Alcatel Lucent : cet ami qui vous veut du bien

alcatel lucent dpiQuand on parle de DPI (Deep Packet Inspection), il y a quelques acteurs à côté desquels il est impossible de passer. Qosmos, Cisco Systems, et un autre un peu plus de chez nous : Alcatel Lucent. Gtom a posté en commentaire ici un lien vraiment édifiant sur l’une des vidéos de l’ARCEP qui m’était sortie de la tête. On retrouve dans le discours de Gabrielle Gauthey, représentante d’Alcatel Lucent, TOUS les éléments contestables du rapport gouvernemental sur la neutralité. Je vous invite donc à (re)visionner cette vidéo très attentivement.

Au menu dans le discours d’Alcatel et que l’on retrouve de manière abondante dans ce rapport gouvernemental, nous avons en vrac :

  • La notion de gestion de trafic ;
  • La notion de contenus licites ;
  • La remise en cause du haut débit flat rate ;
  • La “DPI tout à fait naturel”  ;
  • La notion d’Internet ouvert ;
  • et en trame de fond, le financement de ces équipements par la hausse des prix.

Tout ceci fait quand même un peu beaucoup pour être considéré comme une simple coincidence, de toute évidence, le lobbying d’Alcatel a porté ses fruits et le rapport gouvernemental reprend au pied de la lettre l’argumentaire d’Alcatel.

Alcatel Lucent est un équipementier dont le savoir faire et la qualité des produits n’est plus vraiment à prouver, il est l’un des leaders mondiaux sur les équipements xDSL (particulièrement les DSLAM) à destination des fournisseurs d’accès et produit entre autres les Livebox d’Orange. Le savoir faire de l’entreprise s’est donc assez naturellement développé niveau DPI et il offre même depuis 2008 des équipements terrabits proposant du DPI (c’est en gras dans le texte).

Alcatel Lucent porte aussi quelques autres entités, particulièrement une dont je vous avais parlé ici, Kindsight. Il est difficile de ne pas percevoir les liens étroits qui unissent Orange et Alcatel sur la DPI. Il est en revanche plus compliqué de décrypter les stratégies des acteurs de ce nouvel eldorado.

Quand tous les intérêts convergent vers une société de surveillance

Le marché de la surveillance est un business particulièrement juteux (à ce niveau on ne parle pas de sécurité mais bien de surveillance). La France y a développé des compétences qu’elle entend bien imposer un jour ou l’autre quand ce n’est pas déjà fait à des fournisseurs d’accès un peu partout dans le monde. Nul doute que la France entend devenir une vitrine technologique de la DPI pour mieux la vendre ailleurs, sur des marchés bien plus importants. Le Ministère des Finances et de l’Industrie joue donc parfaitement son rôle en appuyant les positions des grands groupes français. C’est affreux à dire mais je ne trouve rien de choquant dans cette démarche. Enfin je n’y trouverais rien de choquant si les intérêts de ces grands groupes n’étaient pas en parfaite contradiction avec l’intérêt commun et le respect des droits de chacun.

Enfin, on pourra également déplorer que les possibilités offertent par un Internet vraiment neutre à l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux services aient été balayés d’un revers de main par l’approche de Bercy sur la question de la neutralité du Net. Enfin je reste convaincu que les intérêts économiques ne sont pas les seuls à avoir guidé la plume de Bercy dans ce rapport.

8 réponses sur “Alcatel Lucent : cet ami qui vous veut du bien”

  1. Bizarrement l’article, très bien analysé, est basé sur des intentions mercantiles de groupes ayant intérêts de développer le filtrage pour la manne que cela représente et cela est compréhensible, mais la conclusion prête un semblant non vérifiable de volonté politique de filtrage du Net dans des vues de censures. Souvent les lois sont faites sous la pression des lobbys industriels. Ne pas oublier que lorsque qu’une technologie existe, les constructeurs et les marchands font tout pour exploiter son potentiel rémunérateur, même la guerre s’il le faut.
    Toutefois, il est vrai qu’il sera plus facile de dénoncer les tentatives de contrôle du net sur le terrain de la liberté d’expression que sur le terrain économique, surtout sans contre partie de proposition.

