Imprimante 3D Thing-O-Matic! : Le MakerBot nouveau est arrivé

makerbot thingomaticDans les gros jouets avec lesquels les geeks et les hackers peuvent s’éclater, il y a les imprimantes 3D. Le concept est de réaliser vous mêmes des objets usuellement produits avec des procédés industriels lourds, dans votre propre garage (… et même dans votre salon si votre conjoint(e) supporte cet objet étrange au quotidien). MakerBot Industries propose un kit complet, à monter vous même : une véritable imprimante 3D avec laquelle vous allez pouvoir produire des formes que vous aurez préalablement conceptualisé avec des gabarits 3D. L’électronique est en partie assurée par des composants Arduino, du matériel le plus ouvert possible, le plus hackable possible.

Le MakertBot nouveau, le Thing-O-Matic! est une petite révolution, il est maintenant capable de réaliser consécutivement plusieurs impressions 3D d’un objet là où une seule était possible avec le premier modèle de MakerBot. Le Thing-O-Matic! c’est aussi une précision accrue, des axes d’impression plus robustes, et une qualité globale sensiblement améliorée. Les mécanismes  ont été rendus plus précis, vous permettant de réaliser des formes encore plus délirantes. Le Thing-O-Matic! est aussi 6 fois plus rapide que la version précédente !

Niveau accessibilité, si ce matériel reste pour bidouilleurs relativement avertis, l’accent a aussi été mis sur la facilité de montage et de paramétrage global. A l’utilisation, c’est donc plus simple, plus rapide plus précis … et non, ce n’est pas l’iPhone 5 !

L’engin est actuellement proposé pour la somme de 1225$ et un délai de livraison de 7 semaines (et oui c’est du fait main !), mais je suis persuadé que John et Wim sont en train de lorgner sur la bestiole, aussi vous devriez pouvoir très prochainement vous les procurer en Europe sur le store d’Hackable-Devices.

Je vous invite également, si vous découvrez cet univers dans ce billet, d’aller jeter un oeil attentif sur ce que certains hackers font avec leur RepRap et surtout de prendre connaissance des travaux d’Alexandre sur Usinette et du projet Fablab, dont on espère tous que vous entendrez très vite parler.

Hackable:Devices est en ligne

Hackable:Devices est une sorte de boutique/réseau social concentré autour de produits “hackables“, du matériel ouvert et bidouillable et  des communautés de hackers. Hackable:Devices importe et propose à la vente une  sélection de produits qui devraient ravir les nerds : Arduino, caméras HDD Elphel, Makerbot, Notebooks Lemote Yeeloong, Tux Droid 2.0, … Du matériel open source dont vous pouvez étendre les fonctionnalités. L’annonce de l’ouverture a été faite par les ours de Bearstech au 26C3.

Le concept de Hackable:Devices se décline autour de 3 choses :

  • Les utilisateurs (communauté de bidouilleurs autour d’un matériel).
  • Les produits : des produits sélectionné pour leur birdouillabilité et leur ouverture ;
  • Les événements : événements et convention auxquels les utilisateurs peuvent participer et se retrouver

Hackable:Devices propose des outils qui permettent aux hackers de documenter et d’échanger sur leur bidouilles hardware  et surtout faire se rencontrer des bidouilleurs, des créateurs, des industriels et des investisseurs. Hackable:Devices est donc aussi un canal de distribution rêvé si vous avez un produit basé sur du matériel et/ou du sofware libre et que vous souhaitez le tester avant une mise en commercialisation tout en obtenant des retours qualifiés, à savoir des personnes qui vont vraiment jouer avec le produit et en devenir ou pas prescripteur. La communauté de Hackable-Devices devrait vite compter de nombreux geeks et si le concept fonctionne devenir une plateforme d’innovation très intéressante sur le plan communautaire ou des industriels pourraient collaborer avec des créateurs à l’élaboration de nouveaux produits.

