Qu’est ce qu’Internet a à perdre du remaniement ministériel ?

remaniement ministériel
Remaniement ministériel in progress

Selon toute vraissemblance, nous devrions connaître dans les prochaines heures, ce dimanche, la composition du nouveau gouvernement. Le site officiel affiche d’ailleurs en ce moment une page de maintenance avec un message annonçant la démission du gouvernement.

Démission du Gouvernement

Le samedi 13 novembre 2010
En application de l’article 8 de la Constitution, M. François Fillon a présenté au président de la République la démission du gouvernement.
Le président de la République a accepté cette démission et a ainsi mis fin aux fonctions de M. François Fillon.
Source : communiqué de l’Elysée

Ce remaniement pourrait bien changer pas mal de choses pour notre “Internet français”… et pas qu’en bien. Il y a un sérieux risque que le Secrétariat d’État à l’Économie Numérique passe dans les mains de son ministère de tutelle, celui des finances et de l’industrie.

En passant sous la responsabilité directe du ministère des finances et de l’industrie, à cette période charnière où la transposition dans le droit français du paquet Télécom (par décret) pourrait bien sceller la petite mort de la neutralité du Net, on assiste à l’abandon d’un trésor culturel aux mains des lobbys industriels,  qui ont tous un intérêt à venir à bout des fondemmentaux qui ont permis à l’Internet de devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Neutralité, ouverture et partage, 3 notions fondatrices, complètement antinomiques avec une gouvernance de Bercy. En clair, ça sent salement l’erreur de casting. Non pas que Christian Estrosi qui devrait être reconduit à son ministère soit incompétent en la matière mais j’ai un sérieux doute sur la capacité de Bercy à prendre l’Internet pour autre chose qu’un temple de la consommation qu’il faut impérativement réguler afin que les industriels le façonnent à l’image de ce qu’ils ont à vendre. Ce sentiment est évidemment renforcé par les conclusions de la consultation sur la neutralité où Bercy, tirant les ficelles, a accouché d’une copie conforme des positions d’Orange et SFR, deux fournisseurs d’accès qui réfutent jusqu’à la notion même de neutralité en plaidant pour un “Internet ouvert”, et plsu discrètement, de l’une des entreprises qui a économiquent intérêt au filtrage du Net, Alcatel… un pléonasme s’inscrivant dans une stratégie d’enfumage qui masque mal que ces deux FAI sont avant tout des éditeurs de contenus. Ce mélange des genre a bien évidemment la bénédiction de Bercy, et là dessus croyez moi sur parole, le Net a tout à y perdre.

Abandonner Internet à des gens qui ont tout intérêt à le transformer en minitel, voilà ce que nous risquons.

Quand on connait le zèle de Christian Estrosi sur les questions sécuritaires et répressives tout ça est particulièrement préoccupant, rappellons que le ministre par ailleurs maire de Nice a récemment inventé la “vidéoprune”, un usage détourné de la vidéo “protection” qui montre bien l’hypocrisie du terme et surtout la dangerosité de voir une justice automatisée se mettre en place. Vous n’avez surement pas manqué de noter que l’argument roi pour toute atteinte à la neutralité des réseaux (ou à la liberté en général), c’est la sécurité. Pas la sécurité comme je peux l’entendre moi ou vous les geeks qui lisez ces lignes, mais la sécurité autoritaire et répressive visant directement à amputer le Net de fonctions, de contenus, de services, de protocoles…

Autre sujet bouillant qui passerait sous la responsabilité de Bercy, la loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (ou LOPPSI 2) qui semble avoir été mise en standby en attente de ce remaniement. Là encore, si Christian Estrosi est maintenu, nul doute qu’il s’appliquera à faire passer les mesures les plus contestables (celles que l’on trouve dans l’article 4 du projet de loi) relatives au filtrage.

Internet mérite mieux que Bercy, Internet mérite son propre ministère, c’est là la seule manière de lui assurer des perspectives d’évolutions cohérentes.

Fibre optique : Numericable persiste à se foutre de la tronche des internautes

pipeau très haut débit
Le pipeau très haut débit by Numéricable

Souvenez vous le plan Numerique 2012 d’Eric Besson, un plan ambitieux dans lequel la France prenait le leadership numérique européen… ah sur le papier ça claquait bien ! Fin 2010 où en sommes nous ?

Et bien il faut noter dans un premier temps que le plan Numérique 2012 a eu à patir de 2 choses qui l’ont sérieusement plombé :

  • La crise économique et financière qui a freiné les investissements des fournisseurs d’accès, même si ces derniers le nient et continuent à raconter des balivernes à la presse…
  • Une Nathalie Kosciusko-Morizet complètement aux fraises sur le déploiement de la fibre optique (tout comme sur les autres dossiers où elle était d’ailleurs attendue : Hadopi, article 4 de la Loppsi, RGI ….)

