveau ça ! Avant les cyberattaques elles ne gagnaient pas en ampleur hein dis Reuters ! Il plaisante le monsieur de la NSA, c’est pas vrai hein dis ?! Merde, le Figaro aussi le dit !

“Les attaques à visée de perturbation ou de destruction dirigée contre (les Etats-Unis) vont empirer”, a-t-il déclaré lors du sommet sur la cybersécurité organisé par Reuters cette semaine. “Retenez bien ceci: cela va aller en s’aggravant.”

Merde, alors c’est vraiment du lourd, si même au Defcon ils en ont pas parlé et qu’ils en parlent chez de vrais spécialistes (à une sauterie organisée par Reuters), c’est que c’est la fin des Intertubes ! Et ça va “aller en s’aggravant !” retenez le bien ! C’est bon là ? C’est imprimé ?

Je sens que t’as pas encore assez la trouille pour sortir le chéquier. Je vais t’en remettre une petite couche. Savais-tu que l’ennemi est invisible, et qu’il est partout autour de toi ?… que tu es cerné !

“Le ‘connu inconnu’, c’est ce qui m’inquiète”, a dit la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano.

C’est vrai que quand on y pense bien… un truc qu’on connait mais qu’on connait pas, c’est flippant quand même… non ? Genre un jour t’es sur le canapé, dans ton salon, tranquille, tu mattes “Les chtis marseillais contre les robots mixeurs mutants venus de l’espace II” que tu viens de choper en VOD grâce à la PUR sélection que ton FAI te propose,  et là… sans prévenir, ta femme que tu connais depuis avant ton premier CDRom AOL, rentre de chez le coiffeur, teintée en blonde ! Le truc connu inconnu quoi, tout flippant. D’ailleurs elle t’explique bien le truc Janet :

“Par exemple, nous ne connaissons pas l’identité de l’ensemble de nos adversaires qui tentent de commettre des crimes ou d’agir sur les réseaux informatiques. Ce que nous connaissons, nous pouvons le gérer. C’est ça le ‘connu inconnu'”, a-t-elle expliqué.

Les agents du chaos, qu’on ne connais pas, en fait, on peut pas trop les gérer. Par contre les agents du chaos qu’on connait, ça on peut. Donc on a moyen la trouille de ceux qu’on peut gérer, mais ceux qu’on connait pas, comme les hackers chinois d’AQMI réfugiés politiques en Iran, ceux là, ils sont vraiment, vraiment flippants ! On ne sait pas trop s’ils existent, mais imagine un peu qu’ils existent, hein ?! Comment tu fais hein ?!  Dis !?

Mais il y a encore pire… et ouais ! Débranchez vite vos frigos et vos cafetières nous risquons une cyber apocalypse !

Une autre menace à prendre en compte est celle qui résulte de l’essor des appareils connectés, une évolution qui élargit le champ des cibles potentielles.

C’est clair que si en plus des hackers chinois d’AQMI réfugiés politiques en Iran, les frigos et les cafetières s’y mettent, personne n’y survivra.

“Très bientôt votre cafetière et votre réfrigérateur seront eux aussi des vecteurs d’attaques parce qu’ils seront raccordés à internet”, a prévenu Michael Daniel, coordinateur de la politique de cybersécurité à la Maison blanche.

D’ailleurs, moi aussi un jour, j’ai vu un nabaztag, c’était un vecteur d’attaque, je ne le savais pas au debut, je l’ai appris quand ma femme me l’a collé en travers de la tronche le jour où j’ai mis un cron pour lui demander de servir l’apéro à 19h30… on ne se méfie jamais assez des vecteurs d’attaque avec une gueule de lapin crétin…

Les pédonazis, ça au moins, c’est connu, mais les mixeurs pédonazis ?! Hein ?! Tu fais quoi contre les mixeurs pédonazis terroristes ? OpenOffice compile même pas dessus !

Après cette terrifiante lecture, en tant que citoyen, j’ai décidé de réagir en écrivant une question parlementaire pour mon député, à destination de Fleur Pellerin, de François Hollande, de la Navy , des hackers chinois et des forces inter-armées de l’Empire :

L’absence de régulation financière a provoqué des faillites. L’absence de régulation des chipsets électroménagers provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de  pizzas décongelées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite à DDoS sur des pacemakers ? Combien faudra-t-il d’adolescents brulés au 3e degré suite à une infection du chauffe-eau ? Combien faudra-t-il de fours micro-ondes explosant aux quatre coins du monde ? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage du minibar de leur limousine ? Il est temps, mes chers collègues, que l’on backport OpenOffice sur NespressOS pour réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde.

What else ?… Comment ça du FUD ?

