Corée du Nord : les DNS c’est une chose, mais il y a encore peer

cyber-warfareLa question de la cyber souveraineté est une question importante pour de nombreux pays. Pour la Corée du Nord, on ne peut pas dire que ce soit une préoccupation majeure, et c’est peu de le dire. On pourrait qualifier l’architecture Nord Coréenne d’architecture en entonnoir. L’absence de réseau filaire, très probablement liée à l’absence d’opérateurs privés a conduit la Corée du Nord à des choix singuliers. Au coeur de l’architecture : deux satellites. Mais voilà, ces deux satellites ne sont pas sous contrôle nord coréen.

Nous avons vu dans le dernier article que le petit bout d’Internet Nord Coréen était pour le moins fragile niveau DNS. Mais ceci n’est probablement pas grand chose face au choix de laisser à un opérateur tiers, d’une puissance étrangère, avoir le droit de vie ou de mort sur chaque octet qui rentre ou qui sort du territoire national. Il est très surprenant pour un état réputé si paranoïaque et  qui dit avoir développé son propre système d’exploitation (en tout cas niveau serveurs, ça utilise surtout du CentO), de constater que toute la connectivité est assurée par un opérateur chinois et un opérateur américain :

Capture d’écran 2013-04-14 à 11.12.51

3 des 4 réseaux nord coréens sont routés par China Unicom et un l’est par Intelsat depuis maintenant un mois (source). Et il s’est bien passé quelque chose les 13 et 14 mars dernier. Des indisponibilités globales laissent à penser que le réseau nord coréen a essuyé une importante panne, peut-être même une attaque. On peut s’étonner de voir, à la suite de cet incident, Intelsat router une partie du trafic nord coréen. Peu après, le 20 mars, c’est Séoul qui semblait être la cible d’attaques ciblant les AS de groupes média et de compagnie énergétiques. S’agissait-il d’une attaque menée par la Corée du Nord ? Il est difficile de ce prononcer à ce stade. Les adresses IP des attaquants semblaient venir de Chine, mais Séoul y a vu la main de Pyongyang. Mais quelle est la capacité d’attaque réelle de la Corée du Nord ? En a t-elle seulement une ? Vu le nombre restrein d’IP et l’absence du tuyaux à la disposition de Pyongyang, on imagine qu’elle doit recourir à des services étrangers (du cloud chinois ou russe, des botnets off-shore ?), et via des tunnels chiffrés, si elle veut mener une attaque massive par déni de service sans trop attirer l’attention du monde entier.

Vu la manière dont est routé l’internet nord coréen, on se doute que chaque octet qui entre ou sort de Corée du Nord est attentivement disséqué par les chinois en premier lieu puis par les américains, on imagine donc mal des attaques partir de Corée du Nord, ça serait un peu voyant. On peut décemment penser que le tout petit bout d’internet Nord Coréen est attentivement scruté, et pas par les nord coréens qui concentrent probablement leur surveillance sur le Kwangmyong, lui même non connecté à Internet.

Difficile dans ces conditions de mener une attaque depuis son propre réseau. Si Pyongyang veut mener une attaque, il devra la mener depuis l’extérieur pour ne pas éveiller les soupçons de China Unicom et d’Intelsat. Il n’est alors pas délirant de penser que les coréens mènent des attaques depuis la Chine. Mais à l’heure actuelle, la Corée du Nord nie avoir mener ces attaques sur Corée du Sud en mars dernier. Le scénario le plus noir serait que la Corée du Nord était alors en pleine répétition en perspective d’une intervention militaire appuyée par des attaques informatiques de grande envergure.

L’autre scénario plausible, c’est que le “pupetmaster” de l’attaque essuyée par la Corée du Sud n’a jamais été nord coréen. Cependant cette thèse semble infirmée par les observations de Renesys pour qui les attaques du 20 mars dernier impactaient à la fois la Corée du Sud et la Corée du Nord. Mais là encore difficile à partir de simples mesures réseau d’expliquer avec exactitude ce qu’il s’est passé. La Corée du Nord peut très bien avoir subi une attaque d’un tiers pour ensuite attaquer par rebond la Corée du Sud. Il y a fort à parier aujourd’hui que la Chine et les USA en savent bien plus que ce qui est divulgué au grand public.

Rappelons que les USA s’octroient le droit d’attaquer militairement toute puissance menant des cybers attaques contre ses intérêts. Vu les horreurs constatées hier, si on suit ce raisonnement crétin, n’importe quel taré sur cette planète avec quelques notions de réseau pourrait être en mesure de déclencher une guerre. En espérant que ces quelques informations éveillent votre sens critiques sur les propagandes multiples qui rythment l’escalade de ces derniers jours et conservez un oeil sur ce qu’il va se passer aujourd’hui et demain (date à laquelle on soupçonne la Corée du Nord de vouloir lancer ses missiles).

Corée du Nord : ça va être touuuut noiiiiir

north

AVERTISSEMENT : Si après la lecture de ce billet, il vous passait par la tête de plonger dans le noir la Corée du Nord, pensez plutôt à l’impact ridicule de ce type d’action et mettez la en perspective avec le fait de trouver un moyen de faire en sorte que les nords coréens puissent accèder à Internet. Méditez ceci : “les gens qui se parlent ne se font pas la guerre ».