Pourquoi je suis pas content ?

Et bien mes alertes Google me remontent ce matin une nouvelle communication de Numéricable qui est un superbe pipeautage. Figurez vous qu’à en lire ce billet, Paris serait la capitale européenne de la fibre optique… rien que ça. Je cite :

“Numericable a annoncé avoir raccordé son millionième foyer parisien au Très Haut Débit par la fibre optique, valant à Paris de devenir « la capitale européenne de la fibre optique », a ajouté le câblo-opérateur.”

Bon on arrête tout de suite les idioties

Tous opérateurs confondus, en juin dernier, il y avait en France moins de 80 000 foyers qui bénéficiaient effectivement de la fibre optique. 365 000 comptes Internet pouvaient accéder à des connexions de 100 Mbit/s, ce qui veut dire que seulement 285 000 foyers bénéficiaient du 100 mégas Canada Dry de chez Numéricable.

Encore plus fort, certains fournisseurs d’accès prétendent que c’est le public qui est long à adopter la fibre, comprenez que les gentils opérateurs l’installent et que vous, abonnés Internet, préférez rester sur votre bonne vielle connexion 20 mégas. Mais de qui vous foutez vous là au juste messieurs ?

Les faits c’est que la France n’est pas loin d’être bonne dernière en Europe sur le déploiement de la fibre optique, c’est une véritable HONTE ! Le très sérieux FTTH Council Europe place la France en 15e position du classement des pays européens les plus fibrés… 15e sur 17 ! Soit avant, avant dernier !!

Et vous venez nous parler de leadership européen ?

Numérique 2012 ? Mais quelle blague ! La France est tellement à la traîne qu’elle ne trouve rien de mieux que de proposer dans un rapport parlementaire, de taxer dés 2012 les abonnements à l’Internet fixe… et ceci viendra en plus de la hausse des prix déjà prévue, et qui sait, un jour, en plus d’une licence globale.

Explications :

Quand un opérateur dit qu’il a raccordé un foyer, ceci veut dire 8 fois sur 10 que la fibre ne passe pas loin de l’immeuble, mais en aucun cas que ce même opérateur à entammé son déploiement vertical (installation des prises optiques chez les particuliers et tirage de la fibre dans les fourreaux de l’immeuble).

Certe pour Numéricable, c’est très différent, l’opérateur, avec sa technologie Canada Dry, n’a pas même besoin de rentrer dans les immeubles puisqu’il ne fait pas du FTTH mais du FTTLA (Fiber to the last amplifier) : la fibre arrive quelque part près de chez vous mais pas chez vous, les derniers mètres utilisent le réseau coaxial du câblo opérateur. Il en résulte que Numéricable déploie plus vite que les autres, à moindre coût, mais surtout, au final il propose un service ridicule pour ce qu’on serait en droit d’attendre de la fibre optique : 100 mégas en vitesse descendante, et 5 pauvres petits mégas indignes en envoi de données. Le cuivre ne sait pour l’instant pas faire mieux, du coup on a bien de la puissance fibre en download, mais on aussi et surtout de la puissance cuivre en upload. La technologie utilisée par Numericable ne fait en rien de la France une grande nation du très haut débit, ou alors du “semi très haut débit”.

N’essaye même pas !

Pas la peine de me justifier ce choix technologique par une excuse du style “oui mais les internautes ils downloadent plus qu’ils n’uploadent“, si c’est le cas c’est du au choix historique de l’ADSL, il ne s’agit aucunement d’un usage naturel du Net. Maintenant avec HADOPI qui prohibe le P2P, ils vont même uploader beaucoup moins. Mais il est évidemment préférable pour un opérateur d’avoir plus de débit descendant vers l’utilisateur pour  lui vendre des beaux contenus HD, que de lui laisser de l’upload et que l’abonné finisse par comprendre qu’Internet c’est pas “que” une télévision HD.

La raison du choix de Numericable uniquement guidée par des impératifs économiques, le FAI est détenu par des fonds de pensions américains, et c’est de la rentabilité qu’on lui demande, surement pas d’offrir un accès Internet neutre et de qualité.

La neutralité du Net au Sénat

Office de Minitellisation du Web Français
Office de Minitellisation du Web Français

Il se tenait hier une table ronde sur la neutralité du Net au Sénat. Le débat, qui pouvait  être suivi depuis le site du Sénat en Streaming, il était composé de 2 tables rondes :

  • une sur la neutralité des réseaux
  • une autre sur la neutralité des contenus

… ça laissait augurer des choses assez agaçantes relatives aux contenus, ça n’a pas manqué. Nous étions restés sur la consultation de l’ARCEP (voir les vidéos) où le secrétariat d’Etat à l’Economie Numérique concluait à une quasi neutralité et posait la question de la liberté d’accès aux contenus légaux. Un mot lourd de sens qui ouvre la boite de Pandorre, à savoir l’utilisation de technologies d’inspection de paquets en profondeur (Deep Packet Inspection) afin de faire de la reconnaissance de contenus pour “dépolluer Internet” comme certains aiment à le décrire.

