Le mécénat de Microsoft avec l’Etat Français avait bien une contrepartie

Il s’agit d’une opération de lobbying sauce Microsoft sans précédent à laquelle l’administration Sarkozy à foncé à tête baissée annonçant déjà une splendide gabegie de l’argent public. Brutalement, voilà que Bercy cherche à imposer les formats propriétaires de Microsoft à l’administration française

Le Référentiel Général d’Interopérabilité (RGI) est au centre de l’affaire, ce référenciel commandité par la DGME (Direction Générale de Modernisation de l’Etat), serait donc devenu une urgence alors qu’il était bloque depuis octobre 2007. Méthodologie, formats de fichiers et choix logiciels sont les trois points autour desquels s’articule le RGI.

Marc Meyer, Chef de service « Développement de l’Administration Electronique » de la DGME, a reconnu dans une communication interne le 16 avril 2008 que le blocage était directement lié à un gros défaut de conception du RGI : le seul format bureautique accepté était OpenDocument (ODF, norme ISO 26300). Exit Microsoft et sa suite Office 2007, utilisant le format Office OpenXML. Inacceptable pour l’éditeur américain… qui finance peu ou prou tant de partenariats para-publics (notamment dans l’éducation nationale) et était, il y a peu encore, dirigé par le seul chef d’entreprise reçu en chef d’Etat en France.

… comprenez simplement que comme Bill Gates donne de l’argent à l’Etat français, ce dernier lui doit évidemment de lui confier ses contrats et donc de lui acheter les solutions équivalentes à ce qui ne coûtait rien à l’état. On a donc bien du mal à occulter cette manipulation que nous avions pourtant annoncé sur Toonux.org et que ne nous surprend même pas. Ce qui nous surprend plus en revanche, c’est la docilité avec laquelle l’administration s’execute …

La Commission Européenne a d’ailleurs lancé une enquête sur les conditions douteuses de vote qui ont permi au format de Microsoft d’obtenir récemment une certification ISO, on se souvient que malgré ses positions initiales (contre), l’AFNOR s’était finalement abstenue ouvrant ainsi la brèche… un revirement de situation fort suspect.

Lire la news sur CIO-Online

2 réponses sur “Le mécénat de Microsoft avec l’Etat Français avait bien une contrepartie”

  1. C’est moins choquant quand c’est Dassault, EADS, Lagardere, SUEZ ou je ne sais quelle grosse boite française… qui se souvient de BULL aujourd’hui ?!?

    Cela fait bien longtemps qu’on à pas eu un Robespierre à la tete de l’etat.

  2. Bull a abandonné sa section hardware, c’est aujourd’hui grâce à l’Open Source que Bull refait un peu surface. J’ai même assez confiance en eux en fait. Une grande entreprise française qui occupe les marché de l’open Source comme le font Sun ou Oracle en Chine c’est plutôt une bonne chose 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.