#DCRI vs #Wikipedia : le secret défense à géométrie variable

Capture d’écran 2013-04-14 à 17.12.05
L’affaire qui a opposé la DCRI à Wikipedia la semaine dernière commence à prendre un tournure vraiment rocambolesque. Il semble maintenant avéré que la source d’information principale de Wikipedia était bien le reportage TV de TL7 (toujours en ligne). Vendredi dernier, Le Point nous apprenait que  le sous-officier Pierre Jeansac faisait maintenant l’objet d’une enquête conduite par la DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense). Les faits qui lui sont réprochés sont la « divulgation sans autorisation des matériels et des procédures secrets, concernant notamment la chaîne de transmission du feu nucléaire » nous apprend Le Point.

C’est en fait un ensemble de petites défaillances qui auraient conduit à l’apparition à l’image d’un petit boitier qui n’aurait pas du l’être. Le hic, c’est que l’armée s’est bien procurée avant sa diffusion une copie de ce reportage datant quand même de 2004. TL7 avait évidemment obtenu toutes les autorisations nécessaires pour la visite guidée et la diffusion de ce reportage. Mais que s’est il passé en 9 ans pour qu’au final les autorités militaires se réveillent et viennent s’adresser à un administrateur de  Wikipedia pour exiger le retrait d’un article alors que la vidéo de TL7, est, elle, toujours en ligne ?

Comment un magistrat ou des enquêteurs ont pu conclure que la page Wikipedia était plus illicite et constituait une infraction qu’il fallait faire cesser au plus vite alors que sa principale source était ce reportage de TL7… et qu’il est manifestement moins important supprimer d’Internet ? La chaine dit s’attendre à être censurée, mais vu la médiatisation de l’affaire, ceci n’aurait de toutes façons plus aucun sens. Des dumps de ce reportage ont du fleurir aux 4 coins du globe).

Le secret défense se joue t-il :

  • au nombre de visiteurs ? 
  • à la nationalité du proprio qu’on trouve dans le whois ?
  • au PageRank Google ?
  • à la territorialité des octets stockés ?

Ou est-ce tout simplement parce qu’un admin de Wikipedia sans carte de presse c’est toujours plus malléable qu’un journaliste ayant agi dans les règles de l’art ?

Le secret défense à géométrie variable… il fallait y penser. Mais voyons le bon côté des choses, outre le fait que la défense nationale ne devrait pas pâtir de ce petit raté, geeks et radioamateurs vont pouvoir inscrire dans leur 2do Foursquare une chouette destination où il semble faire bon skier.

3 réponses sur “#DCRI vs #Wikipedia : le secret défense à géométrie variable”

  1. On est en droit de se dire qu’en 9 années, l’équipement « secret défense » de la station a dû changer du tout au tout. À moins que la réduction des budgets militaires ait figé l’équipement de la station… ce qui vaudrait bien qu’on le cache mais surtout de honte.

    « Allo Églantine ? Ici Mirabelle ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.