Il y a déjà bien deux ans de ça, je m’intéressais avec l’ami @fo0_ au tout petit bout d’Internet Nord Coréen. Les internautes n’y sont pas légion. Le pays a d’ailleurs son propre réseau IP renfermé sur lui même (non relié à Internet, il est plutôt une sorte de gros intranet national ultra surveillé), le Kwangmyong. Aujourd’hui, avec les frasques de Kim Jong Un, les regards du monde entier se braquent sur la Corée du Nord. Avec la perspective d’un conflit armé, et les menaces d’un conflit thermonucléaire, on imagine mal une intervention qui ne soit pas accompagnée d’une attaque informatique dans les règles.

La Corée du Nord est soupçonnée d’avoir mené une attaque informatique d’envergure sur la Corée du Sud le 20 mars dernier. Cette attaque aurait paralysé de nombreux sites dont ceux de grands médias nationaux (KBS, MBC et YTN) ainsi que des sites bancaires. Ce sont au total plus de 30 000 machines qui ont été victimes de cette attaque que Séoul soupçonne orchestrée par le Bureau général de reconnaissance de la Corée du Nord. S’il semble à en croire Séoul que la Corée du Nord a bien une cyber doctrine offensive, le pays semble cependant très vulnérable à des attaques qui pourrait paralyser le peu d’infrastructures dépendant du réseau Internet.

Relativisons tout de suite. La Corée du Nord ne semble pas avoir d’infrastructures “vitales” qui dépendent du réseau Internet (du moins de ce qu’on peut en voir, de ce qui est public). Il est aussi probable que les infrastructures offensives nord coréennes ne soient même pas situées sur son territoire.

Allons donc visiter ce réseau pour voir ce que ça peut donner en terme défensif… et vous allez vite comprendre que ce n’est pas brillant.

L’IANA a donné à la Corée du Nord quelques IPv4. Elles se situent sur les plages :

  • 175.45.176.0/24
  • 175.45.177.0/24
  • 175.45.178.0/24
  • 175.45.179.0/24

Tous les sites sur ces plages IP sont des sites gouvernementaux ou apparentés. Les noms de domaines en .kp (l’extension de la Corée du Nord) sont eux aussi tous plus ou moins directement liés au gouvernement nord coréen.

Lors de mes tests, 14 machines répondaient sur le range 175.45.176.1/24. Il s’agit des IP :

  • 175.45.176.3
  • 175.45.176.6
  • 175.45.176.8
  • 175.45.176.9
  • 175.45.176.10
  • 175.45.176.12
  • 175.45.176.15
  • 175.45.176.16
  • 175.45.176.65
  • 175.45.176.67
  • 175.45.176.70
  • 175.45.176.71
  • 175.45.176.129
  • 175.45.176.131

C’est d’ailleurs le range le plus intéressant. Outre le fait que les nord coréens semblent être des grands fans de CentOs, sur ces 14 machines, au moins 10 d’entre elles comportent des vulnérabilités critiques. C’est cette plage qui accueille l’une des deux IP de KCNA, le site de la Korean Central News Agency (KCNA.kp) et qui distile la propagande de Pyongyang. Le host nous indique ces 2 adresses IP :

  • kcna.kp has address 175.45.177.74
  • kcna.kp has address 175.45.176.71

La machine 175.45.176.71 présente une version du serveur web Apache qui n’est pas à jour et semblant vulnérable aux CVE suivants :

… et pas mal d’autres…

On trouve ensuite des serveurs DNS sur les IP

  • 175.45.176.8
  • 175.45.176.9
  • 175.45.176.15
  • 175.45.176.16

Ces 4 machines présentent une version de Bind outdatée (une 9.8.1), vulnérable à une tripotée de dénis de service :

La machine 175.45.176.8 est le NS1 des sites suivants :

Capture d’écran 2013-04-13 à 22.37.05

La machine 175.45.176.9 est le NS2 des sites suivants :

Capture d’écran 2013-04-13 à 22.30.00

La machine 175.45.176.15 est le NS1 des sites suivants (ici c’est surtout sur les sous-domaines que l’on trouve des sites) :

Capture d’écran 2013-04-13 à 22.39.49

La machine 175.45.176.16 est le NS2 des sites suivants (toujours sur des sous-domaines):

Capture d’écran 2013-04-13 à 22.39.49

A en croire ce que nous avons sous les yeux, et à en croire cette requête Google, frapper ces 4 machines mettrait dans le noir tout ce qui porte une extension en .kp… et comme ces 4 machines présentent toutes les vulnérabilités mentionnées un peu plus haut, nous pouvons décemment conclure qu’il est redoutablement simple de plonger tous les sites nord coréens dans le noir le plus total.

Conclusion : les DNS sont le talon d’Achille de la Corée du Nord. L’internet Nord Coréen ne survivrait pas 5 minutes à l’attaque d’un script kiddie. L’infrastructure DNS de tout le pays repose sur 4 serveurs dont la version de Bind est trouée. La moindre attaque informatique sur cette pseudo infrastructure virerai à la déculottée et à l’humiliation pour Pyongyang.

Je reviendrai probablement plus tard sur la Corée du Nord et sur les firewalls “nationaux” (sous FreeBSD) qui eux aussi présentent toutes les qualités d’un bon emmental Suisse mais aucune de ce que l’on attend d’un firewall décent…