Et si le Président pouvait couper Internet ?

On se calme ! L’idée ne vient pas d’un député français mais de sénateurs américains (… ah! Vous non plus ça ne vous rassure pas ?). En plus elle n’est pas vraiment nouvelle. Mais n’empêche quand on y pense, ça peut faire un peu peur.

On sait qu’Internet est au coeur de tous les systèmes d’information des entreprises, des administrations, des forces armées… cet état de fait rend vulnérable une nation à des attaques encore rares mais bien réelles, comme on a pu le voir avec la Georgie ou l’Estonie. Le Sénat américain propose donc que le président puisse avoir le loisir d’éteindre une partie du Net en cas d’attaque .. ou de diffusion d’une information pouvant mettre en danger la Nation. Typiquement la diffusion d’informations financières érronées destinées à faire plonger un cours de bourse en vue d’une OPA, ou, et là c’est plus sérieux, des informations classées défense.

nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre un cyber 11 septembre avant que notre gouvernement réalise l’importance de protéger nos ressources informatiques(Susan M. Collins)

Le projet de loi est principalement porté par le sénateur  Joe Lieberman qui le décrit comme un ensemble de mesures visant “à préserver les réseaux actifs et de notre pays et de protéger notre peuple”. C’est un discours qui nous est assez familier en Europe, car la censure, c’est bien connu, c’est toujours pour “vous protéger”. TechAmerica s’inquiète de dérives possibles et d’un risque de contrôle absolu de l’État sur le Net qui s’octroi par exemple le pouvoir “d’arrêter ou de limiter le trafic Internet sur les systèmes privés”.

Concrètement, le président disposerait du droit de contrôler l’Internet… un terme qui revient de plus en plus sur la table et qui passera probablement les frontières dans peu de temps. Contrôler un flux d’information est fort complexe, la meilleure solution reste donc celle du blackout pur et simple et c’est bien ce qu’envisage le Sénat américain. Le projet implique que toutes les entreprises, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les sites d’information… devront se plier aux directives du DHS (Department of Homeland Security) qui prend la menace Internet de plus en plus au sérieux.

Rappelons que contrairement à la stratégie politique qui se dessine en France, les fournisseurs d’accès américains n’ont aucun droit d’exercer une surveillance des citoyens américains.

Cette proposition intervient dans un contexte international assez tendu pour les USA qui traquent activement le fondateur de Wikileak, Julian Assange et l’arrestation de Bradley Manning qui est soupçonné d’être la source du plus gros buzz de Wikileaks, une video assez horrible que je n’ai pas vraiment envie de diffuser ici. Filmée à Bagdad au coeur des affrontements depuis un hélicoptère de l’armée américaine, on peut y voir groupe de personnes (en fait un journaliste et des civils … même deux enfants) sur lequel l’hélicoptère ouvre le feu. C’est un carnage. Wikileaks assure le teasing d’une prochaine vidéo à venir et les autorités américaines sont sur les dents car cette histoire plonge l’administration dans un sérieux embarras, on peut les comprendre.

Si cette loi venait à passer aux USA, nous aurions donc de fortes chances d’hériter dans nos contrées de projets de loi similaires (même si elle ne passe pas d’ailleurs), la grande inconnue maintenant est la définition exacte du périmètre de la main mise des États sur le Net.

18 réponses sur “Et si le Président pouvait couper Internet ?”

    1. Effectivement, ce qui nous amène à une autre question : les USA s'octroient-il le droit de plonger l'internet dans le noir (enfin "juste" au niveau DNS … on devrait pouvoir surfer d'IP en IP .. à vos petits carnets) pour protéger sa sécurité intérieure.
      Je pense que pour l'instant le projet de loi ne concerne que les AS et non les DNS.

      1. S'ils coupent les DNS, on pourra toujours surfer utiliser les noms de domaine le temps que les caches se vident, puis d'IP à IP c'est sur, mais ca va vite être galère, (surtout que les moteurs de recherche renvoient des noms de domaine et pas des IP,

        pour ta "question", la réponse, elle est claire c'est non !

        Tel que formulé, ils peuvent couper tout FAI/moteur de recherche/entreprise, donc s'ils le veulent les entreprises qui gère les DNS :S

        D'où l'intérêt de "sortir" les DNS des USA, mais bizarrement, ils ne sont pas d'accord.

        1. Ca m'étonne qu'il n'y ai pas d'initiative européenne pour "cloner" les DNS roots, je sais même pas si c'est techniquement faisable d'ailleurs (en terme de refresh etc…)

          1. A ma connaissance, en Chine, ils ont des caches DNS, pas sur les noms de domaines courants (comme les FAI francais) mais sur tout les domaines & TLD

      1. Mea culpa, ils ont fait pas mal de changement depuis l'attaque de 2002,
        en effet il y en à trois qui ne sont pas américain, mais ca fait pas lourd dans la balance

      2. Il faut ajouter à ça que le RIPE NCC (européen), qui n'est pas sous contrôle américain, opère tout de même 18 root servers dans le monde ainsi que Autonomica (suédois) qui en opère 34.

  1. c'est faisable en synchro avec les existants, mais encore faut il pouvoir se synchro … (toujours le pb de volonté outre atlantique)

    ou alors faire un clone qui n'a rien a voir avec les problèmes de 2 infras différentes (une requete DNS ira où ? sur les américains ? ou les européens ? comment le choix va t il se faire ?) beaucoup trop de problème avec cette deuxième solution.

    j'avais entendu parlé d'une extension des DNS existant qui passeraient de 13 à plus d'une vingtaine (en europe/chine/japon/autres, les americains garderaient les 13 d'origine), mais je ne sais pas si c'est toujours d'actualité.

    1. Ce refus est à la fois idiot et inquiétant.
      – Idiot car la redondance est une bonne pratique en terme de sécurité.
      – Inquiétant car on conserve de fait une suspicion sur le "pourquoi".
      Intéressant ce que tu dis à propos de l'extension… je vais chercher un peu, tu me donnes envie d'en savoir plus.

  2. Entre cette info, ACTA, LOPPSI….
    L'internet tel que nous l'avons connu aura été un court instant de liberté qui est entrain d'être repris en main.

    Bien triste.

  3. Oui… y’ a la coupure à un niveau assez bas (réseau, transport), mais il y a aussi la coupure à un niveau plus haut (application) !

    Avec la géolocalisation (avec les adresses IP), ce sont des frontières qui se construisent. Et c’est discret et insidieux : ça se fait à l’endroit du serveur… uniquement du serveur. Et serveurs après serveurs, c’est un territoire (isolé du reste d’Internet) qui se construit.

  4. Ca fait un moment que c'est dans les cartons http://news.cnet.com/8301-13578_3-10320096-38.htm… mais il n'y avait pas encore de raison valable de le faire a l'epoque …

    Anycast pour dns a ete creer pour eviter que si les dns root tombe on reste dans le noir 🙂 (plusieurs centaine root a cet heure-ci), apres reste la possibilite de cloner un root server (dossier linux mag fevrier 2004 )

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.