Thx @eth0__ pour la tranche de rigolade du soir 😉

Boston : les experts sont formels, il se pourrait bien que ce soit un attentat

lobotomisation_jpg_500x630_q95
Vous regardez la FOX.

Boston Bullshit, c’est parti pour plusieurs jours. Qu’il s’agisse des réseaux sociaux où des experts américains de circonstance tweetent des prières entre deux SMS de leur source au FBI (alors que le réseau GSM est bloqué), ou qu’il s’agisse de Ravanello sur iTélé qui explique que maintenant grâce à Internet, n’importe qui peut faire une bombe… on va se manger du Boston Bullshit, matin midi et soir.

Et les experts, ils sont formels, selon eux “c’est un attentat”.

Capture d’écran 2013-04-15 à 23.30.56

Coup de bol cependant cette fois ci on échappe à l’expertise TV live tweetée.

3 morts, nan mais allo quoi ! 3 morts !

Ironie du sort, au même moment, l’AFP annonçait une cinquantaine de morts dans une vague d’attentats en Irak. Mais voilà, 3 morts aux USA, ça c’est du lourd. D’ailleurs l’Irak c’est un pays qui a été pacifié par les USA, donc on s’en fout, c’est surement un fake l’Irak. Aux USA au moins c’est du live, y’a des larmes, du sang et des pleurs. Pour l’Iraq on a quoi ? Une dépêche AFP… merde, ça va être faible une dépêche AFP pour en causer 4 secondes à la TV. Invitons plutôt des experts pour avoir leur réaction à chaud sur Boston Bullshit.

Capture d’écran 2013-04-15 à 23.25.18

Et pendant ce temps en Syrie…

Et pendant ce temps en Syrie, on apprend qu’on commence à avoir des preuves médico légales de l’utilisation d’armes chimiques. Ce “point de non retour” qui justifierait une intervention de l’OTAN il parait. Mais ça c’était il y a quelques mois. Les syriens qui meurent aujourd’hui gazés, en fait, on s’en fout… ben ouais 3 morts à Boston tu vois… ça c’est du lourd… mon coco.

Capture d’écran 2013-04-16 à 09.45.18

 

Pourquoi Google devrait-il déréférencer la presse ?

google-80Suite à une discussion sur Twitter avec @pilooch, je me suis dit qu’il ne serait pas inutile de creuser quelques points relatifs à ce billet. Il faut bien comprendre que derrière “l’accord historique” entre Google et la presse française, il n’y a pas qu’une tournée de cacahuètes. Il y a surtout un dangereux précédent (un précédent qui n’a rien d’historique puisque le même accord a déjà été conclu en Belgique). Aujourd’hui, c’est toute la presse européenne qui demande sa part de gâteau, en version bien plus gourmande que la presse française et  en version bien plus dangereuse pour Internet.

☠ Google est accusé de capter la valeur

Quand on parle de captation de valeur ici, on parle principalement de revenus publicitaires. On ne peut en aucun cas parler de captation de valeur informative avec un simple titre et une poignée des premiers mots de l’article… pourtant la presse elle, n’hésite pas dénoncer ce qui reste de l’ordre de la citation et qui n’a jamais dérangé personne sur !Yahoo News comme sur n’importe quel autre agrégateur d’informations. Nous venons de voir dans le précédent billet que la captation de valeur est un argument particulièrement fallacieux. Google News n’affiche pas de pub mais on reproche à Google d’afficher des titres et les premiers mots de l’articles. Facebook en revanche reproduit régulièrement l’intégralité des articles ET de la pub… mais Facebook, lui on lui fiche la paix… pour combien de temp ? Alors que reste t-il à la presse pour légitimer ses jérémiades ?

☠ Google est accusé de violer les droits d’auteurs de la presse

Google n’aurait donc pas le droit de courte citation (une exception au droit d’auteur) pouvant profiter à n’importe qui au prétexte qui est trop américain ? Trop riche ? Trop fort techniquement ? Trop leader ?

Mais ce n’est pas le pire, en Allemagne, en Suisse et au Portugal, la presse menace d’instaurer un droit voisin au droit d’auteur pour faire payer à Google, chaque référencement d’article ! Une idée que certains en France, notamment les agences de presse, ont également. En clair :

  • Google devrait payer les sites de presse pour générer du trafic sur les sites de presse (heu… LOL)
  • Google devrait payer les sites de presse pour que ces derniers dégagent plus de revenus publicitaires de leur régie… Google ! (Re LOL)

Par delà la situation tragi-comique et risible que nous connaissons depuis 15 ans avec les gus du disque, il y a bien une relation schizophrénique entre la presse et Google. Google donne l’accès à l’information sur laquelle il se rémunère en publicité tout en rémunérant les clients de sa régie… Oui vous avez bien lu, les CLIENTS de sa régie. Si le client n’est pas content en droit commercial, il dénonce le contrat, il n’est plus client et hop voilà le tour est joué. Depuis quand le client aurait-il le loisir de racketter son fournisseur ?

