PRISM, l’Europe et l’hypocrisie des britanniques et des allemands

lolcat_internetjpgNous vous en avons déjà parlé sur Reflets ou sur ce blog…. l’hypocrisie des politiques européens semble sans borne. Mais la palme des faux culs européens revient sans hésitation aucune au gouvernement britannique. Historiquement, il faut revenir à 1946, époque à laquelle le Royaume Unis et les USA signaient un accord, l’ UKUSA, qui allait donner naissance au premier réseau de renseignement par interception de signaux d’origine électromagnétique : Echelon. Le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zélande allaient vite rejoindre le Royaume Unis les USA. Mais comme au royaume des faux culs, plus on est nombreux et plus on intercepte, l’Autriche, la Thaïlande, le Japon, la Corée du Sud, la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce et la Turquie sont autant de nations qui vinrent se joindre à Echelon.

Vendredi, nous apprenions que Edward Snowden accuse le Royaume-Unis, plus exactement le GCHQ (Government Communications Headquarters), de s’adonner à de l’écoute de masse de ses citoyens… et aussi, c’est un peu le principe d’une communication, avec un émetteur et un récepteur, de collatéralement écouter des millions de citoyens du monde entier, et donc européens. Je ne vais pas vous faire un dessin, mais voilà la gueule du scoop ! Dés 1946, c’est ce même GCHQ qui déployait des bases relais d’Echelon sur son propre territoire, comme par exemple ici, à Menwith Hill… une station d’interception, directement opérée par la … NSA !

Menwith Hill google maps - Google Maps 2013-06-22 18-05-06

Nos gros faux culs de britanniques qui opèrent eux-mêmes la plus grosse station d’interception d’Echelon à Morwenstow en Cornouailles.

Morwenstow, Großbritannien - Google Maps 2013-06-22 18-08-44

By 2010, two years after the project was first trialled, it was able to boast it had the “biggest internet access” of any member of the Five Eyes electronic eavesdropping alliance, comprising the US, UK, Canada, Australia and New Zealand.

… tiens c’est marrant car on retrouve les mêmes zigotos que dans l’UKUSA !

Mais ce n’est pas tout, car à n’en pas douter, les Allemands aussi vont jouer leurs vierges effarouchées à Bruxelles. Sauf que ces gros hypocrites vont probablement oublier de parler à leurs collègues eurodéputés de la base d’interception de Bad Aibling, elle aussi opérée en direct par la NSA, ce jusqu’en 2004.

Bad Aibling - Google Maps 2013-06-22 18-15-19

Vous noterez que les 3 stations que nous venons de visiter ici n’ont pas l’air de vestiges de l’après guerre, elles sont bien toujours en activité pour de l’interception GSM et satellitaire… après ça, vous dire que je suis étonné que Edward Snowden déclare que le Royaume Unis wiretap les câbles de transit IP… comment vous dire ? Ah oui, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre.

Ce qui m’agace profondément, vous l’aurez compris , c’est bien cette hypocrisie des politiques qui font mine de découvrir aujourd’hui qu’ils disposent sur leur propre territoire de stations d’interception de la NSA alors qu’elles collaborent depuis des années avec cette même NSA sur ces programmes qui sont issus d’accords bien connus, auxquels le 11 septembre a permis de donner une seconde jeunesse, avec la bénédiction des pays européens concernés.

En bref, mesdemoiselles, mesdames, messieurs les eurodéputés, attention de ne pas trop vous payer la tronche de vos concitoyens, parce que ça va franchement finir par se voir.

#PRISM, #MAINWAY, #MARINA, #NUCLEON… et ce n’est que le début de la liste

catchlonDepuis le début de la polémique autour de PRISM, avec Kitetoa, nous n’arrêtons pas de vous expliquer que PRISM est en fait un tout petit bidule qui fait partie d’un ensemble bien plus vaste, d’un programme de homeland security. Ce n’est pas pour vous effrayer que nous vous expliquons ça, c’est parce que nous savons que c’est vrai, que nous avons des documents qui prouvent ces propos, et Kitetoa profitera d’ailleurs de Passage en Seine pour vous montrer à quel point PRISM est un tout petit bidule perdu, quelque part, en bas à gauche, d’un machin bien plus gros.

