Le Net français à l’ère de la prohibition culturelle

L'abus de lois liberticides est mauvais pour ton Internet

Une fois n’est pas coutume, nous allons un peu causer histoire sur ce blog. Une histoire surprenante que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent peut être pas mais qui mérite surement qu’on la raconte. C’est il y a fort longtemps, en 1883, qu’une distillerie canadienne située en Ontario devient la propriété d’un certain Joseph E.Seagram. Elle est ainsi rebaptisée Joseph E. Seagram & Sons. C’est en 1928 que la Distillers Corporation Limited de Montréal rachète la distillerie Seagram, qui ne peut légalement prospérer comme prévu, puisqu’au même moment, de l’autre côté de la frontière, aux USA, c’est la prohibition. Mais le Canada devient naturellement le premier exportateur du continent pour éponger la soif illicite des voisins américains.

En 1933, à la fin de la prohibition, les invendus de 12 ans d’âge inondent le marché américain et la compagnie Seagram devient particulièrement rentable. C’est bien plus tard, vers 1981, que la Seagram Company Ltd tente de diversifier ses activités, d’abord dans l’énergie (pétrole et gaz). Puis, en 1995, c’est un virage à 360° qui est opéré. Profitant des 9 milliards de liquidité de la vente de ses participations dans DuPont, Seagram prend le contrôle d’Universal Studios, MCA, PolyGram, et Deutsche Grammophon. Un groupe qui ressemble fort aujourd’hui (quelques labels en moins) à l’épine dorsale d’Universal Music. Ce n’est qu’en 2000 que Jean-Marie Messier réalise ce rêve fou de devenir la world company de l’entertainment et revend les derniers actifs du groupe dans le secteur des spiritueux au groupe Pernod Ricard, dans le but de racheter tout ce qui lui tombe sous la main dans le monde du divertissement (musique, cinéma, jeux vidéo, Internet,… tout y passe).

Aujourd’hui, à l’heure d’HADOPI, et fort de son histoire, Vivendi Universal est l’un des principaux artisans de cette nouvelle forme de prohibition : la prohibition des échanges culturels sur Internet. Je sais le parallèle est osé, mais l’histoire parle… Et les intéressés s’en félicitent.

Mais HADOPI, comme la prohibition est vouée à une mort certaine. On ne lutte pas contre des usages, on s’y adapte par une politique de prévention ou en offrant quelque chose de plus attirant… genre une offre légale adaptée qui ne cherche pas à substituer un steak par du petit lait.