HADOPI, tu me casse les c☠@*!#@$☠’

Conséquence directe de la validation par le Conseil Constitutionnel d’HADOPI, Toonux, ma petite société de services en logiciels libres, va arrêter les déploiements de réseaux wifi sociaux reposant sur le partage. no_20wifi_smallOh je ne vais pas vous faire pleurer sur ma condition, loin de là, ce qui me révolte le plus c’est qu’HADOPI sonne la mort des habitudes d’usages de millions de personnes qui bénéficiaient d’un accès Internet dans des lieux publics (Hôtel, café, restaurants …). Peu nombreux seront les internautes particuliers comme professionnels qui oseront encore partager leur connexion et peu nombreuses seront les municipalités et les sociétés prestatrices capables de mettre en place un réseau “sécurisé” à la sauce HADOPI.

Alors certes il y aura d’autres sociétés capables de se prostituer pour fournir des solutions “sécurisées” à la sauce Albanel. Mais ce ne sera pas le cas de Toonux.

Sécurisé de quoi ?

Un réseau wifi sécurisé, dans l’esprit d’un professionnel de la sécurité, c’est un réseau ou des moyens techniques sont mis en œuvre pour préserver les données personnelles des utilisateurs et la fiabilité du service … que du bon sens me direz vous, mais ça c’était avant HADOPI. Dans l’esprit torturé d’un législateur totalement incompétent en la matière, un réseau wifi sécurisé est un réseau wifi où seul le titulaire de la ligne à le droit de surfer. Ce n’est pas explicitement dit comme ça dans la loi, cependant, c’est bien la conséquence des absurdités induites par HADOPI.

Depuis HADOPI, un réseau wifi sécurisé est un réseau où tous les utilisateurs peuvent être identifiés, fliqués (a quand la prise d’empreinte ADN pour accéder au Net ?) et mettant en œuvre des dispositifs de filtrage de site, du traffic shaping, du bridage de ports … C’est aussi un réseau qui présente une authentification et un filtrage, donc oui, vous m’avez bien compris, les réseaux publics deviennent parfaitement illégaux le jour où une ordonnance pénale vous est collé sur le dos et ou un juge décide de la coupure de votre connexion parce que vous avez eu le malheur de la partager.

Faisons la simple :

Si on vous vole votre voiture pour braquer une banque, en général, vous ne finissez pas en prison … avec HADOPI vous êtes présumés coupable dés le départ et pour s’assurer qu’on vous condamnera bien, on a même inventé un délit de “négligence caractérisée”. Vous ne rêvez pas, si vous partagez votre connexion, vous êtes coupables d’un délit créé de toutes pièces visant à punir une personne qui n’est même pas l’auteur des faits qu’on lui reproche… et c’est ce genre de choses qui ont été validées par le Conseil Constitutionnel ! On marche sur la tête. Dans notre exemple, ceci reviendrait à condamner pour braquage de banque  le propriétaire d’un véhicule qui aurait oublié de fermer la porte de sa voiture et non le braqueur lui même ! Liberté, égalité et fraternité … quand tu nous tiens !

Mais quel juge un tant soit peu sérieux pourra ordonner une telle sanction à des professionnels qui offrent des services gratuits à leurs clients ou à des particuliers qui ne savent même pas ce qu’est le wep ou le wpa parce qu’on leur a livré et installé une box ou un routeur sans aucune protection ? Auront ils la possibilité de se retourner contre leur opérateur (au pif Bouygues ou Numericable qui leur a fournit du matériel troué ?).

Qui paye l’addition ?

Aujourd’hui, je suis à la recherche de solutions professionnelles sérieuses qui ne coûtent pas 30 000 euros le point d’accès et obligent à une collecte de logs sur un serveur dédié avec un gros routeur manageable Cisco en tête de réseau. Certes, j’en connais quelques unes qui pourraient parfaitement faire l’affaire, mais ceci implique par exemple de changer le parc de points d’accès existant :

  • Qui va financer ces opérations de mise à jour logicielles et matérielles : ma société, mes clients, Frédéric Mitterrand  ?
  • Ma société peut elle être inquiétée si l’un de mes clients se fait couper sa connexion et que je n’ai pas installé le firewall OpenOffice dans ma fonera parce qu’il n’existe que sur Windows et que mon coeur d’activité est justement de libérer les professionnels de Windows ou de solutions propriétaires ?
  • A qui vais-je envoyer mon disque dur et la mémoire flash de mon AP pour prouver mon innocence ?
  • A ce jour, mes clients, comme ma société n’ont reçu aucune information ou note de sensibilisation de la part des autorités, nos réseaux wifi sont rendus illégaux par HADOPI et rien n’est proposé en retour aux professionnels…. et oui j’ai l’impression qu’on se fout ouvertement de nous !

