ACTA : Les USA font pression sur l’Espagne contre le P2P

obamaL’ambassade américaine en Espagne somme le gouvernement et l’opposition de maintenir les réformes  envisagées par le Ministère de la culture contre le téléchargement.

Selon un important dirigeant politique, également membre du parlement, , l’ambassade aurait contacté les deux principaux partis politiques pour leur demander la plus grande fermeté contre les téléchargements illégaux.

La question a également été abordée lors de la dernière réunion entre Obama et Zapatero, pendant laquelle Obama a demandé  que l’Espagne agisse contre les échanges P2P.

ACTA, je te vois et je ne t’aime pas

fair_tradeOn parle beaucoup d’HADOPI sur ce petit blog, déjà parce que nous sommes en France et qu’HADOPI est la cyber griffe de notre exception culturelle française, un petit peu aussi parce qu’elle va finir par être drôle tellement elle est ridicule… mais ça ne veut pas dire que rien ne se passe en dehors de nos frontières autour du bridage des libertés numériques. Il y a bien évidemment le Paquet Télécom que nous suivons avec attention depuis de longs mois et que l’amendement 138, ou amendement Bono (pas le chanteur, le député européen) a rendu relativement populaire.

Mais beaucoup plus discrètement, on peut même dire secrètement, l’ACTA laisse se profiler des menaces bien plus inquiétantes que ce qui se passe à Bruxelles. L’ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement), qui comme son nom l’indique est un traité international de libre échange visant à … tuer les échanges libres de produits culturels qui enfreignent les copyrights, fait l’objet d’obscures tractations entre les USA et l’Union Européenne depuis plus d’un an et le peu d’informations qui filtrent ne sont pas faites pour nous rassurer. Très peu de sources d’informations francophones vous proposent de suivre, la plus fiable étant comme bien souvent, celle fournit par le collectif de la Quadrature du Net. Au menu de l’ACTA : riposte graduée et filtrage du Net, deux thèmes qui ont fait d’HADOPI un précurseur dans la stratégie de l’échec.

Pourquoi l’ACTA fait-il donc l’objet de tant de mystère ? La première raison évoquée par la presse américaine est qu’il serait impossible d’arriver à un accord avec chaque pays tant son contenu a de quoi faire froid dans le dos. De nombreux pays quitteraient la table des négociations à l’exposé même des pistes envisagées… plus exactement, Ron Kirk, en charge pour les USA de mener les négociations aurait confessé “The reason we can’t make it public is people would walk away from the table”. L’ACTA serait même classifiée Secret Défense pour les USA, et pour cause, on y parle quand même de filtrage du Net généralisé au niveau international … L’Union Européenne elle même soupçonne l’administration Obama d’être instrumentalisée par les lobby des industries culturelles.

Si le sujet vous passionne, je ne saurais trop vous recommander de fouiller dans les entrailles de Wikileak, assurement la ressource internationale la plus prolixe et fiable sur le sujet. Au niveau calendaire, il ne faut pas s’attendre à voir quelque chose éclore avant fin 2010 ou début 2011.

Linux fait régresser nos enfants !

helios-blogUn petit troll bien ficelé sur lequel je suis tombé la nuit dernière et qui a provoqué une avalanche de commentaires pour certains hilarants, jusqu’à des salariés de Microsoft qui se proposent d’aller installer Linux dans les écoles … Nous vivons une époque extraordinaire. Mais contrairement à Shelley the republican, le courrier adressé au blogger semble tout ce qu’il y a de plus réel, c’est d’autant plus consternant que cette femme est sensée éduquer des enfants. Enfin de notre côté, rions en 🙂

Note, il s’agit là d’une traduction faite un peu à l’arrache, les anglophones retrouveront le billet original et l’incroyable fil de commentaires associé ici : http://linuxlock.blogspot.com/2008/12/linux-stop-holding-our-kids-back.html

Je me suis donc permis de traduire ce mail d’une “institutrice” (pauvres gosses), envoyé au responsable du blog dont le crime est d’encourager à l’utilisation des logiciels libres dans l’enseignement et de distribuer des ordinateurs aux enfants défavorisés.

“... j’ai surpris un de mes étudiants avec un groupe d’autres enfants attroupés autour d’un ordinateur portable. En regardant son ordinateur, j’ai vu qu’il faisait une démonstration à ses camarades. L’étudiant montrait les capacités de sa machine et distribuait des CD de Linux. Après confiscation des ces CD j’ai convoqué l’étudiant et c’est ainsi que j’ai appris l’existence de votre organisation.
M. Starks, je suis sûre que vous croyez fortement dans ce que vous faites mais je ne peux pas soutenir vos efforts et laisser ceci se répendre dans ma salle de classe. Je ne suis même pas sûre que ce que vous faites est légal. Aucun logiciel n’est gratuit et répendre ce genre d’idées fausses est nuisible. Ces enfants ont besoin de conseils adultes et de discipline.
Je conduirais mes investigations si le temps me le permet et je puis vous assurer que si je découvre que ce que vous faites est illégal, je vous poursuivrais en justice autant que la loi m’y autorise.
M. Starks, j’ai essayé Linux avec d’autres professeurs et je puis vous assurer que vos affirmations sont extrêmement exagérées et reposent sur des bases mensongères.
J’admire votre initatie pour fournir des ordinateurs aux enfants défavorisés mais fournir ces machines avec Linux pré-installé fait régresser nos enfants.
Nous vivons dans un monde dans lequel Windows est installé sur presque tous les ordinateurs et ce n’est pas en mettant un systèmes d’exploitation clownesque sur leur machines que vous aiderez ces enfants. Je suis persuadée que si vous étiez entrés en contact avec Microsoft, ils auraient été ravis de vous fournir d’anciennes versions de Windows, ainsi les ordinateurs que vous distribuez seraient utiles à ceux qui les reçoivent

En une nuit, ce sont plus de 400 commentaires qui sont venus agrémenter ce post. La lettre ridicule de cette enseignante ne fait que confirmer les manques de formation de ces professeurs à ce qu’est l’informatiques de nos jours. Si nous semblons, en France, être préservés de ce genre d’idioties, c’est peut être que les enseignants sont globalement plus curieux des technologies libres qu’aux USA, et c’est tant mieux 🙂