La première table ronde sur la neutralité des contenus était comme à prévoir une franche rigolade. Jérémiades habituelles, le réseau est saturé, on va tous mourir, la création en premier… vous connaissez la suite, je me suis demandé à quel moment ils allaient demander la mise en place d’une vignette IPV4 pour dédommager l’industrie du disque du nombre d’iPod vendus dans le monde et qui ont tué les CD. Ce n’est qu’en conclusion de cette table ronde, que le mot de filtrage est lancé. Le terme à retenir, pas de nouveauté, c’est les contenus “légaux”.

La seconde table ronde, tout de suite plus sérieuse avec les représentants de l’INRIA ou de l’UFC Que Choisir, était tout de suite d’un tout autre tenant. Bernard Benhamou a fait quelques rappels assez bienvenus sur la nature du réseau Internet, pareil du côté de l’INRIA, et Edouard Barreiro de l’UFC Que Choisir a, comme on s’y attendait tenu un discours limpide sur les dangers du filtrage et les dangers d’un Internet à 2 vitesses, celui du riche et celui du pauvre, insistant lui même sur la fin (ironiquement?) sur la notion de contenus “légaux”.

Nathalie Kosciusko-Morizet est venue conclure et j’ai cru déceler dans ses conclusions quelque chose d’assez différent de ce qui en était sorti à l’ARCEP. Il semble que beaucoup de choses aient évoluées depuis le colloque de l’ARCEP et on nous a épargné le coup de l’Internet Quasi Neutre (et par définition, quasi pas neutre). NKM a par exemple fait remarquer fort justement que la thématique dissociant les contenus du réseau n’était peut-être pas une bonne approche et que si le réseau est neutre, alors on a même plus besoin de se demander si les contenus le sont. J’abonde personnellement en ce sens puisque déployer des technologies de reconnaissance de contenus c’est, par définition, rendre le réseau non neutre (en opposant une intelligence, restreint le routage des paquets, en y posant un critère qui n’impacte pas sur son propre bon fonctionnement mais sert des demandes de tiers).

Attention, ne nous enflammons pas, le filtrage reste au programme, les technologies de reconnaissance de contenus  sont toujours autant portées par les ayants-droit et avec le nouveau petit cadeau à 25 patates, on se dit que ça finance largement le déploiement du DPI en coeur de réseau, que dans un excès de cynisme, ayants-droit et fournisseurs d’accès Internet vendraient sur abonnement pour contourner les problèmes de viol de correspondance qui demeurent un sérieux obstacle à sa généralisation.

Si légiférer sur la question  de la neutralité du Net et sur les outils de reconnaissance de contenus par extension peut sembler séduisant pour Nathalie Kosciusko-Morizet qui l’a même proposé aux commissions., il me semble surtout vital de ne pas se voir mettre en place des technologies que l’on détournerai pour servir des intérêts privés. Nous avons surtout besoin d’acteurs forts.

Le secrétariat d’Etat à l’économie numérique va t-il disparaitre ?

Peut être vous souvenez-vous, il y a quelques mois, des questions que je me posais sur le rôle de Nathalie Kosciusko-Morizet au sein de son secrétariat d’Etat à l’économie numérique, c’était certes un peu violent, mais l’histoire me donne raison et c’est loin de me faire plaisir. La conjoncture actuelle m’invite à revenir sur le bilan de NKM (ca va être rapide) et sur le devenir de son secrétariat d’Etat qu’elle chercherait actuellement à quitter, et ça aussi on va tenter de comprendre pourquoi.

Commençons par le bilan : craintes confirmées, NKM a brillé par son absence systématique de tous les débats sur lesquels les internautes attendaient de sa part des propositions concrètes pour endiguer les ardeurs d’une frange minoritaire du Parlement qui compte mettre Internet sous le coup de lois martiales comme HADOPI ou LOPPSI. NKM a également été totalement absente sur le déploiement du très haut débit ou sur les débats sur le registre général d’interopérabilité (RGI) qui visait entre autres à standardiser les formats ouverts d’Open Office pour les administrations dans le cadre du plan de modernisation de l’Etat… là encore … rien… Côté ACTA, c’est encore pire, pas un mot, mais là me direz vous c’est normal puis que c’est plutôt du côté de l’Union européenne que ça se passe… Oui enfin n’empêche que Mme Gallo fait bien partie de la même majorité que NKM et c’est bien elle qui defend bec et ongle la ligne la plus dure de l’ACTA, elle est donc bien placée pour aller expliquer que la dictature du copyright sur Internet c’est le meilleur moyen de le tuer.