Là nous sommes dans une situation inédite, où le client demande à son fournisseur de le payer pour pouvoir se rémunérer lui même. Je sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne je trouve ça ahurissant.

☠ Google, ce n’est qu’un début

Quand une partie pense avoir gagné une manche, c’est souvent l’occasion de s’en prendre à d’autres. Nous parlions de !Yahoo News mais on pourrait citer Facebook, Twitter, Netvibes… de tout ce qui ressemble à un agrégateur d’information ou à un réseau social sur lequel on partage de l’information. Car si Google avec quelques cacahuètes a calmé la presse pour 3 ans, il y en a déjà, comme les agences de presse, qui souhaitent passer à l’étape suivante.

Et là il faut bien faire attention, que le législateur prenne bien la mesure des revendications des agences de presse et l’impact catastrophique que ceci pourrait avoir sur Internet.

Les agrégateurs d’informations, comme Google ou Yahoo News existeront toujours. Si ces derniers refusent de passer à la caisse, pas de problème, ils déréférenceront la presse qui au final ne touchera pas un rond et verra son trafic diminuer. Allez fantasmons et faisons le parallèle avec l’industrie de la galette en plastique. Des agrégateurs “warez” de news se monteront, ils seront offshore et ne paieront évidemment pas un rond à la presse qui finira par apprendre à se servir d’un robots.txt et d’un htaccess. Mais comme ça ne suffira pas à alimenter la perfusion, les grands portails de presse passeront derrière un PayWall. Terminé l’accès gratuit à l’information des “vieux acteurs syndiqués”, la presse se sera suicidée et déroulera le tapis rouge à des sites alternatifs d’information. L’information va donc devenir plus pointue, assez loin du remâchage de dépêche AFP dont nous continuerons tous à lire les gros titres sur Twitter ou Facebook, ou sur des sites étrangers francophones… ou pas.

☠ Déréférencer la presse : le moindre mal ?

Nous pourrions éviter une mercantilisation excessive de l’espace public d’échange qu’est Internet si Google mettait à execution ses menaces de déréférencement des sites de presse. Refuser de se plier à un nouveau droit voisin monté de toute pièce, soit disant, rien que pour Google, permettrait de s’assurer qu’aucun autre petit agrégateur, petit réseau social, ne sera un jour victime de la cupidité des uns au détriment du bien public Internet, c’est à dire nous tous, nos enfants et nos petits enfants.

La presse “professionnelle” (heureusement pas toute) commet une monumentale erreur qui consiste à s’auto persuader que ses contenus ont une valeur ajoutée irremplaçable. Sur Internet plus qu’ailleurs, nul n’est irremplaçable. La perspective de voir Google News se peupler de portails d’information alternatifs dont les analyses et les informations apporteraient 200 fois plus de valeur qu’un remix de dépêche AFP remixé 340 fois me réjouit.

Et pour que la presse française soit assurée de garder la main sur ses contenus, qu’on ne viole pas ses droits d’auteurs et droits voisins, je lui suggère de se déconnecter de mon réseau public d’échange, Internet, et d’envoyer ses articles par PDF DRMisé aux lecteurs de son choix. Depuis quand un acteur investi un espace public en venant imposer ses propres règles ? Google est ce qu’il est car il a toujours respecté les valeurs fondatrices d’Internet, au point de réussir à en faire son fonds de commerce. Tout ce que l’industrie du disque a raté, tout ce que la presse est en train de reproduire lamentablement.

Internet, c’est comme la France, tu l’aimes ou tu te casses. Tu te plies à ses règles, ou tu te casses, on ne te demande pas de réécrire les fondements qui ont permis au Net d’être ce qu’il est on te demande de les accepter. Si tu ne les accepte pas… tu te casses. C’est aussi simple que ça.

Le plus inquiétant là dedans, c’est de voir le gouvernement cautionner les jérémiades de la presse, comme le gouvernement Sarkozy cautionnait les pleurnicheries de l’industrie du disque pour accoucher … d’HADOPI… qui ne survivra évidemment pas à Internet il suffit de vous rebidonner un bon coup avec ça (projet prévu par la loi mais abandonné… comme prévu).

Tous les modèles que les gouvernements ont essayé d’imposer à Internet ont été un échec. La raison en est simple, on impose pas de modèle à Internet, c’est Internet le modèle… on l’aime, ou on se casse !