Visitez Hackable-Devices

Les 11 faiblesses les plus exaspérantes de l’iPhone 3G

Après plusieurs semaines d’utilisation relativement intensive de l’iPhone 3G, la liste des griefs que je retiens à son encontre n’a de cesse de s’allonger

– iTune reste une véritable tannée ;
– Pas de mms ;
– La place laissée par défaut pour les applications est ridicule, il faut le partitionner correctement avec pwnage tools pour en profiter en bon geek en empiétant un peu sur l’espace mp3;
– Les procédures de mises à jour font systématiquement sauter de nombreuses applications installées depuis l’AppStore ;
– Les applications open source installées après jailbreak sont systématiquement effacées après une mise à jour de firmware ;
– L’iPhone est le seul téléphone sur lequel il faut payer pour la fonction réveil : les applications disponibles sur l’AppStore sont … sympa mais pour la plupart totalement inutiles et quand elles sont utiles elles sont payantes, alors que fournies pour certaines out-of-the-box avec des modèles concurrents ;
– Toujours pas de fonction copier coller ;
– La recherche dans les emails est impossible, pas adaptée à une utilisation intensive ;
– Il est lent, très lent … attendre une dizaine de secondes pour accéder aux fonctions de téléphonie est intolérable … sur un téléphone ;
– Il plante trop souvent (ceux d’amis, même non jailbreakés, doivent être rebootés une à deux fois par jour)
– Les synchronisations ne fonctionnent qu’à moitié, particulièrement pour le carnet d’adresse avec lequel on se retrouve très vite avec des contacts en double, en triple en quadruple voir bien plus encore.

Et voilà tout ce qu’il faut endurer pour avoir un shell sur son téléphone.

Une bonne alimentation pour votre ordinateur peut régler des problèmes de wifi

Il y a des jours où on se passerait bien de geeker, c’est ce qu’on se dit quand une alimentation crame. Déjà parce qu’une alimentation ça n’a rien de palpitant comme pièce et qu’en plus c’est souvent ce qu’il y a de plus fragile et donc que l’on se retrouve à changer le plus souvent.
Il y a 6 mois de ça, j’avais besoin d’un desktop digne de ce nom, j’ai opté pour un Packard Bell équipé d’un quadcore Q6600 et d’une bonne carte graphique, une nvidia je sais pas quoi … J’ai ensuite ajouté à cette configuration pas mal de choses : carte tuner, 2 cartes wifi, 3 disques durs externes, 2 disques durs internes, plus toute une ribanbelle de périphériques (imprimante, clavier souris sans fil, hub, iPhone … ça commence vraiment à être le bin’s ici).
Depuis le branchement d’une carte wifi Senao 600mW, mon ordinateur a commencé à avoir un comportement bizarre, en wifi particulièrement où j’observais des variations de débit assez incompréhensibles.

De retour de Rotterdam pour le Plone World Day, après trois petits jours d’absence, j’allume mon ordinateur et là paff … ce bruit que je ne connais que trop bien : et une alim une ! Une “ridicule” 450w (un minimum de nos jours pour faire tourner une configuration un peu musclée)… on va charger un peu la mule. Direction Montgallet, et là je tombe sur ce qui me semble un bon rapport qualité prix (je cherchais à partir de 850w) : une OCZ Elite X Stream 1000w.

Montage rapide malgré l’impressionnante quantité de connectiques (vive le SLI)… reboot … finit le problèmes de sautes de débit en wifi et surtout …une incroyable portée de la carte wifi (à peu prêt 30% de réseaux supplémentaires détectés … bluffant).

Moralité, pour du wifi Long Range : ne pas hésiter à envoyer la gouache 😉

Apple : netbook de luxe ou notebook démocratisé ?

apple netbookC’est prévu pour jeudi prochain et comme à chaque sortie imminente d’un produit par Apple, les rumeurs les plus folles accompagnées de fakes pullulent sur la toile. Et s’il y a bien un segment de marché sur lequel Apple n’est pas encore présent, c’est celui des netbooks low cost. Apple a toujours eu tendance à niveler par le haut ses gammes. Seulement voilà, Asus a imposé le netbook avec son  eeePC comme un succès commercial et la concurrence a suivi. Silicon.fr prévoit donc en toute logique l’apparition d’un nouveau laptop qui viendrait remplacer ou boucher un trou par les gammes Macbook et Macbook pro, et avance un tarif un peu plus démocratique que celui de l’entrée de gamme actuelle : 800$.

