iHackLaw: et si on ouvrait les données de Légifrance ?

L’Open Data ou l’ouverture des données citoyennes est l’un des nouveaux enjeux de l’administration française. De nombreuses données publiques sont assez difficilement accessibles, même si elles sont en ligne.

Nous avons donc décidé aujourd’hui avec les ours de Bearstech de releaser iHackLaw, une petite API très simple qui ne demande qu’à être enrichie de vos contributions, pour s’inscrire dans la dynamique lancée entre autres par des collectifs citoyens d’advocacy comme la Quadrature du Net ou Regards Citoyens.

iHackLaw se concentre sur les données du site Legifrance.gouv.fr et cette première contribution devrait par exemple à terme permettre à des juristes de se créer aisément un outil de veille, ou même à des entreprises, soucieuses d’être informées de l’évolution de la législation sur leur métier, de s’offrir un outil à la fois simple, utile et technologiquement souple. Le code de cette API peut évidemment servir pour d’autres sources de données.

iHackLaw est libre, sous licence BSD, libre à vous de vous amuser avec, d’améliorer le code, de vous en servir pour créer une application mobile métier.

4 réponses sur “iHackLaw: et si on ouvrait les données de Légifrance ?”

  1. Très bonne idée !!! 😉

    Je suis d’autant plus enthousiasmé que je sais que dans certaines administrations, les fonctionnaires ne peuvent même pas accéder à legifrance !! Ils doivent continuer à consulter les versions papiers de la loi… :s

    Merci pour cette initiative.

  2. Dans la même optique je vous suggère d’aller regarder du coté de weboob (weboob.org) qui propose différents backends pour différents sites.
    Lui aussi codé en python d’ailleurs, il permet par exemple de mouler sur dlfp depuis son client mail etc…

    Peut être que faire un rapprochement entre les deux projets pourrait envisagé ? (pour fournir une API commune par exemple)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.