Google paye sa tournée de cacahuètes à la presse française

google-mysteryC’était l’information à la con de la semaine, j’hésitais un peu à en causer tellement c’est pitoyable. Google a finit par débloquer une enveloppe de 60 millions d’euros à la presse française. Un accord ridicule pour une problématique qui l’est tout autant mais qui épargnera un moment encore aux parlementaires des maux têtes. Quand on voit le niveau de compréhension d’Internet de certains d’entre eux, on se dit qu’au final, ce n’est probablement pas un mal. Je vais à tout hasard tenter de me lancer dans une explication un peu détaillée de ce à quoi nous échappons pour le moment.

☠ Why Google is evil

Google est connu comme étant LE moteur de recherche plébiscité par une immense majorité d’internautes. Mais il est aussi à l’origine de dizaines de services en ligne et de quelques produits qui rythment le quotidien de millions de gens à travers le monde. Google est également le plus gros aspirateur à données personnelles du monde. Ce qui a permis à Google de tant prospérer, c’est Internet. Et Internet, on ne le répètera jamais assez, vous allez voir que ce détail à son importance pour ce qui va suivre, c’est une machine à copier de l’information. Chaque mot que vous lisez actuellement se copie de routeurs en routeurs, de serveurs en serveurs, pour finir copié quelque part sur votre disque dur, à minima, dans un cache obscur.

Internet, en plus d’être une machine à copier des informations, est un réseau public. La notion de réseau public est quelque chose qui échappe pas mal à la presse.

Ce qui a fait le succès de Google, c’est qu’il a utilisé Internet en lui demandant de faire ce qu’il sait faire de mieux, copier des informations pour les rendre plus facilement accessibles, plus facilement copiables par d’autres. Google, à grand renfort d’algorithmes a ensuite hiérarchisé les informations qu’il avait copié.

Il faut bien comprendre ce que la presse reproche à Google, le comble du ridicule étant de stigmatiser Google qui affiche dans sesrésultats de recherche les titres des actualités, éventuellement une photo en illustration et les quelques mots du début de l’actualité. Les éditeurs de presse y voient un vol, un transfert manifeste de valeur et une atteinte au droit d’auteur. Une page de résultats de recherche affichant un titre et quelques mots, c’est insupportable à leurs yeux.

Google est aussi montré du doigt pour sa position hégémonique.

☠ L’erreur de la valeur

C’est quelque chose que je répète assez souvent, mais visiblement pas suffisamment. Internet étant une machine à copier, doublée d’un réseau public d’échange (sous-pesez bien ces mots avant de lire la suite), il faut comprendre que ce sont les internautes qui tolèrent les “commerçants” sur Internet, pas le contraire.

  • La valeur d’un réseau se définit très bien par la loi de Metcalfe qui énonce “L’utilité d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs“.
  • La valeur d’une information peut en toute logique se calculer en fonction du nombre de noeuds du réseau Internet sur lesquels elle aura été répliquée… copiée.

Nous venons de voir ensemble qu’une page de resultats de recherche Google contient le titre d’une information, quelques mots d’introduction et quand l’information apparait dans gooogle actu, la première affiche même une image. Ça ressemble à ceci :

google search

L’ordre sous lequel ces pages apparaissent, c’est la recette interne de Google, autre fois appelé pagerank, aujourd’hui Panda, il s’agit d’une suite d’algorithmes prenant en comptes de nombreux paramètres qui ont pour fonction de déterminer une pertinence d’affichage des résultats. Fréquentation, nombre de liens pointant vers la page ou le site en question, âge et fréquence des mises à jour du site (…)

Si ces algorithmes ne sont pas publics -et on comprendra pourquoi- ces derniers évoluent régulièrement et ont pour objectifs d’assurer une certaines “neutralité”… et non je sais un algo n’est jamais “neutre”. Mais au moins, la règle est la même pour tous.

La dernière grosse évolution, le passage à Panda, a été quelque chose de “dramatique” pour de nombreux sites marchands. Là où ils apparaissaient en première page sur certains mots clés, ils se sont vu relégués en 4e ou en 10e page sur les mêmes mots ou produits. Là on comprend bien la problématique de la valeur d’un référencement Google puisqu’elle impacte directement le portefeuille des commerçants. Google a sacrifié la rentabilité de certains au profit des internautes, pour leur offrir des résultats de recherche plus pertinents. Les marchands ont beau gueuler, on s’en fout, Google est chez lui, il fait ce qu’il veut, aux marchands de ne pas concentrer l’intégralité de leur CA sur ce moteur de recherche.

Commençons par une lapalissade : plus les actualités ou les pages de votre site apparaissent dans les premières positions, plus votre site a des chances d’être visité.

C’est là que nous abordons les arguments fallacieux des éditeurs de presse. Selon eux, et ça les agace particulièrement sur Google News… Il y aurait un “transfert de valeur”.  :

google news

Google News est un agrégateur de titres d’informations, il affiche un titre avec le lien vers la news, quelques photos, et toujours notre description. La différence avec Google Search la plus évidente, c’est les algorithmes qui accordent une importance plus grande à la fraicheur de l’information.