    1. De toute façon, ils ont juste saisi l'occasion de vendre un produit.
      S'ils avaient refusés de vendre car valeureux, quelqu'un de moins scrupuleux aurait pris leur place, et ainsi de suite.

    2. Et puis, dans la "charte" montrée, c'est juste fournisseurs et sous-traitant.
      Après, c'est aussi comment la Birmanie l'a utilisé (comme ils le disent à la fin de la vidéo)…

      1. Il est certain qu'une autre entreprise aurait pris la place d'Alcatel-Lucent si celle-ci n'avait pas remporté ce marché. Et alors ? Ce n'est pas une excuse. De même l'argument « heureusement que nous nous en sommes occupé car nos concurrents sont pires que nous » ne tient pas non plus.

        A ce que je sache, personne n'a forcé Alcatel-Lucent à développer et vendre de potentiels outils d'oppression à un régime dictatorial. Et ne me dites pas qu'en vendant une telle solution à un tel régime, Alcatel-Lucent n'avait pas une idée très précise de la façon dont cela allait être utilisé. (A savoir museler toute forme d'opposition politique et traquer les dissidents pour les incarcérer, voire pire.)

        A-L se retrouve par analogie dans la position d'un fabriquant d'arme tout content d'avoir vendu un fusil de chasse à un fou car ses concurrents avaient l'intention de lui vendre un fusil à pompe. On marche sur la tête.

        Je trouve que le marché des infrastructures de télécommunications est assez large pour avoir le choix de ses clients et de ses produits. Et quant bien même cela ne serait pas le cas, rien ne les empêche de prospecter d'autres secteurs et débouchées.

  2. Sais-tu si Alcatel est aussi fort sur ses équippements fibre ? Eux qui ont vendu leur branche Optronics en 2007 (quel bon flair ils ont eu là…) .

    Parce que ce qui me "rassure" d'un certain coté c'est que la technologie ADSL est à bout de souffle, et nécéssité des milliers de DSLAM, tout ça pour des lignes en majorité merdiques.
    Les opérateurs ne pourront pas être au four & au moulin: Tout le pognon qu'il consacreront à racheter des ènièmes nouvelles cartes a placer dans leurs armoires DSLAM (à prix d'or, je suppose), c'est autant de fric qu'il ne mettrons pas dans l'équippement fibre.

    Or l'un des (nombreux) avantages de la fibre c'est que les équippements coté opérateurs ont énorméments baissé de prix, que ce soit en actif (~50E/port Gb en volume) ou en GPON (genre ça: http://www.packetfront.com/en/products/broadband_… ).
    A ma connaissance il n'existe pas, à l'heure actuelle, d'éléments de ce type avec DPI intégré.
    (On est d'accord ca n'empêche pas d'en intégrer en amont).

    Plus ça va, plus je pense que de toute façon seule chose à faire sera d'ignorer le gouvernement en recréant un écosystème de FAI parallèles, trop petits et trop volatils pour être emmerdable.
    C'est un petit peu en cours, déjà, il faut que le diesel passe la 2nd.

    Au final, le Orange de demain sera le Canal+ d'aujourd'hui: ses services se limiteront à la création d'un email en @orange.fr, et à la vidéo : Live/Replay/VOD/… sous toute ses formes et ses facturations possible, Idem pour SFR : En filigrane de leurs discours on a TOUJOURS l'idée sous-jacente que gérer les tuyaux ca rapportait pas assez, eux veulent "fournir des services", ça fait 10 ans qu'ils mettent ce mot à toute les sauces.

    Je ne pense plus UNE seule seconde que Orange pose des fibres dans les immeubles pour la beauté de l'oeuvre technologique, ou pour les misérables compensation de l'ARCEP: L'exemple du cable aux US est flagrant, celui qui dispose du dernier Km dispose du temps de cerveau disponible, et on peux batir des empires avec ça. Ya pas UNE régulation/règle/loi qui les en empêchera, même si ca leur prend des millions de $$ en lobbyste parlementaires : A long terme, ils savent qu'ils seront gagnant.

Répondre à Tomy13 Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.