De l’engagement

Syria-300x300Nos récents articles sur Reflets, celui sur Syria News, et celui sur le Parlement syrien, comme  chaque fois lorsque l’on parle de la Syrie, ont soulevé quelques commentaires exprimant une certaine perplexité. Ces commentaires sont parfois parfaitement construits et expriment des interrogations et  des réserves parfaitement légitimes. Nous essayons donc de répondre à ces commentaires, et c’est aussi un peu l’objet de ce billet. D’autres, plus péremptoires se veulent des leçons de geopolitique de comptoir, dispensées par des personnes qui, sous prétexte d’avoir rencontré deux syriens à leurs dernières vacances au ClubMed affirment que notre démarche est motivée par d’obscurs intérêts, que nous serions à la solde de la CIA, du Mossad, du MI6, quand nous ne cherchons pas à instaurer la Charia dans le Proche-Orient.

Notre réalité est cependant bien différente. Nous avons engagé une forme de lutte pacifique qui se limite en une réponse mesurée à ce qu’applique le gouvernement syrien en terme de propagande, de répression et de surveillance électronique.

Le gouvernement syrien, avec l’aide d’entreprises locales ou occidentales a décidé d’exercer une surveillance active de son réseau. Le but est clair, il s’agit de :

  • prévenir la diffusion de toute information qui lui serait défavorable ;
  • localiser, arrêter, torturer les émetteurs de ces informations, de ces documents vidéo ;
  • mener une propagande active à la gloire de la personne de Bachar Al Assad, tyran népotique au culte de sa propre personne bien affirmé.

Les réseaux de propagande du régime syrien sont internationaux, à l’image du site Infosyrie.fr, “l’Agence de ré-information” sur l’actualité en Syrie, proche de l’extrême droite française et financé par le régime syrien lui même.

☠ Pourquoi s’engager ?

En ce qui me concerne, et ceci n’est probablement pas valable pour d’autres qui s’engagent eux aussi, je puise ma motivation de nombreux échanges avec des syriens. Certains anti régimes qui ont vu leurs proches massacrés ou persécutés, mais surtout par une majorité de gens qui ne sont ni pros, ni antis, mais qui subissent au quotidien, depuis 18 mois, une guerre civile.

Je ne pense pas personnellement me battre pour une démocratie en Syrie, le terme démocratie étant lui même soumis à interpretation de chacun, même chez nous. Encore faut-il croire en nos définitions de la démocratie, et bien naif faut-il être pour penser que notre conception de cette dernière est transposable n’importe où.

Si je m’engage sur ce terrain cybernétique qui est le mien, c’est d’abord pour essayer de rétablir un équilibre entre un régime qui déploie de gros moyens pour surveiller Internet, et des internautes qui souhaitent accéder à une information que le régime lui refuse.

Puis, et c’est bien la le coeur de mon action, pour apporter des outils et des connaissances nécessaires à l’exercice de la liberté d’expression bafouée de ces internautes. Ceci passe par des outils d’anonymisation sur Internet et parfois, il est vrai, quelques prises de bec peu courtoises avec des “professionnels” qui mettent involontairement la vie de leurs sources en danger. Mais penser que nous faisons ça pour le plaisir de taper sur la presse est parfaitement inexact. C’est en revanche l’impression que ça peut laisser de l’extérieur, attendu que nous ne communiquons, que je ne communique pas sur toutes (nos) mes actions.

Mais par dessus tout, après 18 mois de conflit, il y a cette majorité silencieuse des “ni pour ni contre” qui se sent abandonnée par toute la communauté internationale, ce sont eux que nous n’avons pas le droit de laisser tomber, ce sont eux qui ont probablement besoin d’être considérés.

☠ Pourquoi le Parlement ?

C’est un symbole avant tout, derrière ce symbole, il y a un message informationnel, n’en déplaise à certains. Ce message, c’est d’offrir des données brutes, des accès à des comptes de dignitaires syriens. Le message est dual, il s’adresse au peuple syrien : “Des personnes surveillent vos surveillants”, et il s’adresse à la presse car nous offrons l’accès à des données brutes, factuelles, des correspondances, la capacité pour chacun s’il en a la curiosité de se faire sa propre opinion d’un conflit complexe.

Penser que nous agissons au doigt mouillé en fonction des like Facebook ou des hashtags Twitter est une erreur. Nous agissons pour le réseau, et non en fonction du réseau.

12 Comments

Laisser un commentaire