La troisième affaire Frédéric Mitterrand

Jamais deux sans trois !

quotidien-reunionLe Quotidien de la Réunion et Marianne 2 révèle aujourd’hui une nouvelle affaire dont Frédéric Mitterrand se serait très bien passé. Les faits remonte à une époque pas si lointaine où il était en poste à la Villa Medicis. Il se serait porté témoin de moralité de deux violeurs d’une jeune femme de 16 ans. Les jeunes ont été condamnés à 8 ans de prisons pour ce viol collectif. Le quotidien de la réunion publie une lettre attestant de l’engagement du Ministre de la Culture pour soutenir des deux jeunes dont l’un d’entre eux serait son filleul, fils d’un couple d’amis.

L’avocat des deux frères auteurs d’un viol collectif sur mineur, aurait l’intention de citer Frédéric Mitterrand au procès en appel il y a donc des chances qu’on entende encore parler de cette affaire.

Le cabinet de Frédéric Mitterrand aurait démenti en expliquant qu’il s’était porté témoin de moralité des familles et non des 2 jeunes violeurs, une explication assez fumeuse mais passons, c’est vrai que des attaques sur la vie personnelles ne sont jamais les bienvenues. En revanche, s’il s’agit d’attaques relatives à des fautes liées à une fonction au service de la République comme cela semble ici être le cas … il ne faut pas venir pleurer.

Pour Frédéric Mitterrand, aucun doute, il explique à la presse qu’on veut lui faire payer son engagement politique (lol) et particulièrement la loi HADOPI.

Qui sème le vent récolte la tempête : n’est ce pas HADOPI et LOPPSI qui en visant à filtrer le Net assimile les internautes anti HADOPI  à des pro pédophiles ? Personnellement, je n’y vois là que l’effet boomerang des amalgames délibérés d’un gouvernement qui poursuit son oeuvre de contrôle du Net.

En attendant je vous invite, Monsieur le ministre à lire ceci pour vous rendre compte de la scandaleuse différence de traitement entre les “vrais gens” et vous, ainsi que la caste que vous défendez.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.