Conclusion sur ce bilan : NKM a échoué sur LE point qui pourri l’internet, LE seul qu’on lui demandait de régler, celui qui est la cause de la riposte graduée, de la politique stupide de repression coûteuse et n’apportant strictement rien aux artistes, cette même politique qui instaure le filtrage et le blocage des sites … un échec total … sur toute la ligne. NKM n’aura pas pu éviter que le gouvernement s’oriente vers une société de surveillance et de répression.

NKM nous aura laissé un Net à feu et à sang en nous baladant avec sa risible consultation sur le droit à l’oubli numérique et ses conclusions sur la Net Neutrality au colloque de l’ARCEP qui invitent tout simplement au DPI, le deep packet inspection, la forme de filtrage la plus odieuse, intrusive et irrespectueuse de la vie privée  (le coup de l’octet légal, désolé mais je le digère toujours pas), chose qu’elle se défendait d’envisager. Oui je suis déçu et c’est peu de le dire. Surtout qu’on l’a senti venir de loin.

Les 4,5 milliards qu’elle a récupéré sur le grand emprunt pour le Numérique sont son seul fait d’arme… mais dés qu’on regarde d’un peu plus près, on se rend compte que d’une part avec la crise, il y a des chances que ce budget soit revu à la baisse, et que de toutes manières, ils représentent 15% du montant qu’il faudrait pour déployer la fibre optique.

Du coup, c’est sur Hack45 qu’un bon coup de pied dans le cocotier a été donné initialement. On y découvre 3 hypothèses sur le devenir du secrétariat d’Etat à l’économie Numérique … et ça fait froid dans le dos :

Hypthèse 1 (on peut toujours rêver) : il va se transformer en ministère du numérique, dans lequel le Ministre sera saisi des dossiers que Nicolas Sarkozy a pris l’habitude de faire voter sous la menace (Comme HADOPI ou LOPPSI) à un mariais de godillots, en leur demandant de voter aveuglément un texte d’une inconsistance et d’une stupidité rare. On imagine alors une république parfaite, dans laquelle les responsables politiques s’impliquent dans le mandat qui leur a été confié… et font leur travail correctement car on leur en donne les moyens.

Hypothèse 2 (la plus plausible) : on ne touche pas au secrétariat d’Etat et on trouve un autre pantin que l’on pourra agiter devant les Geeks, en gardant une bonne vielle habitude : celle de ne lui confier aucun des dossiers qui affairent pourtant directement à la fonction, en lui demandant en plus de se taire ! Bref on ne change rien du tout. Si cette solution venait à être choisie, il n’y a pas grand monde à droite pour assurer cette fonction … mon petit doigt me dit qu’ils sont en fait deux en liste et je ne vous citerai pour le moment qu’un seul nom, celui de Laure de la Raudière, député de la 3e circonscription d’Eure-et-Loir qu’on aurait vraiment aimé voir prendre part un peu plus aux débats sur lesquelles elle avait, comme les autres députés de la majorité présidentielle, consigne de voter aveuglément (et oui je parle bien d’HADOPI). Toujours est-il que s’il y a bien une personne capable de briguer ce poste ou celui évoqué au dessus dans l’hypothèse 1 … c’est bien elle. Mais dans le cadre de cette seconde hypothèse, j’y réfléchirai à deux fois à sa place. Soit elle assurera un rôle volontariste et impliqué parce qu’on lui en donne les moyens. Soit elle se retrouvera cantonnée à jouer la NKM 2 pour servir un peu plus la politique présidentielle susurrée par les lobby, ce qui serait indécent quand on connait la pertinence de Laure de la Raudière et sa compétence indiscutable sur les questions du numérique.

Hypothèse 3 : (très certainement la pire et malheureusement très plausible également) diluer ce secrétariat d’Etat à la faveur de deux ministères :

  • Le ministère de l’Industrie et l’expert Christian Estrosi (c’est un expert, à n’en pas douter : demandez aux niçois combien d’années d’avance ils ont sur cette niche très prisée des caméras numériques de flicage de la population … pardon, de « video-protection »)
  • Le ministère de la culture : si la présidence cherche un bon pantin bien inutile, avec assez de casseroles aux fesses pour être tenu en respect, et surtout ne disposant pas des connexions synaptiques nécessaires pour mener une réflexion et conduire des actions pour stimuler l’économie numérique, il est vrai que le ministère de la culture a déjà fait ses preuves, Nicolas Sarkozy n’aura aucun mal à imposer l’absurde pour servir d’autres cadeaux indécents à l’industrie du disque ou à placer l’internet français sous le coup de la censure du CSA (une idée initialement véhiculée par l’intarissable Frédéric Lefèbvre et qui continue à faire son chemin dans une certaine classe politique nostalgique de l’ORTF).

