A TOR… ou à raison

Vous avez peut être vu passer le vent de panique qui souffle sur TOR depuis qu’Eric Filiol, directeur du laboratoire de recherche en cryptologie et virologie de l’ESIEA, a annoncé le fruit du travail de son équipe sur le réseau “onion routé”, venant ébranler la confiance dans l’anonymisation offerte par TOR. Rappelons que dans certains pays, moins cléments que le notre concernant la liberté d’expression (si ça existe!), l’anonymat est la seule manière d’exprimer des points de vues politiques, culturels, religieux ou artistiques…

Que s’est il donc passé ? L’affaire est très bien expliquée sur le site ITEspresso.

Première surprise, Eric Filiol annonce 181 nodes cachés découverts grâce à un algo maison, cartographiant le réseau TOR sur une Google Map :

« Il existe des noeuds cachés non répertoriés dans le code source. Seule la fondation TOR connaît ces routeurs cachés. On a développé un algorithme compliqué pour les identifier. On en a écrit une librairie (181 TOR bridges découverts à ce jour). C’est une base non publique mais il est illusoire de penser que ce niveau de sécurité n’est pas accessible (…) Le code source sera mis à disposition mi-novembre. »

On apprend également que sur les plus de 9000 nodes, environ 1500, seraient vulnérables à des escalations de privilèges.

Le routage complexe de TOR a lui été semble t-il mis en défaut par les chercheurs, ce par le biais d’un virus agissant sur la mémoire et provocant des embouteillages sur certains noeuds. Ainsi il devient possible selon le chercheur d’orienter les flux sur des nodes… en somme, de la prédiction de routage…on sent bien ce qui va venir juste après.

« J’infecte une partie du réseau TOR, je peux contrôler les flux qui passent. »

Il devient par ce biais, sans avoir besoin de saturer le réseau, de créer des micro-congestions afin de faciliter le packet sniffing.

Mais il y a plus fâcheux : la couche de chiffrement, assurant la secret dans le transport des données, toujours selon Eric Filiol, ne serait pas au top :

« La cryptographie implantée dans TOR est mauvaise…On a réduit considérablement le degré de deux des trois couches de chiffrement. »

Le directeur de recherche du laboratoire indique également que la fondation n’a pas très bien réagi à l’annonce de ces travaux :

« La fondation a fait une demande de manière agressive pour me faire comprendre en évoquant la dimension de ‘responsible disclosure’. Mais tout ce qui m’importe, c’est de savoir si c’est légal ou pas » 

Et enfonce le clou :

« On ne peut pas imaginer que la fondation derrière TOR ne soit pas consciente de ses failles » 

Cette dernière accusation semble elle, plus grave et surtout moins objective car comme le souligne ITEspresso, elle sous-entend que la finalité du réseau TOR, qui a obtenu le soutien financier du gouvernement américain ne serait pas si limpide que cela. Et ça pour tout vous dire, je peine à y croire. Quoi qu’il en soit, en attendant la conférence qui se tiendra à la fin du mois à Sao Paulo au Brésil où l’équipe de chercheurs devrait dévoiler ses travaux, mon sentiment est que :

1° Eric Filiol n’est pas du genre à bluffer

2° Les vecteurs d’attaques expliqués sont tout à fait crédibles

3° Si la sécurité est une affaire de confiance, alors, le réseau TOR est aujourd’hui ébranlé.

 

 

26 Comments

Leave a Reply