Éric Besson et Wikileaks : on a failli mal comprendre… désolé

censure

Voilà qu’Éric Besson, qui avait intenté une procédure visant à faire en sorte que Wikileaks ne puisse être hébergé en France rectifie le tir. Il faut dire que comme prévu, il s’est heurté à une ou deux subtilités de notre droit, des vieux trucs du bouquin le plus poussiéreux qu’on puisse avoir dans une bibliothèque et qu’on a pas forcément en tête… la Constitution Française… liberté d’expression, liberté de la presse tout ça… et deux trois morceaux de LCEN qui définissent par exemple la responsabilité d’un prestataire technique. Comme c’est un peu compliqué, là ou Eric Besson ne comprenait pas bien sur quoi se fondait la requête d’OVH, persuadé qu’il était que l’État avait son mot à dire, le juge s’est déclaré incompétent et de conclure que la question méritait un débat contradictoire… et oui, c’est bien moins simple que prévu .

Sommes nous donc naïfs, nous avions cru l’espace d’un temps qu’Éric Besson avait oublié tout ça.

Il nous le promet, c’est dans le Figaro, ce n’était pas le cas et d’ailleurs, il n’a jamais demandé “l’interdiction de Wikileaks”…. C’est vrai, il a simplement demandé qu’on l’expulse (un vieux réflexe ?), qu’on le censure, qu’on se cache les yeux… pas qu’on l’interdise voyons !

Même moi je me suis laissé prendre, j’aurais du être plus méticuleux dans mes vérifications. J’aurais du consulter une experte qui avait visiblement tout mieux compris que moi les intentions de Monsieur Besson motivant sa requête au CGIET. Cette experte vous la connaissez tous ici, c’est l’irremplaçable député Marland-Militello, qui en connait un rayon sur la liberté de la presse… et bien elle aussi avait interprété le message de monsieur Besson à sa manière.

Militello
Censure ou pas censure ?

La député Militello avait relevé une subtilité : ce n’est pas Wikileaks que le ministre cherche à interdire… c’est son hébergement ! … Sommes nous sots, aujourd’hui Monsieur Besson nous l’assure, il n’a jamais voulu censurer Wikileaks… jamais !

Conclusion :

Un Wikileaks ça va, c’est quand y’en a plusieurs qu’on a des problèmes.

18 Comments

Laisser un commentaire