L’autre différence notable, et ça nous allons y revenir, c’est que tous les sites n’apparaissent pas dans Google News. Par exemple, si vous connaissez nos travaux sur Reflets à propos d’Amesys, vous vous dites que Reflets devrait très naturellement apparaitre dans Google News. Et bien non, ce n’est pas le cas. Reflets a beau être un média très lu, avoir le dossier le plus complet sur Amesys, être à l’origine des révélations sur la vente par cette société d’un système d’écoute global taillé sur mesure pour Kadhafi… Reflets n’apparait pas dans Google News. Il est en revanche en bonne position dans Google Search.

Voici pour Google News

Capture d’écran 2013-02-10 à 09.05.10

Et voici pour Google Search

amesys google search

Conclusion 1 : Google choisi lui même (sur quel critère ?) qui va apparaitre dans Google News. Et donc qui est éligible à une part de la cagnotte de 60 millions ?

Conclusion 2 : le transfert de valeur dont les éditeurs de presse parle, Reflets en est victime puisque Google ne daigne pas afficher les articles de Reflets dans Google News alors que la presse elle même se goinfre régulièrement de nos actualités ou de nos infographies sans même prendre soin de nous citer.

Question : Faut sucer qui pour apparaitre dans Google News ?

C’est cette même presse qui accuse donc Google, via ses pages de résultats de recherche de lui “voler de la valeur”. Et là… désolé mais je me marre car si la presse se sentait si lésée que ça, elle mettrait en place un robots.txt pour interdir les bots de Google qui indexent son contenu. La presse veut le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la crémière. En d’autres termes, elle veut

  • Etre visible pour être visitée et donc générer des revenus publicitaires,
  • Etre rémunérée pour avoir mis sur un réseau public de partage une information accessible au public  (SIC!). En fait, c’est un peu comme si le gratuit Métro déposait des exemplaires de son gratuit dans les transports en commun et demandait à la SNCF ou la RATP de passer à la caisse !

Déjà, vu d’ici, ça sent le foutage de gueule…

Google est le site qui draine le plus de trafic, même si ceci est de moins en moins vrai et ça aussi nous allons y revenir pour que vous preniez conscience de l’hypocrisie de ces gens là.

Google n’est pas qu’un agrégateur d’information ou un moteur de recherche, il est aussi et surtout, c’est son fond de commerce, la plus grande régie publicitaire du monde. Et c’est à ce titre que nos amis de la presse d’en haut pourraient justifier d’un transfert de valeur. Car dans leur tête, les lecteurs sont tellement cons, qu’ils s’arrêtent à la lecture du titre et de la description affichée sur Google News. Faut dire que le lecteur il en a un peu raz la casquette de lire des dépêches AFP remixées… mais non, le coupable pour elle, c’est Google.

En “captant” les lecteurs dans ses résultats de recherche, la presse affirme donc que Google s’octroie des revenus publicitaires qui lui sont destinés… OH WAIT ! Il n’y a PAS DE PUB sur les pages de résultats de Google News !!

Capture d’écran 2013-02-10 à 10.00.42

Mais alors ? S’il n’y a pas de publicité sur les pages de Google News, comment peut-on affirmer que Google “vol” des revenus publicitaires à la presse alors que Google facilite l’accès aux dépèches AFP remixées de cette même presse pour qu’elle puisse se goinfrer avec sa régie publicitaire qui dans bien des cas est … Google. Et voilà la boucle bouclée.

Conclusion : Tranfert de valeur… MON CUL !

☠ Des cacahuètes pour calmer la presse française

L’affaire était tellement sérieuse que la présidence de la République elle même est intervenue pour négocier avec Google un sachet de cacahuètes (une enveloppe de 60 millions d’euros sur 3 ans), histoire de calmer la presse d’en haut. C’était ça ou une loi. Une loi Google… Une loi qui aurait été un naufrage parlementaire, une loi qui aurait porté un grave coup à Internet, cette machine à copier, ce réseau d’échange ouvert.

Car après Google Facebook, après Facebook, Twitter, puis comme le réseau social chinois QQ Zone ne paye pas, on aurait, pourquoi pas… décidé de bloquer les informations de la presse française sur la Chine… tant et si bien qu’Internet ne serait plus Internet mais un ensemble de réseaux locaux régis par des accords commerciaux entre réseaux sociaux friands de partage d’information et sites de presse. Le FFAP donne le ton, toujours en arguant d’un transfert de valeur (WTF?!), et vous verrez que ce n’est que le début… une bande de vautours décomplexés.

☠ Et si la presse rémunérait sa vraie source de valeur… comme Google le fait pour elle ?

