HADOPI : attention chérie, ça va spammer… ou pas

On avait failli l’attendre, le dernier décret d’application a été publié Lundi dernier. Il s’agissait du dernier obstacle… du moins sur le papier. Nous avons donc maintenant tous les ingrédients pour que la machine à spam la plus onéreuse du monde se mette en route. C’est donc très prochainement que nous allons pouvoir assister au spectacle que nous promet ces premiers envois de mails. Le décret se compose de 3 articles, un seul est réellement digne d’intérêt, le premier. On y apprend la teneur des pièces constituant le dossier, mais on assiste aussi au mini putsch adressé aux fournisseurs d’accès Internet en leur expliquant que même si le coût de la procédure n’est pas évoqué, ces derniers devront fournir une identification sous huitaine et fournir sous quinzaine les pièces sur les agissements de l’internaute pris en “flagrant délit d’ip sur un réseau p2p” (à l’insu de son plein gré ou pas… ce qui constitue bien le délit de négligence caractérisée que la HADOPI va tenter de réprimer comme elle le peut alors que de son côté l’Etat a toujours autant de mal à considérer avec diligence ses propres négligences caractérisées et même caractéristiques). En attendant, il faudra bien payer la facture si on veut mettre le feu au SMTP, et on imagine mal certains FAI sponsoriser les fantasmes de quelques uns, même si pour d’autres ceci ne devrait pas être un véritable obstacle.

Le décret explique aux fournisseurs d’accès qu’ils sont contraints de coopérer, amendes à la clef. A notre connaissance aujourd’hui, l’état des négociations sur la charge des identifications est au point mort. A titre indicatif, pour un particulier, dans le cadre d’une procédure, une identification se monnaye une trentaine d’euros, la HADOPI devrait avoir un prix de gros (8,5 euros par IP), mais 50 000 identifications par jour, ça représente quand même une petite somme très rondelette de 425 000 euros par jour, auxquels on ajoutera les frais de fonctionnement de la HADOPI, de ses prestataires techniques, des frais de justice pour l’Etat induits par des personnes accusées à tort (HADOPI a encore moins de chance de devenir rentable qu’un Twitter like sur France.fr)… je suis curieux de voir comment le candidat Sarkozy va justifier cette gabegie pour “protéger” cette industrie qui se voudrait culturelle. C’est pourtant la question que risque de lui opposer ces internautes qui figurez vous … sont aussi munis d’une carte d’électeur, un concept qui n’a pas été assimilé de tous. Machine à spam ou machine à perdre les élections, à ce niveau là on qualifiera ça de pléonasme.

On s’allonge sur le sofa et on sort les cacahuètes

On commence par les procès verbaux établis sous forme électronique, c’est une nouveauté, ça risque de prendre un peu de temps niveau rodage et on devrait assister, même avec une automatisation assez poussée, à quelque couacs. Soyons sympas et appliquons un coefficient d’erreur de 10% en phase de lancement, vu que le projet a du subir quelques lifting, la constitution même du constat de l’infraction avec les pièces requises s’est complexifiée à cause d’un petit détail… Seedfuck … vous savez le logiciel qui selon Franck Riester n’existe pas mais qui a quand même “un peu” modifié la procédure de constat de l’infraction. TMG expliquait ainsi qu’un morceaux du fichier devrait être téléchargé par ses soins pour que la collecte de preuves soit complète et surtout que le dossier transmis atteste bien qu’il y a eu un échange délictueux (pas d’information sur le surcoût de la procédure, ni sur le pièces matérielles à charge qui seront incorporées au dossier transmis à la HADOPI et qui faisait déjà cruellement défaut dans le premier décret d’application).

On nous aurait menti ?