En attendant, voici que le Washington Post qui n’attendra probablement pas Pas Sage en Seine commence à lâcher quelques noms, ainsi :

  • L’interception du contenu des communications téléphoniques atterrirait dans un système baptisé NUCLEON
  • Je vous parlais par exemple, citant Cryptome, de la rétention des métadonnées téléphoniques. Et PAN, le petit nom de cette base de données sous l’administration Bush, c’est MAINWAY

Capture d’écran 2013-06-16 à 15.39.22

Associated Press a le bon goût, comme nous l’avions nous même fait de rappeler que cette théorie du gros zizi (l’interception de masse), est la norme depuis les années 70.

Deep in the oceans, hundreds of cables carry much of the world’s phone and Internet traffic. Since at least the early 1970s, the NSA has been tapping foreign cables. It doesn’t need permission. That’s its job.

Et comme l’explique très bien Wikipedia, la NSA elle même l’avait avoué :

De 1945 à 1975, la National Security Agency (NSA) américaine a obtenu systématiquement des principales entreprises de télégraphie (RCA global, ITT World Communications et la Western Union) l’accès aux messages circulant par câble (Project SHAMROCK). L’interception des télécommunications se faisait au départ par la collecte de copies papier detélégrammes, puis par la remise de bandes magnétiques; elle se fait aujourd’hui par la connexion directe des centres d’émission aux circuits internationaux de communications. Selon la commission Church du Sénat américain (1975), la NSA sélectionnait environ 150 000 messages par mois, sur un total de 6 millions de messages par mois, pour en faire un compte rendu (soit 1 message sur 40). Des milliers de messages étaient transférés à d’autres agences de renseignement pour analyse. (source)

Et Associated Press d’enfioncer le clou sur ce que nous vous claironnons depuis le début :

The second and far murkier one is how Prism fits into a larger U.S. wiretapping program in place for years.

Sans blaaaaaague ?

 

#Prism : pourquoi ce pseudo scandale m’en touche une sans faire bouger l’autre ?

catchlonVous êtes plusieurs à m’avoir demandé une réaction aux récentes révélations sur ce qui a gentiment débuté par le pseudo scandale Verizon. Je n’en avais pas particulièrement envie car je trouve tout ce foin complètement ridicule. Entre les américains indignés, les européens qui jouent les vierges effarouchées (les anglais qui accueillent des bases relais d’Echelon sur leur territoire doivent bien rigoler), et la presse qui fait ses choux gras de cette information vieille d’une douzaine d’années, j’estimais ne pas avoir de choses particulièrement intéressantes à vous raconter. D’ailleurs, je ne suis toujours pas convaincu que ce qui va suivre sera vraiment intéressant pour nombre d’entre vous… vous voilà avertis. Je ne m’étendrai d’ailleurs pas bien longtemps sur PRISM, car une autre information me semble tout de même un peu plus intéressante.

Depuis quelques jours, il faut l’avouer, je rigole allègrement. Je rigole de la naiveté patriotique candide des américains, je rigole de toute cette presse qui fait semblant de s’étonner, je rigole des réactions des politiques européens qui miment de tomber des nues… car oui, c’est soit disant nouveau, tout ce petit monde peut enfin mettre un sobriquet sur Big Brother : PRISM. Enfin, ça, c’est ce que tout le monde pense, la réalité est toute autre et c’est Kitetoa (désolé pour le ComicSansMS) qui vous l’exposera à l’occasion de Passage en Seine. Prism n’est en fait qu’une infime partie d’un programme bien plus vaste.

Merde ! Les adeptes de la conspiracy theory avaient raison alors ? Ben ouais ils avaient raison…wow le scoop !

C’est quand même pas faute de vous en avoir rabâché les oreilles ici ou ailleurs, pas plus tard que le mois dernier dans ce billet où je vous expliquais qu’un ancien du FBI avait craché le morceau au sujet de la traque des frères Tsarnaev. Il me semble bien avoir écrit en toute lettres que les autorités américaines interceptaient et stockaient toutes les communications… mais bon. #spapossib’ me dit-on. Ce billet est d’ailleurs passé relativement inaperçu, aucun média n’a repris ce qui constituait pourtant une information tout à fait crédible, d’une source qui ne l’est pas moins… mais non, un mois plus tard  12 ans plus tard, tout le monde semble tomber des nues.