Google n’est pas le seul à générer du trafic. Les internautes qui partagent des informations sur Facebook et sur Twitter … voilà l’origine première de la valeur des sites des presse aujourd’hui, car ce sont eux qui permettent à la presse d’accroitre le plus considérablement leurs revenus publicitaires. Est-ce pour autant que la presse va décider de reverser une partie de ses revenu publicitaires aux internautes qui partagent le plus leur information ? Ceci serait pourtant légitime…

L’enveloppe de 60 millions, c’est un moindre mal. C’est une fleur de Google, rien ne l’y obligeait, et si l’affaire était portée devant les tribunaux, je ne donne personnellement pas cher de la presse française. D’autres pays européens vont suivre et malheureusement, une loi c’est bien ce qui nous pend au nez. Et une loi, ce sera forcement une tragédie pour Internet.

Et quand loi il y aura, Google sera en véritable position de force, car il pourra, comme il l’avait fait en Belgique, déréférencer les sites de presse de Google News et peut peut-être référencer des sites comme Reflets.info qui ne lui demandent rien et qui ne passent pas leur temps à remixer des dépêches AFP.

Là où ça sera plus coton, ça va être pour des sites comme Facebook qui regorgent de pub. Oui sur Facebook, la presse a un coup à jouer, c’est même surprenant qu’elle s’en prenne à Google et non aux utilisateurs de Facebook ou de Twitter qui comme Google, contribuent à sa valeur… mais eux, avec de la pub, donc un pseudo transfert de valeur.

20 Minutes n’a pas tout compris à HADOPI

@ManuDwarf a relevé une pépite dans l’édition papier de 20 Minutes. La brève est incompréhensible, car la bourde est de taille. Décryptons ensemble ce petit bout de désinformation. Voici ce que nous reporte le journal :

La loi HADOPI ne frappe pas uniquement les Internautes privés. Elle concerne aussi les Fournisseurs d’accès (FAI), comme Free ou Numéricâcle, qui doivent mettre en place des procédures pour traquer le téléchargement illégal. Et la facture est salée : 2,5 millions d’euros, a dévoilé hier lexpress.fr

20 Minutes à visiblement du mal à assimiler que ce ne sont pas les FAI qui traquent les Internautes, mais les ayants droit, via une petite bande de grands comiques basés à Nantes, TMG.

Les fournisseurs d’accès Internet, on ne leur demande qu’une chose, c’est de mettre un nom sur un numéro (une adresse IP). C’est le coût de cette identification dont on parle ici pour les 2,5 millions d’euros… un coût sur lequel Christine Albanel expliquait en son temps qu’il serait anecdotique.

L’anecdote à 2,5 millions d’euros pour financer une industrie de vautours capables de ça, je ne vais pas vous faire un dessin et je vais m’arrêter là avant de devenir grossier.

 

#Statelogs Wikileaks : quelques gus dans un garage peuvent changer le monde

le monde
Wikileaks Statelogs Le Monde

La nuit s’annonce courte sur le Net, Twitter est en effervescence. Il y a des pour, des contres, mais au fond on s’en fout. A l’heure où la France exige la transparence sur les attentats de Karachi, l’heure n’est plus à savoir si on est pour ou contre la publication des Statelogs, la question est de se préparer à faire face à ces révélations.

Wikileaks, c’est un site web, quelques gus dans leur garage aux quatre coins du monde, et c’est aujourd’hui ça qui est sur le point de changer durablement la face du monde.

Cette fois ça y’est, la diffusion a commencé :


Wikileaks : Les télévisions françaises boycottent elles les Statelogs ?

Statelogs, Der Spiegel

Alors que la presse écrite internationale est sur le pied de guerre et qu”Internet n’a que les Statelogs sous le clavier, les télévisions françaises semblent bouder, voir boycotter ce qui ressemble  de plus en plus à la plus grosse bombe diplomatique depuis le Watergate. Que fait la presse audiovisuelle française ? A t-elle recu des consignes de la part du Quais d’Orsay ou de l’Elysée ? Pas un seul mot à la télévision sur les chaines nationales, privées comme sur celles du service public… les Statelogs sont passés sous silence, tout comme les échanges diplomatiques entre pays qui ne cessent de s’intensifier.

Si les télévisions jugent aujourd’hui plus intéressant de parler du nouvel album de Sylvie Vartan, il faut qu’elles s’attendent à quelques railleries sur le Net, elles n’y couperont pas.

L’édition spéciale de Der Spiegel serait déjà en vente à Bâle, le quotidien allemand est donc le premier à avoir traité le sujet, l’information a été diffusée par un internaute allemand via son Twitter.

