#Cablegate : Wikileaks ouvre sa page dédiée à la plus grosse fuite de l’histoire

Wikileaks Cablegate
Wikileaks Cablegate

Cablegate, c’est le nom que Wikileaks a donné à la plus grosse fuite de documents secrets de l’histoire. Le site a ouvert sa page, elle est disponible ici. Si vous pratiquez Twitter, vous êtes donc invités à marquer vos messages avec le hashtag #cablegate.

Wikileaks révèle une synthèse chiffré de ces documents soit :

  • 15, 652 documents secrets
  • 101,748 documents confidentiels
  • 133,887 documents non classifiés
  • Iraq est le pays faisant l’objet du plus grand nombre de documents – 15,365 (dont  6,677 venant d’Iraq)
  • Ankara en Turquie est le olus gros émetteur avec 7,918 documents
  • 8,017 documents émanent du bureau du Secrétaire d’État

Sujets les plus débatus :

  • Politique extérieure – 145,451 documents
  • Affaires internes du gouvernement – 122,896 documents
  • Droits de l’Homme – 55,211 documents
  • Affaires économiques – 49,044 documents
  • Terroristes et terrorisme – 28,801 documents
  • Conseil de sécurité des Nations Unies – 6,532 documents

Pour les personnes qui ne tweetent pas, je vous propose de suivre le hashtag Cablegate ci dessous :

#Statelogs Wikileaks : il y aura un avant et un après Wikileaks

On peut parler d’un véritable séisme international, le nombre de ces documents, les faits qu’ils relatent, les personnes qu’ils impliquent, auront des répercussions commerciales, politiques et diplomatiques dans de nombreux États. Les statelogs, révèlent par exemple que l’Europe est devenue un interlocuteur mineur pour les USA qui privilégieraient les échanges avec la Chine. Le Monde affirme par exemple que Wikileaks a bien déclenché une “tempête dans les capitales mondiales“, le site canadien LCN évoque les propose de Robert Gibbs, le porte-parole de Barack Obama, pour qui Wikileaks ferait du “tort à la cause des droits de l’homme ». Slate de son côté revient sur les informations diffusée par Der Spiegel sur la France où l’on apprend entre autres que pour les USA, Nicolas Sarkozy serait un “roi nu ».

Les députés européens avaient déjà posé leurs premières questions dés le mois de septembre dernier, ainsi, Marietje Schaake (ALDE) avait lancé une première salve de questions. Dans ses questions, la député demande dans un premier temps des détails sur les contacts entre les USA et l’Europe concernant le mandat d’arrêt lancé à l’encontre Julian Assange, puis elle s’interroge ensuite sur les éventuelles mesures que pourrait prendre l’Union Européenne contre Wikileaks. La député s’inquiète ensuite ouvertement d’éventuelles mesures de filtrage qui pourraient intervenir et s’inquiète sur le sort que l’UE pourrait faire à la liberté d’expression et demande si la Commission reconnait qu’Internet a un impact significatif sur la Démocratie en général, les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Viviane Reding avait récemment répondu au nom de la Commission à ces questions ici.

Il y aura donc bien un avant et un après Wikileaks, encore une fois, peu importe le contenu des documents publiés. Les politiques déjà frileux sur les questions relatives à Internet, se retrouvent au pied du mur, il va maintenant falloir être attentif aux mesures qu’ils pourraient prendre. On se souvient par exemple du projet de l’administration américaine visant à donner au président le pouvoir de “couper Internet”.

Wikileaks a ouvert sa page Cablegate.