Copwatch : le fiasco de Claude Guéant

Calamiteuse, désastreuse et d’une incompétence crasse. Voilà les mots qui me viennent à l’esprit quand je lis les trombes de pixels qui se déversent dans les Internets à propos du site Copwatch (encore accessible depuis chez Numéricable… à moins que l’opérateur ait opté pour un blocage DNS foireux… j’ai même pas envie d’essayer). Cette gestion bien rock’n roll du dossier Copwatch est l’oeuvre de Claude Guéant. Comme beaucoup l’ont souligné dés la première sortie du Ministre, Claude Guéant a offert une campagne de marketing viral au site Copwatch qu’il entendait censurer. C’est ce qu’on appelle un effet Streisand, ou comment rendre une information dont tout le monde se fout, bien visible.

Nul… archi nul, même pas foutu de prendre conseil auprès d’une personne qui lui explique comment fonctionne le réseau et toute la dérision qu’il y a à convoquer des fournisseurs d’accès et de leur coller un référé pour bloquer un site qui accusait déjà des miroirs par dizaines une heure après que Claude Guéant a eu l’idée grandiose d’annoncer à la presse son désir de le censurer.

Bilan ? Une humiliation dans les règles. Une humiliation prévue, une humiliation réproductible à l’infini… Tant que les politiques n’opposeront que des mesures unilatérales de blocage de sites, le réseau les ridiculisera. Aujourd’hui, le blocage de Copwatch, c’est tout juste un panneau “interdiction de marcher sur la pelouse“, mais un panneau inauguré en grandes pompes où on aurait invité toute la presse… pathétique.

Le pire, c’est que tout le monde se fichait complètement de ce site avant que Claude Guéant ne le pointe du doigt comme le site le plus dangereux de France. Et c’est vrai que l’idée n’est pas des plus fines. Initialement, Copwatch est une initiative visant à prévenir les abus des forces de l’ordre, en faveur du respect des droits de l’homme. Le ton sur lequel est fait ce qui se veut son pendant Français est peu comparable à ce qu’il est aux USA. Copwatch à la française à, il vrai, une connotation plus haineuse, plus radicale, plus “anti-flic” et peut dans une certaine mesure mettre en péril des fonctionnaires de police et surtout, leurs familles. On est plus trop dans l’esprit initial et c’est dommage.

On a beau ne pas soutenir l’initiative elle même, il n’en demeure pas moins que la méthode Guéant, celle de l’agression du réseau par la censure unilatérale, probablement sans discussion préalable avec le ou les auteurs du site, n’est pas la bonne méthode. Les FAI courbent l’échine, ils bloqueront tant que ça ne leur coute rien… et on me souffle dans l’oreillette que FDN n’a même pas été convié à la petite sauterie ministérielle par référé.

En tout cas c’est réussi, Copwatch est maintenant partout dans la presse et dispose déjà d’une belle liste de miroirs grâce à Streisand.me.

11 réponses sur “Copwatch : le fiasco de Claude Guéant”

  1. Hum .. Pour le milieu des initiés du web effectivement c’est une mesure inefficace, pour le grand public, par contre, cette montée au créneau de Guéant à été efficace.

    Combien de personnes ont connaissances de la liste des miroirs? Combien se casseront les dents sur l’url d’origine sans chercher plus loin ?
    Guéant à coupé le site, on ne peut plus y accéder directement, les apparences sont sauvées, il est dans son rôle le peuple pourra dormir tranquille…

    1. Oh je ne suis pas si sûr que la mesure soit efficace auprès du grand public s’il s’agit du même grand public pour qui accéder à site web revient à taper son nom sur google.

      Les premiers résultats donnent des listes de miroirs très bien fournies.

  2. “et peut dans une certaine mesure mettre en péril des fonctionnaires de police et surtout, leurs familles. On est plus trop dans l’esprit initial et c’est dommage.”

    ça reste à voir…

    Certains policiers ne savent pas se tenir sur facebook, je dirai même plus certains policiers ne savent pas se tenir sur facebook

    En tout cas voici leur réponse.

    https://copwatchnord-idf.org/?q=node/77

    Content de voir de nouveaux articles sur ton site bluetouff

  3. Fonctionne toujours en 3G chez Virgin (Orange si je ne me trompe pas), sur mon opérateur cable local… effectivement hormis de la pub gratuite pour le site (je pense que je n’y serai jamais aller sans cette censure), je ne vois pas ce que monsieur Gueant comptait faire.

    Hélas, j’ai bien peur qu’il ne soit pas aussi idiot que cela et qu’il compte sur l’échec de cette censure qui ne concerne que des petits poissons dont notre gouvernement s’en fout royalement, pour faire passer un LOPPSI 3 avant le changement de président/majorité.

    Content de relire des articles sur ton blog.

  4. Connaissant le machiavélisme des hommes politiques, je pencherai plutôt en faveur d’un coup de billard à 3 bandes.
    Il va maintenant leur être facile de réclamer un contrôle plus strict d’Internet : “regardez, c’est une zone de non-droit qui ne respecte même pas une décision de justice. Il faut absolument un contrôle étatique.”
    C’est donc double benef’ :
    – ils se parent d’une aura sécuritaire en passant pour les défenseurs des policiers ;
    – ils montrent qu’internet est peuplé de dangereux hors-la-lois et qu’il faut les reprendre en main.

  5. Il n’y a pas que FDN qui n’as aps été invité, pour guéant internet ca se limite a orange, sfr , free, numéricable. Pire il assigne orange en référé alors que c’est France Telecom qui est la société qui gère l’ADSL.

    On notera également que les opérateurs téléphoniques n’ont pas été invité, donc au final c’est un panneau “interdiction de marcher en chaussure dans la pelouse” …

    Pour finir, le blocage par dns menteur, c’est un peu léger je trouve. A voir si SFR utilisera sa techno de DPI qu’ils testent depuis plusieurs mois ou pas …

    1. Sidérant.
      Je ne suis pas un fanatique de Copwatch, je n’avais jamais regardé avant cette histoire (Merci M’sieur Guéant).
      Mais maintenant, ça m’intéresse, malgré tout.
      Je savais – j’avais constaté – que 5 années de Sarko comme ministre de l’intérieur, ça avait laissé des traces. Depuis, il est président, et les cow-boys se sentent de plus en plus cow-boys !
      A nous faire chier en permanence sur les routes, à tenter des procès (qui ne leur coutent rien en frais d’avocat) à tout va pour “insulte à agent” ou “refus d’obtempérer”, ils se sont grillé leur image, et pour longtemps.

      De plus, comment peut-on qualifier de diffamation la re-diffusion d’informations que certains d’entre eux publient librement sur des réseaux sociaux ? ! ?
      Leur ministre pourrait commencer à leur apprendre les règles de la discrétion…
      et à tout le moins, le respect de la population.
      Celle qui leur paie leurs salaires.

  6. C’est visiblement effectif pour Numéricable également: J’avais tenté d’accéder au site hier avec leur DNS, echec. Et le bloquage ne doit pas se faire au niveau des DNS car même en les changeant pour quelque chose de plus “neutre” (i.e: Telecomix) ou en utilisant directement l’adresse du serveur le site me reste inaccessible.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.