Owni nous relate les faits marquants relevés par Der Spiegel :

  • Les documents couvriraient une période qui s’étend de décembre 1966 au 28 février 2010
  • Il y aurait 50.000 mémos sur la seule année 2008, quand Barack Obama est arrivé au pouvoir
  • Les Etats-Unis en savent plus sur les secrets de la politique allemande que les politiciens allemands eux-mêmes.
  • “Barack Obama n’a pas de lien émotionnel avec l’Europe”
  • Les Etats-Unis ne s’intéressent plus à l’Europe, préférant se tourner vers la Chine

Et n’oubliez pas : le live continue sur Owni

Statelogs Wikileaks : le grand déballage est prévu pour 22h30

wikileaks
wikileaks

Le Live d’OWNI, toujours aussi passionnant fait état d’une dépêche Reuters qui met en exergue des allégations de corruption dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrales qui devraient donc également être victimes de ces révélations.

Le porte parole du Département américain, PJ Crowley a déclaré que l’administration américaine était encore en train de tenter d’évaluer l’impact de cette fuite majeure et dit déplorer ce qui s’est passé : “Ces révélations sont nocives pour les États-Unis et nos intérêts. Elles vont créer des tensions dans nos relations »,

Owni semble aussi confirmer une annonce du quotidien allemand Der Spiegel : la publication serait prévue pour 22h30 ce soir, mais des informations devraient continuer à parvenir au compte gouttes dans la journée. Reuters semble plutôt dire que le Guardians et le New-York Times se coordonnent pour publier dans le courrant de la semaine prochaine.  Enfin, la dépêche Reuters alimente encore le mystère sur le volume exact de documents et fait référence, cette fois, à plus de 400 000 pièces !

Ce nouvel épisode Wikileaks, comme pour les Warlogs, n’est pas non plus sans poser une problématique d’un nouveau genre aux grands quotidiens dans le secret. Soient ils publient une analyse sans complaisance aucune puisque tout les documents vont être lâchés sur le Net, soit ils ne publient rien du tout. Les rédactions pour l’instant dans le secret ont donc la quasi obligation de transparence dans leur analyse, et ça c’est une nouveauté. Le quotidien américain se serait d’ailleurs entretenu avec la Maison Blanche selon Le Soir.

Autre information importante, la grande majorité des documents seraient datés d’après 2004 et plus de 9000 seraient datées des deux premiers mois de l’année 2010. Nous devrions donc avoir une masse d’information très importante sur la politique et la diplomatie contemporaine, peut être de quoi enrichir de manière significative les ouvrages scolaires d’histoire qui couvrent cette période.

Dans cet article, on a quelques informations sur la classification de ces documents :

  • 40,5% de ces documents sont classés comme «confidentiels»
  • 6% d’entre eux, soit 15 652 document sont classifiés «secrets».
  • 4330 documents, les plus embarrassants sont classifiés “Noforn”, ne pouvant être divulgués à des étrangers..

Dernière information, il semble que l’Italie par le biais de son ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, ait demandé une enquête sur Wikileaks, une information émise originellement par le il Corriere des la Sera et relayée dans la presse espagnole par l’agence ABC. Le vent de panique semble donc s’étendre d’heures en heures, on sait que l’administration américaine contacte actuellement de nombreux dirigeants pour tenter de préparer le terrain. Ces échanges diplomatiques sont assez significatifs et tombent assez mal pour que Franco Frattini déclare : “Il n’y a aucun complot, personne n’en a jamais parlé, mais je suis préoccupé par la combinaison de facteurs distincts les uns des autres qui une fois mis ensemble pourraient nuire à l’image de l’Italie et à notre intérêt national.” Le ministre fait ici référence à une affaire de corruption supposée impliquant Finmeccanica, le géant de la défense italien. Le Figaro donne un peu plus de détail sur le climat de tension qui règne en Italie ou le pouvoir semble craindre une réaction vive de l’opposition.

Libérez Hossein ‘Hoder’ Derakhsha, condamné à mort par le régime iranien

hoderVous noterez qu’il est très rare que je relaie ce genre d’information, mais là, franchement, c’en est vraiment trop. Hossein ‘Hoder’ Derakhshan est un célèbre journaliste et blogger irano Canadien (son blog est le blog en langue persane le plus visité, ce qui lui a valu le surnom de Blogfather). Rien ne peut justifier la condamnation à mort d’Hossein.

C’est un très actif contributeur de Wikipedia sur tout ce qui touche à l’Iran, ce qui lui aura valu une arrestation en territoire Allemand et un interrogatoire par les services secrets iraniens, ce qu’il dénonça publiquement… un affront pour Téhéran.

Emprisonné en Iran depuis le premier octobre 2008, il a été condamné à mort le 22 septembre 2010, pour collaboration avec les gouvernements hostiles au régime.

