Contourner l’HADOPI pour les nuls (partie 8) : l’échange local et le Wifi Maillé

openmesh-accton-288x300

Une solution un peu plus nerdy que les autres présentées jusque là, mais franchement très simple à mettre en œuvre, pour moins de 70 euros, elle permet à un groupe de personne géographiquement pas trop éloignées dans un premier temps, puis beaucoup plus éloignées au fur et à mesure que le réseau grossit, d’échanger des fichiers en wifi, sans passer par internet… oui vous m’avez bien lu, sans passer par internet !
L’avantage de cette solution est donc de contourner l’HADOPI, mais également TOUTE FORME DE FILTRAGE EMANANT DES FOURNISSEURS D’ACCES !

Pour cela il va vous falloir un petit boîtier wifi (un point d’accès) supportant le firmware d’Open-Mesh. C’est le cas des :

  • Foneras 1 modèle 2200 : sûrement la solution la plus économique, surtout si vous en avez déjà une. Attention quand FON livre des foneras 1, ils ne seront pas en mesure de savoir s’ils vous livreront une fonera1 modèle 2100 ou 2200, seul le modèle 2200 fonctionnera correctement avec le firmware Open-Mesh
  • Fonera 2 : il a un avantage sur les autres solutions présentées ici, elle dispose d’un port USB pouvant accueillir un disque dur externe, je n’ai pas encore pu tester cette fonctionnalité avec Open-Mesh mais en clair ceci vous permet de continuer à échanger ordinateur éteint !
  • OMP1 : c’est le point d’accès ultime, équipé en standard du POE (Power Over Ethernet) et d’un chipset Watchdog capable de redémarrer le point d’accès en cas d’incident réseau (rupture de signal d’un node) ou d’un incident électrique. Il est livré en standard avec le firmware Open-Mesh, donc particulièrement simple à mettre en route
  • Accton Open-Mesh première génération : une solution clef en main qui comme la première vous présente le routeur pré-configuré

D’autres solutions sont également compatibles avec Open-Mesh, c’est le cas des AP derniers cri d’Ubiquity, d’Engenius et de Wiligear.

Le concept est imparable il suffit de créer un réseau maillé permettant de répéter la connexion internet et d’étendre le wlan (réseau local sans fil). Sur l’interface d’OpenMesh c’est la fonctionnalité “join network”. Ensuite il vous suffit de partager un répertoire dans lequel les fichiers à partager seront situés, ainsi, toute personne disposant d’un boîtier précité pourront rejoindre le réseau que vous avez créé ce qui aura pour effet d’accéder à vos ressources partagées (moyennant une petite configuration en 2 clics sur l’interface web d’Open-Mesh).

Open-Mesh propose en standard 2 réseaux : un ouvert et un chiffré. Contrairement à la Fonera, vous n’avez pas pour obligation de laisser un réseau ouvert, vous pouvez choisir de chiffrer les deux réseaux, et le mesh fonctionnera toujours, il faudra simplement partager la clef WPA de ce réseau avec les personnes qui souhaitent le rejoindre. Ainsi il est très simple de créer un réseau de confiance invisible (en choisissant de ne pas broadcaster le SSID, le nom de votre réseau).

Open-Mesh est une solution entièrement libre, œuvre de Michael Burmeister Brown, entre autres, architecte de Meraki, qui couvre la ville de San-Francisco (mais qui a eu la mauvaise idée de fermer ses boîtiers et de tourner le dos à l’Open Source en bridant son firmware).

L’interface d’OpenMesh est à la portée de tous :

dash21

openmesh1

openmesh2

addnode

Vous pouvez étendre la portée de votre réseau Open-Mesh à plusieurs centaines de mètres en agglomération, et à plusieurs kilomètres en zone rurale avec des antennes facilement trouvables sur Ebay (une trentaine d’euros pour les Yagi (directionnelles) et moins d’une dizaine d’euros pour les omnidirectionnelles :

Voici le Gateway, relié à une connexion internet

omniantenna-openmesh

Et voici le répéteur qui dégroupe la Lozère 😉

ap21

ap1

antenne1

9 réponses sur “Contourner l’HADOPI pour les nuls (partie 8) : l’échange local et le Wifi Maillé”

  1. Les débits peuvent vite être un facteur limitant si le signal n’est pas au top. Sinon c’est une alternative très intéressante – et pas seulement a HADOPI.

  2. oui effectivement tu fais bien de le signaler, chaque rebond amputera le debit de 50%, d’où la nécessité de s’équiper d’une antenne de type grid ou yagi pour toucher le nœud que l’on souhaite avec un minimum de sauts.

  3. Mon dieu, j’ai l’impression d’être tombée chez Mac Gyver … Enfin merci d’expliquer aux novices … Je pense que moi aussi je vais commencer à partager ” mon savoir de résistante ” sur mon blog, vous me motivez les gars … ( Je dis gars, mais si ça se trouve y a une fille dans le tas …. )

  4. Mr Xhark c’est quoi une AFLA ?
    >> /me est un inculte

    🙂 Divine_Naive il suffit d’être créatifs, mais niveau wifi je sens qu’en agglomération, Ricorée va décupler son chiffre d’affaire.

  5. Bon article bien rédigé mais franchement il y a plus simple pour contourner ce fameux HADOPI.

    Moi j’utilise *****biiiiiiip****, une connexion VPN avec des serveurs protégés avec un encryptage de 128/256 Bit ,du coup ni le gouvernement, ni les hackers ne peuvent lire mon IP, même avec une connexion wifi. Il y a de larges serveurs rapides dans plus de 20 pays dans le monde. Facile à utiliser, ce logiciel démarre automatiquement au démarrage du PC et je peux changer d’IP facilement !!
    Essayez, vous verrez bien, essai gratuit: http://www.tsgk.net/cowboyz/tdc.html

    ***NDLR : bien tenté ton spam

  6. Le seul truc qui me parait bizarre avec Fon c’est qu’ils parlent de paiement sur leur site. Aussi avec ta solution, à part payer le routeur, doit-on prévoir d’autres frais ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.