Mon sentiment dans tout ça, en dehors de la frustration de devoir cesser une activité devenue trop risquée à cause de la bêtise de quelques parlementaires qui sont persuadés qu’ils vont mettre fin au piratage en criminalisant le peer to peer, est celui d’un immense gâchis pour de nombreuses PME qui se refusent à porter atteinte au principe de neutralité de leur réseau pour assouvir les coûteux fantasmes sécuritaires de cyber ignorants… et c’est le cas de ma société. Nous sommes résolument contre toute forme de filtrage, nous faisons de l’Internet : notre rôle est d’acheminer des informations sans aucune forme de discrimination (comme la Poste achemine votre courrier sans l’ouvrir). Nous fournissons des tuyaux et notre rôle n’est pas d’aller voir ce qui se passe à l’intérieur. C’est ce principe de Neutralité qui fait du Net ce qu’il est aujourd’hui et ce n’est pas HADOPI qui va changer notre perception de notre environnement de travail. Nous sommes évidemment prêts à collaborer avec les autorités judiciaires pour fournir les informations nécessaires à la disculpation d’un client en cas d’abus d’une connexion qu’il partage, en revanche, il n’est pas de notre ressort de jouer les gendarmes de l’Internet, nous ne sommes pas rémunérés pour et la perspective de faire ce genre de travail ne nous attire pas du tout.

  • HADOPI ne changera pas notre métier ;
  • HADOPI ne changera pas Internet ;
  • HADOPI va tuer des entreprises ;
  • HADOPI va créer de l’injustice et porter atteinte à la liberté d’entreprendre, à la Neutralité du Net ;
  • HADOPI sera abrogée car innapplicable, injuste et stupide … elle provoquera un séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Riester aux premières déconnexions ;
  • HADOPI, c’est risquer bêtement un cyber 68 … et sous les octets, la plage 😉

HADOPI 2 : le Net français va rentrer en résistance, vers un cyber 68 ?

Attention chérie, ça va couper !

HADOPI 2 est donc promulguée et déclarée constitutionnelle, la censure du Conseil ne porte que sur l’article 6.II et valide ainsi tout le reste : comme le délit de négligence caractérisée et la coupure de l’accès à Internet. Le point noir demeure à mon sens ce fameux délit de négligence caractérisée, nous avons vu dans ce blog qu’en plus d’être injuste, cette nouvelle infraction est particulièrement stupide.

Les conséquences directes d’HADOPI seconde du nom vont être bien plus importantes que prévu, tout ça pour contenter une petite caste de privilégiés. Certes, il va y avoir de la casse, mais pas forcément là où on l’attendait. Les contentieux vont être nombreux, seuls les plus fortunés auront le droit de se défendre, les autres devront se résoudre à être déconnectés, qu’ils aient téléchargé ou non .

1° le WIFI c’est finit :