Vous trouverez sur ce site une pétition contre cette condamnation inacceptable :

http://www.freetheblogfather.org/

Voici donc un communiqué que je vous invite à très largement relayer, tous les bloggers qui sont attachés à la liberté d’expression doivent se sentir concernés par le sort de Hossein :

APPEL D’UNE JEUNE FRANCAISE, SANDRINE MURCIA, POUR LA LIBERATION IMMEDIATE DE SON COMPAGNON
HOSSEIN DERAKHSHAN, BLOGGEUR ET JOURNALISTE IRANO-CANADIEN, DETENU A LA PRISON D’EVIN EN IRAN.
URGENCE : LE PROCUREUR DE TEHERAN A REQUIS LE 22 SEPTEMBRE LA PEINE DE MORT A SON ENCONTRE.

SAUVEZ HOSSEIN !

« Je lance un appel à la communauté internationale pour la libération de mon compagnon, Hossein Derakhshan, bloggeur et journaliste irano-canadien, surnommé Blogfather, arrêté en novembre 2008 et détenu à la prison de Evin, Téhéran, Iran depuis lors. Nous venons d’apprendre hier que le procureur de Téhéran a requis la peine de mort. Les jours qui viennent pourraient voir cette sentence confirmée par les autorités iraniennes, alors même qu’il n’a fait qu’exercer son métier de journaliste.

L’urgence est donc totale.

A l’heure où toutes les grandes nations se réunissent à New York, dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, c’est au Président Ahmadinejad et à toute la communauté internationale, que je souhaite m’adresser pour qu’Hossein retrouve très vite la liberté, au nom des droits de l’homme et de la liberté d’expression des journalistes. »

déclare Sandrine Murcia, fondatrice d’une agence conseil en services numériques, compagne d’Hossein, avec lequel elle partage la passion des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Hossein Derakhshan (né le 7 janvier 1975), mieux connu sous le pseudonyme de « Hoder », est un journaliste irano-canadien, webloger basé à Toronto puis à Paris. Son blog, rédigé en persan et en anglais, est un des blogs persanophones les plus visités. Hossein Derakhshan établit un manuel d’utilisation du blog, en persan, à l’usage des Iraniens. Ce manuel connait un tel succès qu’en un mois, plus de 100 blogs en persan sont créés. Il existe maintenant des dizaines de milliers de blogs en persan. Ce qui lui vaut le surnom de « Blogfather ».

Hossein Derakhshan débute dans le journalisme en écrivant des articles sur Internet dans le journal réformiste Asr-e-Azadegan. En décembre 2000, il part vivre au Canada, à Toronto, où il commence son blog, en persan, le 25 septembre 2001. Son titre : Sardabir : khodam (Editor : myself).

En 2005, Hossein Derakhshan tient un discours à la conférence Wikimania de Francfort, en Allemagne. Alors qu’il quitte l’Allemagne, il est arrêté et interrogé par les services secrets iraniens au sujet de ses contributions au Wikipédia en persan, et au sujet de sonblog. Il refuse alors de présenter des excuses publiques, comme cela lui est demandé. Au contraire, il rédige un rapport sur ce qui vient de lui arriver, qu’il publie sur son blog. Il travaille alors pour Newsweek, the Guardian, New York Times notamment.

Hossein Derakhshan se rend deux fois en Israël et publiquement rend compte de ses voyages dans son blog pour «contribuer au rapprochement entre Tel-Aviv et Téhéran». Pour un citoyen iranien, se rendre en Israël est passible de la peine de mort.

Très attaché à la culture française, aux valeurs des Lumières, il s’installe à Paris avec Sandrine Murcia en 2007 pour exercer son métier de journaliste et de bloggeur. Il se prend de passion pour les philosophes post-modernistes tels Foucault, Derrida et Deleuze.

Hossein Derakhshan retourne à Téhéran en octobre 2008 pour couvrir le 30ème anniversaire de la Révolution Iranienne et les élections présidentielles de juin 2009. Il est arrêté au domicile de ses parents le 1er novembre 2008. Maintenu en isolation et soumis aux interrogatoires, son procès s’ouvre en juin 2010 à huis clos. Sa famille n’a pas été autorisée à assister aux séances de la cour ni à le voir. Le procureur de Téhéran a requis la peine de mort pour Hossein Derakhshan, accusé de collaboration avec des gouvernements hostiles au régime, d’actes de propagande à l‘encontre des intérêts de la République Islamique, d’insultes aux symboles religieux.

Aidez-nous à libérer Hossein Derakhshan !

A Paris, le 23 septembre.

  • Signez la pétition en ligne:

http://www.freetheblogfather.org/

  • Facebook: Libérez Hossein Derakhshan // Free Hossein Derakhshan

http://www.facebook.com/group.php?gid=37459792838

Contact:

Sandrine Murcia
[email protected]
+33 6 25 90 11 58