L’HADOPI ouvre la porte à la normalisation des échanges non marchands

lolcat-gets-bustedC’est une petite révolution. Après plus de 3 ans de choc frontal avec les Internautes la Haute Autorité ouvre (enfin) une porte à la reconnaissance des échanges non marchands (attention ça va seeder chérie). Dans un communiqué daté de ce jour, l’HADOPI “commence l’analyse de la possibilité, ou non, de modéliser un système de rémunération compensatoire des échanges non marchands“. Les mots ont leur sens. On parle bien ici de sortir du principe de la riposte graduée et _enfin_ d’envisager un système de rémunération des auteurs qui ne reposerait plus que sur le bon vouloir des SPRD en quasi monopole et des copyright nazis.

Il n’est pas ici question de licence globale mais bien d’aller chercher l’argent là où il se trouve, sur les plateformes de téléchargement qui tirent profit de la diffusion des œuvres, tout en permettant à des trackers torrent de “vrai partage” d’exister, et ce en toute légalité. L’HADOPI parle d’un cercle vertueux, et effectivement, on peut très bien imaginer à terme certaines “grosses” boards warez qui tirent profit de la diffusion d’œuvres (des revenus publicitaires), devenir légales, si elles acceptent de reverser une partie de leurs bénéfices aux auteurs.

Tout le travail porte maintenant sur le calcul de ces participations en fonction de paramètres qui restent probablement à définir, mais c’est tout de suite plus plausible et réaliste que les spécifications techniques d’un “contre logiciel” comme l’appelait Christine Albanel.

Oui c’est bien une petite révolution, un virage à 180° qui est en train de s’opérer… et peut être le début de la sortie des sombres années de cyber-prohibition culturelle que nous vivons. Légaliser les échanges non-marchand en faisant payer ceux qui font commerce des oeuvres.

Voici le communiqué complet que je vous invite à lire et à relire, à en débattre, car on peut penser ce que l’on veut de l’HADOPI, mais nous avons peut être sous les yeux le geste que beaucoup d’entre nous attendent depuis le début. Certes il ne faut pas se réjouir trop vite, certes, c’est loin d’être fait, mais si l’Autorité marque une volonté affichée de sortir de la riposte graduée pour enfin permettre la circulation des œuvres, c’est un pas de géant

Accès aux œuvres sur Internet : l’Hadopi engage l’analyse d’un système de rémunération proportionnelle du partage.
27/06/2013

Dans le cadre de ses travaux d’étude et de recherche, l’Hadopi commence l’analyse de la possibilité, ou non, de modéliser un système de rémunération compensatoire des échanges non marchands. Ce travail prospectif s’inscrit dans le cadre de la mission légale de l’institution d’identification et d’étude des modalités techniques permettant l’utilisation illicite des œuvres sur les réseaux et de propositions de solutions pour y remédier.

Selon l’approche retenue, un même usage est qualifié soit de « piratage en ligne », soit « d’échange non marchand ». Cet usage a été rendu possible par internet et les sites et services développés sur le réseau. Il est complexe, migrateur et résilient. La dernière enquête publiée par l’institution, « carnets de consommation », en donne une illustration riche d’enseignements.

Face à la permanence de cet usage, que l’Hadopi a pour mission de dissuader, il reste à apporter une réponse durable à la question de la création, de l’acquisition et du partage des œuvres sur internet. La possibilité, ou non, d’intégrer les « échanges non marchands » dans cette réponse est posée dans le rapport de la mission « Acte II de l’exception culturelle ».

En accord avec la Présidente de l’Hadopi, le Secrétaire général a présenté au Collège les orientations de cette analyse. Son objectif est d’évaluer la pertinence et la faisabilité d’une « rémunération proportionnelle du partage » emportant acceptation des échanges concernés.

L’expérience acquise par l’institution au cours des trois dernières années tendrait à laisser penser que l’intégration de ces usages pourrait être de nature à créer un cercle vertueux favorable tout à la fois à la création, aux usages, à l’innovation et à un meilleur partage de la valeur.

Cette intégration pourrait être envisagée sous la double condition d’une définition légale claire du statut des œuvres et des usages, et d’une compensation équitable et proportionnelle pour les titulaires des droits des œuvres échangées.

L’exception pour copie privée comme la rémunération équitable fournissent des modèles dont il semblerait possible de s’inspirer pour aller en ce sens, notamment en matière d’inscription dans le droit et de mode de répartition en gestion collective.

La piste de réflexion poursuivie s’appuie sur deux postulats : seule la consommation non marchande des œuvres protégées peut engendrer une compensation financière potentielle ; seules les entités tirant, par leurs activités, un gain marchand des échanges non marchands des œuvres protégées doivent participer à la compensation, à due proportion du volume, de la nature des activités, et du profit qui en est retiré.

Les travaux ont vocation à valider ou invalider la faisabilité d’un tel système et d’en évaluer la pertinence. Ils feront l’objet de consultations et de publications régulières et ouvertes.

Ils porteront pour l’essentiel sur la possibilité, ou non, de déterminer un profil d’usages, un profil d’intermédiaires redevables, une méthode de calcul de barème de rémunération pour les titulaires de droit, déterminant les caractéristiques d’un modèle valide de rémunération ; et, si un tel modèle semble exister, ses conséquences économiques et son encadrement juridique.

Un premier document de travail balayant les différents usages va être rendu public prochainement. Il a pour objectif de clarifier et préciser ceux d’entre eux susceptibles d’être qualifiés d’ « échanges non marchands ». Il sera soumis à remarques et contributions.

Les résultats seront présentés au Collège de l’Hadopi qui, sur le fondement de ses compétences légales, décidera des suites qu’il choisit de leur donner.

Tags:,
8 Comments

Laisser un commentaire