La HADOPI va t-elle dédommager les FAI ?

tuyauEn dehors de SFR et ses DNS en carton (qui étaient encore en carafe aujourd’hui) qui assume promptement son zèle pour communiquer gratuitement l’identification des adresses IP de ses abonnées à la HADOPI, les autres fournisseurs d’accès n’ont toujours pas de réponse concernant le paiement des frais engagés dans l’identification des personnes qui n’ont pas compris que le P2P était la seule cible de la haute autorité. On ne s’étonnera d’ailleurs pas d’un passage en force comme pour le blocage des sites imposé par une autre “haute autorité administrative” (c’est très tendance en ce moment), l’ARJEL, qui a réussi à obtenir un blocage des sites “par tous les moyens possibles“, dans une décision de justice en référé.

Oui sauf que la HADOPI c’est aussi, et surtout, des utilisateurs de P2P qui migrent sur des solutions de téléchargement basées sur un modèle minitelien avec un serveur central (Megaupload) que tout le monde bourine allègrement. Le P2P est un modèle d’échange qui a pour vertu d’équilibrer la charge de trafic sur un réseau là où des sites de direct download comme Megaupload auront pour effet de saturer un lien de plusieurs terabits en sens unique (de Megaupload vers l’utilisateur). Tout ceci va également avoir un coût pour les fournisseurs d’accès qui, pour le coup, pourraient connaitre des congestions ou faire les gros yeux quand ils vont recevoir la douloureuse de trafic transatlantique (les serveurs de Megaupload sont principalement situés aux USA et aux Pay-Bas.

Il me semblerait en ce sens logique que les fournisseurs d’accès demandent un dédommagement à la HADOPI (ou aux sites de download) qui ne manquera surement pas de proposer à ces derniers de bloquer ces sites … allez on prend les paris ?

La bande passante qui n’était pas un réel problème jusque là risque bien de le devenir, encore une perversion de la HADOPI.

9 réponses sur “La HADOPI va t-elle dédommager les FAI ?”

  1. Mais nooon, attends! La minitelisation du Net pourrait donner aux opérateurs le prétexte idéal pour porter atteinte à la neutralité, et discriminer/prioriser l’accès à certains contenus/services/applications… Une vraie mine d’or pour qui contrôlera les minitels de demain!

    En fin de compte, tant que le Net est géré par ces quelques acteurs responsables, tout ne peut que bien se passer pour nos libertés fondamentales!

    Vous reprendrez bien un petit verre de 3615? 😉

    1. C’est bien ce que je crains quand je cause de perversion. La HADOPI contribue bien à ouvrir la boite de Pandore et comptes sur moi pour aller en causer à mon député.

      Cependant, ce serait quand même drôle de voir des FAI assigner en justice la HADOPI pour avoir modifier la topologie de leurs réseau et engendré des frais qui n’étaient pas prévus dans les broutilles insignifiante que nous prévoyait Christine.

      Le cout du blocage des sites même anecdotique ne sera pris en charge que par eux, l’identification des internautes avec la HADOPI, y’a aussi des chances… ils finiront bien par gueuler un moment 😉

      Après ça me rappelle les débats de Rogard fils (Dailymotion) au colloque de l’ARCEP qui voulait partager les revenus de Free et Free qui voulait faire payer Dailymotion… tout le monde cherche à partager les sous d’autrui et ça risque de donner lieu à des situations cocasses, même si au final, on sait tous que c’est l’internaute qui paiera parce que ça arrange tout le monde.

      1. Je ne pense vraiment pas, tout le monde utilise les protocoles vpns, les très grandes entreprises, les administrations, et bien sûr les particuliers.

  2. Un blogeur – je ne sais plus lequel – avait dit que finalement c’était plutôt malin de la part d’Hadopi de s’en prendre au P2P.
    Certes ils ne l’ont pas prévu, certes c’est nul de s’en prendre à ce système de partage plus “sain”, plus “old shool”, mais c’est peut-être un atout pour eux : Une fois que tous les téléchargeurs auront quitté les plateformes de P2P, il ne devrait pas être difficile à Hadopi d’interdire purement et simplement (et par tous les moyens…) l’accès aux sites de DDL… comme ces sites sont une histoire de concentration, façon Minitel, c’est encore plus facile à maîtriser, contrôler, toussa.

    edit : c’était ici : http://bit.ly/bRD4dI

  3. SFR, filiale de Vivendi,comme Universal, aurait l’intention de ne pas facturer la collecte des coordonnées des IP repérés par les cow-boys de la société TMG.

    Si cela est confirmé, sale temps pour les abonnés à SFR qui seront caftés pour pas un rond.

    Faites de beaux rêves.

Répondre à Tomy13 Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.