#Statelogs Wikileaks : il y aura un avant et un après Wikileaks

On peut parler d’un véritable séisme international, le nombre de ces documents, les faits qu’ils relatent, les personnes qu’ils impliquent, auront des répercussions commerciales, politiques et diplomatiques dans de nombreux États. Les statelogs, révèlent par exemple que l’Europe est devenue un interlocuteur mineur pour les USA qui privilégieraient les échanges avec la Chine. Le Monde affirme par exemple que Wikileaks a bien déclenché une “tempête dans les capitales mondiales“, le site canadien LCN évoque les propose de Robert Gibbs, le porte-parole de Barack Obama, pour qui Wikileaks ferait du “tort à la cause des droits de l’homme ». Slate de son côté revient sur les informations diffusée par Der Spiegel sur la France où l’on apprend entre autres que pour les USA, Nicolas Sarkozy serait un “roi nu ».

Les députés européens avaient déjà posé leurs premières questions dés le mois de septembre dernier, ainsi, Marietje Schaake (ALDE) avait lancé une première salve de questions. Dans ses questions, la député demande dans un premier temps des détails sur les contacts entre les USA et l’Europe concernant le mandat d’arrêt lancé à l’encontre Julian Assange, puis elle s’interroge ensuite sur les éventuelles mesures que pourrait prendre l’Union Européenne contre Wikileaks. La député s’inquiète ensuite ouvertement d’éventuelles mesures de filtrage qui pourraient intervenir et s’inquiète sur le sort que l’UE pourrait faire à la liberté d’expression et demande si la Commission reconnait qu’Internet a un impact significatif sur la Démocratie en général, les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Viviane Reding avait récemment répondu au nom de la Commission à ces questions ici.

Il y aura donc bien un avant et un après Wikileaks, encore une fois, peu importe le contenu des documents publiés. Les politiques déjà frileux sur les questions relatives à Internet, se retrouvent au pied du mur, il va maintenant falloir être attentif aux mesures qu’ils pourraient prendre. On se souvient par exemple du projet de l’administration américaine visant à donner au président le pouvoir de “couper Internet”.

Wikileaks a ouvert sa page Cablegate.

#Statelogs Wikileaks : les premières analyses tombent

statelogs elpais
El Pais Statelogs map

Là encore on s’en doutait un peu, la publication des statelogs crée un buzz incroyable dans le monde. OWNI qui a assuré le live toute la journée (et même hier) est pris d’assaut par les internautes qui cherchent à éplucher les statelogs via l’application mise à disposition par l’entreprise française. Le site a été quelques minutes injoignable, mais la situation semble revenue à la normale, l’application d’analyse collaborative des statelogs est donc toujours disponible.

La presse internationale poursuit le grand déballage, dans une tribune sur le site du Monde, Charles Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France, exprime la position officielle des USA, pas de grande surprise donc, le diplomate insiste sur le fait que cette fuite… ou plutôt cette explosion de canalisation… met des vies en péril. Une chose est désormais sure, la position diplomatique des USA vient d’en prendre un sacré coup.

On trouve dans les statelogs des révélations sur tout et n’importe quoi, depuis les attaques informatiques que Google a essuyé en Chine (le gouvernement chinois n’y serait pas étranger) jusqu’aux coulisses du pouvoir Iranien et les peurs des autres pays Arabe vis à vis de ce voisin un peu trop gênant (.. et non je n’ai encore rien trouvé sur Stuxnet), jusqu’aux pratiques des diplomates américains en terme de renseignement sur leurs homologues. Certes, que des diplomates soient des sources privilégiées des filières du renseignement n’a rien de nouveau, mais une foule de détails est donnée sur les informations que ces derniers sont invités à collecter.

Owni évoque l’application du Guardian et celle d’El Pais, qui proposent un mode de lecture cartographié assez intéressant et très complémentaire de l’application fournie par Owni.

En France, seuls TF1 et M6 n’ont pas été fichus d’évoquer le sujet, ce qui est tout bonnement incroyable et qui en dit long sur l’indépendance de ces deux chaines de télévision. Les internautes sauront s’en rappeler même s’il est vrai qu’il n’avaient pas besoin d’une démonstration supplémentaire de la partialité de ces médias.

#Statelogs Wikileaks : OWNI ouvre son application d’analyse collaborative

owni
OWNI Statelogs

Ça y’est, nous l’attendions tous, Owni vient d’ouvrir son application d’analyse collaborative des Statelogs. L’entreprise française avait été contactée directement par Julian Assange, le leader de Wikileaks pour développer une solution permettant d’exploiter les warlogs, première fuite majeure sur la guerre en Iraq.

Owni n’a pas fait qu’assurer le live, c’est aussi un énorme travail en amont de développement qui a été réalisé.

Vous pouvez donc accéder à cette application ici. Une documentation vous explique comment l’utiliser.