Ce billet d’ailleurs m’avait valu les interrogations de certains

“Mais comment ki font !”;
“Bluetouff tu dis de la merde”;
“Même pas cap les ricains”;
“T’imagines pas la taxe sur la copie privée en achat de disques durs !” 

Et à votre avis ? Quand on hurlait comme des putois sur l’AFP qui cause gentiment sur Skype avec ses sources et qui l’écrit dans ses dépêches, des fois qu’Oncle Sam n’avait pas tapé la bonne requête dans sa base de données pour identifier la source de l’agence de presse… c’était juste pour rire ? Pour troller sur Twitter avec un bot qui crache les dernières dépêches ? Pour le plaisir de se fritter par blogs interposés ? Ou parce que tout indique depuis des années déjà que les américains interceptent non seulement les communications téléphoniques des américains mais aussi à peu près tout ce qui ressemble à une communication à l’exception peut-être d’un protocole encore mal maitrisé, décrit dans la RFC 1149 ?

  • Qui me fera gober que la presse américaine ne s’est pas interrogée sur les dispositions pratiques issues du Patriot Act dont l’acronyme signifie « Loi pour unir et renforcer l’Amérique en fournissant les outils appropriés pour déceler et contrer le terrorisme » ?
  • Qui me fera gober que le Parlement Européen, après les antécédents d’Echelon ne s’est jamais penché sur ce que les USA écoutent, interceptent et stockent…?
  • Qui me fera gober que la presse française pensait que les SMS et les conversations de Dominique Strauss Khan ont été tirés du chapeau de Bozo le clown ?

Oui, très franchement, je suis mort de rire, c’est un peu comme si tout ce que la planète compte de faux-culs s’était donné rendez-vous sur la time line du hashtag #Prism…

Les américains, qui ont tous soutenu, le Patriot Act au lendemain des attentats du 11 septembre étaient ils assez naifs pour croire que les autorités américaines allaient contrer une menace intérieure en écoutant uniquement ce qu’il se passe à l’extérieur ?

Il y a quelques années, avant que Wikipedia ne déchaine les passions, les personnes de ma génération qui s’intéressaient au sujet de la surveillance de masse fréquentaient les newsgroups ou des sites web comme Cryptome. Cryptome qui révélait déjà des choses pas jolies jolies sur les durées de rétention d’informations concernant les communications des américains.

☠ Spapossib’®

Dans le pire scénario que j’avais évoqué il y a déjà bien longtemps, j’expliquais que si la France avait envie d’écouter hors de tout cadre légal et de manière massive les communications électroniques, elle opèrerait ces interceptions depuis l’étranger. Là encore, les réactions à mes “élucubrations” étaient les mêmes : #spapossib’.

Ben oui, mais voilà… non seulement c’est tout à fait possible, mais voilà que le Monde, par la plume de Laurent Borredon et de Jacques Follorou appuie maintenant ma thèse avec des affirmations qui se font un peu plus pressantes et plus précises. Dans un article daté d’hier et intitulé “En France, la DGSE au cœur d’un programme de surveillance d’Internet “, Le Monde pointe les installations souterraines de la DGSE situées boulevard Mortier à Paris. Mais Le quotidien lâche surtout le morceau qui semble passer totalement inaperçu tout obnubilés que nous sommes par PRISM :

La France dispose-t-elle d’un programme de surveillance massif proche de celui mis en place par l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA) ? La réponse est oui. La direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les services secrets français agissant au-delà de nos frontières, examine, chaque jour, le flux du trafic Internet entre la France et l’étranger en dehors de tout cadre légal. 

☠ Etkomentkifon ?

