Seedfuck porté en Python avec un frontend web

AVERTISSEMENT : Polluer les réseaux P2P avec des adresses IP serait passible de poursuites selon l’article 434-23 du Code Pénal (Merci à @manhack et @ericfreyss de nous l’avoir rappelé).

Tout va très vite sur Internet, vraiment très vite, un internaute vient de nous poster un lien sur un portage de Seedfuck, avec une belle interface web. C’est du Web.py, c’est redoutable, et maintenant à la porté de tout le monde, sans nécessiter d’installation… Le source est éditable en ligne et permet maintenant, à n’importe qui de pourrir les trackers d’IP prédéfinies ou pas (moyennant encore quelques petits ajustements).

L’engouement autour de ce petit bout de code me surprend énormément et la réactivité des internautes et leur faculté à prendre les armes pour lutter contre HADOPI me laisse sur le C***

Seedfuck en mode web

Torrent Poisoning : le p0c qui vient de tuer HADOPI

Comme prévu, même un peu en avance sur le calendrier, un code de Torrent poisoning est maintenant disponible, l’info vient d’être publiée ici. Répondant au doux nom de seedfuck, il sert à inonder les trackers Torrent de fausses adresses IP, tout comme The Pirate Bay l’avait promis. Le p0c est écrit en C Mono mais ne demande visiblement qu’à être porté.

Pour faire simple, voici comment ça fonctionne : on génère de fausses IP créant de l’activité sur un Hash (identifiant unique d’un fichier) donné, ces fausses ip génère du trafic et des events (donwload complété par exemple ou octets restants à télécharger).

Rappelons que la HADOPI surveillera une liste donnée d’oeuvres par leur Hash, ce qui veut dire que le bruit généré sur ces oeuvres surveillées va créer un sacré bazar.

… pire, un binaire Windows serait même déjà prêt !

On risque donc, aux premiers envois de mails de se payer de bonnes barres de rire, en retrouvant par exemple les IP de la rue de Valois dans les plus gros téléchargeurs.

Le code source est disponible ici.

ACTA : Les USA font pression sur l’Espagne contre le P2P

obamaL’ambassade américaine en Espagne somme le gouvernement et l’opposition de maintenir les réformes  envisagées par le Ministère de la culture contre le téléchargement.

Selon un important dirigeant politique, également membre du parlement, , l’ambassade aurait contacté les deux principaux partis politiques pour leur demander la plus grande fermeté contre les téléchargements illégaux.

La question a également été abordée lors de la dernière réunion entre Obama et Zapatero, pendant laquelle Obama a demandé  que l’Espagne agisse contre les échanges P2P.

The Pirate Bay “définitivement” hors ligne… pour quelques heures :)

tpbThe Pirate bay n’est plus, le célèbre tracker torrent s’est vu coupé du Net aujourd’hui sur décision de justice. La news a été révellée par TorrentFreaks.

Enfin ça c’est sur le sol suédois, et comme prévu, The Pirate Bay est acctuellement en transfert DNS, perdu quelque part dans les tuyaux du Grand Nord.

Tout devrait rentrer dans l’ordre dés demain matin et The Pirate Bay, devrait à nouveau être en ligne. La MPAA a … encore une fois comme prévu, déplacé son problème … en fait elle l’a même amplifié.

Voir la news sur TorrentFreaks

Contourner HADOPI pour les nuls (PARTIE 12) : la demande d’asile politique en Norvège, l’autre pays du download

Norway-Flag_1La Norvège c’eest l’autre pays du download, Numerama relayait hier cette information : la justice norvégiene à exigé des FAI qu’ils détruisent tous logs de plus de 3 semaines, assurant ainsi l’immunité des personnes qui échangent sur le Net.
Avec un délais raccourcis de 3 semaines pour demander aux FAI des logs de connexion permettant de mettre un nom sur une adresse IP, la Norvège marque son attachement au principe de neutralité du Net et au respect de la vie privée des internautes. En passant cette rétention à 3 semaines, quand on la compare aux 1 ans en France au prétexte de lutte antiterroriste, il y a de quoi se poser des questions.
La Norvège devient aussi du coup très attrayante pour son offre VPN,
Une IP norvégienne et hop, le net devient plus respirable.
Petite cerise sur le gâteau, les norvégiennes… non pardon .. la fibre optique ! La Norvège a fibré toute la région jusqu’en Laponie il y a plusieurs années, alors que nous on en est toujours à se gratter la tête pour savoir si on va poser du multifibre ou du monofibre … Numérique 2012 c’est un peu la Norvège de 1999 pour vous la faire courte.