Bravo à la soucoupe 😉

#Statelogs Wikileaks : quelques gus dans un garage peuvent changer le monde

le monde
Wikileaks Statelogs Le Monde

La nuit s’annonce courte sur le Net, Twitter est en effervescence. Il y a des pour, des contres, mais au fond on s’en fout. A l’heure où la France exige la transparence sur les attentats de Karachi, l’heure n’est plus à savoir si on est pour ou contre la publication des Statelogs, la question est de se préparer à faire face à ces révélations.

Wikileaks, c’est un site web, quelques gus dans leur garage aux quatre coins du monde, et c’est aujourd’hui ça qui est sur le point de changer durablement la face du monde.

Cette fois ça y’est, la diffusion a commencé :


Wikileaks Statelogs : des risques de cybers affrontements

Annon ops
Anonymous

Les communautés de hackers et d’activistes commencent à gronder, les attaques par déni de service sur Wikileaks agacent. Il y a un risque non négligeable de dérapage. Si pour l’instant rien ne prouve que des états soient à l’origine des attaques, les soupçons sont bien là et on peut craindre que quelques sites gouvernementaux (principalement américains) n’en fassent les frais. Actuellement le channel irc de Wikileaks est également sous le coup d’une attaque.

Les prochaines heures vont donc être assez passionnantes, la pression continue à monter, espèrons que tout le monde saura garder son calme et que des débordements malheureux n’auront pas lieu pour laisser sa place à l’information : les statelogs eux-mêmes.

Stay tuned on Owni.

Statelogs Wikileaks : La Turquie aurait aidé al-Qaida

wikileaks
Jerusalem Post

Un nouvel article vient d’être publié sur le Jerusalem Post et c’est une première bombe : selon l’organe de presse israélien la Turquie aurait aidé AlQaida

Wikileaks sur son blog précise que les attaques par déni de service distribué n’y feront rien, c’est bien ce soir que seront diffusées les premières fuites, même si le site est inaccessible, El Pais, Le Monde, Speigel, le Guardian et le New York Times diffuseront les premiers documents. Du côté de Wikileaks, sur le channel irc (qui subit aussi des attaques), l’attaque par déni de service du site est largement commentée, les administrateurs ne semblent pas penser qu’elle vienne des autorités américaines.

Autre information pour les personnes qui voudraient répliquer les données des Statelogs de Wikileaks, leur poids total serait de 3,64 Go. Une documentation est disponible ici.

Le live continue sur Owni.

Statelogs : Wikileaks ne répond plus

statelogs
Statelogs

17h10 : Le site de Wikileaks ne répond plus. Certains miroirs non plus, on ne sait pour l’instant pas d’où vient le problème mais en l’absence d’erreur, ceci ressemble à un problème de charge serveur. N’oubliez pas que si vous êtes un peu bidouilleur, vous pouvez monter un mirroir de réplication de Wikileaks grâce au travail de Benoit Chesneau.

Une source que je considère comme parfaitement fiable vient de m’indiquer que les Statelogs pourraient bien modifier durablement les relations diplomatiques entre états. Une affirmation qui corrobore l’ambiance électrique dans les ministères et ambassades du monde entier, perceptible dans la presse internationale, alors qu’étrangement en France, c’est toujours le silence radio absolu. Je ne saurais trop exprimer mon étonnement face à ce mutisme.

Le Quai d’Orsay, contacté par Owni dit “n’avoir rien prévu pour le moment”… comme les médias audiovisuels français… amusant.

EDIT : Wikileaks est sous le coup d’une attaque DDoS

Comme on pouvait s’en douter, le site Wikileaks estr sous le coup d’une attaque par Deni de Service Distribué

wikileaks ddos
Wikileaks under DDoS

Wikileaks Statelogs : Julian Assange donne des précisions

assange
Julian Assange

Julian Assange a donné cet après-midi une visioconférence de presse dans laquelle il donne des précisions sur les statelogs qui aborderaient selon lui “toutes les questions majeures, des assassinats au Timor oriental aux agissements des banques privées américaines », c’est le site Suisse 24heures qui s’en fait l’écho.

Sans préciser l’endroit d’où il donnait sa vision conférence, Juilian Assange confirme être traqué par la CIA : “la Jordanie n’est pas le pays le plus sûr quand on a la CIA à ses trousses », une information confirmée par l’administration américaine qui disait ce matin tenir le leader de Wikileaks sous étroite surveillance. Impossible en revanche de savoir s’il s’agit d’un coup de bluff de la part du Département d’État américain, on sait Julian Assange à la fois compétent et prudent dans ses déplacements et ses communications.

24heures évoque encore une fois une volumétrie de 3 millions de documents, confirmant ainsi les premiers chiffres évoqués par Wikileaks.

Owni proposera dés leur publication une application d’investigation collaborative, indispensable pour être en mesure d’éplucher rapidement tous ces documenrts.

Notez aussi l’initiative de Benoit Chesneau, un brillant développeur et copain de l’AFPY, qui a mis en place une application de réplication en couchdb des documents publiés par Wikileaks qui devrait contribuer à diffusion et à la non altération des fuites de Wikileaks… un must qui enfonce le clou : tous les internautes peuvent monter leur propre miroir et contribuer à l’accessibilité des informations diffusées par Wikileaks.