Là encore je vous avais déjà parlé de la bénédiction que representent certains points de concentration du trafic, et plus particulièrement les câbles sous-marin. Mais ce n’est probablement le gros du dispositif. Allez, je vous la récapitules avec des mots très simples. Imaginez une entreprise française qui vend à un dictateur un système d’interception des communications électroniques dimensionné à l’échelle d’une nation. Imaginez que cette entreprise soit, étrangement, aidée par des personnes de la direction du renseignement militaire pour former les équipes sur place. On vend ensuite ce système à d’autres nations, pas franchement connues pour leurs aspirations démocratiques, mais toutes étrangement situées sur une dorsale de trafic Internet stratégique (suivez les câble sous-marins).

☠ Tagada tsoin tsoin …

Et vous obtenez tout simplement un système d’interception stratégique, situé hors de nos frontières, distribué, résilient, suffisamment backdooré pour que nos services puissent y accéder en fonction de leurs besoins et mener des interceptions massives pour extraire une poignée d’informations.

Et ce scénario, comme je vous le disais :

Allez, je vous la refais :

 voici comment je m’y prendrais si je voulais écouter massivement, à moindre coût, et surtout discrètement.

  • J’appuierai, au plus haut niveau de l’Etat, une société privée (un fusible comme on dit dans le jargon), spécialisée dans l’interception de masse, pour que cette dernière exporte ses jouets sur le territoire national des gens que je souhaite écouter. Je leur vendrai le bébé comme une arme de guerre électronique, à part que cette dernière n’est pas répertoriée légalement en tant que telle, et donc, non soumise à un contrôle strict des exportations.

  • J’en profiterai pour surdimensionner un peu le système en prévision d’une utilisation non documentée (un backdoor).

  • J’enverrai ensuite, au nom d’une « fraternelle coopération » des officiers du renseignement militaire pour former les équipes du « client » (comprenez le dindon de la farce). Cette opération de « formation » permettrait en outre de paramétrer le jouet vendu afin que ce dernier soit accessible à distance par les services du renseignement extérieur, avec un accès complet aux interceptions réalisées par le « client »… évidemment à son insu.

  • Ce qu’il y a de bien avec TCIP/IP et BGP, c’est que l’on peut router du trafic à peu près où on le désire. En clair, nul besoin de disposer d’outils sur le territoire français pour écouter les communications des ressortissants français.

  • Si je multiplie cette « opération commerciale » avec des « partenaires » géographiquement bien choisis, je m’offre une sorte de cloud de l’interception, financé par des puissances étrangères. Peu importe si elles ne sont pas franchement reconnues comme les plus grandes démocraties. Peu importe si leurs dirigeants sont connus comme des terroristes ou des fous furieux. L’éthique ce n’est pas franchement le fond du problème.

  • En cas de pépin, pas de souci; l’Etat pourrait ainsi se défausser de toute responsabilité. Notre entreprise privée est le fusible, c’est à elle de sauter. Mais évidemment, comme elle demeure « stratégique », je lui offre une porte de sortie en bidonnant une cession d’activité à une société tierce, créée par elle même. Elle pourrait ainsi, par exemple sous drapeau Qatari, continuer à vendre ses petits jouets et la collaboration entre les services extérieurs et cette « nouvelle société » qui ne renaît que des cendres de la première, pourrait ainsi continuer de plus belle et s’attaquer tranquillement à d’autres « marchés ».

  • Si une bande de cyber-beatniks venait à poser des questions au Gouvernement sur la présence avérée d’officiers du renseignement, il suffirait de brandir la menace terroriste et d’expliquer que ces « armes » n’en sont pas, qu’elles sont en fait du matériel grand public.

 

 

 

Affaire Tsarnaev : la surveillance de masse des citoyens américains révélée par un ex-agent du FBI

catchlonVoici une information qui risque d’avoir l’effet d’une petite bombe, aux USA, et probablement ailleurs. Sur Reflets comme sur ce blog, nous avons souvent pointé du doigt de “grandes démocraties” qui font un usage immodéré des technologies de surveillance de masse. D’une certaine manière, l’usage de ces technologies est un excellent baromètre des dérives de certains pays. Et en matière de dérive, les USA sont définitivement champions du monde.