Si la nomination de Laure de la Raudière me réjouirait, c’est vrai qu’elle a de quoi s’inquiéter de la marge de manoeuvre que l’Elysée lui laissera, et comme je le disais en parlant de NKM, si c’est pour avoir la consigne de se taire systématiquement sur tous les dossiers chauds qui touchent au numérique, ce n’est même pas la peine d’accepter ce poste.

Si c’est la 3e hypothèse qui se confirme, il y a de grandes chances pour que la situation dégénère, tant du côté des internautes que des professionnels qui n’accepteraient pas de se trouver sous la houlette technocrate et parfaitement e-gnarde du ministère de l’Industrie, ou sous la coupe non moins e-gnarde de celle du Ministère de la culture.

Les rumeurs font état d’une volonté de NKM de quitter ce poste. Il faut dire que l’Elysée ne l’a pas gâté en envoyant au front une Christine Albanel en perdition dans un hémicycle où elle a été raillée tant de ses confrères que des internautes. Nkm, elle, avait consigne de se taire, et parfois c’est intenable. je demeure convaincu que c’est une femme très compétente et je lui souhaite d’exprimer ses talents à un poste où elle en aura le droit… malgré ma lourde déception.

En attendant de savoir qui sera nommé ministre du minitel … ACTA la Vista NKM.

Colloque ARCEP sur la Net Neutrality

Aujourd’hui se tient le Colloque Net Neutrality de l’ARCEP. Les deux premières tables d’intervenants de ce matin étaient fort instructives. Ca va du très mauvais à l’excellent comme on s’y attendait. Passons tout de suite aux choses intéressantes. La seconde table ronde réunissait :

  • Stéphane RICHARD directeur-général de France Telecom
  • Benjamin BAYART président de French Data Network
  • Emmanuel FOREST vice-président et directeur général délégué de Bouygues Télécom
  • Matthew KIRK directeur des affaires publiques de Vodafone (Royaume-Uni)
  • Martin ROGARD directeur France de Dailymotion
  • Richard WHITT directeur des relations institutionnelles de Google monde (Etats-Unis)

Il y a eu deux temps forts :

Le premier étant comme on l’attendait l’intervention de Benjamin Bayart qui a lâché un pavé d’ampleur constitutionnelle en déclarant en réponse à l’intervention de Richard WHITT et surtout en réponse à  Winston MAXWELL avocat et lobbyste du copyright qui participait à la table ronde précédente : “La liberté d’expression est essentiellement en France un produit d’exportation“. Winston MAXWELL avait précédemment déclaré qu’aux USA, les débats sur la liberté d’expression passaient au second plan.

Second temps fort : l’intervention de Nathalie Kosciusko-Morizet, elle aussi attendue (et qui est arrivée fort en retard loupant la première partie des débats), déclarant que les internautes devaient accéder librement aux contenus “légaux”. Seul problème, pour qualifier sur un réseau un octet de légal ou pas, il faut mettre en place des mesures de filtrage, et plus particulièrement une technologie : le DPI (Deep Packet Inspection). Il y a donc un grand risque de voir cette technologie revenir dans les débats du parlement car NKM ne s’est pas cachée du fait que se colloque servirait au gouvernement à légiférer sur la neutralité des réseaux. On notera en revanche que NKM a réaffirmé son attachement à une neutralité au niveau des acteurs et met le doigt sur le développement vertical des acteurs du réseau.

Il s’agit, qu’on le veuille ou non d’une atteinte au fondement de la neutralité du Net : on a jamais demandé à la Poste d’achemenier uniquement des lettres “légales” car ceci impliquerait qu’elle ouvre le courrier des correspondants. Pourquoi accepter sur Net ce que nous n’accepterions jamais dans la vie réelle ?

Enfin, dernier point, je m’interroge sur la signification de la présence physique des membres de la HADOPI dans ce débat. J’y vois comme un très mauvais signal.

Suite des débats à 14h30, vous pouvez les suivre ici.

Net Neutrality : Le gouvernement consulte “enfin” les 5 gus du garage

Annoncé à l’instant via le Twitter de Nathalie Kosciusko-Morizet, la consultation sur la Net Neutrality est ouverte. Si vous aussi vous êtes un gus dans un garage, un professionnel du Net, un défenseur des libertés numériques, un activiste, ou tout simplement attachés à conserver un Internet ouvert et neutre vous êtes invités à venir vous exprimer sur ce thème. Niveau outil c’est un peu cheap, vous bénéficiez d’un joli document PDF et d’une adresse mail. Si toutefois, pour plus de sécurité, vous souhaitez utiliser la RFC 1149 pour répondre à cette consultation, vous êtes priés d’envoyer votre pigeon à l’adresse suivante :

Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services – STIC/SDRU
Le Bervil
12 rue Villiot – 75012 Paris Cedex 12


NKM prête à défendre la Net Neutrality … oui mais …

Le concept de Neutralité du Net commence à faire son chemin et il semble que des dirigeants commencent à s’en émouvoir. C’est en tout cas ce que laisse entendre Nathalie Kosciusko-Morizet dans cette interview accordée à Ecrans.fr. Notre secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique se dit par exemple “fermement opposée à ce qu’un fournisseur d’accès puisse par exemple favoriser ses propres contenus via une intégration verticale” se dressant ainsi contre la stratégie de la majorité des fournisseurs d’accès Internet français. C’est assez courageux, bravo.