Pendant ce temps… toujours rien sur les ondes radios ou chaines de télévision françaises.

Wikileaks : Les télévisions françaises boycottent elles les Statelogs ?

Statelogs, Der Spiegel

Alors que la presse écrite internationale est sur le pied de guerre et qu”Internet n’a que les Statelogs sous le clavier, les télévisions françaises semblent bouder, voir boycotter ce qui ressemble  de plus en plus à la plus grosse bombe diplomatique depuis le Watergate. Que fait la presse audiovisuelle française ? A t-elle recu des consignes de la part du Quais d’Orsay ou de l’Elysée ? Pas un seul mot à la télévision sur les chaines nationales, privées comme sur celles du service public… les Statelogs sont passés sous silence, tout comme les échanges diplomatiques entre pays qui ne cessent de s’intensifier.

Si les télévisions jugent aujourd’hui plus intéressant de parler du nouvel album de Sylvie Vartan, il faut qu’elles s’attendent à quelques railleries sur le Net, elles n’y couperont pas.

L’édition spéciale de Der Spiegel serait déjà en vente à Bâle, le quotidien allemand est donc le premier à avoir traité le sujet, l’information a été diffusée par un internaute allemand via son Twitter.

Owni nous relate les faits marquants relevés par Der Spiegel :

  • Les documents couvriraient une période qui s’étend de décembre 1966 au 28 février 2010
  • Il y aurait 50.000 mémos sur la seule année 2008, quand Barack Obama est arrivé au pouvoir
  • Les Etats-Unis en savent plus sur les secrets de la politique allemande que les politiciens allemands eux-mêmes.
  • “Barack Obama n’a pas de lien émotionnel avec l’Europe”
  • Les Etats-Unis ne s’intéressent plus à l’Europe, préférant se tourner vers la Chine

Et n’oubliez pas : le live continue sur Owni

Statelogs Wikileaks : le grand déballage est prévu pour 22h30

wikileaks
wikileaks

Le Live d’OWNI, toujours aussi passionnant fait état d’une dépêche Reuters qui met en exergue des allégations de corruption dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrales qui devraient donc également être victimes de ces révélations.

Le porte parole du Département américain, PJ Crowley a déclaré que l’administration américaine était encore en train de tenter d’évaluer l’impact de cette fuite majeure et dit déplorer ce qui s’est passé : “Ces révélations sont nocives pour les États-Unis et nos intérêts. Elles vont créer des tensions dans nos relations »,

Owni semble aussi confirmer une annonce du quotidien allemand Der Spiegel : la publication serait prévue pour 22h30 ce soir, mais des informations devraient continuer à parvenir au compte gouttes dans la journée. Reuters semble plutôt dire que le Guardians et le New-York Times se coordonnent pour publier dans le courrant de la semaine prochaine.  Enfin, la dépêche Reuters alimente encore le mystère sur le volume exact de documents et fait référence, cette fois, à plus de 400 000 pièces !

Ce nouvel épisode Wikileaks, comme pour les Warlogs, n’est pas non plus sans poser une problématique d’un nouveau genre aux grands quotidiens dans le secret. Soient ils publient une analyse sans complaisance aucune puisque tout les documents vont être lâchés sur le Net, soit ils ne publient rien du tout. Les rédactions pour l’instant dans le secret ont donc la quasi obligation de transparence dans leur analyse, et ça c’est une nouveauté. Le quotidien américain se serait d’ailleurs entretenu avec la Maison Blanche selon Le Soir.

Autre information importante, la grande majorité des documents seraient datés d’après 2004 et plus de 9000 seraient datées des deux premiers mois de l’année 2010. Nous devrions donc avoir une masse d’information très importante sur la politique et la diplomatie contemporaine, peut être de quoi enrichir de manière significative les ouvrages scolaires d’histoire qui couvrent cette période.

Dans cet article, on a quelques informations sur la classification de ces documents :

  • 40,5% de ces documents sont classés comme «confidentiels»
  • 6% d’entre eux, soit 15 652 document sont classifiés «secrets».
  • 4330 documents, les plus embarrassants sont classifiés “Noforn”, ne pouvant être divulgués à des étrangers..

Dernière information, il semble que l’Italie par le biais de son ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, ait demandé une enquête sur Wikileaks, une information émise originellement par le il Corriere des la Sera et relayée dans la presse espagnole par l’agence ABC. Le vent de panique semble donc s’étendre d’heures en heures, on sait que l’administration américaine contacte actuellement de nombreux dirigeants pour tenter de préparer le terrain. Ces échanges diplomatiques sont assez significatifs et tombent assez mal pour que Franco Frattini déclare : “Il n’y a aucun complot, personne n’en a jamais parlé, mais je suis préoccupé par la combinaison de facteurs distincts les uns des autres qui une fois mis ensemble pourraient nuire à l’image de l’Italie et à notre intérêt national.” Le ministre fait ici référence à une affaire de corruption supposée impliquant Finmeccanica, le géant de la défense italien. Le Figaro donne un peu plus de détail sur le climat de tension qui règne en Italie ou le pouvoir semble craindre une réaction vive de l’opposition.