HADOPI : pas tout à fait prête mais presque

hadopi emailAlors que l’on nous annonce que la machine devrait se mettre en route très vite, il y a quelques petits points de détails qui restent problématiques. Le mot d’ordre, c’est la dissuasion, alors que loin d’être dissuasive, on se doute bien de l’effet que va produire la première vague de courriers électroniques :

  • Une migration (encore plus) massive vers d’autres solutions de téléchargement que le peer to peer, encourageant une nouvelle économie illicite ;
  • Des faux mails devraient eux aussi inonder vos boites mail et créer quelques petites congestions ;
  • Des utilisateurs désorientés qui n’ont toujours même pas un petit site web où obtenir des informations claires ;
  • Les modalités pratiques de contestation d’un avertissement n’ont pas même été effleurées ;
  • Le processus de contestation va lui aussi assez sérieusement impacter la HADOPI car elle ne sera pas en mesure de les traiter correctement, ouvrant ainsi une brèche importante pour des ratios d’erreurs importants.
  • La négligence caractérisée et le manque de diligence à sécuriser son accès Internet restent une vaste blague pour 99% des internautes français, mais je vais -encore- y revenir dans un prochain billet ;
  • Free refuse de financer de sa poche le coût de l’identification des internautes là ou des opérateurs ne se cachent pas de collaborer docilement (c’est le cas de SFR et on se doute bien que Christine Albanel, nouvelle directrice des contenus d’Orange incitera le groupe à faire fuir les derniers jeunes abonnés qui restaient chez l’opérateur historique)… Le bras armé de la HADOPI pourrait donc ne pas fonctionner chez tous les FAI de la même manière, c’est une donnée assez intéressante à prendre en compte.

Et pourtant, vu le public visé, il y a fort à parier que la rentrée scolaire représente une date de coup d’envoi toute choisie. Alors, la HADOPI est elle vraiment prête ? La réponse est évidemment non. On attend aujourd’hui de la Haute Autorité plus qu’une elliptique plaquette distribuée en bordure d’autoroute pour prendre la mesure de l’applicabilité des décrets d’applications dont je persiste à dire que certains n’ont ni queue ni tête, faites le Quizz, vous verrez bien.

Les déconnexions d’internautes devraient rester très marginales cette année, le temps que la mécanique se mette en place et que l’on puisse mesurer l’impact desdits mails sur les internautes. Les ayants droit attendent beaucoup de cet impact psychologique, surement beaucoup trop. C’est en revanche dans les premiers mois de cette mise en place que ces mêmes ayants droit pourraient en toute logique commencer à se plaindre des migrations naturellement opérées par les internautes et hasard de calendrier, ça va tomber pile au moment des débats parlementaires sur la LOPPSI 2 et le filtrage des sites pédo-pornographiques que certains verraient très bien appliqués à certains sites, même si une partie de leur usage est parfaitement légal (megaupload, rapishare, dl.free.fr …). Pour le peer to peer, nous avons vu que ce n’était pas les usages légaux qui arrêtaient le législateur pour en faire un outil illicite. Qui sera le prochain sur la liste ?

Et pendant ce temps , nous avons :

  • Une offre légale toujours aussi ridicule ;
  • Des discussions avec les majors pour les contraindre à des facilités d’accès à leur catalogue au point mort, l’Etat a généreusement tout donné sans demander de contre-parties ;
  • Apple qui commence à stresser l’industrie de la musique…

La HADOPI va donc devoir intervenir dans un contexte ou rien ne sera fait pour qu’on l’oublie, en pré-campagne présidentielle, ça peut donner des choses intéressantes, mai quoi qu’il en soit, la HADOPI va chercher à séduire pour tenter de sortir de son costume de douanier. Quelles armes préventives utilisera t-elle ? quelle sera la part budgétaire Répression/Prévention… et surtout, que sera t-elle en mesure de proposer comme offre légale ?

Contourner l’HADOPI pour les nuls (partie 7) : encore les emails mais cette fois ci avec PGP sur Windows

pgp_logoAndré Loconte vient de pondre un excellent tutoriel d’utilisation de PGP sur Windows. PGP (Pretty Good Privacy) est un outil cryptographique servant à signer et chiffrer vos mails. Évidemment, PGP sait aussi crypter les pièces jointes.
L’approche proposée ici sert, avant tout, à garantir que votre correspondance personnelle reste personnelle. Avec les dispositifs de filtrage non précisés que le gouvernement souhaite mettre en place, ceci reviendrait à donner à la Poste le droit d’ouvrir votre courrier avant de vous l’acheminer. Une situation ubuesque que nous souhaitons tous éviter dans la vie réelle pour un courrier matérialisé, comme pour nos correspondances électroniques. Mais comme les dispositifs de filtrages sont rarement intelligent, autant utiliser une boite blindée au teflon en lieu et place d’un cyber carton de Colissimo.
Je vous invite donc à lire avec attention ce tutoriel si vous souhaitez que dans un futur plus ou moins proche, l’HADOPI ou votre fournisseur d’accès reste en dehors de votre privée.

Contourner l’HADOPI pour les nuls (partie 6) : les pièces jointes d’emails

image-6Nous avons sombré dans l’absurde, mais ne vous inquiétez pas, on peut encore toucher le fond ! Le gouvernement pourrait interdire les pièces jointes dans les emails.
Les espaces de stockages de boites mails ont très sensiblement augmentés ces dernières années, sur un compte Gmail, on peut par exemple stocker pas moins d’une dizaine de films en divx ! D’ailleurs, des services en ligne proposent de se servir des espaces de stockage de ces boites mail en les transformant en disque dur virtuels avec le toolkit qui va bien pour envoyer du lourd. C’est d’une simplicité déconcertante.
Si un mp3 ne posera pas de problème à envoyer en pièce jointe d’un mail, il faudra ruser un peu pour les films.
Seul frein, la taille des pièces jointes, mais la encore la parade est d’une simplicité enfantine et les techniques de posts utilisées sur les newsgroups ont donné naissances à des petits logiciels capables de découper de gros fichiers en dizaines de petits fichiers compressés et concaténés. C’est ce que propose Split&concat, Quickpar, par2cmdline …et de nombreux autres que je vous laisse découvrir en googlisant un peu.

Irons nous vers un filtrage généralisés des pièces jointes de nos courriers électroniques ? Le “contre logiciel” de l’HADOPI aura t-il la capacité de lire nos correspondances privées afin de dénicher des fichiers illégaux en pièce jointe ? Nous devons nous en inquiéter aujourd’hui, demain il sera trop tard.