Seule ombre au tableau (on parlera plutôt de zone de floue), Nathalie Kosciusko-Morizet aborde le problème du blocage des sites pédophiles et de la régulation du trafic (le trafic shaping). Je ne vais pas revenir sur le blocage des sites qui diffusent des contenus pédophiles et de l’hypocrisie de cette démarche, mais sur la question qui est de savoir si un FAI doit ou non protéger son réseau afin que celui ci fonctionne, il est évident pour moi que la condition numéro pour la Net Neutrality, c’est un Net qui fonctionne, donc un réseau régulé en cas d’attaque massive… la question ne se pose même pas. En revanche, celle qui se pose, c’est la définition même du champs d’action et ce qui caractérise un réseau “en danger”, et là, il convient d’être prudent et de bien définir le champs d’action de ces derniers. Le filtrage ou le blocage d’un protocole dans son intégralité reste une atteinte manifeste à la Net Neutrality s’il n’est pas motivé par une cause réelle et sérieuse (le seul coût de la bande passante en est il une ?).

Revenant sur la décision de la cour d’appel fédérale sur l’affaire opposant la FCC (l’ARCEP américaine) à Comcast, NKM rappelle que c’est la forme qui a été jugée et non le fond, comme expliqué ici, la question de la Neutralité du Net va très vite revenir sur le tapi au USA.

Sur la question d’HADOPI, je me permettrais simplement de rappeler à notre secrétaire d’Etat que le projet initial du gouvernement était de se passer du juge et que le compromis trouvé est très loin d’être satisfaisant, une ordonnance pénale ne laissant pas aux utilisateurs le loisir de se défendre dans de bonnes conditions. Pire, même le logiciel de pseudo sécurisation sans lequel les courriers d’avertissement ne pourront pas partir est une vaste fumisterie et ça commence à se voir sérieusement.

Tout ça pour vous dire que oui, madame la ministre, j’ai été surement un peu trop violent avec vous dans ce billet, et je vous dois des excuses à ce sujet. Même si défendre Hadopi reste à mes yeux une monumentale erreur de votre part.

LOPPSI : une loi martiale pour Internet

La loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI) va finalement être discutée _en urgence_ à partir du 27 janvier… ou comment s’entêter dans la stratégie de l’échec. Il faut reconnaitre une certaine opiniâtreté à Nicolas Sarkozy… notre président a le don de faire des boulettes, et de les faire vite … c’est un don inné chez lui. LOPPSI dans de telles conditions entérine définitivement l’idée que le Gouvernement déclare la guerre à nos libertés fondamentales.

Il y a bien évidemment derrière cet empressement une stratégie politique d’asphyxie du débat parlementaire. Échaudé par l’échec cuisant d’HADOPI 1, le gouvernement a donc fait le choix de prendre les parlementaires pour des cons de vitesse en leur laissant un délai très sensiblement réduit pour déposer des amendements, la limite de dépôt est donc fixée au samedi 23 janvier. Rarement un gouvernement aura fait voter des lois d’un tel impact avec si peu de démocratie, c’est une véritable honte, une insulte à ceux qui sont morts pour nos libertés, une insulte à la République et à la démocratie. Le constat est terrible car ce genre de pratiques totalitaristes appliquées à un sujet aussi grave que le filtrage, qui est rappelons le un flicage dans les règles de toute la population, sont les prémices d’une dictature qui ne se voile même plus la face.

Si vous pensez que j’exagère, je vais vous expliquer ce que prévoit LOPPSI avec des mots très simples :

  • Imaginez qu’à chaque fois que vous décrochez votre téléphone, votre conversation soit écoutée .. juste comme ça, juste parce que tout le monde est présumé coupable ;
  • Imaginez que la Poste ouvre SYSTÉMATIQUEMENT le courrier pour s’assurer que ce que contient l’enveloppe ne comporte rien d’illégal … et bientôt de subversif …
  • Imaginez qu’à chaque fois que vous prenez votre véhicule, un GPS affiche votre position en temps réel, votre vitesse (…) au ministère des transports … juste comme ça, pour votre “sécurité”…

Vous ne rêvez plus, souriez, voici la LOPPSI !