Ca se passe mercredi dernier sur CNN, Erin Burnett reçoit Tim Clemente, un ancien agent du FBI pour aborder les méthodes d’investigations qui ont conduit à l’arrestation de Tamerlan Tsarnaev dans le cadre de l’enquête des services américains sur le récent attentat du marathon de Boston. Les autorités américaines s’intéressent alors aux conversations téléphoniques entre Katherine Russell, la veuve du suspect décédé, et Tamerlan Tsarnaev. Quand Erin Burnet demande à Tim Clemente si les enquêteurs seraient en mesure de mettre la main sur ces conversations, Tim Clemente est catégorique : oui, les autorités ont bien la possibilité d’accéder à ces conversations !

Tamerlan Tsarnaev faisait il l’objet d’une attention spécifique qui aurait conduit les autorités à le placer sur écoute ? Non ! L’explication de Tim Clemente est simple : TOUTES les conversations des citoyens américains sont enregistrées, archivées, et indexées dans une gigantesque base de données à laquelle les autorités peuvent accéder dans le cadre d’enquêtes sur des questions de sécurité nationale. Tim Clemente prévient cependant que ces conversations ne seront probablement présentées comme pièces à conviction devant le tribunal mais qu’elles permettront sans doute aux enquêteurs de comprendre tous les détails de l’affaire.

BURNETT: “So they can actually get that? People are saying, look, that is incredible.

CLEMENTE: “No, welcome to America. All of that stuff is being captured as we speak whether we know it or like it or not.”

Pas besoin de l’autorisation d’un juge, ces enregistrements sont systématiques, pour toutes les communications. Et il ne s’agit évidemment pas que des communications téléphoniques… nous parlons ici de toutes les communications électroniques des américains, de quoi faire froid dans le dos quand on se rend compte que même en France, les services de messagerie les plus utilisés sont… américains.

Reçu le lendemain par Carol Costello, toujours sur CNN, Tim Clemente enfonce le clou en confirmant ses dires : il n’y a aucune communication numérique sécurisée, tout est intercepté, email, chat, recherches…

Le Guardian rappelle que ce n’est pas la première fois que de fortes suspicions planent. En 2010, Mark Klein, un ancien ingénieur d’AT&T avait révélé au Washington Post comment AT&T avait mis en place un dispositif d’interceptions massives et globales, avec un accès complet aux interceptions donné à la NSA. Et les chiffres font mal au crâne :

Every day, collection systems at the National Security Agency intercept and store 1.7 billion e-mails, phone calls and other types of communications.

1,7 milliard de communications sont enregistrées quotidiennement. Techniquement le dispositif consiste en une installation spéciale, dans un bâtiment situé non loin du coeur des installations d’AT&T. La technologie, vous la connaissez évidemment tous si vous suivez Reflets ou ce blog, il s’agit bien de Deep Packet Inspection pour l’analyse de contenus, avec des sondes développées par Narus, un concurrent direct de nos amis de Qosmos.

Le Guardian nous rappelle également que William Binney, un ancien agent de la NSA avait démissionné de l’agence pour protester contre cette surveillance de masse. Car les abus sont visiblement légion. Le programme Total Information Awareness que le Pentagone avait tenté de mettre en place en 2002, suite aux attentats du 11 septembre, avait profondément choqué l’opinion. Ce dernier est finalement revenu par la petite porte.

Enfin si vous êtes utilisateurs de Blackberry, sachez que la NSA a clairement accès à l’ensemble de vos conversations qui sont systématiquement archivées. Il n’est pas non plus déraisonnable de penser que les iPhone d’Apple sont de véritables SpyPhones et que les services américains accèdent à de nombreuses données personnelles de ses utilisateurs… et oui, Android aussi.

Allons un peu plus loin maintenant. En France, le pays des droits de l’homme, ce genre d’interception systématique serait parfaitement illégal. Du moins ce qui est illégal c’est de le faire soi même. Mais dans quelle mesure les services français demandent à leurs homologues américains l’accès à des données personnelles de français… ont ils seulement besoin de les demander ou accèdent ils naturellement à ces données via un réseau de “coopération” mis en place conjointement par les services français et américains ?

Bienvenu dans le 21e siècle, le siècle qui relègue Orwell au rang de bisounours.

Thx @antoine_bdx pour l’info.