  • La petite mort du wifi social en France (Fon / OpenMesh), finit le wifi dans les café !
  • Neuf Wifi est bien dans la mouise aussi ;
  • Les points d’accès wifi municipaux vont disparaître ou offrir des performance à tel point réduites qu’ils deviendront inutilisables ;
  • La grande majorité des internautes ne disposant pas de matériels assez récents pour supporter un chiffrement plus lourd que le wep et l’authentification par TKIP sont bons pour repasser au bon vieux RJ45.
  • Numéricable est bon pour rappeler les routeurs THOMSON avec le wifi activé par défaut et l’interface en anglais que Noos distribuait à ses abonnés… ou il est évident que ces utilisateurs dont on coupera la connexion se retourneront juridiquement contre le fournisseur d’accès qui est à l’origine de ce qu’HADOPI désigne comme une négligence caractérisée … on va rigoler, croyez moi, car, Numéricable est loin d’être le seul à fournir des matériels dont le niveau de sécurité n’est pas acceptable (l’affaire des BBox est un autre exemple très significatif de ce qui pend au nez des FAI, des éditeurs logiciels, ou des fabricants de matériel).
  • Sur les millions de réseaux wifi disponibles en France, on peut considerer que moins de 20% de ces réseaux offrent un niveau de sécurité satisfaisant … j’entends par niveau de sécurité satisfaisant :
  1. Un chiffrement WPA avec une authentification AES CCMP (comment ça vous ne savez pas ce que ça veut dire ? … ben on vous à déjà dit, vous êtes trop con pour utiliser Internet grâce à HADOPI…).
  2. Un firmware de point d’accès à jour (si vous ne savez pas comment faire, tant pis pour vous, on vous l’a déjà dit, arrêtez Internet).
  3. Une configuration Firewall sans faille (et si t’es pas un viruose de d’iptable ou PF … crèves!)

2° L’industrie du disque va morphler et les artistes vont crever

  • Boycott total des produits de l’industrie des biens culturels ;
  • HADOPI 2 étant une pure usine à gaz répressive qui a totalement oublié les artistes, ces derniers sont bons pour essuyer l’incompétence et la mauvaise foi des majors qui les ont conduit à ce qui pouvait leur arriver de pire : les déconnecter de leur public.
  • La petite mort du disque va s’accélérer et contrairement à ce que soutient Pascal Nègre, ca va prendre bien moins de 10 ou 15 ans.
  • Il ne sera plus possible d’évaluer les pertes supposées de l’industrie du disque puisque comme nous le savons tous, les internautes qui voudront télécharger trouveront de nombreux subterfuges, bien plus efficaces et anonymes que le peer to peer… non seulement HADOPI 2 ne fait que déplacer le problème, mais elle pousse à une migration massive des utilisateurs de ces réseaux vers d’autres qui seront quasi impossibles à surveiller.

3° vers un 68 numérique

La classe politique vient de se mettre à dos une immense majorité des internautes en légiférant de manière peu inspirée, vient de donner naissance à une génération qui risque d’avoir la rancune tenace. La question n’est même pas de savoir si HADOPI 2 sera abrogée, mais plutôt quand… vous allez voir, c’est tout simple, c’est juste générationnel, ça prendra moins tout au plus une dizaine d’années, le temps que les vieux députés à qui on parle de peer to peer et qui osent dire que “eux ils parlent français” en confondant exception culturelle et e-gnorance, se fassent éjecter, ou que dame nature les pousse vers la sortie. A mon sens ça prendra même beaucoup moins de temps, tant on s’apercevra vite que l’argent investi dans la lutte contre le téléchargement à la petite semaine est aussi inefficace que l’ont été les DRM.

Allez on s’en remet un bout … c’est ce genre de gus qui a voté HADOPI 2, souvenez vous bien d’eux :

C’est donc vers une cyber guerilla que l’on s’oriente, la résistance est prête depuis longtemps et on peut considérer que dés aujourd’hui, le 22 octobre 2009, les politiques viennent de perdre Internet, ils viennent de le rendre totalement incontrôlable, les mesures de filtrage n’y pourront rien. Force devra rester à la loi, soit, mais cette loi crée trop d’injustice dans le seul et unique dessein de servir les intérêts d’une poignée de privilégiés…. FAILED.

Messieurs les députés, bravo, vous venez de donner le coup d’envoi d’ un cyber 68 :

Nous n’avons plus de pavés, juste des octets.


HADOPI : un élu prêt à se constituer prisonier !

jpeA mesures absurdes, réponses absurdes : le maire de Saint-Prix souhaite se constituer prisonnier le 29 avril, date à laquelle les débats sur la loi Création et Internet reprendront. C’est ce que nous révèle le site Vonews :
Jean-Pierre Enjalbert, maire de Saint-Prix et tête de liste de Debout la République pour les européennes, se constituera prisonnier le mercredi 29 avril au Commissariat d’Ermont pour dénoncer le projet de loi Hadopi, sur la lutte contre les modes d’échanges illégaux des œuvres par Internet.
Merci à Gnunux pour le link 😉