Lors de la présentation de Tweest la semaine dernière à la Cantine, Nathalie Kosciusko-Morizet, très fière de son bon mot a lâché une bombe que personne ne semble avoir relevé… une énormité justifiant son soutien pour les mesures de filtrage ! Je cite : « le filtrage permet des cybers écoutes et non cybers perquisitions ». Rarement une tentative de justification de l’injustifiable n’est apparue à mes yeux aussi ridicule… j’en avais rêvé, NKM l’a fait…

Dans cette petite perle, je sais pas pour vous, mais moi ce qui me choque, c’est que :

1° Une perquisition est quelque chose de très encadré, nécessitant l’intervention d’un juge et l’obtention d’une commission rogatoire. En toute logique, une perquisition se justifie donc par un besoin réel de l’autorité judiciaire de contrôle d’une personne sur laquelle sont portés des soupçons légitimes, fruits d’une enquête judiciaire.

2° Une cyber écoute généralisée est issue de la volonté des politiques de restreindre les libertés de tous les citoyens (j’ai beau chercher, je ne trouve AUCUNE autre justification). Le filtrage, comme le défend maintenant très ouvertement Nathalie Kosciusko-Morizet, c’est bien une cyber écoute généralisée… prenez le dans tous les sens, vous arriverez aux mêmes conclusions que les miennes. Ce simple état de fait ne peut être toléré dans une démocratie, si le Conseil Constitutionnel laisse passer un tel affront, c’est qu’il y a bien quelque chose de pourri dans notre “démocratie”.

Ainsi, il convient de dénoncer cette nouvelle urgence que s’est subitement découvert le gouvernement godillot de Nicolas Sarkozy après ses quelques tentatives d’enfumage, d’ici sur l’identité nationale, de là sur la taxe Google qui nous a fait passer pour des crétins dans le monde entier…

Il va falloir AGIR contre LOPPSI, et agir :

Vous l’aurez compris, l’heure est grave, c’est le moment de se remuer. Enfin, j’ai beau n’être pas grand chose sur cette toile, j’appelle de toutes mes forces les internautes, les journalistes, les députés de droite comme de gauche, les artistes, vous simples citoyens,  à ouvrir les yeux sur ce qui est en train de se passer, nous avons tous un rôle un jouer, et c’est tout de suite !

Le filtrage “ça marche” … le problème est toujours situé entre la chaise et le clavier

filtrageOn apprend aujourd’hui que la Turquie bloque plus de  3700 sites web … ah ils doivent avoir des supers “gros ordinateurs” comme dirait le député Myard … il doivent aussi avoir de sacrés gros boulets entre la chaise et le clavier de ces mêmes ordinateurs… ou les “encore plus boulets” qui les gouvernent. Pour une fois, il ne s’agit pas d’un filtrage accidentel .. pas comme les anglais “j’me suis trompé d’bouton, désolé, tenez je vous remets wikipedia”  … pas comme les australiens “bon ok au début c’était la pédo pornographie mais le jeux n’est il pas un pêcher capital” ? … non non … là c’est bien un filtrage politique, à la chinoise. Ah mais la Turquie c’est loin, c’est même pas l’Europe .. alors la Chine pensez vous ma petite dame … et là c’est assez près ? … comme c’est étrange, un pays ou le pouvoir et les médias entretiennent une certaine collusion … un peu comme chez nous …

Y’a pas à dire, le filtrage “ça marche”, ça marche fort même… tant qu’il y aura des dictateurs.

ils l’ont bien fait en Chine“… Allez Camarade Nicolas … plus qu’un petite loi en “i” et on sera tous turcs, tous chinois, tous pédophiles, tous terroristes … tous filtrés. Le vrai terrorisme en France, c’est celui du politique qui s’accroche à sa parcelle de pouvoir et qui est prêt à s’attaquer à des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution pour garder sa part de galette. C’est le terrorisme de celui qui se sert au lieu de servir.

Le camarade Nicolas nous a promis que le filtrage ça sera pour les pirates, NKM jure par tous les grands dieux que ce ne sera que pour les sites pédophiles, … demain c’est quoi ? Copé qui va nous dire que finalement on va aussi l’appliquer à mon blog parce que je trouve que vous êtes une belle bande menteurs ? Si la Turquie n’a pas sa place dans l’Union Européenne, pourquoi la France aurait elle sa place au rang des nations qui pratiquent la dictature et le terrorisme culturel  ? Qui peut croire un politique qui vous dit qu’il va dresser une liste secrète qui ne contiendra que des sites x ou y  alors qu’il peut filtrer ce qu’il veut .. juste comme ça … parce que c’est facile … parce qu’il en a le pouvoir … tous les pays dotés de ces outils ont succombé à la tentation … c’est quoi qui différencie la France de ces pays ? L’intégrité de nos politiques ? Leur brillante capacité à confier à un taulard une mission ministérielle sur les prisons et leur l’incapacité à écouter les internautes parler d’Internet en confiant au ministère de la Culture le pouvoir de légiférer sur un truc auquel il est totalement étranger ? Mais comment voulez vous que l’on vous prenne au sérieux ? Give a monkey a brain and he’ll swear he’s the center of the universe, give a politician net filtering and he’ll swear he’s chinese …

Le problème est toujours entre la chaise et le clavier … toujours. Heureusement dans tous les filtres .. y’a plein de petits trous, ça évite le moisit.