Que pourrait donc nous fournir Apple pour 800 $ ? Un netbook de luxe ou un notebook démocratisé ? Les paris sont ouverts, à Jeudi prochain 🙂

Eee PC S101: un Asus sur les terres du Macbook Air

Le eeePC premier du nom a connu un énorme succès. Cet ultra portable low cost s’est donc vu décliné en plusieurs modèles plus ou moins intéressants avec une seule constante : plus le stockage ssd augmente … plus le prix augmente mais quoi de plus logique quand on voit ce qu’Apple demande pour quelques gigas supplémentaires sur un disque Solid State Drive (on dépasse le millier de dollars quand même !).

Asus a récemment annoncé parmi les nouvelles déclinaisons de son produit star une version qui viendrait chasser sur les terres du Macbook Air d’Apple, avec ses seulement 25 mm d’épaisseur et son poids de moins de d’1kg;

Le Eee PC S101 sera équipé de l’excellent Intel Atom N270 (1,6 Ghz) et d’1 Go de mémoire vive (à vous d’en ajouter par la suite, c’est toujours possible sur les Eee). Un écran de 10,2 pouces, mais rétro-éclairé par LED. Côté stockage, le Eee PC S101 passe au disque SSD 32 ou 64 Go. Encore un autre petit clin d’oeil au Macbook Air, le S101 disposerait d’un pavé tactile multitouch…

A quoi ça sert me direz vous un EeePC haut de gamme aussi cher qu’un mac ? … C’est là le coup de force, il est 3 à 4 fois moins cher qu’un Macbook Air, son prix devrait tourner autour des 600 euros pour la version 32go et 800 pour la version 64go.

Le S101 devrait donc s’avérer comme une très bonne affaire même si son prix est loin de celui du EEEPC 701, le service rendu n’est plus vraiment le même non plus. Une toute petite réserve cependant sur le coloris du modèle présenté sur la communication d’Asus, on ne peut qu’espérer qu’il sera disponible en d’autres couleurs que ce marron un peu étrange;

Un serveur web pour 5 patates : le prochain Kimsuffi d’OVH ?

Un serveur web “patate powered”, fallait y penser, il est capable de servir 0,2 pages par seconde avec une source énergétique 100% naturelle : 5 bonnes pommes de terre !

Avec un cageot entier, il serait possible de faire tourner Xorg si on se réfère à ce tutoriel. Avec un processeur PIC16F876 cadencé à 76.8 KHz pour 1.5V on obtient un équilibre puissance / consommation suffisant pour faire tourner un micro serveur web … une petite prouesse technique à partager au bureau entre geeks donc. Cette bidouille date déjà de 2000, vive le potatoe embeded 🙂

Mhackinchiottes : Comment changer un disque dur de Mac Mini et s’offrir des chiottes de Geek ultime

mhackintosh : les MacinchiottesMon père a récemment maltraité un Mac Mini, bilan un HD qui a disparu, paix à son âme, il est mort, il va donc falloir mettre les mains dedans, j’en avais déjà ouvert un il y a 2 ans pour la même opération et un excellent tutoriel que vous trouverez ici m’avait bien aidé, me guidant pas à pas dans cette opération qui revêt un caractère particulièrement délicat si on se réfère à la taille miniature du Mac Mini et à ce qu’il embarque.

Evidemment je ne me souvenais plus des spécifications exactes de ce Mac Mini mais manque de bol, ce n’est manifestement pas la même version que celui du tutoriel évoqué plus haut… peu importe, j’aime bien mettre les mains dedans, lâchons nous. Il vous faudra des tournevis de tout petit calibre pour certaines vis, assurez vous bien d’avoir votre parfaite panoplies de Mac Gyver

Attention, ceci n’est vraiment à faire que si vous êtes surs de ce que vous faites, si vous n’avez pas l’expérience de ce genre de bricolages ne vous lancez surtout pas dans l’aventure, laissez faire un professionnel, vous risquez vraiment d’endommager le matériel. Si votre mac a moins d’un an il est sous garantie alors ne vous prenez surtout pas la tête, peut être même avez vous l’Apple Care dans quelle cas votre matériel est garanti 3ans… donc pas de bricole et ça sert à rien de me maudire je vous aurais prévenu.

