Parti Pirate Régionales 2010 : devenez candidat !

Communiqué du Parti Pirate

Chers amis et camarades,
Vous vous êtes engagés contre HADOPI, LOPPSI, voire pour certains contre DADVSI et l’EUCD, vous combattez les menées liberticides de certains lobbies et tentez de sensibiliser la classe politique. Depuis des années vous défendez l’informatique libre, l’accès à l’information et à la culture pour tous sans préalable ni exclusive.
Nous arrivons à un point critique où, puisque la plupart de nos représentants actuels font preuve d’une connaissance pauvre du monde numérique, des nouveaux usages, et de leur impact sur la société, il faut affirmer une existence politique au-delà de la pression sur les élus. En amenant une masse critique de citoyens à affirmer leur adhésion à nos idées lors d’une consultation électorale, nous pouvons prendre à contrepied le travail des lobbies.
Certains d’entre vous avez fait le choix de l’action associative, et c’est très bien. Nous avons fait le choix de l’engagement politique, c’est complémentaire.
Nous souhaitons être présents aux élections régionales de mars 2010 pour défendre nos idées, qui sont aussi les vôtres.
C’est pourquoi nos listes sont ouvertes à tous, sympathisants, militants ou non. Notre démarche est complémentaire de celle des associations existantes (la Quadrature du Net, APRIL, ADULLACT, AFUL, etc.) :à l’information et à la sensibilisation de nos représentants nationaux, ajouter la dimension électorale d’un parti constitué fédérant les citoyens sensibilisés à nos thématiques.
Nous faisons appel à vous pour enrichir nos listes, parce que ces enjeux nous concernent tous et c’est partout que l’on peut militer.
Pour nous rejoindre sur les listes, vous pouvez vous procurer l’attestation d’inscription sur une liste électorale comportant vos nom, prénoms, domicile ou résidence et date et lieu de naissance, délivrée par le maire de la commune d’inscription.

Vous téléchargez le dossier ici et envoyer votre dossier avant le 8 février à : Parti Pirate – Régionales 2010 – 21 place de la République 75003 PARIS

à bientôt,
Bien cordialement,
— – –
Jean-Christophe FRACHETTête de liste pour la région Île de France

5 réponses sur “Parti Pirate Régionales 2010 : devenez candidat !”

  1. Je n’ai pas l’âme d’un politique mais plutôt celle d’un résistant, je leurs souhaites bon vent et leurs apporte tout mon soutien 🙂

  2. De deux choses l'une. Soit c'est un parti de véritables pirates, or je ne suis pas un pirate, on peut vivre sans télécharger tout et n'importe quoi… Soit le nom du parti est choisi par provoc' et je vois pas l'interêt de ce genre de "stratégie politique" avec un message pas très clair.

    Dans les deux cas, je vois pas trop l'intérêt (au sens pertinence/efficacité) de soutenir ce genre de "parti". Désolé.

  3. Il faut faire l'effort de visiter le site du Parti Pirate, au moins la FAQ:

    Pourquoi avoir choisi de garder le nom de « Parti Pirate » ?

    Ce nom, c'est d'abord une façon ironique de retourner la terminologie caricaturale et orientée par laquelle certains acteurs politiques ou industriels tentent de criminaliser une partie croissante de la population. En adoptant ce nom qui leur a été donné malgré eux, les citoyens du Parti Pirate affirment haut et fort leur intention de lutter contre cette façon de présenter au public un tableau simpliste, dans le but de présenter comme acceptable une politique de restriction des libertés civiques.

    Si le terme doit faire naître des débats, c'est tant mieux : notre société gagnerait à voir plus de débats de cette nature. Au demeurant, les citoyens que nous rencontrons comprennent toujours à quoi nous faisons référence, et saisissent immédiatement le second degré.

    Ce terme de "Pirate", qui nous définit et nous unit, revêt une valeur symbolique, politique, et même sentimentale pour tous nos sympathisants qui le partagent, ainsi que pour l'ensemble des Partis Pirates du monde (une quarantaine à ce jour).

    En tant que "simples" citoyens, le Parti Pirate est pour nous une manière de nous réapproprier des institutions dont nous nous sentons exclus, de "pirater" la vie politique afin de rafraîchir le débat démocratique.

    1. Posons nous les questions différemment :

      – Les électeurs ont ils tous l'humour ou le niveau de connaissance du Net nécessaire à comprendre la joke ? Contrairement à ce qui est dit, j'en doute fort.

      – Le ministère de la culture a gagné la bataille sémantique grâce à sa daube de jaimelesartistes.fr qui aura couté entre 40 et 80 000 euros … et qui n'est plus en ligne, avec le fric du contribuable … il y a mis les moyens, et il a gagné, dans la tête de madame michu, le internautes qui téléchargent on un cache oeil, une jambe de bois et tuent les artistes en leur balançant des modems à la tronche.

      C'est un sujet sur lequel je me suis entretenu avec Jean-Christophe Frachet et ce nom est un point dont il sait se servir pour communiquer avec la presse, c'est à double tranchant, espérons que cela fonctionne aussi bien qu'en Suède (où le passif est bien moins lourd qu'en France).

      PS : maintenant, il faut connaitre un peu l'histoire du hacking (le CCC France monté par les RG pour infiltrer les communautés du hack), des pirates et du logiciel libre en France pour avoir un recul nécessaire au bien fondé d'un nom si lourd à porter. Mais grâce à l'ami Nicolas, "tout devient possible".

  4. Nous avons opéré le choix de croire en nos concitoyens: la Kevina d'aujourd'hui est la Mme Michu de demain, et avec la participation aux débats économiques (dont les acteurs sont bien souvent au coeur des changements sociaux), on ne peut qu'espérer qu'estimer qu'il y a toujours un véritable courage politique en France est l'option légitime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.