Si vous ne l’aviez pas encore compris, HADOPI, c’est un truc qui est sensé vous terroriser, un peu comme une arme tactique de dissuasion. Mais au bout du compte, HADOPI, ce n’est pas un dispositif qui est sensé fonctionner ni être opérationnel à plein régime. On a fait une belle loi, avec des absurdités sans nom en total décalage avec les réalités techniques et budgétaires, mais c’est tout à fait normal vu qu’on ne compte pas l’appliquer de la manière dont elle est décrite (on peut aussi s’interroger sur les objectifs réels de la mise en place de ce dispositif). Nous nous sommes dotés d’un outil que nous n’aurons jamais les moyens de mettre en oeuvre, on ajoute à ceci le coût du travail parlementaire en temps de crise et le ridicule qui a plané et plane encore sur les pseudos solutions de sécurisation dont on risque de parler très vite … HADOPI n’est elle pas un fantastique trojan pour une suite que l’on connait tous et qui est déjà inscrite dans le marbre ?

9 réponses sur “HADOPI : attention chérie, ça va spammer… ou pas”

  1. en parlant de mail, quelle adresse mail sera utilisé par hadopi ? celle fourni par le FAI ou celle que le fraudeur utilise le plus ??? ><

  2. 425000 euros par jour, ce qui nous fait 155 millions d'euros par an, sans compter le coût de fonctionnement de l'hadopi. A comparer aux 750 millions annuels de droits d'auteurs perçus par la SACEM. Ca doit être le rapport coût de répression / revenu global le plus élevé au monde.
    On n'est pas censé être en période de "rigueur budgétaire" ?
    Tout ça pour une industrie qui représente 1% du PIB si me souviens bien.
    Tu a raison bluetouff, "on peut aussi s’interroger sur les objectifs réels de la mise en place de ce dispositif".

  3. Ce que tu résumes dans ton dernier paragraphe est à mon sens ce qui décrit le mieux la réalité …
    Je l'avais évoqué il y a un petit moment et ça me semble de plus en plus en prednre le chemin.
    En d'autres terme, cette loi n'a jamais eu pour but d'etre appliquée, mais plutot de préparer la suite.

  4. et pendant ce temps là, de nombreux festivals, de nombreux théatres, de nombreuses institutions culturelles (et même Qulturelles) voient leurs budgets coupés de presque moitié cette année, et le sera à nouveau l'année prochaine.

    Notre cher pays a formé de (trop?) nombreux artistes, techniciens du spectacle.. bref que des intermittents qui bientôt ne le seront plus pour être chômeurs à plein temps. 155 millions sur 2.9 milliard d'euros c'est peut-être pas grand chose, mais c'est ça en moins pour les pestacles et la france qui s'amuse et s'éclate !

  5. Il y a un autre truc qui me taraude l'esprit depuis un moment à propos de tout ça, bon c'est pas exactement lié à cet article c'est plutôt une généralité. Mais Puisque c'est la crise la rigueur toussa, même en admettant que les échanges libres diminuent, Est ce que pour autant le budget multimedia des ménages va augmenter ? Personnellement j'en doute. Ce qui me fait rire 'jaune' c'est que cette machine aveugle va s'attaquer aussi bien à des gens qui pourraient acheter plus qu'à des gens qui de toute façon ne peuvent pas acheter…

  6. Ça serait amusant s’il n’y avait pas de risque de “balles perdues” ou de “dommages collatéraux” (pour continuer avec le vocabulaire de la “riposte graduée”).

    Parce que, même si on n’a vraiment rien à se reprocher, il va surement falloir se donner beaucoup de mal pour ne pas se faire couper la ligne.

    Et puis, quand on est le “geek” de service, et qu’on dépanne un peu tout le monde autour de soi… il va y avoir, j’ai peur, beaucoup de travail. Sans compter les campagnes d’hameçonnages qui vont en profiter pour se confondre avec le courrier de la Hadœpi. Et je ne parle même pas de madame Michu qui est convaincue qu’elle a légitimement le droit de télécharger… qu’elle n’est pas une pirate, qui vit dans un garage tapi dans l’ombre.

    Avec le désordre que la Hadœpi va semer, il n’y en aura pas beaucoup qui auront le cœur à faire de la “pédagogie” !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.