On commence donc par la première étape, démonter le capot qui masque la bête avec une spatule… bon j’ai été un peu bourin mais j’ai réussi à ne rien casser en faisant ca avec deux couteaux à tête ronde et relativement plats. J’avais le souvenir d’avoir bien plus galéré avec le modèle que j’avais démonté auparavant, là c’est vraiment plus facile … étrange. une fois démonté, ça nous donne ça

Sous le capot du Mac Mini

Première constatation, les vis qui solidarisent le bloc dvd/hd/ventilo ne se trouvent plus exactement au même endroit, elles sont toujours bien nichées dans des tubes de protection en plastique, celle se trouvant en bas à gauche est un peu plus longue et on a juste la place pour passer un tournevis ultra fin. La ram n’est pas visible, on a donc de la ram de laptop quelque part sous ce gros bloc.On admire au passage le petit haut parleur tout rikiki en haut à gauche sous le bidule orange.

mhackintosh tout est sous le capot

Attention maintenant à toutes les connectiques : alimentation, antennes wifi, bluetooth … qu’il va falloir délicatement enlever et replacer au remontage j’en ai compté 4 à différents endroits. Un tout petit tournevis à tête plate peut vous être utile pour éviter de tout arracher; en voici deux ici :

mhackintosh conectique à débrancher

En voici une bien visible ici que nous venons de déconnecter

mhackintosh la connectique a débrancher

Une fois le bloc démonté on peut distinguer les vis qui fixent le hd à la carcasse en plastique. Les deux vis latérales sont facilement enlevables mais pour extraire le disque dur en le faisant coulisser un peu sèchement. Attention de ne pas endommager la connectique plate ne tirez pas comme un bourin dessus. Je n’ai personnellement pas cherché à désolidariser complètement les deux blocs j’ai laissé la connectique plate en place. Voici ce que ça donne quand on décolle le tout :

mhackintosh sous le hd et le lecteur dvd

En enlevant le disque dur, il fallait s’en douter, on tombe sur un 2.5 en SATA, opération réussie, il ne reste plus qu’a remplacer ce hd et tout revisser, on voit cependant le grand soin apporté par Apple et on voit nettement la différence de finissions sur ce modèle par rapport à l’ancien modèle (celui de ce tutoriel), un gros bout de mousse recouvre une partie du hd (oui ça se décole on va pouvoir le poser sur le nouveau disque).

Mhackingchiottes

 

Et voilà, en attendant d’aller récuperer un nouveau disque dur SATA, j’ai recyclé le capot du Mac Mini en m’offrant un rouleau de PQ 2.0 signé Mhackinchiotte … la grande classe quoi.

mhackintosh : les Macinchiottes

Pat Gelsinger, le vice-président d’Intel annonce la mort du disque dur

Intel commence à s’inviter là où on ne l’attend pas forcément, sur le marché du stockage traditionnellement acquis à des marques comme IBM, Maxtor ou Seagate pour ne citer qu’eux … et quand Intel rentre dans la danse, ce n’est pas vraiment pour faire dans la dentelle. Le vice-président d’Intel, Pat Gelsinger a annoncé la sortie pour la fin de l’année d’un disque dur à base de mémoire flash (SSD) pour les serveurs avec des performances entre 10 et 30 fois supérieures à celles de nos disques durs traditionnels, bref, une bonne grosses claque !

Tout n’est cependant pas rose puisque puisque les 32 go, puis 64 go qu’afficheront les Flash drive en question ne pourront remplacer du jour au lendemain le terra octets des disques magnétiques actuels avec leurs bons vieux plateaux. Cependant, les performances et la robustesse du support flash laissent augurer de belles choses pour les années à venir : la disparition des plateaux est synonyme d’une consommation énergétique en chute libre (les laptops vont adorer), des temps d’accès 100 fois plus rapide mais des temps de transferts effectifs un peu plus lents (45 Mo/s en écriture pour plus de 60 Mo/s en lecture contre de 50Mo/s à 70Mo/s e écriture pour les disques durs), moins de chaleur (donc moins de ventilos bruyants) et surtout, une durée de vie nettement accrue puisque plus de soucis d’ordres mécaniques comme c’est trop souvent le cas lors d’usages intensifs.

Intel n’a pas encore communiqué de tarifs mais il ne faut pas s’attendre à obtenir le Go au même prix que pour un HD magnétique tout de suite. Néanmoins, nul doute que les professionnels se laisseront vite séduire par l’alternative offerte par Intel pour des machines serveurs.

Le disque dur est mort … vive Intel !