Bref, si vous n’êtes pas frileux, les demandes d’asile politique peuvent être faites par ici. Les norvégiens sont des personnes sensées qui ne pourront que vous montrer leur empathie.
De mon côté je vais aller leur proposer de poser une fonera avec une belle antenne omnidirectionnelle sur le toit de l’ambassade 🙂

HADOPI : Franck Riester estime qu’il y a eu suffisamment de débats (lol)

Franck Riester déclarait hier au quotidien Le Monde qu’il y avait eu suffisamment de débats sur le projet de loi Création et Internet, on comprend son empressement à vouloir passer rapidement au vote une loi que peu de monde dans l’hémicycle comprend. Rappelons au passage que Création et Internet vise à réprimer les échanges peer to peer …. hummm le peer to peer, mais c’est quoi donc ? … pas de doute, les députés godillots sont en ordre de bataille prêts à voter un texte qu’il comprennent parfaitement … vous avez dit peer to peer ? Allez on s’en remet une couche, juste histoire de voir à quel point ils sont “prêts” nos députés :

Deux ou trois semaines de débats supplémentaires ne feraient finalement pas tant de mal que ça à nos députés finallement… entre ceux qui sont incapables de savoir ce qu’ils vont réprimer et ceux qui arrivent à se faire élire, en 2009, sans parler un traître mot d’anglais … il y a du boulot … allez Franck, une tournée de rattrapage pour tout le monde !

Pirate Bay : un an de prison ferme pour les auteurs tracker de torrents

image-17La justice Suédoise a finalement tranché, Fredrik Neij, Gottfrid Svartholm, Carl Lundstrom et Peter Sunde écopent chacun d’un an de prison ferme pour délit de contrefaçon. Un verdict assez incompréhensible à l’observation des faits et du déroulement du procès.
La peine est assortie d’une sanction financière de 3 millions d’euros : quand on connaît la réalité des chiffres cette somme est absurde, il y a peu de chances qu’ils soient en mesure de payer quoi que ce soit. Penser que Pirate Bay tire des revenus substantiels de la publicité est une bêtise, ils ne servent même pas à couvrir les frais de l’infrastructure.
Le juge a retenu comme fait que Pirate bay est une organisation commerciale délictueuse (!). Ce jugement risque d’avoir un impact retentissant non seulement sur les communautés de peer to peer mais par extension sur les pseudos services légaux de streaming comme Deezer qui permettent eux aussi le téléchargement.
“en mettant en place un moteur de recherche aux fonctions avancées, a aidé ses utilisateurs à partager et télécharger des contenus protégés par le droit d’auteur. S’il reconnaît que les utilisateurs sont les premiers coupables des actes de contrefaçon, il estime que The Pirate Bay s’est rendu complice en leur fournissant des outils et en les incitant à les utiliser” ajoute Numerama.
Un verdict allant complètement contre les faits objectifs révélés pendant le procès où l’accusation s’est vue démonter uns à uns tous ses griefs.

Les accusés interjetteront appel, affaire à suivre.

IPREDATOR : Pirate Bay 1 – HADOPI 0, balle au centre

image-61Pirate Bay avait promis de mettre en place des contre mesures à la riposte graduée. La célèbre plate-forme de torrent n’attendra donc même pas la mise en place des mesures de filtrage et de riposte graduée, elle dévoile aujourd’hui, en phase béta, IPREDATOR, un service VPN (réseau prié virtuel) avec un chiffrement end to end. Il en coûtera 5 euros par mois. Cette architecture réseau n’autorisera donc pas à l’HADOPI de savoir qui télécharge quoi, elle n’interceptera que l’ip du VPN et n’accédera pas à l’ip de l’utilisateur, et encore moins au contenu qui y transite. Aucun log ne sera non plus collecté.

Ce service n’a rien d’illégal, il repose sur l’utilisation de logiciels parfaitement légaux. On imagine très mal le gouvernement interdire les connexions VPN tant elles sont devenues nécessaires au bon fonctionnement de nombreuses entreprises.

HADOPI : un projet de loi mort comme le disco ?

discoJe n’ai jamais été un grand fan de musique Disco, j’ai même tendance à dire qu’après toute la bonne musique des années 70, les descentes d’acides ont été violentes et ont plongé la musique dans ses heures sombres : les années Disco !
Oui mais voilà, Marc Cerrone a décidé de me faire aimer la Disco et si l’HADOPI est rejettée, je lui fais la promesse de me rendre à des rendez-vous professionnels en “pattes d’ef”, en son hommage, pour avoir pris une position claire sur le projet de loi Création et Internet. Et quand Cerrone nous livre le fond de sa pensée, il n’y va pas avec le dos de la cuillère :

“La musique est condamnée à être gratuite et il faut trouver des solutions pour créer des revenus autrement” (…) “Je n’ai jamais autant gagné ma vie qu’aujourd’hui grâce aux droits dérivés alors que mes musiques sont pillées par les DJ pour des samples et que mes albums sont piratables”…

Et pour enfoncer le clou, ce sont déjà 86 artistes qui se sont prononcés contre la loi Création et Internet, tournant ainsi un peu plus en ridicule les 52 artistes un peu blaireaux qui en ont marre qu’on télécharge leurs oeuvres et à qui on a le toupet de refuser la nationalité Suisse !