A quoi sert Nathalie Kosciusko-Morizet ?

C’est avec une certaine amertume que j’écris ce billet. Quand Nathalie Kosciusko-Morizet a été nommée à la place de Besson au secrétariat d’État à l’Économie Numérique il y aura de ça un an le 15 janvier prochain, je dois vous avouer que j’attendais beaucoup d’elle, j’ai même accueilli avec bienveillance sa nomination, sachant la personne intelligente et à peu prêt compétente sur le sujet … manque de bol, ce n’est pas le courage politique qui l’étouffe, dressons un bilan de son année sur les 3 dossiers les plus chauds du Net avec du numérique et de l’économie dedans…. vous allez voir, c’est pas spécialement glorieux.

Déploiement de la fibre optique

La fibre optique est le grand chantier des des 5 prochaines années claironne t-on depuis 2005, le plan Numérique 2012 nous en a mis plein les mirettes en annonçant un nombre d’abonnés au très haut débit de plusieurs millions en 2010. Voici le vrai bilan :

  • Orange a stoppé ses déploiements depuis plus d’un an et refuse de poser du multifibre dans les immeubles (l’opérateur préfère poser une seule fibre qu’il louera aux autres opérateurs recréant ainsi son monopole sur les non dégroupés ADSL). L’ARCEP a beau taper du poing sur la table, Orange ne veut rien entendre et souhaite ne rien faire tant que le législateur ne se sera pas prononcé sur la question (et vu le calendrier parlementaire c’est pas avant 2011).
  • Actuellement la France est le 12e pays européen en nombre d’abonnés très haut débit, loin derrière des pays comme la Lettonie et même l’Italie…. une honte, un tiers monde numérique.

Nathalie Kosciusko-Morizet n’est jamais intervenue sur cette question alors que le très haut débit est un enjeu majeur pour les professionnels comme pour les particuliers, un nouveau pan de l’économie numérique qui promet de nombreuses applications, de nombreux services d’une nouvelle génération.

HADOPI / HADOPI 2

Le dossier sur lequel tout le monde attendait NKM, c’était HADOPI. En dehors d’une déclaration où elle avoue savoir contourner les mesures que la Haute Autorité va mettre en place et avoir déclarer se positionner dans “l’après HADOPI”, NKM ne s’est jamais exprimée sur ce dossier, il s’agit d’un ordre de la présidence. NKM s’est donc docilement exécutée, pas une bribe de réflexion de sa part sur le sujet… consternant. HADOPI, nous le voyons encore aujourd’hui avec les vœux de Nicolas Sarkozy où le Président appelle au filtrage du Net ou à la taxation des revenus publicitaires des acteurs du Net. Pas un mot, pas une préconisation, rien … le H de Hawai. Et pour cause, ce dossier a été confié au ministère de la Culture (et oui c’est très logique, Nicolas Sarkozy appelle toujours le  Macdonald du coin quand il veut commander des sushis) alors qu’il menace directement l’économie numérique dans son intégralité. La consigne de Nicolas Sarkozy à NKM sur le dossier HADOPI est claire comme de l’eau de roche et peut se résumer à ça : “si tu l’ouvres tu gicles”.

LOPPSI et Filtrage du Net

Après HADOPI et l’ARJEL, LOPPSI sera le prétexte à rendre le filtrage des contenus et des sites web obligatoire avec toutes les conséquences que celà peut avoir d’un point de vu dommages collatéraux (on sait que le filtrage BGP a tendance à faire un peu trop de zèle et à filtrer des sites parfaitement légaux sous prétexte qu’ils sont hébergés sur le même serveur que l’un des sites que l’on souhaite filtrer). Là encore, sur le filtrage, pas une seule étude d’impact n’a été demandée et NKM ne s’est jamais exprimée, elle n’a jamais donné son avis, n’a même surement jamais cherché à freiner les délires de ses petits camarades … NKM est bien dans le secret des dieux, elle sait que tout ceci n’est pas du tout destiné à faire la chasse aux pédophiles… ça n’a pas l’air de la perturber plus que ça.

Mais que fait exactement NKM ?

  • NKM Tweete et superpoke ses friends Facebook,
  • NKM se balade à San Francisco,
  • NKM nous bassine avec son serious gaming dont tout le monde se cogne.

Le secrétariat d’État de NKM ressemble à s’y méprendre à un emploi fictif. Si NKM a été placée ici pour faire la potiche, la moindre des délicatesses pour le contribuable serait qu’elle donne sa démission.